Villotte-Saint-Seine

commune française du département de la Côte-d'Or

Villotte-Saint-Seine
Villotte-Saint-Seine
Mairie-école et croix du XVIe siècle, toutes deux classées M.H.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Côte-d'Or
Arrondissement Dijon
Intercommunalité Communauté de communes Forêts, Seine et Suzon
Maire
Mandat
Marie-Claude Posière
2020-2026
Code postal 21690
Code commune 21705
Démographie
Population
municipale
76 hab. (2018 en augmentation de 33,33 % par rapport à 2013)
Densité 10 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 25′ 47″ nord, 4° 42′ 24″ est
Altitude Min. 338 m
Max. 551 m
Superficie 7,59 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Dijon
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Fontaine-lès-Dijon
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Villotte-Saint-Seine
Géolocalisation sur la carte : Côte-d'Or
Voir sur la carte topographique de la Côte-d'Or
City locator 14.svg
Villotte-Saint-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Villotte-Saint-Seine
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Villotte-Saint-Seine

Villotte-Saint-Seine est une commune française située dans le département de la Côte-d'Or en région Bourgogne-Franche-Comté. Les gentilés sont Villottien et Villotienne.

GéographieModifier

Le territoire de la commune comprend en partie haute une part du plateau séparant les vallées de l'Oze et de l'Ouche (554 m d'altitude vers le lieu-dit Monteau des Épinoirs), creusé par les combes de la Louère et de Pâques, et en partie basse, les deux versants d'une section de la vallées de l'Oze (altitude 349 m à la limite avale). Le plateau est orienté vers l'agriculture et son exposition aux vents a permis l'implantation d'éoliennes aérogénératrices, alors que les pentes et les fonds de vallées sont généralement consacrées aux prairies de pâturages. Près d'un tiers de la surface est occupée par des bois de feuillus. Le village (386 m vers le lavoir) est installé sur le coteau à l'entrée des deux combes, sur une route reliant la départementale 9 (Dijon - Alise-Sainte-Reine) au village de Bligny-le-Sec, au début de la côte en lacets qui accède au plateau. La ligne de chemin de fer Paris-Lyon-Marseille traverse la partie sud-ouest du territoire dans la vallée de l'Oze.

HydrographieModifier

Les versants en forte pente favorisent la naissance de sources alimentées par les eaux tombées sur le plateau. La combe de la Louère donne de l'eau à la fontaine du lavoir, et plusieurs sources participent au débit du ruisseau de la combe de Pâques (Sources du Coin, de Froide Terre) qui rejoint l'Oze sur le finage de la commune. Les eaux de Villotte-Saint-Seine font partie du bassin versant de la Seine qu'elles rejoignent via la Brenne, l'Armançon et l'Yonne.

Hameaux, écarts, lieux-ditsModifier

La population est regroupée dans le village, la commune n'a pas de hameaux rattachés ni d'habitations isolées.

Communes limitrophesModifier

  Salmaise  
Verrey-sous-Salmaise N Bligny-le-Sec
O    Villotte-Saint-Seine    E
S
Turcey

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Villotte-Saint-Seine est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[1],[2],[3].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Dijon, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 333 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[4],[5].

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2014 en cours Marie-Claude Posière MoDem[6]  
mars 2001 2014 Monique Boucherot    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2006[8].

En 2018, la commune comptait 76 habitants[Note 3], en augmentation de 33,33 % par rapport à 2013 (Côte-d'Or : +0,65 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1836 1841 1846 1851 1856
301303313289280302317438299
1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901
253250220212216212199176168
1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962
167151134114128108114138118
1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016 2018
1098861507466577476
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique

Lieux, monuments et pôles d'intérêtModifier

En 2015, la commune compte 2 monuments inscrits à l'inventaire des monuments historiques[11], 9 monuments ou édifices répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[12] et 40 objets répertoriés à l'inventaire général du patrimoine culturel[13].

  • Croix du parvis de l'église, à double face, l'une présentant un Christ en croix et l'autre une Vierge à l'enfant. Le piédestal est orné de bas-reliefs, d'écus et de crânes   Classé MH (2010)[14].
  • Cinq autres croix sur la commune sont également classées M.H., dont celle de l'ancien cimetière.
  • Église Saint-Blaise contenant plusieurs œuvres d'intérêt classées M.H. Le parvis de l'église est en terrasse dans la pente du terrain devant la mairie, l'enclos à l'arrière contenait le cimetière avant son déplacement en bas du village   Classé MH (2010)[15].
  • Fontaine et Lavoir situés de part et d'autre de la rue principale montant au village. Le lavoir a été conçu par l'architecte dijonnais Louis François Coquelu, puis il a été déplacé (pour insuffisance d'eau) à l'endroit actuel en 1845 selon une mise en œuvre de l'architecte dijonnais Auguste Sirodot, qui ajouta la fontaine   Classé MH (2010)[16].
  • Mairie-école conçue également par Louis François Coquelu en 1822 et remanié la même année que le lavoir par Auguste Sirodot qui a ajouté un étage. Le bâtiment est construit latéralement à la pente, la façade tournée vers le parvis de l'église. La cour en contrebas est fermée par un enclos   Classé MH (2010)[17].
  • Château et colombier des XVIe et XVIIe siècles (privés)   Classé MH (1996)[18].
  • Une part du parc éolien du Pays de Saint-Seine se trouve sur la commune[19].

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  2. « Commune rurale-définition », sur le site de l’Insee (consulté le 25 mars 2021).
  3. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 25 mars 2021).
  4. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  5. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 25 mars 2021).
  6. [1]
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  11. « Liste des monuments historiques de la commune de Villotte-Saint-Seine », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  12. « Liste des lieux et monuments de la commune de Villotte-Saint-Seine à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  13. « Liste des objets de la commune de Villotte-Saint-Seine à l'inventaire général du patrimoine culturel », base Palissy, ministère français de la Culture.
  14. Notice no IA21003970, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Notice no IA21003968, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  16. Notice no IA21003976, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. Notice no IA21003969, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. Notice no PA00135226, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Voir page du parc éolien sur le site de la communauté de communes Forêts, Seine et Suzon.

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :