Charlotte d'Albret

femme politique française

Charlotte d'Albret
Duchesse du Valentinois
Régente du Valentinois
Charlotte d'Albret
Charlotte d'Albret (dessin du XVIe siècle).

Naissance
Décès (à 34 ans)
Distinctions Princesse de la Romagne, d'Andria et de Venafro[1]
Duchesse de Gandie, de Romagne et de Valentinois, puis Régente du Valentinois
Comtesse de Diois
Dame de Châlus, Piombino, Camerino et Urbino
Famille Albret
Borgia

Emblème

Charlotte d'Albret, dame de Châlus puis Princesse de la Romagne, d'Andria et de Venafro, Duchesse de Gandie, de Valentinois puis Régente du Valentinois, Duchesse de Romagne, Comtesse de Diois, Piombino, Camerino et Urbino, née en 1480 et morte le , était la fille d'Alain d'Albret le Grand, seigneur d'Albret, duc de Guyenne et vicomte de Tartas (entre autres) et de Françoise de Bretagne (Françoise de Blois), vicomtesse de Limoges, comtesse de Périgord ; elle avait pour frère Jean III, roi de Navarre.

Elle épouse César Borgia, fils du pape Alexandre VI, en 1499 et devient propriétaire des terres de Feusines, Néret et La Motte-Feuilly en 1504, ainsi que de Châlus. Son mariage devait conclure le pacte entre Louis XII et le pape Alexandre VI, permettant au roi d'obtenir la bulle pontificale annulant son mariage avec Jeanne de France afin d'épouser la reine Anne de Bretagne, veuve de son prédécesseur Charles VIII. En contrepartie, Louis XII accordait au fils du pape, César Borgia, un duché (le Valentinois) et une épouse de noble naissance française, Charlotte d'Albret.

Elle mène d'abord une vie brillante, puis une vie pieuse lorsqu'elle apprend son veuvage.

Mariage et descendanceModifier

Le , elle épouse César Borgia. Ils eurent une fille, Louise Borgia, dite Louise de Valentinois (1500-1553).

SépultureModifier

 
Photo du tombeau de Charlotte d'Albret (date inconnue).

Charlotte d'Albret fut enterrée dans l'église Saint-Hilaire de La Motte-Feuilly.

En 1521, sa fille fit élever à sa mémoire un monument en albâtre et marbre noir par Martin Cloistre, imagier du roi à Blois. En 1793, le tombeau fut vandalisé, les figurines des sept vertus entourant le tombeau furent décapitées, les armoiries martelées et le gisant brisé. Il fut classé monument historique en 1891 et restauré.

AscendanceModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cesar Borgia proclamé Prince de la Romagne par son père le Pape Alexandre VI

BibliographieModifier

  • Inventaire de la duchesse de Valentinois, Charlotte D'Albret, Edmond Bonnaffé, 1878, A. Quantin (Paris)
  • Charlotte d'Albret, femme de César Borgia, et le château de La Motte-Feuilly, Gustave Schlumberger, Paris, Plon ; 1913, extrait de la Revue des deux Mondes (1912)
  • De Charlotte d'Albret à George Sand; chroniques du Bas-Berry, Louis Peygnaud Éd., 1948