Ouvrir le menu principal
Françoise de Dinan
Françoise de Dinan.jpg
Françoise de Dinan dans une enluminure de son livre d'heures.
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Activité
Père
Mère
Catherine de Rohan (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Plaque marquant la présence des ossements de Françoise de Dinan.JPG
Emplacement des ossements de Françoise de Dinan dans la Cathédrale de Nantes

Françoise de Dinan, née le au manoir de la Roche-Suhart en Trémuson et morte le à Châteaubriant, fut la gouvernante d’Anne de Bretagne.

BiographieModifier

OrigineModifier

Elle est la fille de Jacques de Dinan, Chambellan de Bretagne, seigneur de Beaumanoir et de Catherine de Rohan. Elle perdit son père le , à l'âge de 8 ans, et devint la plus riche héritière du duché de Bretagne après la mort, sans héritier, le 21 mai 1444, de son oncle Bertrand de Dinan Maréchal de Bretagne, seigneur de Montafilant, de Châteaubriant et des Huguetières.

Seule héritière de sa lignée, elle est dame de Châteaubriant, de Beaumanoir, du Guildo, de Montafilant, de Candé, de Vioreau, des Huguetières, de La Hardouinaye et du Bodister, gouvernante d'Anne de Bretagne.

Elle fut fiancée au comte de Gavre, aîné des fils du comte Guy XIV de Laval. Elle était en même temps recherchée par Arthur de Montauban et par Gilles de Bretagne, troisième fils du duc Jean V de Bretagne.

Gilles de BretagneModifier

Françoise de Dinan est convoitée et enlevée en 1444 par Gilles de Bretagne, frère cadet des ducs François Ier de Bretagne et Pierre II de Bretagne, qui l'épouse. Un autre des prétendants de l'héritière, Arthur de Montauban dépité, ourdit alors un complot contre Gilles qui est arrêté par ordre de son frère le duc et assassiné dans sa prison en 1450. Cette union reste sans postérité.

ManœuvresModifier

A la même année, Françoise est à son tour jetée dans un cachot en 1450. Sans conseils, sans appui, elle renouvelle par écrit son engagement au comte de Gavre, qui est plus jeune qu'elle. Sa belle-sœur Françoise d'Amboise, duchesse de Bretagne, redoutant les calculs intéressés de son mari le duc Pierre II, ne voulait pas l'abandonner à Arthur de Montauban, assassin de Gilles de Bretagne. Elle proposa alors la protection de Guy XIV de Laval, le père du fiancé de Françoise, veuf et âgé de 37 ans. Françoise d'Amboise amena le duc à consentir à cette alliance. Guy XIV de Laval renonça à toucher 20 000 écus qui lui avaient été promis pour l'engager à se désister du mariage de son fils avec Françoise de Dinan. Celle-ci, de son côté, abandonna toutes prétentions sur le douaire qui lui appartenait comme veuve de Gilles de Bretagne. Le duc de Bretagne rendit alors Châteaubriant dont il s'était emparé.

Guy XIV de LavalModifier

On sait qu'après avoir, moyennant finances, laissé rompre en faveur de Gilles de Bretagne les fiançailles de son fils Guy XV avec Françoise de Dinan, en 1440, Guy XIV de Laval abusa de nouveau du jeune âge de ce même fils, pour lui enlever une seconde fois, sa fiancée, alors veuve de Gilles de Bretagne[1], et l'épouser à 45 ans en février 1451 à Vitré[2]. Guy XIV n’a aucun droit sur la baronnie de Châteaubriant.

Guy XIV de Laval
x Isabelle de Bretagne
│
├──> Guy XV de Laval 
│
├──> Pierre de Laval
│
├──> Jeanne de Laval 
│    x René Ier d'Anjou
│ 
x Françoise de Dinan

Les archives du Vatican nous donnent même les deux actes sollicités à cette occasion du Saint-Siège par Guy XIV et par son fils. L'enquête concernant François-Guy de Laval, fils aîné de Guy, comte de Laval, seigneur du Gavre est du et adressée à l'évêque de Nantes. On y allègue pour raison canonique d'une dispense de parenté du 3 au 3 que le mariage a été traité pour mettre de la paix entre les parents des fiancés. Le mandat pour dispenser du 2 au 3 Guy XIV et Françoise de Dinan, dite de Thouars du nom de sa mère, et pour l'absoudre de certaines censures, est du et adressée à l'évêque de Vannes.

En mai 1451, Châteaubriant fut consacrée comme une des neuf anciennes baronnies de Bretagne créées par le duc Pierre II de Bretagne. Les archives du Vatican nous apprennent encore que le comte de Laval et Françoise de Dinan sa femme, fondèrent une psalette à la Madeleine de Vitré, le 19 mai 1453[3].

Traité de ChâteaubriantModifier

Après la mort de Guy XIV, la baronne, habile intrigante[Passage problématique], alliée aux plus grands seigneurs bretons, s'oppose au duc François II de Bretagne en mars 1487. Ainsi fut signé le traité de Châteaubriant par lequel des barons de Bretagne faisaient appel au roi de France pour régler une querelle interne aux Bretons. Après la mort du duc François II, les armées royales attaquent le duché de Bretagne (voir Guerre de Bretagne et Guerre franco-bretonne (1489-1491)). En avril 1488, Châteaubriant, une des portes forteresses de la province, subit un siège pendant une semaine.

En 1488, Françoise de Dinan est chargée de l’éducation de la jeune Anne de Bretagne, alors âgée de 11 ans, celle qui est devenue la Bonne duchesse Anne, et de sa sœur Isabeau. Elle joue un rôle important dans les manœuvres matrimoniales touchant la jeune duchesse, qui épouse finalement le jeune roi de France.

Elle-même se remarie en mars 1494 avec Jean de Proisy, un noble de Picardie.

Morte le , elle est inhumée dans le chœur de l'église des Dominicains de Nantes, près d'Isabelle de Bretagne, la première épouse de Guy XIV. Elle est la dernière représentante de la famille de Dinan.

Son épitaphe[4] est la suivante : Cy gist Françoise de Dinan, dame de Chasteaubriant, Candé, Vioreau, les Huguetières en Rays, Montafilan, Beaumanoir, la Hardouinaie, Bodister, fille de Jacques de Dinan, seigneur desdits lieux, et de Catherine de Rohan, laquelle naquit le xx novembre MCCCCXXXVI et épousa en premières noces le prince Gilles de Bretagne, troisième fils de Jean Ve du nom et de la duchesse Jehanne de France ; et, lui décédé l'an MCCCCL, épousa en deuxièmes noces Guy XIVe du nom, comte de Laval et de Montfort, baron de Vitré et de la Roche, vicomte de Rennes, et en troisièmes noces Jean de Proesy, baron de Bove en Picardie, et décéda en son chasteau le m janvier MCCCCXCIX, en l'an lxiiie de son âge.

En 1904, son cercueil est redécouvert lors de la destruction de l'ancien couvent des Jacobins de Nantes ; la Société archéologique de Nantes émet en vain le vœu que les restes soient transférés dans la cathédrale[5].

DescendanceModifier

Elle avait eu de Guy XIV de Laval trois fils:

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. Cadet de Jean V de Bretagne.
  2. Elle avait été, peu de temps, fiancée à François, le fils aîné de Guy XIV, âgé alors de quinze ans ...
  3. Abbé Vaucelle, Lettres de Nicolas V, p. 12, 126, 158, 167, 181? 183, 204, 248, 263.
  4. 1499, v. s., 3 janvier. — Epitaphe de Françoise de Dinan, seconde femme de Guy XIV (A. N., MM 746, 413)
  5. Archives nationales (France), dossier Françoise de Dinan, F/19/7774 (travaux de restauration de la cathédrale de Nantes).

Source partielleModifier