Véronique Gens

artiste lyrique
Véronique Gens
Description de cette image, également commentée ci-après
Veronique Gens dans Hippolyte et Aricie[1] (2015).

Naissance (54 ans)
Orléans
Activité principale artiste lyrique
soprano
Élèves Lea Desandre
Récompenses Victoire de la Musique
Grammy awards
Distinctions honorifiques Chevalier de l'ordre de la Légion d'honneur
Chevalier des Arts et des Lettres
Site internet veroniquegens.com

Véronique Gens, née le à Orléans, est une chanteuse lyrique française.

BiographieModifier

Après avoir étudié le chant au conservatoire d'Orléans[2] dans la classe de Jacqueline Bonnardot, elle rencontre William Christie et chante dans les chœurs des Arts florissants, puis comme soliste[2]. Dans la production d'Atys, tragédie-lyrique de Lully, elle tient le rôle de la déesse Cybèle. Elle participe ensuite régulièrement aux productions des Arts florissants ou de l'ensemble conduit par Gérard Lesne, Il Seminario Musicale[2].

Interprète reconnue de la musique baroque, elle donne progressivement une orientation plus large à sa carrière. Dans les années 1990, Jean-Claude Malgoire lui propose ses premiers rôles mozartiens[2] : Chérubin et la Comtesse, dans Les Noces de Figaro, Donna Elvira dans Don Giovanni. Ce dernier rôle lui vaut un vif succès au Festival d'Aix-en-Provence, en 1998, sous la direction de Claudio Abbado, dans une mise en scène de Peter Brook et marque le début de sa carrière internationale. Toujours dans le domaine de l'opéra mozartien, elle chante également les rôles de Vitellia (La Clémence de Titus), de Pamina (La Flûte enchantée) ou de Fiordiligi (Così fan tutte) sur la plupart des scènes internationales.

Parmi ses prises de rôle de ces vingt dernières années[2] figurent ceux de Mélisande (dans Pelléas et Mélisande, de Claude Debussy), à Munich en 2001, Alcina de Haendel à Hambourg, Tatiana (Eugène Onéguine), de Tchaïkovski, Missia Palmieri (Die lustige Witwe, en français La Veuve joyeuse, de Franz Lehar) à l'Opéra de Lyon (2006), Donna Elvira in Don Giovanni au Stopera Amsterdam (2016), Iphigénie en Tauride de Gluck à l'Opéra de Paris, Giulietta (Les Contes d'Hoffmann de Jacques Offenbach) à l'Opéra de Paris en , etc.

Depuis 2014, elle s'engage aux côtés du Palazzetto Bru Zane pour redécouvrir la musique romantique française oubliée. Avec cette institution, elle enregistre notamment Herculanum de Félicien David, Cinq-Mars et Faust (première version) de Gounod, La Jacquerie de Lalo et Coquard, Proserpine de Saint-Saëns, Dante de Benjamin Godard, La Reine de Chypre de Halévy, Maître Péronilla d'Offenbach... dans lesquels elle tient des rôles de premier plan qui lui permettent d'élargir et d'étoffer encore sa vocalité. Elle grave également pour le label Alpha, en partenariat avec le Palazzetto Bru Zane un récital abondamment récompensé qui, sous le titre Visions, propose une galerie d'airs rares de Bruneau, Février, Niedermeyer, Franck, Saint-Saëns, Halévy, David, etc.

RécompenseModifier

DécorationsModifier

  • 2006 : Chevalier des Arts et des Lettres[2]
  • 2011 : Chevalier de la Légion d'Honneur[2]

Discographie (sélection)Modifier

Notes et référencesModifier

  1. Cruelle mère des amours avec la Geneva Camerata au Victoria Hall de Genève ().
  2. a b c d e f et g Biographie sur francemusique.fr.

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Liens externesModifier