Przemyśl

ville polonaise
Page d’aide sur l’homonymie Pour les articles homonymes, voir Przemyśl (homonymie).

Przemyśl
Blason de Przemyśl
Héraldique
Drapeau de Przemyśl
Drapeau
Przemyśl
Panorama de la ville.
Administration
Pays Drapeau de la Pologne Pologne
Région Basses-Carpates
District Powiat-ville
Maire Robert Choma
Code postal 37-700 — 37-720
Indicatif téléphonique international +(48)
Indicatif téléphonique local 16
Immatriculation RP
Démographie
Population 64 276 hab. (2012)
Densité 1 458 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 47′ 10″ nord, 22° 46′ 26″ est
Superficie 4 410 ha = 44,1 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Pologne
Voir sur la carte administrative de Pologne
City locator 14.svg
Przemyśl
Géolocalisation sur la carte : Pologne
Voir sur la carte topographique de Pologne
City locator 14.svg
Przemyśl
Liens
Site web http://www.przemysl.pl

Przemyśl (prononcé en polonais : [ˈpʃɛmɨɕl] ; en ukrainien : Перемишль ; en latin : Præmislia ; en yiddish : פּשעמישל) est une ville de la voïvodie des Basses-Carpates, dans le Sud-Est de la Pologne, à la frontière de l'Ukraine.

Elle est le chef-lieu du powiat de Przemyśl sans en faire partie et constitue un powiat-ville. Avec une population d'environ 64 000 habitants en 2012[1], elle était la deuxième ville la plus peuplée de la voïvodie des Basses-Carpates.

GéographieModifier

Przemyśl occupe une position-clé dans le couloir reliant les Carpates à la plaine. Elle a été le carrefour de routes commerciales au centre d’une région très fertile. Cette situation est à l'origine de son développement économique.

Przemyśl se trouve à la frontière de l'Ukraine, à 61 km — 97 km par la route — au sud-est de Rzeszów, à 88 km — 96 km par la route — à l'ouest de Lviv, et à 285 km — 377 km par la route — au sud-est de Varsovie[2].

HistoireModifier

FondationModifier

Przemyśl (Peremychl) est la plus ancienne ville du Sud de la Pologne après Cracovie. Elle est fondée au VIIIe siècle et fait alors partie de la Grande-Moravie. Des traces archéologiques attestent déjà d'une présence monacale au IXe siècle.

Moyen ÂgeModifier

L'invasion de la Grande-Moravie par les Magyars vers 899 pousse les habitants à se mettre sous la protection de la Rus' de Kiev, précurseur de l'actuelle Ukraine, comme Sanok et Chełm. Depuis cette époque, Przemyśl est un sujet de contentieux entre la Pologne, la Rus' de Kiev (relayée par l'Ukraine) et la Hongrie. La première mention historique de la ville date de 981 et concerne cette rivalité.

Au XIe siècle, Przemyśl est la capitale de la principauté du même nom, fondée par Riourik et ensuite fait partie du royaume de Galicie-Volhynie. La ville est incorporée à la Pologne dans la deuxième partie du XIVe siècle. À cette époque, elle obtient les privilèges urbains (droit de Magdebourg) confirmés par le roi Ladislas II Jagellon en 1389.

 
Gravure médiévale de Premislia

RenaissanceModifier

Durant la Renaissance, la ville prospère en tant que grand centre commercial. Polonais, Ruthènes, Juifs, Allemands, Tchèques et Arméniens cohabitent. La ville commence à décliner au milieu du XVIIe siècle en conséquence de la guerre avec la Suède et de l'effondrement de l'Union polono-lituanienne. Ce n'est qu'à la fin du XVIIIe siècle que la population retrouve son importance d'antan.

En 1772, à la suite du premier partage de la Pologne, Przemyśl est annexée par l'Autriche et se retrouve dans sa province de Galicie.

Époque moderneModifier

 
Forteresse de Przemyśl, 1863

En 1861, une ligne de chemin de fer est construite et relie la ville à Cracovie et à Lwów (Lemberg). Au milieu du XIXe siècle, en raison des tensions grandissantes entre l'Autriche et la Russie au sujet des Balkans, Przemyśl devient une ville d'une importance stratégique considérable pour les Autrichiens.

Pendant la guerre de Crimée (1853-1856), la ville est transformée en un camp fortifié, entouré par une ceinture d'une circonférence de 15 km contenant 30 forteresses. Les progrès réalisés par l'artillerie pendant la seconde partie du XIXe siècle ont très vite rendu ces fortifications obsolètes. De 1888 à 1914, les Autrichiens construisent une deuxième ceinture de 45 km de circonférence contenant 44 forts tandis que l'anneau intérieur est renforcé et modernisé. Après Anvers et Verdun, Przemyśl devient la troisième ville la plus fortifiée d'Europe. Elle peut accueillir 85 000 soldats et 956 canons.

XXème siècleModifier

Première Guerre mondialeModifier

 
Prisonniers russes dans la forteresse de Przemysl, 1914

En , au début de la Première Guerre mondiale, les Russes prennent l'avantage sur les Autrichiens et avancent rapidement en Galicie. Przemyśl remplit complètement sa mission en arrêtant l'armée russe forte de 300 000 hommes.

 
Ruines de Przemysl, 1915

À partir d', les Russes assiègent de nouveau la ville. Faute de vivres, les défenseurs de la ville, épuisés, déposent les armes le après avoir détruit les fortifications. Les Russes font 126 000 prisonniers et s'emparent de 700 pièces d'artillerie. Le communiqué du à Pétrograd donne le détail : 9 généraux, 93 officiers supérieurs, 2 500 officiers subalternes et fonctionnaires et 117 000 soldats. Les Empires centraux reprennent Przemyśl le . Les combats dans la région ont fait 115 000 morts, blessés ou disparus.

Peu après la reddition de Przemysl, les Juifs sont expulsés de la ville[3].

 
Vue de Przemyśl en 1914

Après la guerre, la ville fait l'objet d'un conflit entre la Pologne et l'Ukraine. En octobre 1918, l'indépendance est proclamée[3]. Le , la ville est entièrement aux mains des Polonais.

Population de Przemyśl en 1931

Catholiques 39 430 (63,3 %)
Juifs 18 376 (29,5 %)
Uniates 4 391 (7,0 %)
Autres 85 (0,2 %)
Total 62 272

Source: Recensement de 1931

Seconde Guerre mondialeModifier

En 1931, la ville compte 62 272 habitants.

En 1939, après l'invasion de la Pologne par l'Allemagne et l'Union soviétique, la ville de Przemyśl se trouve à la frontière séparant la zone d'occupation allemande de la zone d'occupation soviétique.

Du au , dans le cadre de la mise en oeuvre de la Shoah polonaise, 600 Juifs sont assassinés par les Einsatzgruppen dans le cimetière de la communauté juive lors du massacre de Przemyśl (de). De nombreux Juifs réussissent à passer dans la zone soviétique. Le 21 septembre, les Allemands quittent le territoire sur la rive est de la rivière San et brûlent la Vieille synagogue du XVIe siècle et le Tempel sur la rue Jagiellonska[3].

En avril-mai 1940, environ 7 000 juifs sont déportés de Przemysl soviétique occupé en Russie, la plupart des réfugiés de l'Ouest[3].

En , l'Allemagne nazie attaque l'Union soviétique et prend le contrôle de toute la ville. Un Judenrat est établi une semaine plus tard[3].

Le , un premier groupe de 1 000 Juifs de la région de Przemyśl est envoyé au camp de travail forcé de Janowska. Le , les nazis créent un ghetto et y enferment 22 000 Juifs. La peine de mort est imposée pour ceux qui quittent illégalement le ghetto (sauf pour le travail) et pour les non-juifs qui tentent de les aider[3].

Le 27 juillet 1942, a lieu la première Aktion Reinhard. Dans les stades, le transport de ceux qui sont incapables de travailler - les personnes handicapées, malades, personnes âgées et les enfants sont emmenés dans les bois voisins de Grochowce où ils sont tués. Environ 6 500 Juifs sont envoyés au camp de la mort à Belzec. Entre le 31 juillet et 3 août, 6 000 autres Juifs sont déportés qui sont tous exterminés à Auschwitz et à Belzec. Le 18 novembre, la deuxième Aktion déporte 3 500 Juifs à Belzec. Ceux qui tentent de fuir ou se trouvent une cache dans des bunkers, ainsi que les enfants de l'orphelinat sont tués. Le ghetto est divisé en taille réduite : Ghetto A (pour les travailleurs : environ 800 personnes) et Ghetto B (pour les non-travailleurs : environ 4 000 personnes)[3].

Les 2 et 3 septembre 1943, environ 3 500 Juifs qui étaient cachés dans des bunkers, sont déportés à Auschwitz et environ 600 personnes du Ghetto A sont envoyés au camp de travail de Szebnie. Une semaine plus tard, 1 580 Juifs sont assassinés dans la cour de l'école Piramowicza sur la rue Kopernika, à côté de la prison. Leurs corps brûlent pendant cinq jours. 250 personnes sont tenues de nettoyer la zone. En 1956, une plaque commémorative sera placée sur le bâtiment de l'école[3].

Le 28 novembre, 250 personnes sont déportées à Szebnie, à Stalowa Wola ou à Auschwitz à la fin de février 1944[3].

La résistance polonaise et juive réussit à sauver 415 Juifs. Les archives allemandes révèle que 568 Polonais de la région ont été exécutés pour avoir aidé des Juifs.

La ville est libérée de l'occupation allemande par l'Armée rouge le . Le découpage territorial d'après-guerre place Przemyśl en bordure de la frontière soviétique, privant la ville d'une grande partie de son ancienne aire d'influence. En raison de l'extermination des Juifs et de l'expulsion des Ukrainiens, la population de la ville s'effondre. Cette perte est progressivement compensée par l'arrivée de milliers de réfugiés polonais d'Ukraine.

Après tous ces désastres, la croissance de la ville s'est arrêtée. En 1956, une plaque est dévoilée sur un ancien bâtiment de ghetto de la rue Kopernika, commémorant le martyre des Juifs Przemysl[3].

La dislocation de l'Union soviétique, en 1991, et la création d'une Ukraine indépendante ouvrent de nouvelles perspectives à Przemyśl.

 
Vieille synagogue de Przemyśl, tournant du XIXe-XXe
Evolution de la population[3]
Date Population totale Population juive
1921 47 958 18 360
1931 51 038 17 326
20 juin 1941 65 798 16 500
24 octobre 1941 71 337 16 408
31 décembre 1942 50 738 3 030
1945 28 144 415
Vieille synagogue de PrzemyślModifier

La Vieille synagogue (en polonais : Stara Synagoga w Przemyślu) est fondée en 1592. Elle est vandalisée en 1746 par des jésuites, incendié en 1939 quand les Allemands se retirent de la rive est de la rivière San puis ses ruines sont détruites par les nazis en 1941. Les autorités municipales de Przemysl démolissent ses restes en 1956.

ClimatModifier

   Température et précipitations[4]
Mois Janv Fév Mars Avr Mai Juin Juil Août Sept Oct Nov Déc Année
Températures minimales moyennes (°C) -5 -4 -- 3 8 11 13 12 10 5 -- -2 4
Températures moyennes (°C) -2 -1 3 7 13 16 17 17 13 8 3 -- 8
Températures maximales moyennes (°C) -- -- 6 11 17 20 21 21 17 11 5 1 11
Moyennes mensuelles de précipitations (cm) 3 3 3 4 7 9 9 7 5 4 4 4 66

PatrimoineModifier

  • Palais Lubomirski, de style éclectique, construit par la famille Lubomirski en 1885
  • Palais des évêques gréco-catholiques
  • Château Kazimierzowski, construit par Casimir III le Grand en 1340
  • Monastère des Carmélites
  • Église de Saint-Antoine de Padoue
  • Cathédrale de Saint-Jean-Baptiste
  • Muzeum Narodowe (musée national)
    • Muzeum Dzwonów i Fajek (musée des Cloches et des Pipes)
    • Muzeum Historii Miasta Przemyśla (musée d'Histoire de la ville de Przemyśl)
  • Muzeum Diecezjalne (musée diocésain)
  • Le musée ukrainien régional « Strywihor »
  • Zasanie synagogue
  • La nouvelle synagogue, appelée « Scheinbach »

Galerie généraleModifier

Personnalités liées à la villeModifier

JumelagesModifier

La ville de Przemyśl est jumelée avec[5] :

Notes et référencesModifier

  1. Population au , d'après l'Office central des statistiques, Powierzchnia i ludność w przekroju terytorialnym w 2013 r.
  2. La première distance indiquée est la distance orthodromique ; les distances routières proviennent du site viamichelin.fr.
  3. a b c d e f g h i j et k (en) Barbara U. Yeager & Blossom Glasser, « Outline of Jewish History », sur kehilalinks.jewishgen.org (consulté le 22 décembre 2019)
  4. « Températures et précipitations », www.weatherbase.com.
  5. Liste des villes jumelées sur le site de la ville.

BibliographieModifier

  • Dr. Schorr, Moïse. Juifs à Przemysl à la fin du XVIIIe siècle (juifs dans l' industrie jusqu'à la fin du 18ème siècle). Lvov, 1903. Reproduit à Jérusalem, 1991
  • Krochmal, Jacek . Juifs à Przemysl du 11 au 20 siècle. Dans: John J. Hartman et Jacek Krochmal, éd. Je me rappelle chaque jour: le sort des Juifs de Przemysl Pendant la Seconde Guerre mondiale . Przemysl: Towarzystwo Przyjaciół Nauk et du souvenir et de la réconciliation, Inc., 2001
  • Krochmal, Anna. Juifs Przemysl Au cours de la Seconde Guerre mondiale. Dans: John J. Hartman et Jacek Krochmal, éd. Je me rappelle chaque jour: le sort des Juifs de Przemysl Pendant la Seconde Guerre mondiale . Przemysl: Towarzystwo Przyjaciół Nauk et du souvenir et de la réconciliation, Inc., 2002
  • Hauser Leopold. Monographie Ville Przemysl (une monographie de la ville de l' Industrie). Industrie: livre d'application. Frères Jeleniów, 2e édition 1883 (réimpression), l' Institut scientifique du Sud-Est, 1991

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier