Ouvrir le menu principal

Vénus de Milo

sculpture grecque de la fin de l'époque hellénistique
Page d'aide sur l'homonymie Pour la pièce de théâtre, voir La Vénus de Milo (pièce de théâtre).

Vénus de Milo
Vénus de Milo.
Vénus de Milo.
Type Statue
Dimensions 202 centimètres (hauteur)
Inventaire Ma 399
Matériau Marbre
Méthode de fabrication Sculpture, ronde bosse
Période Vers 150-130 av. J.-C.
Culture Époque hellénistique, Grèce antique
Date de découverte 1820
Lieu de découverte Milos
Coordonnées 48° 51′ 36″ nord, 2° 20′ 12″ est
Conservation Département des antiquités grecques, étrusques et romaines du musée du Louvre, Paris
Fiche descriptive Fiche sur la base Atlas

La Vénus de Milo est une statue en marbre de la déesse Aphrodite, retrouvée sans ses bras dans l'île grecque de Milos en 1820. C'est une œuvre de l'époque hellénistique, créée vers 150-130 av. J.-C.

Son exposition au musée du Louvre en 1821 a fait sensation : elle était la première statue venue de Grèce dans les collections, et la première à être montrée incomplète. Sa célébrité est due à la grande beauté de son corps à demi dénudé, mais aussi aux polémiques suscitées par la mutilation de ses bras. Parmi les nombreuses propositions pour restituer leur position, les archéologues en privilégient deux, celle où la Vénus de Milo tient la pomme du jugement de Pâris ou celle où elle se regarde dans le bouclier d'Arès.

Sommaire

HistoriqueModifier

1820-1821 : de Milo à ParisModifier

Entre le et le , plusieurs navires de l'escadre française du Levant, parmi lesquels l'Estafette, stationnent ou font escale dans la rade de l'île de Milo[1]. Un aspirant de l'Estafette, Olivier Voutier, assiste un jour à la découverte par un paysan grec prénommé Yorgos d'une statue de Vénus en deux parties[2]. Le premier à réagir officiellement est un commandant de navire, M. Dauriac, arrivé le à Milo. Il écrit dès le au consul général à Smyrne, pour signaler la découverte « trois jours avant » de la Vénus, déja évaluée à 1000 piastres. Le lendemain, Louis Brest, l'agent consulaire français de Milo, écrit[3] lui aussi à son supérieur, en faisant état de la statue « un peu mutilée, aux bras cassés » et de deux piliers à tête sculptée. Il s'inquiète de savoir s'il doit acheter la statue et ajoute que les dignitaires de l'île souhaitent de leur côté la proposer au fonctionnaire grec dont ils dépendent à Constantinople[4]. Les deux lettres parviennent le à Smyrne, et le consul général écrit le 25 à l'ambassadeur de France à Constantinople, le marquis de Rivière pour l'avertir et lui demander s'il veut acquérir la statue « pour le Musée Royal » à Paris[5].

 
Le vicomte de Marcellus par Ingres, vers 1825.

Le , un navire chargé d'un voyage d'exploration dans le Pont-Euxin, la Chevrette, fait une brève escale à Milo. À son bord se trouve l'enseigne de vaisseau Jules Dumont d'Urville. Botaniste, il va le examiner par curiosité la statue de Vénus récemment découverte et note ses observations[6]. La Chevrette poursuit sa route en faisant escale le à Constantinople. Le , Dumont d'Urville est en mesure de rédiger une courte notice[7] sur la statue pour le vicomte de Marcellus, secrétaire à l'ambassade de France, qui la transmet à l'ambassadeur.

Enfin le , l'Estafette, basée à Smyrne, arrive à Constantinople pour emmener M. de Marcellus dans une tournée des établissements français du Levant prévue de longue date ; son commandant, M. Robert, s'entretient aussi de la statue avec l'ambassadeur.

Sur la foi de ces différents témoignages, M. de Rivière décide d'acheter la statue à son propre compte et il envoie Marcellus pour traiter l'affaire[8].

Or dans l'intervalle à Milo, un moine-économe nommé Verghi s'était chargé d'acheter la statue à Yorgos pour le fonctionnaire grec de Constantinople : il en avait offert 718 piastres, mais en ne versant qu'une très petite avance[9]. Et quand l'Estafette approche l'île le 22 mai 1820, le moine fait rapidement embarquer la statue sur un navire prêt à partir. Malgré cela, Marcellus est déterminé à la récupérer et à l'acheter. Deux jours de négociations très tendues avec les dignitaires de l'île et l'offre d'un paiement argent comptant de 836 piastres[10] sont nécessaires pour qu'il puisse faire passer à son bord la statue, avec « quelques fragments de marbre » et trois piliers à tête sculptée. Il quitte Milo dès le , et dans la dépêche[11] qu'il expédie le de Rhodes à l'ambassadeur pour lui narrer les faits, il précise avoir refusé de recourir à la force comme le lui suggéraient ses compagnons. De son côté, Brest écrit[12] pour demander à l'ambassadeur d'intervenir pour éviter des sanctions aux habitants de l'île[13].

Puis l'Estafette entreprend son périple en Méditerranée orientale, fait escale entre autres au Pirée le , où l'archéologue Louis Fauvel admire la statue dressée sur le pont du navire au milieu de la nuit, « à la lueur des flambeaux »[14]. La mission de Marcellus se termine le à Smyrne, et les sculptures sont transbordées sur le navire la Lionne qui doit ramener en France M. de Rivière, relevé de son poste d'ambassadeur. Sur le chemin du retour, ce dernier fait escale à Milo le et emporte encore quelques fragments de marbres.

Arrivés le à Toulon, les objets sont acheminés le mois suivant par voie fluviale jusqu'à Paris où ils parviennent à la mi-février[15]. Cela permet à M. de Rivière, en bon courtisan, d'offrir la statue au roi Louis XVIII lors d'une audience qui lui est accordée le au palais des Tuileries. Le roi l'accepte aussitôt pour enrichir les collections du musée du Louvre[16], mais il n'ira jamais la voir[17].

1821-1874 : les récitsModifier

Plusieurs récits de ces événements paraissent au cours du XIXe siècle, de plus en plus bavards et imprécis à mesure que le temps passe. Étant donné la célébrité immédiate de la Vénus de Milo, chacun construit sa version des faits en cherchant à se donner le rôle principal, sans hésiter à déformer la réalité.

a) en , Dumont d'Urville publie la relation du voyage[18] que la Chevrette a fait l'année précédente. Pour la statue de Milo, il copie sa note du , augmentée de ce qu'on lui a dit de la suite des événements. C'est le témoignage le plus direct que l'on possède de la trouvaille et de son contexte.

b) le , Marcellus fait parvenir au directeur du Musée Royal une note[19] très détaillée sur les conditions de l'acquisition et de l'enlèvement de la Vénus, où il a en effet joué un rôle essentiel et déterminant par la négociation. Le peu qu'il dit sur la découverte, qu'il date fin février, est de seconde main.

c) en 1821, le comte de Clarac, conservateur des Sculptures au Louvre, publie une étude[20] sur la Vénus de Milo. Il reprend les notes de Dumont d'Urville et de Marcellus, et les complète avec les informations que lui fournit de vive voix M. Duval d'Ailly, commandant de la Lionne, également présent à Milo en .

d) en 1839, Marcellus consacre un chapitre de ses Souvenirs de l'Orient[21] à l'acquisition de la statue, qu'il appelle « sa Vénus ». Il recopie pour l'essentiel sa note de 1821, qu'il enfle pompeusement ; mais il ajoute sa tentative, jusque-là dissimulée, de monter à bord du navire en partance pour Constantinople pour voir la statue.

e) en 1862, Brest rédige un rapport[22] à la demande de l'ambassadeur de France à Athènes. Oublieux de ce qu'il avait lui-même écrit en 1820, il s'attribue tout le mérite de l'acquisition de la statue pour la France. C'est alors seulement qu'il donne au découvreur (appelé jusqu'ici Yorgos) le nom de Théodore Kendrotas.

f) en 1874 paraît le récit de Matterer[23], lieutenant sur la Chevrette en 1820. Il affirme que les bras de la Vénus ont été cassés dans une violente bagarre entre les Français et les Grecs survenue lors de son embarquement en mai 1820 sur le port de Milo : la scène est inventée car la Chevrette naviguait à ce moment-là dans le Pont-Euxin.

g) Voutier réagit en publiant la même année sa version des faits[24] : il peut assurer que la statue a été trouvée les bras cassés, puisque c'est lui qui l'a fait exhumer par le paysan grec - sinon elle serait restée enfouie ; et ne parvenant pas à convaincre Brest de l'acheter, il est parti aussitôt sur l'Estafette prévenir l'ambassadeur à Constantinople. Son récit est pittoresque mais rarement plausible, voire même erroné (à la mi-, son navire a quitté Milo pour regagner sa base à Smyrne)[25].

h) en 1892 est publié le calque d'un dessin[26] fait par Voutier, représentant la Vénus en deux morceaux disjoints et deux piliers à tête sculptée sur des bases inscrites. Voutier a vu les objets à Milo en et les a côtoyés de à sur l'Estafette.

DécouverteModifier

DateModifier

La découverte de la statue par le grec Yorgos s'est faite par hasard et sans aucune méthode. Dauriac la place « trois jours avant » sa lettre du , soit le . L'agent consulaire de Milo écrit à Smyrne le qu’« un paysan vient de trouver » la statue, sans plus de précision. Dumont d'Urville situe la découverte un mois environ avant le rapport qu'il rédige le à Constantinople[27], soit vers le . Il s'est écoulé un certain temps entre la découverte de la statue et son exhumation complète. Le paysan met vite le haut de la statue à l'abri chez lui où Dauriac l'a vu le , et laisse la partie inférieure sur place où Dumont d'Urville l'examine le . Aucun des témoignages de 1820 ne renvoie à la « fin février », date donnée par Marcellus, reprise par Clarac et d'autres[28] par la suite.

LieuModifier

Les renseignements les plus complets se trouvent dans l'étude de Clarac[29]. Le paysan grec travaillait « […] à 500 pas (300 m) de l'amphithéâtre (du théâtre) et au-dessus des grottes sépulcrales creusées sur la droite de la vallée qui conduit à la mer ». Cela correspond à l'emplacement de la ville antique de Mèlos, à flanc de montagne entre le village de Tripiti et la mer, le long de la vallée de Klima. Les fouilles modernes ont permis d'identifier deux temples, dont un de Poséidon, une agora avec des portiques, un gymnase ; plus haut, le théâtre, et plus haut encore un stade. L'endroit où a été découverte la Vénus se trouve tout à côté du stade[30].

Le paysan repère des blocs de marbre bien taillés affleurant le terrain et continue de creuser pour en récupérer davantage. Ils proviennent du haut des murs d'une construction alors complètement enterrée, qualifiée dans les premiers récits de « grotte », « niche » ou « petite chapelle », « cintrée » ou « voûtée ». C'est le fond en abside d'une pièce carrée d'environ quatre pieds de large (1,40 m) et enfouie de sept ou huit pieds (2,50 à 2,80 m) sous le niveau du sol moderne. Seul Dumont d'Urville signale[31] que l'entrée était surmontée d'un marbre de quatre pieds et demi de long sur six à huit pouces de large (1,50 × 0,20 m), soit la taille d'un linteau. Il portait gravée la dédicace, d'époque romaine d'après la forme des lettres[32], du petit bâtiment nommé « exèdre ». Il ne reste plus rien aujourd'hui de cette exèdre.

Objets découvertsModifier

Les sculpturesModifier

Dans cet espace restreint étaient enfouies plusieurs sculptures de marbre, accompagnées de fragments[33], mais on ignore s'il s'agit de leur emplacement antique ou d'un regroupement postérieur[34]. D'après les premiers témoignages, s'y trouvaient certainement :

 
Les principaux objets découverts d'après le dessin d'Olivier Voutier.
  • la partie supérieure de la Vénus, les bras cassés, le chignon encore attaché[35] (Louvre, Ma 399)
  • la partie inférieure de la Vénus, sans le pied gauche (Louvre, Ma 399)
  • le morceau intermédiaire de la hanche droite (Louvre, sur la statue)
  • une main tenant une pomme (Louvre, Ma 400)
  • un pied chaussé d'une sandale[36] (Louvre, Ma 4794)
  • un pilier avec une tête d'Hermès barbu (Louvre, Ma 405)
  • un pilier avait une tête d'Héraclès imberbe (Louvre, Ma 403)

Marcellus dit avoir emporté aussi :

  • un troisième pilier fragmentaire avec une tête d'Héraclès imberbe (Louvre, Ma 406).

Il est plus difficile d'identifier les fragments de bras mentionnés en avril près de la statue ou ceux emportés en mai et novembre[37], avec ceux répertoriés au Louvre, qui sont :

  • une partie de bras gauche (Louvre, Ma 401)
  • un avant-bras très fruste (Louvre, Ma 402)

Les inscriptionsModifier

Grâce à Dumont d'Urville, on sait qu'il y avait aussi dans l'exèdre :

  • une base de pilier hermaïque avec une dédicace du IVe siècle av. J.-C. (Louvre, Ma 1441)[38]. Dumont d'Urville disait l'inscription illisible, Voutier l'a déchiffrée et a dessiné la base très petite sous le pilier avec la tête d'Hermès :

Théodoridas fils de Laistratos, à Hermès.

  • le linteau avec la dédicace incomplète de l'exèdre d'époque romaine[39]. Il a été emporté en novembre par M. de Rivière qui l'aurait donné au Louvre en 1822, où il ne se trouve plus.

Βάκχιος Σάτ[τ]ου ὑπογυ[μνασιαρχήσ]ας / τάν τε ἐξέδραν καὶ τὸ [ἄγαλμα(?)] / Ἑρμᾶι Ἡρακλεῖ. Bacchios fils de Sattos étant hypogymnasiarque [a dédié] l'exèdre et [?] à Hermès et à Héraclès .

Mais le lieu de découverte de la dernière inscription est incertain. Dumont d'Urville, pourtant attentif aux inscriptions, ne la mentionne pas dans l'exèdre :

  • un fragment de base avec une signature incomplète de sculpteur du IIe siècle av. J.-C.[40].

« -ανδρος Μηνίδου / [Ἀντ]ιοχεὑς ἀπὸ Μαιάνδρου / ἐποίησεν » ...andros fils Ménidès, de la ville d'Antioche du Méandre a fait [la statue].

Le fragment, brisé à gauche, comporte un trou d'encastrement de pilier. Il est dessiné par Voutier comme base du pilier avec la tête d'Héraclès, et représenté avec soin comme partie de la plinthe de la statue dans l'étude de Clarac. Parvenu au Louvre en 1821, il a ensuite été perdu.

La statueModifier

DescriptionModifier

La statue est plus grande (2,02 m) que la taille naturelle. Elle représente la déesse grecque Aphrodite (Vénus chez les Romains), debout, le torse dénudé et les jambes drapées.

 
Vénus de Milo, vue de trois quart droit.

La déesse est coiffée très simplement : les cheveux, divisés par une raie en épais bandeaux ondulés, forment derrière la tête un chignon rond d'où s'échappent trois mèches tombant dans le cou. La tête était ornée d'un diadème en métal fixé sur une bande lisse (les trous de fixation sont visibles), et les oreilles de boucles en métal. Le visage est plein et lisse, le nez droit, les yeux petits et peu enfoncés, la bouche à la lèvre inférieure charnue est à peine entrouverte. C'est un visage calme et sans expression, encore très classique.

Le haut du corps dénudé est parfaitement proportionné. Les seins sont écartés et très fermes, le torse est modelé par la ligne blanche et les muscles abdominaux, le ventre est légèrement bombé. Le bras droit, conservé jusqu'au milieu du biceps, est dirigé vers le bas, pressé contre le sein ; au-dessus de la fracture, deux trous servaient sans doute à fixer un bracelet en métal. Le dos est modelé par la dépression de la colonne vertébrale, les fesses sont peu volumineuses.

La jambe droite tendue porte le poids du corps, le pied nu bien à plat. La jambe gauche, à la cuisse un peu trop courte, est légèrement fléchie, car le pied maintenant disparu était posé sur un support bas. Le bas du ventre et les jambes sont couverts d'une draperie qui n'est pas celle d'un himation, manteau que les femmes ne portaient pas à même la peau, mais celle d'une grande étoffe, qui pouvait servir à la sortie du bain. Roulée en bourrelet sous les hanches, elle drape d'abord l'avant, puis l'arrière des jambes, revient à l'avant sur la cuisse gauche relevée, et se termine en tombant à l'intérieur de la jambe. Cette disposition dans la réalité devait permettre à une étoffe de tenir en place toute seule, sans l'aide des mains[41]. Très inhabituelle, elle permet d'identifier toutes les statues d'Aphrodite du même type.

Les mesures principales de la Vénus de Milo sont les suivantes :

  • hauteur totale : 202 cm
  • largeur maximum : 36 cm
  • profondeur maximum : 64 cm
  • tour de poitrine : 121 cm
  • tour de taille : 97 cm
  • tour de hanches : 129 cm

TechniqueModifier

La statue est en marbre de Paros d'excellente qualité. Son corps a été fabriqué dès l'origine en deux blocs superposés. Cette technique de fabrication s'est répandue à l'époque hellénistique en Asie mineure et dans les Cyclades[42]. Elle permettait d'extraire des carrières des blocs de marbre moins importants donc moins moins rares et moins coûteux que pour un corps entier.

Les surfaces jointives se raccordent horizontalement au milieu du bourrelet de draperie. Les deux blocs étaient fixés l'un à l'autre par deux goujons de fer, implantés à l'intérieur de chaque hanche. Du côté de la hanche droite, au bloc supérieur, une pièce horizontale a été découpée dès l'origine pour réparer un gros accident du marbre, dû sans doute à la proximité du tenon métallique[43].

D'autres parties de la statue étaient rapportées sur le corps :

  • le bras gauche, fixé à l'épaule par un goujon rectangulaire dans un trou de scellement horizontal ;
  • le pied gauche avec le bord inférieur de la draperie ;
  • toute la partie droite de la plinthe, suivant une grande surface de joint coupée en biseau dans la draperie au bas de la jambe gauche.

Le travail de la draperie à l'arrière et sur le côté gauche des jambes est délibérément plus sommaire, ces parties n'étant pas destinées à être vues par le spectateur. Cette différence ne se retrouve pas dans la partie supérieure.

Datation et styleModifier

Dès le début, la Vénus de Milo a frappé les commentateurs par la qualité de sa sculpture. Ils ont tout de suite fait la différence entre elle et les copies romaines auxquelles ils étaient habitués. Les sculptures grecques étaient encore rares à l'époque dans les musées européens[44], la seule référence étant les sculptures du Parthénon exposées à Londres (les marbres Elgin). La Vénus de Milo a été rapprochée successivement des écoles de Praxitèle ou de Scopas[45], puis les progrès de l'archéologie au XIXe siècle ont mis en lumière les caractéristiques de la sculpture hellénistique.

Le style de la sculpture de la Vénus de Milo n'est pas uniforme. À la partie supérieure, le visage peu expressif est empreint de classicisme, tout comme le modelé des parties nues sans ruptures ni effets d'ombre. À la partie inférieure au contraire, le rendu des plis de la draperie est très graphique et l'emporte visuellement sur la forme des jambes. Une telle disparité a fait penser que la partie inférieure pouvait être une restauration antique tardive[46]. Elle relève en fait d'une volonté de créer un fort contraste entre le nu et le drapé. La combinaison de ces effets de style très marqués en même temps qu'un retour au classicisme caractérise le goût de l'époque hellénistique. À la fin du XIXe siècle, Adolf Furtwängler propose de dater la Vénus de Milo dans la seconde moitié du IIe siècle av. J.-C.[47]

En 1954, Jean Charbonneaux compare le profil de la Vénus de Milo à celui du torse dit l'Inopos conservé au Louvre[48], qu'il identifie comme un portrait de Mithridate VI, roi du Pont de 120 à 63 av. J.-C. Jugeant les profils similaires, il en conclut que les deux statues sont l'œuvre du même sculpteur, donc contemporaines, et propose de dater vers 100 av. J.-C. la statue de Milo. Mais le profil de l'Inopos était une restauration en plâtre du XIXe siècle, maintenant supprimée[49] : il n'y a donc plus d'argument pour dater la Vénus de Milo à la toute fin du IIe siècle av. J.-C.

Le nom du sculpteur de la Vénus n'est pas connu. Pourtant, le fragment avec la signature d'un sculpteur d'Antioche du Méandre, même s'il n'appartient pas à la statue, est important car il témoigne de l'activité à Milo, comme dans tout l'archipel des Cyclades, de sculpteurs venus d'Asie mineure, sans doute en lien avec la fin des travaux du Grand autel de Pergame[50]. D'où aussi la comparaison souvent faite entre la Vénus de Milo et une tête d'Aphrodite trouvée à Tralles[51], datée vers 150 av. J.-C.

RestaurationsModifier

Dans l'AntiquitéModifier

Plusieurs indices font penser que la statue avait subi des dommages dans l'Antiquité, et avait été réparée[52]. L'avant-bras droit avec le coude avait été complété en marbre. Il était maintenu par une tige métallique fixée dans le torse sous le sein droit. L'avant de la plinthe a été retaillé parallèle au plan des épaules à grands coups de pointe[53]. La restauration ne devait pas être très soignée. Et pour certains archéologues, le fragment de bras, la main avec le fruit, et le fragment de base avec la signature sont aussi les restes de cette restauration antique[54].

À l'époque moderneModifier

État de conservationModifier

La statue, au cou intact, n'a plus ses bras : le gauche est absent à partir de l'épaule, et le droit fracturé au milieu du biceps. Il manque également la partie droite de la plinthe, le pied gauche, et quelques petits fragments : une partie du nez, les lobes des oreilles, le bout du sein gauche, le pouce du pied droit et de petites portions de plis. La surface du marbre est arrachée dans le dos, notamment derrière l'épaule droite, et celle des plis posés sur la cuisse gauche est érodée.

La statue a subi des dégâts importants dans la zone des hanches et du haut des cuisses. Du côté droit, un gros morceau de la cuisse avec la fesse attenante est brisé ainsi que, du côté gauche, deux fragments superposés de la hanche et de la cuisse. Ces fractures ont peut-être été causées volontairement après l'Antiquité pour récupérer le métal des tenons reliant les deux blocs, à l'emplacement même où la statue a été retrouvée. Les premiers témoins de la découverte ne signalent pas la présence de ces trois fragments, ni Marcellus lors de l'embarquement, ni les premiers commentateurs de la statue[55]. Seul le dessin de Voutier montre la lacune de la cuisse droite et celle plus petite de la hanche gauche.

Première restaurationModifier

 
Dessin de la Vénus de Milo avec des restaurations non réalisées, publié par F. de Clarac en 1821.

À la mi-mars 1821 la statue arrive dans l'atelier de restauration des sculptures du Louvre pour être confiée au sculpteur-restaurateur Bernard Lange. La restauration des bras en marbre est d'abord envisagée. Faute de consensus sur l'attitude générale de la statue (voir ci-dessous), Antoine Quatremère de Quincy, membre éminent de l'Institut dont l'entourage du Roi sollicite l'avis, recommande d'exposer la statue « dans l'état de mutilations où elle se trouve »[56]. Cadeau royal, la statue doit être rapidement exposée, et en moins de trois mois Lange parvient à :

  • creuser de nouvelles mortaises pour les goujons métalliques nécessaires à l'assemblage des deux blocs de la statue[57].
  • refixer les fragments cassés aux deux cuisses et à la hanche gauche, et remettre en place la pièce intermédiaire à la hanche droite. Les deux parties du corps une fois réunies, il reste un vide à la jointure, qui est colmaté au plâtre.
  • refixer le chignon ; compléter en plâtre le bout du nez, le pouce du pied droit ; boucher le trou de fixation sous le sein droit ; refaire en plâtre le pied gauche.
  • nettoyer l'ensemble de la surface de la statue pour lui rendre une blancheur parfaite[58], selon le goût de l'époque.
  • retailler la plinthe antique sur les côtés, avant de l'insérer dans un socle moderne.

La statue ainsi restaurée est exposée à la fin du mois de et un an plus tard elle trouve sa place au centre de la « Salle du Tibre », entourée de sculptures romaines. Elle la quittera en 1853, pour l'extrémité du « Corridor de Pan »[59].

Seconde restaurationModifier

Durant la guerre de 1870, la Vénus de Milo est mise à l'abri dans les caves de la Préfecture de Paris, mais à cause de l'humidité, le joint de plâtre entre les deux blocs du corps s'est désagrégé. Félix Ravaisson, le conservateur des antiques du Louvre à l'époque, constate alors que la restauration de 1821, faite trop vite, était défectueuse au niveau de la jonction des deux blocs du corps[60] : le fragment de la cuisse gauche recollé trop haut faisait une saillie sur le lit d'attente du bloc inférieur, compensée dans la partie droite par l'adjonction de cales en bois inadaptées. Il entreprend une restauration fondamentale de la statue qui a pour effet de redresser l'aplomb vertical du torse. Il supprime le pied gauche en plâtre dont il rebouche le trou de fixation, et inclut la plinthe dans un socle circulaire tournant.

Depuis 1871Modifier

Par la suite, la statue n'a pas subi d'autres restaurations que des nettoyages et des interventions ponctuelles rendus nécessaires au fil du temps ou de ses déplacements[61]. Lors du réaménagement des salles du Louvre après la Seconde Guerre mondiale, la plinthe antique, dégagée de son socle, redevient visible. Après le dernier nettoyage réalisé en 2010, durant lequel ont été entrepris des examens scientifiques[62], elle quitte le « Corridor de Pan » pour regagner la salle qu'elle occupait en 1822, qui lui est désormais presque entièrement consacrée.

RestitutionsModifier

La mutilation des bras de la Vénus de Milo a alimenté la légende, voire les fantasmes. Si les archéologues eux-mêmes en ont proposé des restitutions très différentes, c'est que les informations trop imprécises fournies au moment de la découverte laissent planer le doute sur l'appartenance ou non à la statue d'éléments déterminants pour l'attitude : une main gauche tenant un fruit rond, un morceau de bras gauche, le fragment de base avec encastrement et signature. De plus, la plinthe retaillée permet d'envisager différentes vues principales[63]. La plupart des restitutions peuvent se regrouper autour de trois propositions, auxquelles se rattachent des variantes.

Vénus tenant une pommeModifier

 
Restitution par Furtwängler, 1893.

La présence dans l'exèdre d'une main gauche tenant un fruit a conduit les premiers témoins à Milo à interpréter la statue comme Vénus tendant la pomme qui lui a été attribuée lors du « Jugement de Pâris », pour l'avoir emporté par sa beauté sur Athéna et Héra. Ils l'appellent pour cela « Vénus Victrix ». La déesse se tient de face, la main gauche portée haut vers l'avant ou vers le côté, la main droite abaissée vers la draperie posée sur la cuisse gauche[64].

Furtwängler en 1893 défend l'appartenance à la statue dès l'origine du fragment de plinthe avec la signature et un encastrement de pilier. Il dessine alors une variante[65] où Vénus, vue de face, tend la pomme dans la main gauche, l'avant-bras posé sur un pilier assez haut, la main droite abaissée vers la draperie sur la cuisse gauche (transposition du dessin en 3D sur You Tube[66]).

Avec ou sans le pilier, cette restitution est communément admise[67], quoique sans comparaison.

Vénus groupée avec MarsModifier

 
Vénus et Mars, restitution en plâtre, par Ravaisson, 1892.

Dès 1821, Quatremère de Quincy compare la Vénus de Milo à plusieurs Vénus romaines au drapé identique enlaçant le dieu Mars[68], et à une monnaie représentant le groupe avec la légende « Vénus Victrix ». Tournée de trois quarts vers le dieu de la guerre debout à sa gauche, la déesse lui enlace les épaules du bras gauche. La main avec la pomme serait une restauration antique, après la disparition de la statue de Mars à la suite d'un accident, tout comme le fragment de base pour compléter la plinthe brisée.

Le groupe est reconstitué en plâtre est publié par Ravaisson en 1892, un peu différent : la Vénus de Milo se tourne de profil vers un Mars du type de l'Arès Borghèse, le bras gauche plié, la main tenant la pomme posée sur l'épaule droite du dieu, le bras droit passant à demi fléchi devant le torse[69].

Toutefois, ce groupe semble être une variante romaine du type suivant, où Mars a pris la place du bouclier et de son support.

Vénus se regardant dans un bouclierModifier

 
La Vénus de Capoue. IIe siècle apr. J.-C. Naples, Musée archéologique national.

James Millingen en 1826 compare la statue de Milo de la Vénus de Capoue[70], qu'il rapproche d'une monnaie de la ville de Corinthe représentant une déesse les deux bras tendus sur le côté, tenant un bouclier. Par la suite, Furtwängler démontre[71] que ce type est celui de la statue de culte créée au IVe siècle av. J.-C. pour le temple d'Aphrodite sur l'acropole de Corinthe[72]. Il en identifie le sujet grâce à un poème grec décrivant une Aphrodite qui se sert du bouclier poli d'Arès pour se regarder : « […] ensuite était représentée la déesse cythéréenne [Aphrodite] aux tresses épaisses, tenant le bouclier facile à manier d'Arès […] ; en face d'elle, de manière très exacte, son image apparaissait visible dans le bouclier d'airain »[73].

Au cours du XXe siècle, de nouvelles trouvailles[74] ont renforcé cette hypothèse : à Corinthe même une fresque montrant la déesse portant un bouclier et une statuette où elle est flanquée d'un pilier, à Pergé (Turquie) une statue de Vénus écrivant sur un bouclier. En 2017, Marianne Hamiaux propose une restitution[75] de la Vénus de Milo tournée de trois quarts droit, tenant des deux mains un bouclier posé sur un pilier à sa gauche. La déesse, au sortir du bain et parée de ses bijoux, admire son reflet dans le bouclier de son amant guerrier.

La tête droite pour se regarder, elle est plus fidèle à l'original du IVe siècle av. J.-C. que les statues de Capoue et de Pergé, qui sont des variantes d'époque romaine où Vénus, la tête penchée, écrit sur le bouclier.

AutresModifier

La découverte de la Victoire de Brescia (it)[76] en 1826 a pu faire penser que la Vénus de Milo était une Victoire écrivant sur un bouclier[77], mais cette hypothèse qui confond l'arrachement en surface du marbre derrière l'épaule droite avec l'attache d'une aile est à exclure.

L'interprétation de la Vénus de Milo comme une fileuse de laine provient d'une mauvaise restauration, au début du XIXe siècle, du geste des mains de la Vénus de Capoue.

On ne connaît pas de représentation grecque d'Amphitrite comparable à la Vénus de Milo[78]. La statue d'Amphitrite trouvée à Milo en 1877 avec celle du Poséidon de Milo et exposée au musée national d'Athènes[79] est vêtue d'un chiton et d'un himation.

Déclinaisons et détournementsModifier

Peinture et sculptureModifier

  • Jean-Baptiste Mauzaisse, Le temps montrant les ruines qu'il amène et les chefs-d'oeuvre qu'il laisse à découvrir, 1822. Plafond du Louvre.

LittératureModifier

  • Théodore de Banville, À la Vénus de Milo, dans Les cariatides, 1842 [lire en ligne]
  • Charles Henri Leconte de Lisle, Vénus de Milo dans Poèmes antiques, 1852 [lire en ligne]
  • Armand Silvestre, Vénus de Milo dans Le pays des roses, 1882 [lire en ligne]
  • Tákis Theodorópoulos, L'Invention de la Venus de Milo, traduit du grec par Michel Grodent, Paris, Sabine Wespieser Éditeur, 2008
  • Alfred Boudry, La beauté universelle, in La bibliothèque nomédienne, 2008 : la Vénus de Milo est une indication menant au continent perdu de l'Atlantide

DiversModifier

NotesModifier

  1. S. Reinach, Documents sur la Vénus de Milo I, dans Amalthée 1930, p. 272-278.
  2. Voir ci-dessous, I. 2, g
  3. Publication des deux lettres par M de Vogüé, Seconde lettre sur la découverte de la Vénus de Milo, Comptes-rendus de l'académie des inscriptions et belles-lettres, 1874, p. 162-163. [lire en ligne]
  4. Il s'agit du phanariote Nicolas Mourousi, drogman de la flotte de l'Empire ottoman.
  5. F. Ravaisson, La Vénus de Milo, Mémoire de l'institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1892, p. 156-157. [lire en ligne]
  6. Il tenait son journal tous les jours. Cf. M. Besnier, La Vénus de Milo et Dumont d'Urville, in Revue des Études Anciennes, 10, 1908, p. 226-227.
  7. Publiée par É. de Marcellus, La Vénus de Milo, Le Temps, 4 mars 1874.
  8. C. de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839, p. 239-247.
  9. M. de Vogüé, Sur la découverte de la Vénus de Milo, Comptes rendus de l'académie des inscriptions et belles-lettres, 1874, p. 154 ; Marcellus, Notice du 18 août 1821, voir plus bas I. 2. b
  10. Soit 718 piastres pour la statue et 118 drachmes de dédommagement pour les dignitaires, cf. M. de Vogüé, Lettre sur la découverte de la Vénus de Milo, Comptes-rendus de l'académie des inscriptions et belles-lettres, 1874, p. 154.
  11. Extrait dans É. de Marcellus, la Vénus de Milo, Le Temps, 14 mai 1874.
  12. É. de Marcellus, La Vénus de Milo, Le Temps, 4 mai 1874.
  13. Elles seront sévères : prison, bastonnade et amende de 7 000 piastres. Cf. C. de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839, p. 251-252.
  14. C. de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, tome I, 1839, p. 249-250.
  15. É. Michon, La Vénus de Milo. Son arrivée et son exposition au Louvre, Revue des Études Anciennes, 1900, p. 302-308.
  16. Elle est inscrite sur le livre d'entrée du règne de Louis XVIII sous le numéro LL 299.
  17. É. Michon, « La Vénus de Milo. Son arrivée et son exposition au Louvre », Revue des Études Anciennes, 1900, p. 349.
  18. J. Dumont d'Urville, Relation du voyage de la Chevrette, Annales maritimes 13, 1821, p. 149-179.
  19. Document aux Archives Nationales
  20. F. de Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo, Paris, 1821.
  21. C. de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, Paris, 1839, tome I, p. 233-256.
  22. S. Reinach, Chronique des arts, 1897, 9, p. 84-87.
  23. J. Aicard, La Vénus de Milo : recherches sur l'histoire de la découverte d'après des documents inédits, 1874, p. 143-163.
  24. Large extrait dans Salomon Reinach, Amalthée : mélanges d'archéologie et d'histoire, 1930-1931, p. 275, note ; version complète dans L'enlèvement de Vénus, Paris, 2014, p. 97-105.
  25. Voutier a pour habitude d'enjoliver ses récits et de s'y attribuer un rôle prépondérant ou exagéré, comme c'est le cas pour ses publications sur la guerre d'indépendance grecque ((en) William St Clair, That Greece Might Still Be Free: The Philhellenes in the War of Independence, Cambridge, , p. 288).
  26. F. Ravaisson, La Vénus de Milo, Mémoires de l'académie des inscriptions et belles-lettres, 1892, pl. II.
  27. Dans son rapport de 1820 : « il n'y a qu'un mois environ » avant le  ; dans sa relation de 1821 : « trois semaines environ avant notre arrivée » à Milo le .
  28. É. Michon, La Vénus de Milo, son arrivée et son exposition au Louvre, Revue des Études Anciennes, 1900, p. 319-322.
  29. F. de Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo, 1821, p. 5-6.
  30. R. Kousser, Creating the Past : the Vénus of Milo and the Hellenistic Reception of Classical Greece, American Journal of Archeology, 109, 2005, p. 244, fig. 16.
  31. J. Dumont d'Urville, Relation du voyage de la Chevrette, Annales maritimes 13, 1821, p. 165.
  32. Soigneusement reproduites par Dumont d'Urville.
  33. M. Hamiaux, Musée du Louvre. Les sculptures grecques, II, 1998, p. 41-49, no 52-59, avec photographies.
  34. Par exemple, une réserve pour un four à chaux, cf. Reinach, La Vénus de Milo avant 1890, 1930, p. 256.
  35. Il sera brisé au cours de son transfert sur le rivage. Cf. C. de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, 1839, p. 248
  36. N'appartient pas à la Vénus de Milo qui a les pieds nus.
  37. Analyse détaillée dans É. Michon, La Vénus de Milo, son arrivée et son exposition au Louvre, Revue des Études Anciennes, 1900, p. 323-326.
  38. Inscriptiones Graecae XII, 3, 1092/1662 ; É. Michon, la Vénus de Milo, son arrivée son exposition au Louvre, Revue des Études Anciennes, 1900, p. 339-340.
  39. Inscriptiones Graecae XII, 3, 1091. F. de Clarac, Musée de sculpture antique et moderne, II, 2, 1838, p. 853, no 444, pl. LIV.
  40. Inscriptiones Graecae, XII, 3, 1241 ; dessinée dans F. de Clarac, La statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo..., 1821, gravure de Debay ; F. de Clarac, Musée de sculpture antique et moderne, II, 2, p. 841, no 421, pl. LIV.
  41. M. Hamiaux, Le type statuaire de la Vénus de Milo, Revue Archéologique, 2017, p. 72-74.
  42. M. Hamiaux, « La Victoire de Samothrace : étude technique de la statue », Monuments Piot, 83, 2004, p. 122-123.
  43. F. Ravaisson, La Vénus de Milo, 1871, p. 6-10, et photographie de la statue avec le morceau déboîté.
  44. F. de Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo, 1821, p. 14-15 ; A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820, 1821, p. 6-9.
  45. A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820, 1821, p. 31-32 ; W. Fröhner, Notice de la sculpture antique, 1869, p. 168, no 136 ; S. Reinach, La Vénus de Milo en 1890, dans Amalthée, 1930, p. 261, 289-290.
  46. F. Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo 1821, p. 13-14 ; A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820, 1821, p. 12-13 ; F. Ravaisson, La Vénus de Milo, 1871, p. 8-9.
  47. A. Furtwängler, Masterpieces of Greek Sculpture, traduction 1895, p. 399-401.
  48. J. Charbonneaux, La Vénus de Milo et Mithridate le Grand, Revue des Arts, 1951, p. 8-16.
  49. A. Pasquier, J.-L. Martinez, 100 chefs-d'œuvre de la sculpture grecque au Louvre, 2007, p. 199.
  50. M. Hamiaux, Le type statuaire de la Vénus de Milo, Revue Archéologique, 2017/1, p. 73, fig. 8-9.
  51. Louvre, Ma 3518. A. Furtwängler, Masterpieces of Greek Sculpture, traduction, Londres, 1895, p. 398 ; A. Pasquier, J.-L Martinez, 100 chefs-d'œuvre de la sculpture grecque au Louvre, 2004, p. 157.
  52. A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820, 1821, p. 12-13.
  53. M. Hamiaux, Le type statuaire de la Vénus de Milo, Revue archéologique, 2017/1, p. 66, no 1.
  54. F. de Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo, 1821, p. 48-49, qui précise qu'elle était d'un marbre légèrement différent.
  55. A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820, 1821, p. 11-12 ; F. de Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo 1821, p. 21-24.
  56. A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820 1821, p. 32 ; É. Michon, La Vénus de Milo, son arrivée et son exposition au Louvre, Revue des Études Grecques, p. 350-352.
  57. Révélés par la gammagraphie réalisée en 2010 : J.-L. Martinez, Les secrets de la Vénus de Milo, dans L'Encyclopédie des collections, p. 45.
  58. « Le marbre a reçu du temps un ton doré très harmonieux », F. de Clarac, La statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo, 1821, p. 12.
  59. É. Michon, La Vénus de Milo, son arrivée et son exposition au Louvre, Revue des Études Grecques, p. 353-360.
  60. F. Ravaisson, La Vénus de Milo, 1871, p. 3-25 et photographie de la statue détériorée dans sa caisse de transport
  61. 1914 : mise à l'abri ; 1939 : évacuation au château de Valençay ; 1964 : exposition à Tokyo et Kyoto.
  62. J.-L. Martinez, Les secrets de la Vénus de Milo, dans L'Encyclopédie des collections 2010, p. 43.
  63. M. Hamiaux, Le type statuaire de la Vénus de Milo, Revue Archéologique, 2017/1, p. 65-66.
  64. J. Dumont d'Urville, Annales maritimes , 1821, p. 150 ; Bins de Saint-Victor dans J. Bouillon, Musée des antiques, I, pl. 11 ; W. Fröhner, Notice de la sculpture antique, 1869, no 136, p. 170.
  65. A. Furtwängler, Masterpieces of Greek Sculpture, trad. Londres 1895, appartenance de la plinthe : p. 368-374 ; restitution de l'attitude : p. 378-380, fig. 163.
  66. « Transposition en 3D par Andres Rådén/ARDI »
  67. R. Kousser, « Creating the Past: The Venus de Milo and the Hellenistic Reception of Classical Greece », AJA, 109, 2005, p. 227-250 ; Andrew Stewart, Art in the Hellenistic World, Cambridge Mss., 2014, p. 15, fig. 7, et p. 161-162 ; F. Queyrel, La sculpture hellénistique, tome 1. Formes, thèmes et fonctions, Paris, 2016, p. 63.
  68. A. Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo, Paris, 1821, p. 17-25.
  69. F. Ravaisson, La Vénus de Milo, Mémoire de l'institut de France, Académie des inscriptions et belles-lettres, 1892, p. 210-219, pl. IX.
  70. J. Millingen, Ancient Unedited Monuments, II, Londres, 1826, p. 5-6, pl. IV-V et p. 7-8, pl. VI.
  71. A. Furtwängler, Masterpieces of Greek Sculpture, traduction Londres, 1895, p. 385-389.
  72. Mentionnée dans Pausanias,  Périègèse, II,  4/7
  73. Apollonios de Rhodes, Les Argonautiques, I, 742-746, trad. Chr. Cusset dans la base Callythea.
  74. M. Hamiaux, « Le type statuaire de la Vénus de Milo », Revue Archéologique, 2017, 1, p. 65-70, fig. 2.
  75. M. Hamiaux, « Le type statuaire de la Vénus de Milo », Revue Archéologique, 2017, 1, p. 79, fig. 16.
  76. « Victoire de Brescia ».
  77. A. Marinoff, Le magasin pittoresque, 1893, série 2, volume 11, p. 140-142.
  78. Sur cette identification voir S. Reinach, Documents sur la Vénus de Milo I, dans Amalthée 1930, p. 310-312.
  79. N. Kaltsas, Sculpture in the National Archaeological Museum , 2002, p. 291.
  80. « Un tableau de Nils Forsberg pour le Nationalmuseum de Stockholm - La Tribune de l'Art », sur www.latribunedelart.com
  81. « Trois Vénus espagnoles rouges », sur https://www.guggenheim-bilbao.eus/fr/ (consulté le 20 décembre 2017)
  82. Objets et symboles: de la culture matérielle à l'espace culturel : actes de la 1re Journée doctorale d'archéologie, Paris, 20 mai 2006, Publications de la Sorbonne, 2009, p. 92
  83. Geluck, Philippe (1954-....). et Musée en herbe (Paris)., L'art et le Chat : [exposition, Paris, Musée en Herbe, février 2016-janvier 2017 (ISBN 9782203121553, OCLC 974269856, lire en ligne)
  84. « 29 - Venus - Speed Rough - Webcomics.fr », sur speed-rough.webcomics.fr (consulté le 29 août 2016)

BibliographieModifier

  • Jules Dumont d'Urville, Relation du voyage de la Chevrette, Annales maritimes 13, 1821, p. 149- 179 [1]
  • Charles de Marcellus, Souvenirs de l'Orient, Paris, 1839, tome I, p. 233-256 [2]
  • L'enlèvement de Vénus, éd. La Bibliothèque, coll. l'écrivain voyageur, 1994, (épuisé), qui republie Olivier Voutier, Découverte et acquisition de la Vénus de Milo, Hyères 1874, avec les deux textes précédents et quelques autres documents.
  • Antoine Quatremère de Quincy, Sur la statue antique de Vénus découverte dans l'île de Milo en 1820, Paris, 1821 [3]
  • Frédéric de Clarac, Sur la statue antique de Vénus Victrix découverte dans l'île de Milo en 1820, Paris, 1821 [4]
  • James Millingen, Ancient Unedited Monuments, II, Londres, 1826, p. 7-8, pl. VI [5]
  • Félix Ravaisson, La Vénus de Milo, Paris, Hachette, 1871 [6]
  • Adolf Furtwängler, Masterpieces of Greek Sculpture, traduction, Londres, 1895, p. 368-401 [7]
  • Étienne Michon, La Vénus de Milo. Son arrivée et son exposition au Louvre in Revue des Études Grecques, tome 13, fascicule 53-54, 1900, pp. 302-370
  • Salomon. Reinach, La Vénus de Milo en 1890 et autres documents, dans Amalthée, mélanges d'archéologie et d'histoire, 1930-1931, p. 250-356 [8]
  • Alain Pasquier, La Vénus de Milo et les Aphrodites du Louvre, éditions de la Réunion des musées nationaux, 1985 (ISBN 2-7118-0256-6)
  • (en) Brunilde Sismondo Ridgway, Hellenistic Sculpture, vol. II : The Styles of ca. 200-100 B.C., Madison, University of Wisconsin Press, (ISBN 0-299-16710-0), p. 167-172
  • Marianne Hamiaux, Musée du Louvre. Les sculptures grecques, tome 2, éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 1998, no 52, p. 41-44
  • D’après l’Antique, deux mille ans de création, catalogue d’exposition, éditions de la Réunion des musées nationaux, Paris, 2000
  • Rachel Kousser, « Creating the Past: The Venus de Milo and the Hellenistic Reception of Classical Greece », Americain Journal of Archaeology, 109, 2005, p. 227-250 [9]
  • Jean-Luc Martinez, Alain Pasquier, « 100 chefs-d'œuvre de la sculpture grecque au Louvre, éditions du Louvre & Somogy, Paris, 2007, p. 158-161
  • Jean-Luc Martinez, Les secrets de la Vénus de Milo, dans L'Encyclopédie des collections 2010 (sur Wikipédia Commons).
  • François Queyrel, La sculpture hellénistique, tome 1. Formes, thèmes et fonctions, éditions Picard, Paris, 2016, p. 58-65
  • Marianne. Hamiaux, Le type statuaire de la Vénus de Milo, Revue Archéologique, 2017, 1, p. 65-80

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier