Ouvrir le menu principal

Sur les autres projets Wikimedia :

Vidimus par Philippe le Bel de plusieurs de ses actes et d’un acte de sa tante Jeanne de Châtillon, comtesse d’Alençon, relatifs à une abbaye cistercienne, avril 1290, Paris. Le début de chacun des actes vidimés est indiqué par une lettrine plus grande que le reste du texte (Archives nationales - J-175-14)

Un vidimus (du latin vidimus, « nous avons vu [l'acte à certifier] ») est la copie certifiée d'un acte antérieur. On dit que l'acte est vidimé. On trouve fréquemment des actes vidimés dans les confirmations établies à l'avènement d'un nouveau seigneur ou souverain, de tels actes contiennent souvent des vidimus imbriqués les uns dans les autres, auquel cas on parle parfois de vidimus de vidimus[1].

Il pouvait ou non être muni des sceaux de l'autorité qui réalisait le vidimus, indiquant (pour le nord de la France) voire décrivant en détail (pour le midi de la France ou l'Italie) les sceaux présents sur l'acte vidimé[2].

NotesModifier

  1. Maria Milagros Cárcel Ortí (dir.) Vocabulaire international de la diplomatique, Valence, Commission internationale de diplomatique, 1994, 2e éd. 1997, p. 35.
  2. Robert-Henri Bautier, « Les sources peu connues de la sigillographie : la copie authentique et le vidimus », Bulletin de la Société Nationale des Antiquaires de France,‎ , p. 166 (lire en ligne)