Église grecque-catholique ukrainienne

L'Église grecque-catholique ukrainienne (EGCU, également appelée Église gréco-catholique ukrainienne) est une des Églises catholiques orientales. C'est une Église archiépiscopale majeure[1]. Son chef porte le titre de « archevêque majeur de Kiev et de Galicie », avec résidence à Kiev. Depuis le , le siège est occupé par Sviatoslav Chevtchouk.

Église grecque-catholique ukrainienne
Image illustrative de l’article Église grecque-catholique ukrainienne
Carte des éparchies d'Ukraine
Nom local Українська греко-католицька церква
Union à Rome 1595-1596
(Union de Brest)
Primat actuel Sviatoslav Schevchuk
Siège Kiev, Ukraine
Territoire primaire Ukraine
Extension territoriale Pologne, États-Unis, Canada, Brésil, Argentine, Australie, Europe occidentale
Rite byzantin (var. ukrainienne)
Langue(s) liturgique(s) slavon
Population estimée 4 269 000 (2005)

L'Église grecque-catholique est, par la taille, la troisième Église d’Ukraine avec près de 8 % de la population. Il existe deux autres Églises catholiques en Ukraine (toutes deux unies à Rome) : l'Église catholique de rite latin et l'Église grecque-catholique ruthène.

NomModifier

L'Église grecque-catholique ukrainienne est également connue sous d'autres noms :

  • Église grecque-catholique ukrainienne
  • Église catholique ukrainienne de rite byzantin
  • Église catholique ukrainienne
  • Église catholique kiévienne
  • Église catholique de Kiev.

HistoireModifier

Concile de FlorenceModifier

Le métropolite de Kiev et de Moscou, Isidore, adhère, au nom de l’Église russe, à l’union des Églises prononcée au concile de Florence en 1439. De retour à Moscou en 1441, il échoue dans sa tentative d'imposer l'Union. Le prince Vassili II le fait enfermer dans un couvent et libère l’Église russe de la tutelle des Byzantins[2]. Il est remplacé par le métropolite Jonas, élu en 1448, par le Synode de Moscou, sans le consentement du patriarche de Constantinople. Isidore ayant démissionné, le pape Calixte III (1455-1458) nomme Grégoire Bulhar métropolite ruthène de Kiev. À partir de ce moment, les métropoles de Kiev et de Moscou sont séparées.

Au XVe siècle, la métropole de Kiev tente, sans succès, de se rapprocher de Rome.

Unions avec RomeModifier

  • 1595-1596, union de Brest  : décision de la métropole de Kiev de se placer sous la juridiction de Rome. La Ruthénie (actuelle Ukraine) faisait alors partie de la république des Deux Nations (Pologne et Lituanie en majorité catholiques). Établissement de l'Église grecque-catholique ukrainienne.
  • 1646, union d'Užhorod : Décision de 63 prêtres orthodoxes de Ruthénie subcarpatique de se placer sous la juridiction de Rome. La Ruthénie subcarpatique faisait alors partie du royaume de Hongrie. Établissement de l'Église grecque-catholique ruthène.
  • 1698, Synode d'Alba Iulia : Union à Rome des Roumains orthodoxes de Transylvanie alors sous la domination directe des Habsbourg. Établissement de l'Église grecque-catholique roumaine.

Ces unions donnent lieu au terme d'Église uniate, fréquemment employé jusqu'au concile Vatican II, mais à présent considéré comme péjoratif et démodé.

Luttes confessionnellesModifier

Une grande partie des Ruthènes refusa l'Union. Avec l'appui des Cosaques zaporogues, un métropolite orthodoxe fut ordonné à Kiev, en 1620, par le patriarche de Jérusalem Théophane. En 1623, le cofondateur de l'Ordre basilien, Josaphat Kountsevitch fut assassiné par des orthodoxes; il fut reconnu martyr et saint depuis (premier saint gréco-catholique canonisé par Rome). En 1632, la Diète polonaise entérina la présence de deux métropoles (orthodoxe et grecque-catholique) à Kiev. Le partage de l'éphémère État ukrainien (1649-1667) entre la Pologne et la Russie entraîna l'intégration de la métropole orthodoxe de Kiev dans le patriarcat de Moscou.

L'Église grecque-catholique se trouva prise en étau entre les orthodoxes et les tentatives polonaises de latinisation.

À partir du XVIIIe siècle et des partages de la Pologne, les autorités tsaristes eurent une attitude hostile envers les fidèles de l'Église grecque-catholique sur le territoire qu'ils administraient. L'Église fut formellement interdite au XIXe siècle. À l'opposé, ceux qui vivaient au sein de l'Empire austro-hongrois, puis, après la Première Guerre mondiale, en Pologne, ne furent pas inquiétés; un des fruits de cette attitude bienveillante fut la création, en 1892, des Servantes de Marie Immaculée, premier ordre catholique féminin créé en terre ukrainienne.

Période contemporaineModifier

  • De 1940 à 1944, l'Église est dirigée par le métropolite André Cheptytsky et de 1944 à 1987 par le Cardinal Josyf Slipyj, vite arrêté par les autorités communistes.
  • 1945 : Les Églises gréco-catholiques ukrainienne et ruthène sont rattachées de force à l'Église orthodoxe russe (en URSS). L'Église continue d'exister dans la diaspora (et clandestinement en Ukraine). L'opération d’annexion de l'Église grecque-catholique ukrainienne par l'Église orthodoxe russe en 1945 est dirigée par Staline[3]. Une lettre de de Nikita Khrouchtchev à Joseph Staline, récemment découverte, prouve que les dirigeants soviétiques ont été directement impliqués dans la liquidation de l'Église catholique uniate d'Ukraine. « Lorsque j'étais à Moscou, je vous ai informé sur le travail accompli en vue de la destruction de l'Église uniate et sur l'intégration des religieux dans l'Église orthodoxe », écrit Nikita Khrouchtchev, alors chef du PC d'Ukraine, dans cette lettre datée du et issue des archives du Parti communiste de l'Union soviétique.

Ces écrits confirment les thèses défendues par de nombreux historiens sur le sort subi par l'Église grecque-catholique, implantée principalement dans l'ouest de l'Ukraine.
Les évêques de cette Église, accusés de collaboration avec les forces allemandes pendant l'occupation, avaient été arrêtés simultanément le et condamnés aux travaux forcés.

  • En 1946, sous l'impulsion d'un « comité pour la réunification de l'Église grecque-catholique avec l'orthodoxie », le clergé grec-catholique est intégré de force à l'église orthodoxe du Patriarcat de Moscou, résiliant le lien avec Rome datant de 1596. Le , lors du « Synode de Lvov », 204 prêtres gréco-catholiques abjurent « l'hérésie latine », tandis que la hiérarchie ecclésiale et les prêtres refusant la « conversion » obligatoire à l'orthodoxie sont déportés et internés au goulag[4].
    L’Église gréco-catholique continue dans la clandestinité. Les prêtres perpétuent le culte clandestinement, certains prennent le chemin de l'exil.
  • 1989 : Les Églises gréco-catholiques ukrainienne et roumaine sont rétablies mais les autorités de ces deux pays à majorité orthodoxe refusent de leur restituer les biens confisqués (monastères, églises, écoles) et attribués aux Églises orthodoxes.

Le , le cardinal Myroslav Ivan Lioubatchivsky prend possession de la cathédrale de Lviv.

L'Église gréco-catholique revendique aujourd'hui plus de cinq millions de fidèles en Ukraine, répartis dans plus de 3 600 paroisses.

Jean-Paul II est connu pour avoir été le grand défenseur de la communauté gréco-catholique ukrainienne. La sortie des catacombes de cette Église fut l'un des moments les plus émouvants de son pontificat.

Transfert du siège à KievModifier

Le , le siège de l'Église a été officiellement transféré de Lviv à Kiev la capitale. Le titre du primat a évolué d'Archevêque majeur de Lviv à Archevêque majeur de Kiev et de Galicie.

Le changement de siège est devenu une nouvelle source de tension entre l'Église orthodoxe russe et l'Église catholique. L’Église orthodoxe ukrainienne (patriarcat de Moscou) a demandé au pape Benoît XVI d’annuler ce transfert.

OrganisationModifier

Organisation territorialeModifier

Ukraine

Il est prévu que les éparchies à nom double, dénotant un diocèse ayant deux centres urbains majeurs, seront séparées en deux éparchies distinctes dès que le nombre de prêtres y exerçant sera suffisant pour ce faire. Les exarchats archiépiscopaux sont des structures missionnaires mises en place par l'archevêque majeur de Kiev et destinées à devenir des éparchies lorsqu'elles auront atteint un nombre suffisant de prêtres et de fidèles.

Russie

Pologne

France, Suisse, Bénélux et Pays-Bas

Grande-Bretagne

Allemagne

Italie

Canada

États-Unis

Brésil

Argentine

Australie

  • Éparchie de Saint-Pierre-et-Paul à Melbourne (partie de la province ecclésiastique latine de Melbourne)

Instituts religieuxModifier

UniversitéModifier

L'université catholique ukrainienne (UCU) a été inaugurée à Lviv le .

Relations avec les autres ÉglisesModifier

Mouvements centrifugesModifier

Une minorité de tendance traditionaliste a fondé la Fraternité sacerdotale Saint-Josaphat[5] de rite byzantin avec l'appui de la Fraternité sacerdotale Saint-Pie-X. Elle confère les Ordres majeurs dans le rite ruthène. Les tensions sont vives avec l'Église grecque-catholique ukrainienne car, outre son refus d'un trop grand œcuménisme, la Fraternité Saint-Josaphat préfère, lors de ses offices, user du slavon ancien et garder certaines pratiques latines.

En 2009 a été fondée l'Église grecque-catholique orthodoxe ukrainienne.

Relations avec l'Église catholique romaineModifier

Un mouvement existe au sein de l'Église grecque-catholique ukrainienne (clergé et fidèles) pour sa reconnaissance par Rome en tant qu'Église patriarcale[6].

L’Église est représentée au Conseil des conférences épiscopales d’Europe (CCEE), parmi une petite quarantaine de membres, dont deux autres représentants des Églises du territoire ukrainien[7].

Relations avec les Églises orthodoxesModifier

Les relations avec les Églises Orthodoxes, particulièrement le patriarcat de Moscou, sont tendues.

RéférencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Antoine Arjakovsky, Entretiens avec le cardinal Lubomyr Husar : vers un christianisme post-confessionnel, Parole & Silence, Paris, 2005 (ISBN 2845733119)
  • Charles de Clercq, Conciles des Orientaux catholiques, in Histoires des Conciles d’après les documents originaux, Librairie Letouzey et Ané, Paris, 1949 et 1952.
  • Lidiya Houbytch et Svitlana Hourkina, Persécutés pour la Vérité : les gréco-catholiques ukrainiens derrière le rideau de fer, Lviv, Université catholique d'Ukraine, 2018.

FilmographieModifier

Dans le film Les Souliers de saint Pierre de 1968, l'acteur Anthony Quinn incarne l'archevêque métropolite gréco-catholique ukrainien de Lviv, Kiril Pavlovitch Lakota, libéré d'un goulag soviétique pour être envoyé à Rome et y devenir peu de temps après pape. Un film marquant qui aurait inspiré le président Richard Nixon dans sa stratégie à l'égard de Pékin. Un film prémonitoire aussi, dix ans avant l'élection de Karol Wojtyla au trône pontifical.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier