Utilisateur:Baptiste de Lusignan/Brouillon2

Yolande de Bretagne
Image dans Infobox.
Cathédrale Notre-Dame de Chartres
Baie 122, première lancette de la façade du transept Sud
Titres de noblesse
Dame du Pallet
Comtesse de Penthièvre
Comtesse d'Angoulême
Dame de Lusignan
Comtesse de la Marche
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Autres noms
Yolande de Dreux
Époque
Période d'activité
Famille
Père
Mère
Fratrie
Conjoint
Enfants
Isabelle de Lusignan
Hugues XII de Lusignan
Alix de Lusignan
Marie de Lusignan
Guy de Lusignan
Yolande de Lusignan
Autres informations
Grands-Parents
Conflit
Héritier
Yolande de Bretagne.svg
Écu mi-parti échiqueté d'or et d'azur,
au franc-quartier d'hermine
et d'un burelé d'argent et d'azur de dix pièces

Yolande de Bretagne ou Yolande de Dreux (1218-15 octobre 1272), dame du Pallet (1236-1272), Gometz-le-Châtel (1250-1272), comtesse de Penthièvre (1236-1263)[1], puis dame de la Fère-en-Tardenois, Chilly et Longjumeau (1263-1272), est une princesse bretonne du XIIIe siècle. Elle est issue, par son père, de la Maison capétienne de Dreux et descend du roi de France, Louis VI le Gros (1081-1137).

En 1226, à l'âge de huit ans, elle est promise au roi Henri III d'Angleterre (1207-1272) mais se marie finalement au demi-frère de celui-ci, Hugues XI le Brun (v. 1221-1250), héritier de la Maison de Lusignan en Poitou. Par ce mariage, elle devient dame de Lusignan, comtesse de la Marche (1249-1250) et d'Angoulême (1246-1250)[2].

BiographieModifier

FamilleModifier

Yolande est la seule fille de Pierre Ier Pierre de Dreux dit Mauclerc (v. 1187-1250), et d'Alix de Thouars (1200-1221), duchesse de Bretagne et comtesse de Richmont en Angleterre (1203-1221). Elle a deux frères : l'ainé, Jean (1217-1286), qui devient duc de Bretagne sous le nom de Jean Ier de Bretagne dit le Roux à la mort de sa mère en 1221[3]. Le benjamin, Arthur nait en 1220 mais ne vit que jusqu'en 1224. Les grands-parents paternels de Yolande sont Robert II dit le Jeune (v. 1154-1218), comte de Dreux (1184-1218) et Yolande de Coucy (1164-1222) ; ses grands-parents maternels sont Guy de Thouars (♰ 1213), cadet de la Maison de Thouars, et Constance de Bretagne (v. 1161-1201), duchesse de Bretagne (1166-1201) et comtesse de Richmont (1171-1201)[4].

Yolande a également un demi-frère, Olivier de Braine (v. 1231-18 déc. 1279), fils de la seconde épouse de Pierre Mauclerc, Nicole (♰ 6 février 1232), dont l'origine reste inconnue. Olivier de Braine hérite de la seigneurie de Machecoul, des châtellenies de Montaigu et de La Garnache, devient Olivier Ier de Machecoul et fonde le rameau familial de Machecoul.

Yolande est la nièce d'une autre Yolande de Dreux (1216-26 janv. 1239)[5], seconde épouse de Raoul II d'Exoudun (v. 1207-1246), comte d'Eu (1244-1246)[6], de la Maison de Lusignan, cousin de son beau-père, Hugues X de Lusignan (v. 1182-1249)[7].

Alliances, apanage et héritageModifier

Le dimanche 13 avril 1236, Thibault IV comte de Champagne, roi de Navarre, Hugues X comte de la Marche, Isabelle comtesse d'Angoulême et Pierre Mauclerc signent une alliance[8],[9]. La même année, elle épouse Hugues XI le Brun[10] (v. 1221-1250). À l'occasion de son mariage Yolande reçoit en dot la seigneurie du Pallet[11],[12] et le comté de Penthièvre[13],[1], à l'exception de Jugon[14],[15], confisqué en 1213 à Henri Ier d'Avaugour[16],[17],[18].








En 1250, au décès de son père, Yolande hérite de la seigneurie de Gometz-le-Châtel[19].

En 1263, son frère Jean Ier le Roux reprend possession du comté de Penthièvre et l'échange avec les seigneuries de la Fère-en-Tardenois (Champagne), de Chilly et de Longjumeau[20] (Île-de-France)[21].

Décès et sépultureModifier

Yolande de Dreux meurt au Château de Bouteville le 15 octobre 1272. Elle fut inhumée en compagnie de sa mère dans l'abbaye Notre-Dame de Villeneuve près de Nantes. Ce tombeau portait l'épitaphe de Yolande autour de son gisant[22] :

Gisants d'Alix de Thouars, duchesse de Bretagne, et de sa fille Yolande de Bretagne, comtesse de la Marche (Abbaye de Villeneuve, Les Sorinières)

« Ici se trouve Yolande, noble fille de Pierre de Braine, duc des Bretons, que couvre cette lourde plaque brillante. Le comté s'illustra de <celle qui fut> la fleur du territoire de la Marche. Elle brûla d'amour magnifique pour le Seigneur. Elle était mesurée dans ses richesses, savante, amie de la piété, constante, généreuse, pudique de corps et d'esprit, douce, féconde en vertus, agréable par sa voix, pure en tout, patiente, éloquente dans ses discours. Que sainte Marie, pieuse Mère de Dieu, brillante étoile du jour, persuade Dieu de lui préparer un lieu de repos. Le dimanche après la fête de saint Denis [15 octobre] est morte dame Yolande, comtesse de la Marche et d'Angoulême, en l'an du Seigneur 1272. »[23]

FiançaillesModifier

Yolande, héritière potentielle de son frère et du duché de Bretagne jusqu'à la naissance de son neveu, le futur Jean II de Bretagne en 1239, fut fiancée à de nombreuses reprises à de grands seigneurs :

1225 : Henri III d'AngleterreModifier

 
Yolande de Bretagne,
dessin de Louis Boudan
pour François Roger de Gaignières[24],[25]

Par le traité signé entre son père et le roi d'Angleterre en 1225, Yolande est promise, à l'âge de sept ans, à Henri III d'Angleterre (1207-1272). Par une lettre datée du , le roi confirme ses fiançailles avec Jolentam filiam Petri ducis Brittanniae et comitis Richemundiae. Le roi d'Angleterre promet à Pierre Mauclerc de l'aider contre tous ses ennemis sur le continent et de lui restituer le comté de Richemont[26].

Le mariage n'eut pas lieu à cause de l'opposition de la France et à la suite du traité de Vendôme en , Yolande est confiée à la garde de cinq seigneurs de sa parenté : Philippe Hurepel, fils de Philippe Auguste, ses oncles Henri de Braine, archevêque de Reims, et Robert III de Dreux, Enguerrand III de Coucy et Mathieu de Montmorency, connétable de France[27]. Henri III qui ne pouvait se résoudre à cet échec intervient encore auprès de Pierre Mauclerc le avant d'épouser finalement Éléonore de Provence en 1236[28].

1227 : Jean de FranceModifier

Des secondes fiançailles ont lieu en lors du traité de Vendôme sous l'égide de la régente Blanche de Castille. Yolande est alors promise à Jean de France, fils du roi Louis VIII de France, futur comte apanagé d'Anjou et du Maine. Yolande est alors dotée de Brie, de Champtoceaux, et des territoires que son père pourrait acquérir en Anjou. Pierre Mauclerc reçoit l'administration d'Angers, de Baugé et de Beaufort et se fait donner les forteresses de Saint-James du Beuvron, La Perrière et Bellême[29]. De plus, en cas de décès du duc Jean le Roux, Jean de France et Yolande ne pourraient lui succéder tant que Pierre Mauclerc est en vie[27]. Les fiançailles sont rompues peu de temps avant la mort, à l'âge de 13 ans, de Jean en 1232[30].

1231 : Thibault IV de ChampagneModifier

Les troisièmes fiançailles ont lieu en 1231. Yolande est promise à Thibault IV de Champagne (1201-1253), comte de Champagne (1201-1253) et roi de Navarre (1234-1253), veuf depuis le . Comme ce fut le cas lors des fiançailles précédentes, le mariage n'est pas prononcé, après l'intervention de Blanche de Castille auprès du pape Grégoire IX qui interdit l'union pour « cause de parenté » le . L'alliance entre la Bretagne et la Champagne est toutefois scellée par le mariage en de son frère le futur duc Jean Ier avec Blanche de Champagne, fille et héritière de Thibaut IV[31].

Elle est l'objet d'une chanson du comte Thibaut IV de Champagne, débat entre le comte et un certain Robert, où Thibaut regrette le projet de mariage avec « un si lointaing baron ». Le trouvère la décrit son visage comme très pâle : « Il veut marier sa fille/ Dont le visage est si pur/ Que l'on pourrait s'y mirer ! »[32]

Mariage et descendanceModifier

1236 : Hugues XI le BrunModifier

En , à l'âge de 18 ans, Yolande se marie finalement avec Hugues XI le Brun (v. 1221-1250), fils du comte de la Marche, Hugues X de Lusignan, et d'Isabelle Taillefer, comtesse d'Angoulême et veuve de Jean sans Terre[10]. Hugues XI le Brun succède à sa mère, Isabelle, en 1246 en tant que comte d'Angoulême et à son père, en 1249, en tant que comte de la Marche et seigneur de Lusignan[33]. De cette union naissent six enfants :

Le , son époux est tué lors de la septième croisade pendant la bataille de Fariskur en Égypte[35]. Yolande de Dreux devient alors régente des fiefs de la Marche et d'Angoulême au nom de son fils Hugues XII de Lusignan entre 1250 et 1257[36].

Sceaux et armoiriesModifier

Sceau [1247-1250]Modifier

[[Fichier:Yolande de Bretagne.png|vignette|260x260px|

Sceau et contre-sceau de Yolande de Bretagne [1247], d'après un dessin de Pierre-Hyacinthe Morice du XVIIIe siècle[37].]]

Avers : Navette, 70 x 50 mm[38].

Description : Dame debout, de face, la tête couverte d'un touret. Sa robe longue est serrée à la taille par une ceinture. Elle porte un manteau non fourré qu'elle retient par la main droite. Sur sa main gauche se trouve un oiseau avec des cordons qui pendent de ses pattes.

Légende : ✠ S • YOLENDIS • VXORIS • DNI • HVGONIS • BRVNI •

Légende transcrite : Sigillum Yolendis, uxoris domini Hugonis Bruni.

Contre-sceau : Rond, 32 mm[39].

Description : Écu burelé de dix-sept pièces, chargé de six lions passants posés en orle.

Légende : ✠ SECRETVM • DNE YOLENDIS •

Légende transcrite : Secretum domine Yolendis.

Références[40],[41],[37],[42],[43],[44]

Sceau [1259]Modifier

Yolande de Bretagne change de sceau, probablement la mort de son époux, Hugues XI le Brun, en 1250. Ce sceau la dit "fille de Pierre comte de Bretagne". Le contre sceau qui y est apposé est un nouveau sceau du secret aux armes parties Dreux / Lusignan plein.

Avers : Navette, 72 mm[45].

Description : Dame debout, légèrement de trois quarts à gauche ; voile et guimpe encadrant le visage ; robe longue à plis, serrée à la taille ; manteau vairé ; gantée ; la main droite à l’attache du manteau tenue de l’index et du pouce ; portant un grand oiseau muni de ses jets sur le poing gauche.

Légende : ✠ S' • HYOLENDIS • FILIE • P • COMITIS • BRITANNIE

Légende transcrite : Sigillum Hyolendis, filie Petri, comitis Britannie.

Contre-sceau : Rond, 35 mm[46].

Description : Écu parti d'un échiqueté au franc quartier d'hermines, et d'un burelé.

Légende : ✠ SECRETVM MEVM

Légende transcrite : Secretum meum.

Références[47],[48],[49]

Armoiries [1247-1250]Modifier

  Blasonnement :
Écu burelé d'argent et d'azur, chargé de six lionceaux de gueules brochants, posés trois, deux et un.
Commentaires : Elle ne porte pas les armes de son père en parties des armes de son mari.

Références[40],[41],[37],[50],[43],[44],[39]

Armoiries [1259]Modifier

  Blasonnement :
Écu mi-parti échiqueté d'or et d'azur, au franc-quartier d'hermine et d'un burelé d'argent et d'azur de dix pièces
Commentaires : Yolande de Bretagne choisit de faire figurer le blason de son père à dextre plutôt qu'à sénestre, contrairement à l'usage, elle fait donc le choix de valoriser son lignage d'origine. Cela correspond à la légende de son nouveau sceau qui la présente comme fille de Pierre, comte de Bretagne, plutôt que comme épouse de son mari (décédé) dans son ancien sceau[51].

Références[52],[48],[53],[46]

Notes et référencesModifier

  1. a et b Stéphane Morin, Trégor, Goëlo, Penthièvre, le pouvoir des comtes de Bretagne du XIe au XIIIe siècle, Rennes, Presses Universitaires de Rennes, (lire en ligne), Les projets de Philippe Auguste, n°108, chap. III (« Un lignage dans la tourmente (1136-1214) »)
  2. Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe-XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 4 : Annexes 7 à 10 - Bibliographie (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , Annexe 10 : Tableaux de filiation et schémas, chap. 17 (« Les Lusignan et la Bretagne (v. 1230-1314) »), p. 176
  3. Frédéric Morvan, « Pierre de Dreux (1213-1250) et Saint-Aubin du Cormier », Bulletin et mémoires de la société d'histoire et d'archéologie du Pays de Fougères, vol. XLIII,‎ , p. 4 Généalogie des ducs de Bretagne (lire en ligne)
  4. Frédéric Morvan, « La maison de Penthièvre (1212-1334), rivale des ducs de Bretagne », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, vol. LXXXI,‎ , p. 53 (lire en ligne)
  5. Fille de Robert II dit le Jeune (v. 1154-1218), comte de Dreux (1184-1218) et Yolande de Coucy (1164-1222).
  6. Le chartrier de l'Abbaye prémontrée de Saint-Yved de Braine, 1134-1250 (éd. Elèves de l'Ecole des Chartes, dir. Olivier Guyotjeannin), Paris, École nationale des chartes, coll. « Mémoires et documents de l’Ecole des chartes » (no 49), , B 15, p. 336-337
    1240 : Raoul [II] d'Exoudun, comte d'Eu, confirme la donation faite à Notre-Dame-et-Saint-Yved de Braine par son épouse défunte, Yolande de Dreux, d'une rente de 10 livres provinois sur la terre de Paars, qui est du fief du comte de Braine, [Jean Ier de Dreux].
  7. Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe-XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 4 : Annexes 7 à 10 - Bibliographie (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , Annexe 10 : Tableaux de filiation et schémas, chap. 11 (« Le sous-lignage d'Eu »), p. 170
  8. Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (éd. Dom Hyacinthe Morice), t. I, Paris, (lire en ligne), col. 900
  9. Layettes du trésor des chartes, de l'année 1224 à l'année 1246 (éd. Alexandre Teulet), t. II, Paris, Plon, (lire en ligne), partie 2443, p. 313
    1236, dimanche 13 avril : Hugues [X] de Lusignan, comte de la Marche et d'Angoulême, et son épouse, Isabelle d'Angoulême, forment une alliance défensive avec Pierre [Ier Mauclerc], comte de Bretagne et de Richemont et Thibaut [IV de Champagne], roi de Navarre.
  10. a et b Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe – XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 1 : Texte (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, (lire en ligne), p. 854

    « Yolande de Bretagne qui épouse Hugues XI, frère de Marguerite, en 1236, est elle-aussi une Thouars par sa mère, Alix, fille du gardien de Bretagne, Guy de Thouars, et petite-fille de Denise de Lusignan. Cette union avec la famille ducale bretonne renforce aussi les liens des comtes de la Marche avec les Thouars. »

  11. Située au sud-est de Nantes
  12. Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (éd. Dom Hyacinthe Morice), t. I, Paris, (lire en ligne), col. 925-926
    1245, Juillet : Hugues [XI] le Brun, seigneur du Pallet, et son épouse Yolande [de Bretagne] étaient en conflit avec le prévôt de Vertou : ils revendiquaient pour eux et leurs hommes du Pallet le droit de passer librement sur la chaussée des moulins du monastère de Vertou et de faire aller et venir leurs barques et leurs navires. Après de nombreuses disputes, Hugues [XI] abandonne au prévôt les droits qu'il prétendait avoir.
  13. Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (éd. Dom Hyacinthe Morice), t. I, Paris, (lire en ligne), col. 931-932
    1247, juillet, Le Pallet : Hugues [XI] le Brun, comte d'Angoulême, et son épouse Yolande de Bretagne, héritière et dame de Penthièvre confirment les donations des ducs de Bretagne Geoffroy [II] Plantagenêt et Pierre [Ier] Mauclerc et de la duchesse Alix [de Thouars] en faveur du prieuré de Lamballe du monastère de Marmoutier.
  14. « Chronicum Britanicum » (éd. Dom Hyacinthe Morice), Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne, Paris, vol. I,‎ , col. 111 MCCXXXVI (lire en ligne) :

    « Eodem tempore data & atournata fuit Penthevria, excepto Jugonio, Hugoni filio Comitis de Marchia, cum filia Petri Comitis totius Britanniae »

  15. Glossarium mediae et infimae latinitatis (éd Charles du Fresne du Cange), t. I, Paris, (lire en ligne), p. 464 :

    « Eodem tempore data et atournata fuit Penthevria, excepto Jugonio, Hugoni filio comitis de Marchia, cum filia Petri comitis totius Britannie »

  16. Frédéric Morvan, « La maison de Penthièvre (1212-1334), rivale des ducs de Bretagne », Mémoires de la Société Historique et Archéologique de Bretagne, vol. LXXXI,‎ , p. 26-27 (lire en ligne)
  17. Frédéric Morvan, « Les règlements des conflits de succession dans la noblesse bretonne au xiiie siècle », Annales de Bretagne et des pays de l’Ouest, vol. 116,‎ , paragraphe 19 (lire en ligne) :

    « Par ailleurs, toujours en 1235, une enquête royale fut menée ayant pour objectif d’estimer les pertes d’Henri d’Avaugour et certainement pour lui permettre de retrouver les terres de son père. Toutefois, Pierre de Dreux prit le roi de France au dépourvu en se croisant et en donnant en dot le Penthièvre à sa fille Yolande lors de son mariage avec le puissant Hugues de Lusignan, comte d’Angoulême. Il était donc hors de question pour le roi de France de retirer le Penthièvre à ce grand seigneur poitevin. »

  18. Vincent Launay, Le roi en son duché : étude sur les relations entre le roi de France et l’aristocratie de Bretagne (1199-1328) (Thèse de doctorat en Histoire sous la direction de Florian Mazel), Université de Rennes 2, , p. 311
  19. Layettes du trésor des chartes, de l'année 1247 à l'année 1260 (éd. Joseph de Laborde), t. III, Paris, Plon, (lire en ligne), partie 4162, p. 234
    1255, avril : Yolande [de Bretagne], comtesse de la Marche et d'Angoulême donne à son fidèle Guy, seigneur de Chevreuse, chevalier, une rente annuelle de 30 livres parisis à percevoir sur la prévôté de Gometz-le-Châtel pour laquelle Guy lui fait hommage lige.
  20. Les olim ou registres des arrêts rendus par la cour du roi : sous les règnes de Saint Louis, de Philippe le Hardi, de Philippe le Bel, de Louis le Hutin et de Philippe le Long (éd. Jacques Claude Beugnot), t. I : 1254-1273, Paris, Imprimerie royale, (lire en ligne), XI, p. 249-250
    1267, 9 février, Parlement de Paris : Yolande de Bretagne, comtesse douairière de la Marche et d'Angoulême, était en conflit avec les agents royaux au sujet de la justice de Boissy et de plusieurs autres points. Le parlement de Paris diligente une enquête et, compte tenu de ses résultats, lui attribue la basse justice de Boissy. Les ormes tombés en dehors du village que les gens du roi avaient emmené devront être rapportés. Les bestiaux vendus dans son marché de Longjumeau sont maintenus dans l'exemption des droits de péage à Montlhéry, pourvu qu'ils y passent le jour-même ou le lendemain du jour du marché, avant la troisième heure. En revanche, le Parlement déclare la comtesse mal fondée à réclamer la justicedu fief de la Briche.
  21. Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1213-1237), (éd. Marjolaine Lémeillat), Rennes, Presses Universitaires de Rennes, coll. « Sources médiévales de l'Histoire de Bretagne », , partie 107, p. 199-200
  22. Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières et conservés aux Départements des estampes et des manuscrits (éd. Henri Bouchot), t. I, Paris, (lire en ligne), n°1961, p. 217
    Tombeau en forme de socle de cuivre émaillé à base de maçonnerie, vu à plat, sur lequel sont représentées deux dames du XIIIe siècle, l'une tenant un sceptre, et l'autre ayant les mains jointes. La seconde seule a une inscription gravée sur la tranche de la cuvette. Sur le pourtour du tombeau et sur le socle, sont peints en émail les blasons des alliances des deux dames.
  23. Côtes-d’Armor, Finistère, Ille-et-Vilaine, Morbihan (région Bretagne), Loire-Atlantique et Vendée (région Pays de la Loire) (éd. Vincent Debiais, dir. Cécile Treffort), vol. 23 : Corpus des inscriptions de la France médiévale, Paris, CNRS Editions, (lire en ligne), chap. 107 (« Sorinières (Les), anciennes abbaye de Villeneuve - Tombeau d'Alix de Thouars et de Yolande de Bretagne »), p. 111
  24. Vitrail de N.-D. de Chartres, sur lequel est représentée une dame portant robe échiquetée d'or et d'azur, au franc quartier d'hermines. [lire en ligne]
  25. Inventaire des dessins exécutés pour Roger de Gaignières et conservés aux Départements des estampes et des manuscrits (éd. Henri Bouchot), t. I, Paris, (lire en ligne), n°1962, p. 217-218
    Vitrail de la cathédrale de Chartre, sur lequel est peinte une dame du XIIIe siècle ayant un genou en terre et portant une robe aux armes de Bretagne de la maison de Dreux, échiquetée d'or et d'azur au franc quartier d'hermine et à la bordure de gueules.
  26. Royal and other historical letters illustrative of the reign of Henry III : from the originals in the public record office (éd. Walter Waddington Shirley), vol. I : 1216-1235, Londres, Longman, (lire en ligne), partie CCXLII, p. 295-296
  27. a et b Actes de Pierre de Dreux, duc de Bretagne (1213-1237) (éd. Marjolaine Lémeillat), Rennes, Presses universitaires de Rennes, coll. « Sources médiévales de l'Histoire de Bretagne », , acte n°61
  28. Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé Les Papes et les Ducs de Bretagne COOP Breizh Spézet (2000) (ISBN 284346 0778) p. 96
  29. Ex Chronico Turonensi, auctore anonymo Sancti-Martini Turonensis canonico (ed. Léopold Delisle), t. XVIII : Recueil des historiens des Gaules et de la France, Scriptores, Paris, Victor Palmé, (lire en ligne), p. 319-320 :

    « Quo facto, rex Vindocinum rediit, munitionesque muniens, ad defensionem terre ducentos milites dereliquit. Dumque sic rex rediret, Britannie et Marchie comites, videntes quod universi et singuli eos unanimiter deridebant, loquebantur labiis et movebant caput, necnon etiam digitis ostendebant, dolentes se sic illudi, in conductu regio, XVII kalendas aprilis, Vindocinum pervenerunt, ibique coram legato factis homagiis, in hunc modum pacis cum rege Francie devenerunt, rex Francie Ludovicus Joannem fratrem suum, puerum octennem, filie Petri comitis Britannie desponsandum promisit, eique Andegavie comitatum concessit, dictoque Britannie comiti urbem Andegavim, Baugeium et Bellum Fortem et Cenomannicum, exceptis homagiis, usque ad duodecim annos pro dicto puero dereliquit, et insuper Sanctum Jacobum de Bevronio et Lapidariam et Bellesme castrum cum eorum appenditiis eidem comiti et heredibus ejus donavit in perpetuum et quitavit. Comiti vero Marchie dotalitium uxoris sue, regine quondam Anglie, necnon et pactiones regis Francie Ludovici patris sui remittenti penitus et quitanti, infinitam pecuniam erogavit, et sic eos schismaticos, poena remissa, culpa tamen in perpetuum remanente, recepit in gratiam et absolvit »

  30. Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé op. cit. p. 97
  31. Barthélémy-Amédée Pocquet du Haut-Jussé op. cit. p. 97-98
  32. Thibaut de Champagne : les chansons, Honoré Champion, chanson no 45
  33. Auguste Dupouy Histoire de Bretagne, Ancienne Librairie Furne, Boivin & Cie éditeurs, Paris 1941 p. 97
  34. Inventaires et documents publiés par ordre de l'Empereur : Collection de sceaux (éd. Louis Douët d'Arcq), t. II, Paris, Henri Plon, (lire en ligne), n°3306 Préaux (Pierre de) & n°3307 Yolande de la Marche, p. 38-39
  35. Matthieu Paris (éd. Henry Richards Luard), Matthaei Parisiensis, monachi Sancti Albani, Chronica majora. 5. A. D. 1248 to A. D. 1259, vol. 5, Londres, Longman, 1872-1884, 777 p. (lire en ligne), p. 158

    « Hugo Brunus comes de Marchia cujus pater paulo ante obiit apud Damiatan »

  36. Layettes du trésor des chartes, de l'année 1247 à l'année 1260 (éd. Joseph de Laborde), t. III, Paris, Plon, (lire en ligne), partie 4372, p. 375-376
    1257, samedi 22 septembre, Longpont : Hugues [XII] de Lusignan, comte de la Marche et d'Angoulême a demandé au comte de Poitiers et de Toulouse, Alphonse, de la recevoir à l'hommage bien qu'il n'ait pas atteint sa majorité. Alphonse ayant acquiescé, il lui fait hommage lige pour le comté de la Marche et les châteaux de Lusignan et de Crozant. Il promet de mettre ses châteaux à sa disposition à chaque réquisition. S'il enfreignait ces dispositions, qu'il faisait la guerre au comte et qu'il refusait de se présenter à la cour comtale sur convocation, il serait astreint à payer une amende de 10000 livres tournois. Sa mère, Yolande [de Bretagne] et son oncle, Guy de Lusignan, seigneur de Cognac, sont garants.
  37. a b et c Mémoires pour servir de preuves à l'histoire ecclésiastique et civile de Bretagne (éd. Dom Hyacinthe Morice), t. I, Paris, (lire en ligne), partie LXXIX, « Table des Sceaux »
  38. SIGILLA : base numérique des sceaux conservés en France, « Yolande de Bretagne - premier - sceau », sur http://www.sigilla.org/, Université de Poitiers
  39. a et b SIGILLA : base numérique des sceaux conservés en France, « Yolande de Bretagne - premier - sceau secret », sur http://www.sigilla.org/, Université de Poitiers
  40. a et b chartularium Majoris-monasterii Turonensis, ordinis S. Benedicti ; quod confecit idem Rogerius de Gaignieres ex chartis quas potuit comperire et describere, et ex chartulario ejusdem monasterii ; praemittitur series Abbatum Majoris-monasterii : opera et studio domni Natalis Mars (manuscrit latin), Paris, BnF, coll. « manuscrit latin » (no 5441 (3)) (lire en ligne), p. 347-348
  41. a et b Recueil d'extraits pour servir à l'histoire de Bretagne : (IXe-XVIIe siècle) (manuscrit français), Paris, BnF, coll. « manuscrit français » (no 22322), 1601-1700 (lire en ligne), n°19, p. 287
  42. Inventaires et documents publiés par ordre de l'Empereur : Collection de sceaux (éd. Louis Douët d'Arcq), t. I, Paris, Henri Plon, (lire en ligne), n°841 Yolande de Dreux, p. 398-399
  43. a et b Sigillographie du Poitou jusqu'en 1515 : étude d'histoire provinciale sur les institutions, les arts et la civilisation d'après les sceaux (éd. François Eygun), Poitiers, Société des Antiquaires de l'ouest, , n°423, pl. XIII, p. 219
  44. a et b Clément de Vasselot de Régné, Le "Parentat" Lusignan (Xe-XIVe siècles) : structures, parenté vécue, solidarités et pouvoir d’un lignage arborescent, vol. 3 : Annexes 3 à 6 (Thèse de doctorat en histoire médiévale, sous la direction de John Tolan et de Martin Aurell), Université de Nantes, , Annexe 4 : Catalogue des sceaux de la famille de Lusignan, chap. II (« Comtes de la Marche et d'Angoulême / Yolande de Bretagne »), p. 287-288
  45. SIGILLA : base numérique des sceaux conservés en France, « Yolande de Bretagne - deuxième - sceau », sur http://www.sigilla.org/, Université de Poitiers
  46. a et b SIGILLA : base numérique des sceaux conservés en France, « Yolande de Bretagne - deuxième - sceau du secret », sur http://www.sigilla.org/, Université de Poitiers
  47. Inventaires et documents publiés par ordre de l'Empereur : Collection de sceaux (éd. Louis Douët d'Arcq), t. I, Paris, Henri Plon, (lire en ligne), n°535 Yolande de Bretagne, p. 348
  48. a et b Marie Grégoire, Héraldique des femmes en France : Archéologie et histoire, Montréal, Editions JFD, (lire en ligne), n°1422, « corpus », p. 1776
  49. Yves Airiau, « Compléments et corrections à la Sigillographie du Poitou », Revue française d’héraldique et de sigillographie - Études en ligne, Société française d’héraldique et de sigillographie,‎ , p. 7, n°423 bis ; p. 14 n°423 bis (lire en ligne[archive])
  50. Inventaires et documents publiés par ordre de l'Empereur : Collection de sceaux (éd. Louis Douët d'Arcq), t. I, Paris, Henri Plon, (lire en ligne), n°841 bis Yolande de Dreux, p. 398-399
  51. SIGILLA : base numérique des sceaux conservés en France, « Yolande de Bretagne - deuxième - sceau », sur http://www.sigilla.org/, Université de Poitiers
  52. Inventaires et documents publiés par ordre de l'Empereur : Collection de sceaux (éd. Louis Douët d'Arcq), t. I, Paris, Henri Plon, (lire en ligne), n°535 bis Yolande de Bretagne, p. 348
  53. Yves Airiau, « Compléments et corrections à la Sigillographie du Poitou », Revue française d’héraldique et de sigillographie - Études en ligne, Société française d’héraldique et de sigillographie,‎ , p. 7, n°423 bis a ; p. 14 n°423 bis (lire en ligne[archive])

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources et bibliographieModifier

Sources épigraphiquesModifier

Sources sigillographiquesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier