Le Parlement de musique

ensemble français de musique baroque

Le Parlement de musique
Pays de résidence Drapeau de la France France
Ville de résidence Strasbourg
Années d'activité Depuis 1990
Type de formation ensemble instrumental
Genre musique baroque sur instruments anciens
Direction Martin Gester
Fondateur Martin Gester
Création 1990
Site web Site du Parlement de Musique

Le Parlement de musique est un ensemble français de musique baroque sur instruments anciens (« interprétation historiquement informée »), fondé en 1990 et basé à Strasbourg.

HistoriqueModifier

Le Parlement de Musique a été fondé en 1990 par l'organiste et claveciniste Martin Gester[1].

Martin Gester a souhaité mettre dans le nom de son ensemble son désir de créer « un lieu de rencontre et de confrontations, à la croisée des cultures, de la voix et de l’instrument », une « transposition moderne des brillantes Académies de la Renaissance », dans le but de « retrouver l'esprit et le son baroques dans leur richesse et leur étrangeté »[2].

Soutenu à ses débuts par la Fondation France Télécom, l'ensemble basé à Strasbourg est ensuite supporté par un cercle de sponsors[1] et par des aides de la Ville et communauté urbaine de Strasbourg, du conseil régional d'Alsace, du conseil général du Bas-Rhin et du ministère français de la Culture[2].

EffectifModifier

Le Parlement de musique est un ensemble qui varie en taille selon les exigences du répertoire[1].

Pour La Resurrezione de Haendel, par exemple, l'effectif de l'orchestre comporte une vingtaine de musiciens et quatre chanteurs[2].

RépertoireModifier

Le répertoire de l'ensemble comprend le motet baroque, l'oratorio baroque, les cantates, le concerto baroque Concerto et ses prolongements symphoniques[1].

DistinctionsModifier

L'enregistrement que le Parlement de Musique a réalisé en 2000 de la Passion anonyme selon saint Matthieu de 1667 retrouvée à la Bibliothèque d’Uppsala (CD Musidisc) a reçu de nombreuses distinctions : Diapason d'or de l'année, Grand prix du disque lyrique, Prix de l'Académie Charles Cros et page spéciale d'Early Music[2].

L'enregistrement en 2000 du Te deum H 146, de In honorem Sancti Ludovici Regis Galliae Canticum H 365, de In honorem Sancti Ludovici Regis Galliae H 418, et de Notus Judea Deus H 206, de Marc-Antoine Charpentier (CD Opus 111), a reçu un Diapason d'or.

Discographie sélectiveModifier

Le Parlement de musique a enregistré une quarantaine de CD, dont plusieurs consacrés à Marc-Antoine Charpentier. Il a enregistré également deux DVD[2] pour célébrer le tricentenaire de sa mort en 2004.

  • Te deum H 146 et les Psaumes des Ténèbres H 126, H 228, H128, H 230, H 129, H 206, réalisation de Olivier Simonet. DVD Armide Classics / Vox Lucida 2004.
  • Pastorale sur la naissance de notre Seigneur Jésus Christ (H 483, H 483 a, H 483 b), mise en geste de Benjamin Lazar, Réalisation Olivier Simonet. DVD Armide Classics / Vox Lucida 2005.
  • In Nativitatem Domini canticum H.314. - Litanies de la Vierge H 85, Magnificat à 3 sur la mème basse H 73, Le Parlement de musique, dirigé par Martin Gester (enregistré en en l'église de Walbourg, en France). CD Accord Baroque.

Après avoir enregistré pour les labels OPUS 111, Accord et Assai, il se tourne ensuite vers les éditeurs Ambronay et K617[2].

Liens externesModifier

RéférencesModifier