Ouvrir le menu principal

Ainvelle (Haute-Saône)

commune française du département de la Haute-Saône
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ainvelle.

Ainvelle
Ainvelle (Haute-Saône)
La mairie et l'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Lure
Canton Saint-Loup-sur-Semouse
Intercommunalité Communauté de communes de la Haute Comté
Maire
Mandat
Philippe Labache
2014-2020
Code postal 70800
Code commune 70008
Démographie
Population
municipale
148 hab. (2016 en diminution de 5,13 % par rapport à 2011)
Densité 22 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 50′ 51″ nord, 6° 15′ 05″ est
Altitude Min. 228 m
Max. 298 m
Superficie 6,75 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Ainvelle

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Ainvelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ainvelle

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ainvelle

Ainvelle est une commune française, située dans le département de la Haute-Saône en région Bourgogne-Franche-Comté. Le village d'Ainvelle appartient à l'arrondissement de Lure et au canton de Saint-Loup-Sur-Semouse.

Les habitants sont nommés les Ainvellois et Ainvelloises.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Ainvelle, sur le plateau de Haute-Saône, est située dans la dépression de Lure, qui fait elle-même partie de la dépression sous-vosgienne. Son altitude moyenne est d'environ 270 m. Sa superficie est de 6,75 km2[1].

Géologie et reliefModifier

La Haute-Saône est limitrophe des départements du Jura et du Doubs au Sud, du Territoire de Belfort à l'Est, des Vosges au Nord et de la Haute-Marne et de la Côte d'Or à l'Ouest[2].

D'anciennes carrières sont encore visibles aux flancs des côtes d'Offrémont et d'Ainvelle, dans les hauts de Bourlémon[3].

SismicitéModifier

  • Commune située dans une zone de sismicité modérée[4].

Hydrographie et les eaux souterrainesModifier

ClimatModifier

Voies de communications et transportsModifier

Voies routièresModifier

  • Accès par la D 10 depuis Saint-Loup-sur-Semouse.

Transports en communModifier

  • Réseaux de transports urbains dans le département de la Haute-Saône[7].

Communes limitrophesModifier

Communes limitrophes d’Ainvelle
La Pisseure Saint-Loup-sur-Semouse
  Francalmont
Plainemont Briaucourt
 
Carte de la commune d'Ainvelle et des proches communes.

ToponymieModifier

En 1793, le village portait le nom de « Anivette » puis change de nom en 1801 et devient « Ainvelle »[8].

HistoireModifier

La ville d'Ainvelle a été une station préhistorique, puis sans doute un village gallo-romain (les vestiges d'une villa ont été découverts). Des sépultures mérovingiennes y ont aussi été découvertes.
Au XVIIe siècle, la guerre qui oppose la Franche-Comté à la France (1636-1678), et les massacres qui en résultent dans toute la région ont pour conséquence la quasi disparition des paroissiens d'Ainvelle. Seulement cinq habitants, retirés au château de Baudoncourt, sont alors recensés[9].

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

 
Carte départementale montrant en rouge les communes de la communauté de communes de la Haute Comté.

La commune fait partie de l'arrondissement de Lure du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la deuxième circonscription de la Haute-Saône.

Elle fait partie depuis 1801 du canton de Saint-Loup-sur-Semouse[10]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, le territoire du canton s'est agrandi, passant de 13 à 23 communes.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté de communes de la Haute Comté, créée le et qui succède à trois petites intercommunalités.

UrbanismeModifier

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[12]
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avril 1983 mars 2001 Claude Cartigny    
mars 2001 mars 2008 Denis Bernard    
mars 2008 automne 2014[13] Marie-France Thué[14]   Professeure
octobre 2014[15] En cours
(au 1er novembre 2016)
Philippe Labache SE Cadre

Budget et fiscalité 2017Modifier

 
La mairie.

En 2017, le budget de la commune était constitué ainsi[16] :

  • total des produits de fonctionnement : 115 000 , soit 734  par habitant ;
  • total des charges de fonctionnement : 117 000 , soit 751  par habitant ;
  • total des ressources d'investissement : 22 000 , soit 141  par habitant ;
  • total des emplois d'investissement : 29 000 , soit 185  par habitant ;
  • endettement : 0 , soit 0  par habitant.

Avec les taux de fiscalité suivants :

  • taxe d'habitation : 5,22 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés bâties : 6,00 % ;
  • taxe foncière sur les propriétés non bâties : 25,86 % ;
  • taxe additionnelle à la taxe foncière sur les propriétés non bâties : 0,00 % ;
  • cotisation foncière des entreprises : 0,00 %.

Chiffres clés Revenus et pauvreté des ménages en 2016 : médiane en 2016 du revenu disponible, par unité de consommation : 21 139 [17].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Évolution démographiqueModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[18]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[19].

En 2016, la commune comptait 148 habitants[Note 1], en diminution de 5,13 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
289293319300344344323335335
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
280302337281299283301298292
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
306286252211250200174164175
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
164157155191206219178165152
2016 - - - - - - - -
148--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[10] puis Insee à partir de 2006[20].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Établissements d'enseignements[21] :

  • Écoles maternelles à Conflans-sur-Lanterne, Dampierre-lès-Conflans, Bouligney,
  • Écoles primaires à Saint-Loup-sur-Semouse, Conflans-sur-Lanterne,
  • Collèges à Saint-Loup-sur-Semouse, Luxeuil-les-Bains,
  • Lycées à Luxeuil-les-Bains Cedex.

SantéModifier

Professionnels et établissements de santé[22] :

  • Médecins à Ainvelle, Saint-Loup-sur-Semouse,
  • Pharmacies à Saint-Loup-sur-Semouse,
  • Hôpitaux à Luxeuil-les-Bains.

CultesModifier

ÉconomieModifier

Entreprises et commercesModifier

AgricultureModifier

  • Agriculture et élevage d'ovins et de caprins.

TourismeModifier

CommercesModifier

Au XIXe siècle, le village abritait :

  • une fabrique de clous;
  • une fabrique de chapeaux de paille qui occupe 80 ouvriers (hommes, femmes et enfants), confectionnés en paille blanche, qui vendait chaque année environ 60 000 chapeaux;
  • une bonneterie;
  • deux fabriques de droguet;
  • des sites exploitant, autrefois, des minerai de fer en grains[26].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Au IXe siècle, une église catholique a été établie sur la commune et faisait partie du doyenné de Saint-Loup-Sur-Semouse.
L'église actuelle[27] a été édifiée en deux fois : la nef date du XVIIIe siècle et la façade avec le clocher flèche datent de 1839. Le retable Assomption de la Vierge est du XVIIIe siècle[28]. Deux cloches ont été installées en 1870. L'impératrice Eugénie a offert une chaire.
  • Une reproduction de la grotte de Lourdes est visible à Ainvelle[29].
  • Monument aux morts[30].
  • Un four à pain communal situé à l’angle de la rue Fontaine du Card et la rue Eugène Maillot, inutilisé depuis plus de 80 ans et remis en état en 2016[31].
  • 2 plaques de cocher[32].

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. « AINVELLE - Carte plan hotel village d'Ainvelle 70800 - Cartes France.fr », sur www.cartesfrance.fr (consulté le 3 juin 2019)
  2. Situation géographique
  3. Carte géologique, p.7
  4. Didacticiel de la règlementation parasismique
  5. Captages d'eau, assainissement, pp. 10 à 15
  6. Table climatique
  7. Réseaux de transports urbains dans le département de la Haute-Saône
  8. Village d'Ainvelle
  9. La Haute-Saône dictionnaire historique, topographique et statistique des communes du département
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  11. Révision générale du PLUi de la Communauté de commune de la Haute-Comté
  12. « Les maires de Ainvelle », sur http://www.francegenweb.org (consulté le 19 novembre 2016).
  13. « Il en manque un ! », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Ainvelle- Après l’invalidation des élections municipales de mars 2014 (jugement du tribunal administratif suite « à un comptage des voix erroné » et au dépôt d’un recours), les habitants du village d’Ainvelle étaient invités à se rendre aux urnes hier pour élire leur conseil municipal au complet ».
  14. « Marie-France Thué à la tête de la commune », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Marie-France Thué a été réélue (9 pour et 2 bulletins nuls) ».
  15. « Philippe Labache est le nouveau maire d’Ainvelle », L'Est républicain, édition de Haute-Saône,‎ (lire en ligne) « Le président de la délégation spéciale, Bernard Bouillon, a cédé sa place à Jacques Durget, le conseiller le plus âgé qui a présidé la séance.
    Deux candidats se sont présentés à la fonction de maire : Philippe Labache et Paul Grandjean.
    Philippe Labache a été élu maire par neuf voix, une voix allant à Paul Grandjean et un blanc »
    .
  16. Les comptes de la commune
  17. Chiffres clés Évolution et structure de la population. Dossier complet
  18. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  19. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  20. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  21. Établissements d'enseignements
  22. Professionnels et établissements de santé
  23. Paroisse de Saint Loup sur Semouse
  24. La charte Bistrot de Pays Bistrot de Pays
  25. Fédération nationale des bistrots de pays
  26. Lyon Public Library, Annuaire du département de la HauteSaône, la Préfecture, (lire en ligne)
  27. Les églises et édifices religieux recensés par l'Observatoire du patrimoine religieux (OPR)
  28. Notice no PM70001957, base Palissy, ministère français de la Culture retable, tableau d'autel : Assomption de la Vierge (maître-autel)
  29. a et b « Ainvelle - Commune de Haute-Saône en Franche-Comté », sur www.la-haute-saone.com (consulté le 3 juin 2019)
  30. Monument aux morts
  31. « Le four à pain reprend du service », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  32. Plaques de cocher, patrimoine routier
  33. « Ainvelle (70800) , Canton de Saint Loup-Sur-Semouse, La Haute-Saône, La route des communes », sur www.routedescommunes.com (consulté le 3 juin 2019)