William Christie

claveciniste et chef d'orchestre français d'origine américaine
(Redirigé depuis William Christie (musicien))
William Christie
Description de l'image William Christie (2015).jpg.
Nom de naissance William Lincoln Christie
Naissance (76 ans)
Buffalo, État de New York
Drapeau des États-Unis États-Unis
Activité principale chef d'orchestre, claveciniste
Activités annexes Musicologue

William Lincoln Christie, né le à Buffalo (État de New York), est un claveciniste et chef d'orchestre américain, naturalisé français en 1995, fondateur de l'ensemble Les Arts Florissants.

Jeunesse et formationModifier

Fils d'architecte[1], il participa entre 13 et 18 ans au petit ensemble vocal que dirigeait sa mère[1]. Alors que ses parents lui permirent d'apprendre le piano et le chant, son premier penchant pour la musique baroque française fut initié par sa grand-mère. Il s'agissait d'un disque d'œuvres d'orgue de François Couperin[1]. Par ailleurs, avec ses parents, il fréquenta les pays européens durant ses jeunes années[1].

Le jeune William songeait à devenir médecin. Attiré cependant de plus en plus par les beaux-arts, il entra en 1962 à Harvard afin d'étudier l'histoire de l'art où il obtint le diplôme en 1966[1]. Passionné encore par le clavecin, William Christie continua ses études à YaleRalph Kirkpatrick enseignait cet instrument[1] entre 1966 et 1970, suivi de Kenneth Gilbert.

Sans s'enrôler dans l'armée pour la guerre du Viêt Nam, il lui fallait en 1968 s'intégrer dans un programme de formation pour officiers de réserve[1]. S'il était chargé d'enseigner au Dartmouth College, la fusillade de l'université d'État de Kent bouleversa la situation le . À la suite d'une recommandation de John Evarts, ambassadeur de la musique auprès de l'Unesco, il quitta les États-Unis afin de rejoindre l'orchestre symphonique de la BBC[1].

Arrivée en France et fondation de l'Ensemble Les Arts FlorissantsModifier

C'est en 1971 qu'il traverse la Manche pour rejoindre l'orchestre de l'ORTF[1]. En France, le jeune musicien trouva rapidement sa préférence pour les musiques anciennes. Surtout, grâce au soutien de la comtesse Geneviève de Chambure, soutien inconditionnel, il put enregistrer son premier disque en collaboration avec les ensembles Five Centuries[1]. Il quitta en 1976 ce groupe ayant tendance à sélectionner la musique contemporaine[1]. Maintenant, il s'agissait du Concerto vocale de René Jacobs qu'il choisit[1]. Le musicien américain était également le collaborateur de la Société de musique entre 1972 et 1975.

Finalement, il décida en 1979 de fonder son propre ensemble Les Arts Florissants à ce jour, en codirection depuis 2020 avec le ténor et chef d’orchestre britannique Paul Agnew. Il s'agit d'un ensemble spécialisé dans le répertoire de la musique baroque qui comprend des compositeurs tels que Marc-Antoine Charpentier, Jean-Baptiste Lully, Jean-Philippe Rameau. Le nom "Les Arts Florissants", emprunté à une œuvre de Marc-Antoine Charpentier, est un hommage au compositeur dont il a enregistré un grand nombre d’œuvres.

Il est naturalisé français en 1995.

La consécration internationaleModifier

En 1987, William Christie dirige à l’Opéra Comique la recréation de l’opéra Atys de Lully[2]. Cet événement fait date dans l’histoire de la redécouverte de la musique baroque française, et marque un tournant pour William Christie et pour Les Arts Florissants qui acquièrent une renommée internationale. Cette production sera d’ailleurs reprise à la Brooklyn Academy of Music en 1989[3] et à l’Opéra Comique en 2011[4].

Dans le domaine de l'opéra, William Christie dirige à la fois Les Arts Florissants (notamment à l'opéra de Paris) et d'autres orchestres en tant que chef invité (Opernhaus Zürich, opéra de Lyon). Il s'est plusieurs fois produit au Festival de Glyndebourne où il a dirigé l'Orchestre de l'âge des Lumières. Il a également été invité à plusieurs reprises par Simon Rattle à diriger l'orchestre philharmonique de Berlin. Son activité de claveciniste se limite aujourd'hui à la participation en tant que continuiste aux concerts des Arts Florissants.

Membre de la Royal Academy of Music, il est élu à l'Académie des beaux-arts le au fauteuil de Marcel Marceau (1923-2007), dans la section des membres libres. Il est reçu sous la coupole le par Hugues Gall au cours d'une séance présidée par l'architecte Roger Taillibert.

Il est administrateur de la Cité de la musique depuis 2006.

En 2008, il est artiste en résidence à la Juilliard School de New York.

En 2007 et 2008, il remonte Zampa de Louis-Ferdinand Hérold sur la scène de la Salle Favart à l'invitation de Jérôme Deschamps, nouveau directeur de l'institution en remplacement de Jérôme Savary. L'œuvre est interprétée notamment par Richard Troxell dans le rôle de Zampa et Patricia Petibon dans celui de Camille.

Jardins et patrimoineModifier

Depuis 1985, William Christie a fait sienne une demeure du XVIe siècle à Thiré, en Vendée[5]. Il se consacre à sa restauration et crée les Jardins du Bâtiment, reconnu “Jardin remarquable” en 2004. Ils sont inspirés de l’art des jardins à son apogée en France et en Italie aux XVIIe et XVIIIe siècles. Cette demeure et ses jardins sont classés en 2006 à l’Inventaire supplémentaire des monuments historiques.

Depuis 2012, s'y déroule chaque année fin août un festival nommé « Rencontres Musicales : Dans les Jardins de William Christie », en partenariat avec le Conseil départemental de la Vendée. Ce festival, unique en son genre, permet à tout public de découvrir la musique baroque par des ateliers musicaux ouverts aux plus jeunes, par des concerts aux quatre coins des jardins l'après-midi, un spectacle le soir sur une scène flottant sur un miroir d'eau pour s'achever par des Méditations à l'aube de la nuit dans l'église de Thiré[6],[7].

Dans son village de Thiré, en Vendée, après la restauration d’un logis, le « Bâtiment », et de la création d’un jardin[8], tous deux inscrits à l’Inventaire supplémentaire des Monuments Historiques, William Christie s’attache à soutenir la préservation et la restauration du petit patrimoine vernaculaire. Ainsi il a lancé un programme de travaux au sein du village de Thiré en vue de transformer quelques maisons abandonnées ou à vendre en un campus artistique et culturel, à l’aide des artisans locaux.

Il soutient également la Commune en recherchant des fonds pour rénover le patrimoine du village comme le lavoir ou l’église[9].

Il a ainsi obtenu le soutien de la mission Stéphane Bern dans le cadre du Loto Patrimoine[10].

Le lien avec la Cité de la Musique et la Philharmonie de ParisModifier

William Christie à la tête des Arts Florissants participe au concert inaugural de la Cité de la Musique en 1995. C’est le début d’un long compagnonnage entre William Christie et son ensemble avec la Cité de la musique, puis également avec la Salle Pleyel. William Christie trouve ensuite naturellement sa place avec son ensemble en tant que résident au sein de la nouvelle Philharmonie de Paris, avec un concert d’ouverture en 2015. Il est également lié aux actions du Musée de la Musique[11].

Transmission aux jeunes générationsModifier

William Christie est passionné par la transmission de sa passion pour le patrimoine aux générations de demain, que ce soit dans le domaine de la musique ou des jardins. Véritable pépinière de talents depuis sa création, on ne compte plus les artistes issus de son ensemble[12].

Professeur invité au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris et au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Lyon de 1977 à 1981, et à la Sommerakademie für Alte Musik à Innsbruck entre 1978 et 1983, il est professeur au Conservatoire national supérieur de musique et de danse de Paris de 1982 à 1995.

Depuis 2002, à Caen avec Kenneth Weiss puis aujourd’hui à Thiré avec Paul Agnew, William Christie dirige Le Jardin des Voix[13], un projet pédagogique visant à contribuer à la formation de jeunes chanteurs et à leur donner des expériences professionnelles de haut niveau : après deux semaines de répétition, les chanteurs sélectionnés participent à une tournée de concerts souvent mis en espace. Le Jardin des Voix a fait l'objet d'un documentaire diffusé en sur France 3, intitulé Baroque Académie[14].

En 2005, il crée le département de musique ancienne à la Juilliard School de New York, dont il devient artiste résident.

Il lance en 2021 avec Paul Agnew un programme international de masterclasses à Thiré pour les jeunes musiciens et chanteurs.

Dans le domaine horticole, il a lancé le prix du Jardin Ephémère en 2015 à l’attention des jeunes paysagistes ou botanistes, et accueille en stage dans ses jardins toute l’année de jeunes élèves de lycées horticoles.

Le documentaire William Christie ou l’Art de donner de Jarmila Buzkova, paru en 2019, retrace cette aventure de transmission[15].

Engagement pour la cultureModifier

William Christie décide en 2017 de donner tout son patrimoine pour créer une Fondation reconnue d’utilité publique, la Fondation Les Arts Florissants – William Christie, en vue de transmettre sa passion pour la musique baroque et les jardins aux jeunes générations. Une véritable nouvelle aventure pour assurer la poursuite de son œuvre[16].

Fin 2019, à l’occasion du week-end anniversaire des Arts Florissants à la Philharmonie de Paris, William Christie nomme Paul Agnew codirecteur musical de son ensemble, dans une démarche cohérente et de long terme[17].

Discographie sélectiveModifier

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k et l Le Figaro, le 29 novembre 2014, p. 30, Les jardins secrets de William Christie
  2. « Atys de Jean-Baptiste Lully par les Arts Florissants », sur France Musique (consulté le )
  3. « Deux ans après sa création à l'Opéra-Comique " Atys " triomphe à New-York », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  4. « Le retour sur scène d'"Atys", spectacle mythique de Christie et Villégier, déçoit », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  5. « William Christie, un chef en son jardin », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le )
  6. Le Figaro, le 31 mai 2012, p. 32
  7. « Festival Dans les Jardins de William Christie », sur www.arts-florissants.com (consulté le )
  8. « Les jardins de William Christie (2020) », sur www.arts-florissants.org (consulté le )
  9. « Eglise Saint-Pierre située à Thiré | Faire don | Fondation du patrimoine », sur www.fondation-patrimoine.org (consulté le )
  10. « L'Emission Patrimoine - Le quartier des artistes de William Christie » (consulté le )
  11. « Philharmonie de Paris Live - Rencontre avec William Christie, Paul Agnew et Laurent Bayle - Recréer et transmettre l'esprit baroque avec les Arts florissants », sur live.philharmoniedeparis.fr (consulté le )
  12. « CHRISTIE William - biographie », sur Radio Classique (consulté le )
  13. « Le Jardin des Voix », sur www.arts-florissants.org (consulté le )
  14. Marie-Aude La Batide-Alanore, « Baroque académie de William Christie : Chanter pour convaincre », sur ResMusica, (consulté le )
  15. « DOCUMENTAIRE. William Christie, l'art de donner », sur France 3 Pays de la Loire (consulté le )
  16. Décret du 24 novembre 2017 portant reconnaissance d'une fondation comme établissement d'utilité publique (lire en ligne)
  17. ACCR-Association des Centres culturels de rencontre, « Nouvelle nomination - Paul Agnew devient co-directeur musical des Arts Florissants - actualités professionnelles », sur ACCR - Association des Centres culturels de rencontre (consulté le )
  18. Décret du 2 avril 2010, publié le 4 avril 2010 au Journal officiel, NOR : PREX1004887D
  19. « Décret du 14 mai 2014 », sur www.legifrance.gouv.fr,

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :