Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

L'école siennoise de peinture en Italie s'étend du XIIIe au XVIe siècle et se développe parallèlement à l'art pictural de l'école florentine, par un goût raffiné pour la couleur, hérité de Byzance, avec un chromatisme très particulier, orangés, rouges très vifs, verts amandes et un jeu subtil d'opposition des chauds et des froids. Leur verdaccio, cette préparation qui va définir le modelé des visages et des mains, répond à une technique particulièrement soignée qui sera développée par Martini. Un des caractères de la peinture siennoise, c'est un sens réel de l'histoire, de la narration. Beaucoup de scènes de la vie des saints n'avaient pas de modèles iconographiques. Il fallait inventer[1]. Les peintres siennois ont eu également le souci précoce d’assimiler des modes d’expression gothiques. Cela les distingue des principes que l'on attribue traditionnellement à la Renaissance italienne, de la plus pure tradition byzantine de Duccio di Buoninsegna, à Simone Martini, Pietro et Ambrogio Lorenzetti, Domenico et Taddeo di Bartolo, Stefano (il Sassetta) et Matteo di Giovanni.

Sommaire

Frise chronologique de quelques peintres majeurs de l'école siennoiseModifier

SettecentoSeicentoCinquecentoQuattrocentoTrecentoDuecentoRococoBaroqueManiérismeHaute RenaissancePremière RenaissancePré-renaissancePeinture byzantineLe SodomaVecchiettaSano di PietroSassettaLippo VanniLippo MemmiSimone MartiniPietro LorenzettiAmbrogio LorenzettiUgolino di NerioDuccioGuido di GrazianoVigoroso da SienaRinaldo da SienaGuido da SienaDietisalvi di Speme 


Les artistesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Interview de Michel Laclotte, « Sienne à l’origine de la peinture », Connaissance des Arts, no 607,‎ , p.65

Articles connexesModifier

Lien externeModifier