Pie III

pape de l’Église catholique romaine

Francesco Todeschini Piccolomini (Sarteano ou Sienne, Rome, ), devient le 215e pape de l’Église catholique le sous le nom de Pie III (en latin Pius III, en italien Pio III). Il reste chef de l’Église seulement 26 jours avant de mourir de la goutte.

Pie III
Image illustrative de l’article Pie III
Portrait du Pape Pie III. Auteur et date inconnus. Galerie de peinture du musée d'Histoire de l'art de Vienne.
Biographie
Nom de naissance Francesco Todeschini Piccolomini
Naissance
Sarteano ou Sienne,  République de Sienne
Ordination sacerdotale
Décès (à 64 ans)
Rome,  États pontificaux
Pape de l'Église catholique
Élection au pontificat
Intronisation
Fin du pontificat
(26 jours)
Cardinal de l'Église catholique
Créé
cardinal
par Pie II
Titre cardinalice Cardinal-diacre de Sant'Eustachio
Ordination épiscopale par Giuliano Della Rovere

Blason
(en) Notice sur www.catholic-hierarchy.org

Jeunesse et éducation modifier

Il est le descendant d'une très ancienne famille de Sienne, guelfe, connue dès le XIe siècle : la famille Piccolomini.

Il est le fils de Nanno Todeschini et de Laudomia Piccolomini, elle-même sœur d’Aenas Silvius Piccolomini, futur pape Pie II. Son éducation est prise en main par son oncle maternel qui lui donne son nom et les armes de la famille des Piccolomini. L’un des points importants de son éducation fut l’apprentissage et la maîtrise des langues notamment de l’allemand.

Son oncle le nomme premier archevêque au siège de Sienne en , alors qu’il est seulement âgé de 21 ans, puis le fait cardinal le de la même année.

Francesco Piccolomini favorise et défend les arts. Il fait d’ailleurs peindre par Pinturicchio les fresques magistrales de la bibliothèque de la cathédrale de Sienne, représentant la vie de Pie II[1].

Vie de cardinal modifier

Le cardinal Piccolimini fait ses preuves, se montrant studieux et efficace dans l’entreprise de ses travaux. Sous le pontificat de Pie II, il est envoyé pour gouverner la marche de Picenum. Il participe à de nombreux conclaves, à celui qui élit Paul II en , pas à celui de l’élection de Sixte IV en , présent lors des conclaves qui élisent Innocent VIII en et Alexandre VI en . Sous le pontificat de Paul II, celui-ci l’envoie comme légat en Allemagne pour tenter de restaurer l’unité religieuse au sein du Saint-Empire romain germanique alors divisé à la suite des réformes protestantes. Le pape Sixte IV le charge également de rétablir l’autorité ecclésiastique en Ombrie.

Contexte de son élection modifier

« On entend partout un fourmillement d’armes, et j’ai bien peur que l’élection du prochain Pape ne soit le résultat d’un coup de force, un grand scandale et au grand détriment de l’Église » déclare le cardinal Oliviero Carafa en à un ambassadeur de Venise[2], au moment où l’on s’inquiète encore de la maladie d’Alexandre VI. Le , celui-ci meurt.

Situation tendue modifier

L’Église est dans une situation tendue, son pape est sur son lit de mort, et des cardinaux déferlent d’Espagne et de France, pensant déjà à sa succession. César Borgia, bien que malade, tente de jouer un rôle dans cette future élection, si bien qu’il est mis à l’écart pour ne pas influencer les cardinaux, et quitte Rome[3]. Il y a une réelle tentative des États de mettre fin au règne des Borgia.

Le vote modifier

Le , on assiste à l’ouverture du conclave avec 37 cardinaux présents, ce qui représente un grand nombre face aux chiffres de présence lors des autres conclaves. Deux candidats s'opposent : le cardinal Georges d'Amboise (-), ministre de Louis XII, soutenu par César Borgia, et le cardinal Julien della Rovere, le futur Jules II. Avant de procéder au vote, les cardinaux rédigent une capitulation électorale stipulant que le prochain pape sera dans l’obligation de convoquer un concile dans les deux ans suivant son élection et que par la suite il devra en convoquer un tous les trois ans. Pour éviter de longues discussions, les électeurs se mettent d'accord, le , sur le nom du cardinal François Todeschini-Piccolomini. Celui-ci prend alors le nom de Pie III en mémoire de son défunt oncle. Déjà faible et très malade, on le transporte en litière dans la basilique Saint-Pierre et c'est allongé qu'il reçoit l'hommage des cardinaux.

Son pontificat modifier

Dès que son élection est rendue publique, de nombreux espoirs se tournent vers ce nouveau pape qui semble être le portrait contraire de son prédécesseur. On lui prête de nombreuses qualités.

Un programme ambitieux modifier

Dès le , Pie III annonce son programme qui se caractérise en deux points[4] :

  • une réforme immédiate de l’Église avec la réunion hâtive d’un concile pour convenir des mesures à prendre, chaque cardinal devant s’y présenter avec des points à améliorer ou changer. Il envisage également une stricte économie des dépenses de l’Église ;
  • restauration de la paix.

Ainsi, il ne fait rien à l’encontre de César Borgia, s’en remettant au jugement de Dieu.

Déclin modifier

Le , se déroule son couronnement officiel, mais il est déjà très affaibli par la goutte. Cinq jours plus tard, le , il est sur son lit de mort. Il meurt le après avoir été pape seulement 26 jours. Et pourtant, sa mort est déplorée, car il était le symbole d’un nouveau départ et de nombreux changements. Il est inhumé à la basilique Saint-Pierre, puis ses restes sont transférés à l'église San Andrea della Valle, aux côtés de ceux de Pie II. Avant d'être élu pape, il avait émis l'intention d'être enterré devant l'autel Piccolomini dans le duomo de Sienne. Dans cette intention, il avait commissionné le jeune Michel-Ange, rencontré à Rome, pour décorer les quatre niches par des statues de saints dont celle de son oncle[5].

Notes et références modifier

  1. H. Kuhner Dictionnaire des Papes de Saint Pierre à Jean XXIII, Éditions Buchet-Chastel, Paris, 1958, p. 134.
  2. Dr Louis Pastor, Histoire des Papes depuis la fin du Moyen Âge, Livre IX, tome Six, Paris, 1898, p. 171.
  3. Dr Louis Pastor, Histoire des Papes depuis la fin du Moyen Âge, Livre IX, tome Six, Paris, 1898, p. 172.
  4. Dr Louis Pastor, Histoire des Papes depuis la fin du Moyen Âge, Livre IX, tome Six, Paris, 1898, p. 174.
  5. (en) A. Lawrence Jenkens, Michelangelo, the Piccolomini and Cardinal Francesco's chapel in Siena Cathedral, Burlington magazine, 2002

Bibliographie modifier

  • Fred Bérence Les Papes de la Renaissance Éditions du Sud & Albin Michel, Paris, 1966.
  • Dr Louis Pastor, Histoire des Papes depuis la fin du Moyen Âge, Livre IX, tome Six, Paris, 1898.
  • H. Kuhner Dictionnaire des Papes de Saint Pierre à Jean XXIII, Éditions Buchet-Chastel, Paris, 1958.

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier