1re division de la Garde (Empire allemand)

1re division de la Garde
Création 5 septembre 1818
Dissolution 30 avril 1919
Pays Drapeau de l'Empire allemand Empire allemand
Type Division d'infanterie
Guerres Guerre franco-allemande
Première Guerre mondiale
Batailles 1914 - Bataille de Charleroi
1914 - Bataille de Guise
1914 - Première bataille de la Marne
(Bataille des Marais de Saint-Gond)
1914 - Bataille d'Arras
1914 - Bataille d'Ypres
1915 - Première bataille de Champagne
1915 - Offensive de Gorlice-Tarnów
1915 - Bataille de l'Artois
1916 - Bataille de la Somme
1917 - Bataille du Chemin des Dames
1917 - Bataille de Riga
1918 - Opération Michaël
1918 - Bataille de l'Aisne
1918 - Offensive Meuse-Argonne

La 1re division de la Garde (1. Garde-Division en allemand) est une unité de la Garde prussienne. Elle participe à la guerre franco-allemande et à la Première Guerre mondiale. Intégrée dans le corps de la Garde au sein de la IIe armée allemande, la 1re division de la Garde participe aux premiers combats du front de l'Ouest, bataille de Charleroi, bataille de Guise et de la Marne. Par deux fois, cette division est transférée sur le front de l'est, une première fois en 1915, lors de l'offensive de Gorlice-Tarnów puis en 1917, lors de l'offensive allemande sur Riga. La division participe à la plupart des grandes batailles du front de l'ouest, bataille de la Somme, du Chemin des Dames et Opération Michaël jusqu'en , où la division est transférée en Allemagne avant sa dissolution.

CompositionModifier

Composition à la mobilisationModifier

  • 1re brigade d'infanterie de la Garde (Potsdam)
1er régiment à pied de la Garde (Potsdam)
3e régiment à pied de la Garde (Potsdam)
bataillon de chasseurs à pied de la Garde (de) (Potsdam)
Lehr-Infanterie-Bataillon (Potsdam)
1er régiment de Landwehr de la Garde Königsberg (1er Bataillon) et Graudenz (2e bataillon)
3e régiment de Landwehr de la Garde Hanovre (1er bataillon) und Schleswig (2e bataillon)
  • 2e brigade d'infanterie de la Garde (Potsdam)
2e régiment à pied de la Garde (Berlin)
régiment de fusiliers de la Garde (de) (Berlin)
4e régiment à pied de la Garde (Berlin)
2e régiment de Landwehr de la Garde Berlin (1er bataillon) et Stettin (2e bataillon)
4e régiment de Landwehr de la Garde Magdebourg (1er bataillon) et Cottbus (2e bataillon)
régiment de fusiliers Landwehr de la Garde Francfort-sur-le-Main (1er bataillon) et Wiesbaden (2e bataillon)
  • 1re brigade d'artillerie de campagne de la Garde (Potsdam)
1er régiment d'artillerie de campagne de la Garde (Berlin)
3e régiment d'artillerie de campagne de la Garde (Berlin) et (Beeskow)

Composition en 1916Modifier

  • 1re brigade d'infanterie de la Garde
1er régiment d'infanterie de la garde prussienne
2e régiment à pied de la Garde
4e régiment à pied de la Garde
  • Cavalerie :
1re, 2e, 3e et 4e escadrons du régiment de Hussards de la Garde
2e escadron du 6e régiment de dragons
  • 1re brigade d'artillerie de campagne de la Garde
1er régiment d'artillerie de campagne de la Garde
3e régiment d'artillerie de campagne de la Garde[1]

Composition en 1917Modifier

  • 1re brigade d'infanterie de la Garde
1er régiment d'infanterie de la garde prussienne
2e régiment à pied de la Garde
4e régiment à pied de la Garde
  • Cavalerie :
1re et 2e escadrons du régiment de Hussards de la Garde
2e escadron du 6e régiment de dragons
  • 1re brigade d'artillerie de campagne de la Garde
1er régiment d'artillerie de campagne de la Garde[1]

Composition en 1918Modifier

  • 1re brigade d'infanterie de la Garde
1er régiment d'infanterie de la garde prussienne
2e régiment à pied de la Garde
4e régiment à pied de la Garde
  • Cavalerie :
3 escadrons du régiment de Hussards de la Garde
  • 1re brigade d'artillerie de la Garde
1er régiment d'artillerie de campagne de la Garde
1re, 2e et 4e batteries du régiment d'artillerie à pied de la Garde[1]

HistoriqueModifier

Première Guerre mondialeModifier

1914Modifier

 : prise de la Ville-aux-Bois.
 : combat autour de Reims.
  • 1er -  : bataille d'Arras.
  • -  : guerre de position dans les Flandres et en Artois.
-  : bataille d'Ypres.
  • -  : la 1re brigade de la Garde tient un secteur à Gheluvelt dans les Flandres, la 2e brigade est à Hébuterne en Artois.
 : la 1re brigade est transférée en Champagne, rejoint par la 2e brigade au cours du mois de février.[n 1]

1915Modifier

  • -  : engagée dans la première bataille de Champagne.
  • 21 -  : occupation et organisation d'un secteur en Champagne.
  • -  : retrait du front, transport par V.F. dans la région de Colmar, mise en réserve de l'OHL. Le corps de la Garde est reconstitué.
  • 20 -  : transport par V.F. sur le front de l'est en Galicie arrivée à Bochnia le .
  • 1er mai -  : du 1er au , engagée dans l'offensive de Gorlice-Tarnów
4 -  : exploitation de la bataille de Gorlice-Tarnów
-  : combat à Przemyśl
24 -  : combat à Radymno et sur le San.
12 -  : engagée dans la bataille de Lubaczów
17 -  : engagée dans la bataille de Lemberg
-  : la division tient un secteur en Galicie polonaise.
  • 16 -  : engagée dans la bataille de Krasnostav (uk) du 16 au , la division exploite ensuite les résultats de la bataille.
  • -  : engagée les 29 et dans la bataille de Biskupice.
  • -  : la division tient un front vers le Wieprz, le Boug et la Iasselda. Les pertes entre le mois de mai à la fin s'élèvent à 17 officiers et 2 116 hommes de troupes pour le 3e régiment à pied de la Garde et de 53 officiers et 3 005 hommes de troupes pour le 1er régiment à pied de la Garde.
  • 20 -  : transport vers le front de l'ouest par V.F. en passant par Toruń, Poznań, Francfort-sur-l'Oder, Berlin, Cassel, Giessen, Coblence, Trèves, Luxembourg, Namur et Charleroi.
  • -  : déplacement de Charleroi vers le front de l'Artois et le bois de la Folie, combat vers Arras et La Bassée. Les pertes du mois de s'élèvent à 1 522 hommes de troupes pour le 1er régiment à pied de la Garde.
  • -  : retrait du front, puis occupation d'un secteur Lassigny - Beuvraignes. Mouvement par étapes en direction de Péronne, la division est placée en réserve.
-  : attaques allemandes sur Frise.

1916Modifier

19 -  : attaques allemandes coûteuses. Le , la division participe à la défense de Cléry. Puis retrait du front.[n 2]
  • - 1er novembre : occupation d'un secteur vers Roye et Noyon.
  • -  : retour sur le front de la Somme dans le secteur Biaches, Barleux, les pertes sont plus faibles. Au cours du mois de janvier, la division est renforcée par l'arrivée des classes 17.

1917Modifier

  • -  : retrait du front, la division est recomplétée ; repos et instruction dans la région de Sissonne.
  • -  : présente sur les secteurs de l'Aisne et de Champagne. Engagé le dans la bataille du Chemin des Dames dans le secteur Ailles ferme d'Hurtebise. Encore présente lors de l'attaque du .[n 3]
  • -  : retrait du front et redéployée en Argonne dans le secteur de Haute-Chevauchée.
  • -  : retrait du front, en réserve de l'OHL. À partir du transport par V.F. sur le front de l'est en passant par Namur, Liège, Aix-la-Chapelle, Düsseldorf, Minden, Hanovre, Berlin, Francfort-sur-l'Oder, Posen, Łódź, Brest-Litowsk, Kovel, Lemberg, Ozidow.
  • 9 -  : en ligne dans le secteur est de Zloczow.
  • 19 -  : engagée dans la percée du front en Galicie orientale. Combat à Harbuzow-Zwyzyn, le  ; combat à Zalozce-Bialoglowy le et à Worobijowka-Hladki le .
  • -  : en ligne dans le secteur de Tarnopol.
  • - 1er septembre : retrait du front, en réserve de l'OHL, au sein de la 8e armée allemande.
  • 1er -  : engagée dans la bataille de Riga.
1er septembre : combat à Kleinen Jägel.
2 septembre : combat à Draggun.
3 -  : combat sur le Großen Jägel et poursuite en direction de la route Riga-Wenden.
  • -  : occupation et organisation d'un secteur sur la Düna.
  • 9 -  : retrait du front.
  • 16 -  : transport par V.F. du front de l'est au front de l'ouest. Départ de Riga, puis trajet par Kœnigsberg, Posen, Halle, Cassel, Coblence, Sedan, Novion-Porcien, arrivée à Rethel.
  • -  : occupation d'un secteur en Champagne, dans le secteur des Marquises.

1918Modifier

  • -  : retrait du front. Mise en réserve de l'OHL, formation et entrainement sous la responsabilité de la 1re armée allemande.
1re -  : la division est en ligne et relève la 203e division d'infanterie.
  • 14 -  : retrait du front et déplacement dans le secteur de la Somme. La division est rattachée à la 18e armée allemande.
  • -  : engagée dans l'Opération Michaël.
21 -  : combat et prise de Saint-Quentin.
23 -  : franchissement de la Somme et du canal Crozat prise de Saint-Christ-Briost et Tergnier.
-  : poursuite de l'offensive en direction de Montdidier et de Noyon. Attaques répétées sur Grivesnes, repoussées avec des pertes importantes pour les assaillants.
  • - 1er mai : tient un secteur sur l'Avre entre Montdidier et Noyon.
  • 1er -  : la division est relevée et transférée dans le secteur de l'Ailette.
  • -  : engagée dans la bataille de l'Aisne, attaque du Chemin des Dames le , poursuite de l'offensive pour atteindre l'Aisne, l'Oise et la Marne.
-  : attaque au sud-ouest de Soissons.

Chefs de corpsModifier

Grade Nom Date
Oberst Ernst Ludwig von Tippelskirch -
Generalmajor Jean-Frédéric-Charles II d'Alvensleben (de) -
Generalmajor/Generalleutnant Guillaume Ier d'Allemagne -
Generalleutnant Eugen Maximilian von Roeder (de) -
Generalmajor/Generalleutnant Karl von Prittwitz -
Generalleutnant Johann Carl von Möllendorff (de) -
Generalleutnant Frédéric-Charles de Prusse -
Generalmajor/Generalleutnant Adolf von Bonin -
Generalleutnant Frédéric III d'Allemagne -
Generalmajor Julius von Loewenfeld -
Generalleutnant Otto von der Mülbe (de) -
Generalleutnant Wilhelm Hiller von Gaertringen -
Generalmajor/Generalleutnant Constantin von Alvensleben -
Generalleutnant Alexander von Pape (de) -
Generalleutnant Ewald Christian Leopold von Kleist (de) -
Generalleutnant Sigismund von Schlichting (de) -
Generalleutnant Ludwig von Sobbe (de) -
Generalleutnant Albert von Holleben (de) -
Generalleutnant Hermann Blecken von Schmeling (de) -
Generalleutnant Richard Karl von Klitzing (de) -
Generalleutnant Ernst von Bülow (de) -
Generalleutnant Gustav von Kessel (de) -
Generalleutnant Helmuth Johannes Ludwig von Moltke -
Generalleutnant Alfred von Loewenfeld (de) -
Generalmajor Fritz von Below 9 -
Generalleutnant Fritz von Below -
Generalleutnant Alfred von Larisch (de) 1er octobre -
Generalleutnant Oskar von Hutier -
Generalmajor Eitel-Frédéric de Prusse -
Generalmajor Eduard von Jena -
Generalmajor Georg Mühry (de) -

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. les pertes depuis le début du conflit au mois de janvier 1915 s'élèvent à 49 officiers et 2 707 hommes de troupes pour le 3e régiment à pied de la Garde
  2. au cours des combats d'août et de septembre, les pertes de la 1re division de la garde s'élèvent à 5 000 hommes et seulement 300 prisonniers.
  3. au cours de cet engagement les pertes de la 1re division de la garde s'élèvent à 2 500 - 3 000 hommes et seulement 141 prisonniers.
  4. au cours de cet engagement les bataillons sont réduits à l'effectif d'une compagnie, plus de 1 778 hommes sont faits prisonniers, les pertes sont estimées à 4 000 hommes.

RéférencesModifier

  1. a b et c US Army 1920, p. 25

BibliographieModifier

  • (en) United States Army, American Expeditionary Forces, Intelligence Section, Histories of Two Hundred and Fifty-one Divisions of the German Army which Participated in the War (1914–1918), Washington, Government Print Office, (ISBN 5-87296-917-1, lire en ligne)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier