Ouvrir le menu principal

Millénaires :

Ier millénaire av. J.‑C. • Ier millénaire • IIe millénaire


Siècles :
VIIe siècleVIIIe siècleIXe siècle


Décennies :

700710720730740
750760770780790


Années :

701702703704705
706707708709710

711712713714715
716717718719720

721722723724725
726727728729730

731732733734735
736737738739740

741742743744745
746747748749750

751752753754755
756757758759760

761762763764765
766767768769770

771772773774775
776777778779780

781782783784785
786787788789790

791792793794795
796797798799800

Voir aussi : Liste des siècles, Chiffres romains


Le VIIIe siècle (ou 8e siècle) commence le 1er janvier 701 et finit le 31 décembre 800.

ÉvénementsModifier

AfriqueModifier

 
Fresque de l'église de Faras (Soudan) représentant Sainte Anne (VIIIe siècle ap. J. Chr.)
  • Les Proto-Bantous, nés d’un métissage entre les néolithiques sahariens et les paléolithiques soudanais, ont commencé une longue migration dès la fin du Ier millénaire av. J.-C., poussés par la pression démographique. Ils partent à la recherche d’un nouvel habitat et introduisent progressivement l’usage du fer en Afrique centrale, tandis que l’usage des couteaux de pierre persiste en Afrique australe jusqu’au milieu du XIXe siècle. Une partie d’entre eux se sont vraisemblablement enfoncés directement vers le sud en descendant les fleuves Sangha et Oubangui. D’autres ont contourné la forêt équatoriale avant de se diriger vers le sud. Le premier groupe de ces Proto-Bantous a formé le noyau Bantou occidental et le second est à l’origine du noyau Bantou oriental centré sur la province zaïroise de Shaba (ex-Katanga), d’où la langue bantoue se diffusera vers l’est, l’ouest et le sud. Ils occupent le bassin du fleuve Congo vers le VIIIe ou le IXe siècle.
  • Royaume de Kanem fondé par une dynastie Téda (tribu Toubou) au Soudan tchadien. Le mélange des Téda avec les populations indigènes (Sao) produit un peuple mixte, les Kanembou.
  • Des Mélanésiens touchent la côte malgache et se mêlent aux Bantous venus du continent. Économies d’échange à Sanga (Madagascar).
  • Déclin du Royaume d'Aksoum.

AmériqueModifier

  • 700-1300 : civilisation de Tiahuanaco au sud puis au nord du Pérou et à l’est de la Bolivie. La cité de Tiahuanaco (Bolivie), la plus haute des villes anciennes des Andes, compte 35 000 habitants entre 700 et 1300. Architecture en larges blocs de basalte et de grès (porte du soleil), sculpture anthropomorphe et zoomorphe, poteries et tissus polychromes, objets en métaux précieux plaqués. La religion de l’État de Tiahuanaco, pénètre progressivement le Pérou des Andes et de la côte.
  • 700-1000 : premières villes du Mississippi, bâties autour de terrasses-temples, comme Cahokia, la plus ancienne agglomération d’Amérique du Nord.
  • 750-900 : première période Pueblo en Amérique du Nord[2].
  • 750-1150 : enceinte sacrée de Chichén Itzá (Yucatán), utilisée pour les sacrifices rituels. Des objets sont jetés dans le puits rituel (cénote). Usage permanent pendant 1 000 ans[3].


  • Le sud-ouest de l’Amérique du Nord est dominé par les cultures de Hohokam, de Mogollon et d'Anasazi (Utah, Colorado, Arizona, Nouveau-Mexique, Sonora, Chihuahua). Céramique de grande qualité. La plus ancienne culture, celle de Hohokam se situe dans les déserts de l’Arizona méridional et du Sonora septentrional. Les établissements sont faits de maisons-silos étroites, à demi-souterraines, situées près de fleuves permettant une irrigation (culture du maïs, haricots, courges, coton, peut-être du tabac et de l’amarante).
  • Apparition de l'agriculture dans l'est du Canada.
  • Reconstruction de la cité maya de Tikal, avec cinq temples-pyramides, des jeux de balle, des temples et des palais reliés par de larges chaussées. Tikal compte 50 000 habitants au VIIIe siècle.
  • La côte nord du Pérou est dominée par l’État de Chimú, avec Chan Chan pour capitale, sur plus de 1600 kilomètres. Les divers ensembles de bâtiments de Chan Chan (ciudadelas) sont entourés de murs de briques crues de 12 m de haut et isolent les rois de Chimú du reste de la cité, qui s’étend sur plus de 15 km2. À la mort du roi, sa ciudadela est scellée comme un mausolée funéraire, et son successeur en construit une autre.

AsieModifier

Proche-OrientModifier

  • 750 : les Abbassides succèdent aux Omeyyades et gouvernent l’empire arabe. La langue arabe, fixée lors de la rédaction du Coran (arabe classique), devient la langue administrative de l’empire. Elle devient avec l’Islam un instrument de culture et d’unité : la Syrie et l’Irak sont profondément arabisées. L’Iran est passé complètement sous la domination des Arabes mais la petite noblesse des dekhans garde son importance sociale et économique. L’islam se substitue progressivement au zoroastrisme en se teintant d’influences mystiques et dualistes. La langue et la culture iranienne résistent et commencent à influencer les conquérants. En Égypte, des populations arabes arrivées par vagues se sédentarisent. La langue arabe s’impose progressivement dans les populations chrétiennes et le copte devient une langue de culte, mais le particularisme égyptien persiste[8].

EuropeModifier


  • Fondation de la ville d'Erfurt.
  • Saga de Beowulf, qui dépeint la société saxonne, fondée sur la guerre, l’héroïsme, l’honneur et la générosité.
  • Rotation triennale en Gaule.
  • Harald Hilteland (dent de combat), roi semi-légendaire du Danemark. Selon Saxo Grammaticus, il aurait été tué par son neveu Hringr à la bataille de Brávellir (près de Norrköping, en Suède).
 
Les peuples slaves aux VIIIe et IXe siècles, carte de 1917.
  • La Moravie résiste aux invasions des Avars avec l’aide de Charlemagne.
  • Les Tchèques sont vassaux de Charlemagne à la fin du siècle.
  • Style artistique de Blatno en Slovaquie du nord, empruntant des éléments à l’art franc, à l’art viking et à celui du sud-est.
  • Au début du VIIIe siècle, les Slaves des Alpes, dont la tribu principale est celle des Carantaniens, afin d’échapper à la soumission des Avars, font appel aux Bavarii du duc Odilon. Venu du nord des Carpates ou des Balkans, envoyés par les Byzantins pour combattre les Avars, leur habitat atteint alors le Pustertal. Ils reculent et à la fin du siècle la frontière de leur peuplement se trouve à l’Enns, qui les sépare des Bavarois. À leur tête se trouve un župan, élu par le peuple selon un rite conservé jusqu’en 1414. Les populations slaves et romanisés de la région fusionnent au cours du IXe siècle, avec le maintien dans certaines vallées d’éléments romans comme les Ladins du Tyrol et les Frioulins de la Vénétie orientale.
  • Les peuples baltes sont répartis entre la Vistule et le golfe de Finlande. Les Prussiens (Pruzzen) entre la Vistule et le Nièmen, proche des Lituaniens, les Lituaniens, divisés en tribus nombreuses (dont les Schmudes, en Samogitie), dans le bassin du Niémen, les Lettons (Lettgalles, Zemgales, Seles) autour du golfe de Rīga, les Lives et les Estes au nord, jusqu’au golfe de Finlande, Finno-ougriens apparentés aux tribus finlandaises.
  • Des commerçants et aventuriers scandinaves colonisent la région des pays baltes à partir du VIIe siècle, puis remontent les fleuves comme la Dvina, la Berezina, le Dniepr pour atteindre Constantinople au IXe siècle. La chronique de Nestor (vers 1115) énumère les peuples baltes ayant payé tribut au prince de Kiev : les Lives, les Samigotes, les Pruzzes et les Čud (Estes).
  • Des tribus hongroises quittent la région de Bachkirie et migrent vers le sud à partir du VIIe ou VIIIe siècle. On les retrouve sur la Volga, puis sur le Don, où ils cohabitent avec les Bulgares, notamment les Onogours, et établissent des rapports étroits avec l’empire des Khazars (plus de 200 mots hongrois sont d’origine turco-bulgare, d’autres montrent l’influence iranienne des Sarmates et des Alains). Après 700, certaines tribus hongroises avancent jusqu’au nord du Caucase (Magyars Savard), d’autres vers le nord de la mer Noire.
  • Naissance et essor du dialecte anglo-frison, langue des échanges en Mer du Nord.

Personnages significatifsModifier

  • Scientifiques:

Voir : Philosophes et théologiens du VIIIe siècle

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Véra Cardot, Belles pages de l'histoire Africaine, Présence africaine (ISBN 9782402204835, présentation en ligne)
  2. R. Lee Lyman, Michael J. O'Brien, Robert C. Dunnell, Americanist Culture History : Fundamentals of Time, Space, and Form, Springer Science & Business Media, (ISBN 9781461559115, présentation en ligne)
  3. Nicholas J. Saunders The peoples of the Caribbean : an encyclopedia of archeology and traditional culture ABC-CLIO, 2005 (ISBN 1576077012 et 9781576077016)
  4. Xavier Walter, Petite histoire de la Chine, Éditions Eyrolles, (ISBN 9782212861747, présentation en ligne)
  5. John Allan, Sir Wolseley Haig, Henry Dodwell, The Cambridge Shorter History of India, CUP Archive (présentation en ligne)
  6. George Coedes, The Making of South East Asia (RLE Modern East and South East Asia), Routledge, (ISBN 9781317450948, présentation en ligne)
  7. Madeleine Giteau, Histoire du Cambodge, Didier (ISBN 9782402190930, présentation en ligne)
  8. Le Moyen Âge en Orient, Hachette Éducation, (ISBN 9782011400956, présentation en ligne)
  9. Lebecq, Stéphane., Hommes, mers et terres du Nord au début du Moyen âge. Peuples, cultures, territoires, vol. 1, Presses universitaires du Septentrion, (ISBN 9782757402153, OCLC 762731620, présentation en ligne, lire en ligne)
  10. Jean-Paul Demoule, Dominique Garcia, Alain Schnapp, Une histoire des civilisations : Comment l'archéologie bouleverse nos connaissances, Éditions La Découverte, (ISBN 9782707188786, présentation en ligne), p. 424
  11. (fr) Éric Limousin, 100 fiches d'histoire du Moyen Âge : Byzance et le monde musulman, éd. Bréal, 2005, p. 136