Union sauvez la Roumanie

parti politique roumain

Union sauvez la Roumanie
(ro) Uniunea Salvați România
Image illustrative de l’article Union sauvez la Roumanie
Logotype officiel.
Présentation
Président Cătălin Drulă
Fondation
Siège Blvd. Aviatorilor, nr. 9, Sector 1, Bucarest
Fondateur Nicușor Dan
Organisation de jeunesse USR Tineret
Positionnement Centre droit[1],[2]
Idéologie Lutte contre la corruption[3]
Libéralisme[4]
Europhilie[5]
Libéralisme économique[6]
Progressisme[7]
Attrape-tout[8]
Fédéralisme européen[9]
Affiliation nationale Alliance 2020 USR-PLUS (2019-21)
Affiliation européenne ALDE
Groupe au Parlement européen RE
Adhérents 13 619[10] ()
Couleurs Bleu ciel et orange (anciennement)

Bleu nuit et rouge (actuellement)

Site web usr.ro
Présidents de groupe
Parlement européen Stéphane Séjourné (RE)
Représentation
Députés
46  /  330
Sénateurs
25  /  136
Députés européens
3  /  33
Conseillers de județ
65  /  1340
Maires
28  /  3176

L'Union sauvez la Roumanie (en roumain : Uniunea Salvați România, USR) est un parti politique roumain fondé en 2016.

HistoriqueModifier

 
Logo jusqu'en 2021
 
Logo jusqu'en 2022

L'Union sauvez la Roumanie est fondée le 1er juillet 2015[11].

Après avoir été officiellement enregistré comme parti politique en 2016, il s'unit avec le parti Union sauvez Bucarest (Uniunea Salvați Bucureștiul), qui a participé aux élections locales de 2016, et le parti Union pour Codlea. Avec cette alliance, le parti gagne de nombreux membres[12].

Le , l'USR forme avec le Parti de la liberté, de l'unité et de la solidarité (PLUS) l'Alliance 2020 USR-PLUS pour participer aux élections européennes de mai 2019[13]. Les deux partis s'allient également pour l'élection présidentielle roumaine de novembre 2019[14],[15].

À l'issue des élections législatives de décembre 2020, l'USR-PLUS conclut un accord de coalition avec le Parti national libéral (PNL) et l'Union démocrate magyare de Roumanie (UDMR). Le gouvernement dirigé par Florin Cîțu, comprenant vingt ministres dont sept pour l'USR-PLUS, entre en fonction le 23 décembre[16]. Anca Paliu Dragu est élue présidente du Sénat.

Le , l'USR et PLUS fusionnent complètement pour former l'USR-PLUS.

Le , le ministre de la Justice Stelian Ion est limogé par Florin Cîțu, ce qui entraîne six jours plus tard le départ de l'USR-PLUS de la coalition gouvernementale[17]. Le suivant, Dacian Cioloș est élu président du parti qui reprend la seule dénomination USR[18].

Le 5 octobre, une motion de censure, déposée par le Parti social-démocrate (PSD), est adoptée au Parlement par 281 voix à l'encontre du gouvernement Cîțu, avec le soutien de l'USR et de l'Alliance pour l'unité des Roumains (AUR)[19].

IdéologieModifier

Dan Barna, président de l'USR, classe le parti au centre droit[20]. Cependant, le profil des membres de l'USR est très diversifié et réunit des néolibéraux, des écologistes, des libéraux de gauche, des sociaux-démocrates, des chrétiens-démocrates, des membres d'ONG et des défenseurs des droits des minorités[21]. Dan Barna compare son parti à La République en marche, notant que la différence entre les deux mouvements est que l’USR est principalement composée de personnes n’ayant pas d’expérience en politique[20].

Lutte contre la corruptionModifier

Depuis sa création, l'USR soutient la lutte contre la corruption et le travail de la Direction nationale anticorruption (DNA)[22]. Le parti critique l'introduction d'un décret modifiant le Code pénal et facilitant les amnisties et les grâces, notamment en cas d'abus de pouvoir, par la coalition PSD-ALDE et appelle à l'abrogation du décret, qui déclenche d'importants mouvements de protestation en 2017[23]. Les membres de l'USR sont alors présents avec des milliers de manifestants[24].

Intégration dans l'Union européenne de la MoldavieModifier

Dans son programme, le parti soutient ouvertement le Parti action et solidarité[25], formation de centre droit de Moldavie, qui prône une ouverture vers l'Union européenne, ainsi que Andrei Năstase, candidat pro-européen à la mairie de Chișinău[26].

Divergences sur le mariage homosexuelModifier

Le , Nicușor Dan démissionne de son poste de président du parti après la prise de position de celui-ci en faveur du mariage homosexuel, en amont d'un futur référendum sur l'inscription d'une définition strictement hétérosexuelle du mariage dans la constitution[27]. L'USR est alors le seul parti à avoir pris cette position.

Roșia MontanăModifier

Le parti fait figurer la sauvegarde de l'environnement dans ses priorités, et en particulier, de Roșia Montană, dont l'objectif est de la faire figurer au patrimoine de l'UNESCO et ainsi, éviter les exploitations industrielles et commerciales. Dans une interview au journal Ziare, le sénateur Vlad Alexandrescu a fustigé la coalition ADLE-PSD-UDMR, la qualifiant de « moment le plus honteux pour la Roumanie depuis qu’elle est membre de l’UNESCO »[28].

ÉlectionsModifier

Élections parlementairesModifier

Année Chambre des députés Sénat Gouvernement
Voix % Mandats Voix % Mandats
2016 625 154 8,9
30  /  329
629 375 8,9
13  /  136
Opposition (2017-2019), soutien sans participation (2019-2020)
2020[n 1] 906 962 15,37
38  /  330
936 862 15,86
17  /  136
Cîțu (2020-2021), opposition (depuis 2021)

Élections présidentiellesModifier

Année Candidat 1er tour
% Rang
2019 Dan Barna (USR-PLUS) 15,0 3e

Élections localesModifier

Année Maires Voix % Conseillers municipaux Voix % Conseillers de județ Voix %
2016
0  /  7
175 119 30,5
39  /  166
121 099 23,5
15  /  55
143 544 27,3

Élections européennesModifier

Année % Mandats Rang Tête de liste Groupe
2019[n 1] 21,4
4  /  33
3e Dacian Cioloș (PLUS) RE

PersonnalitésModifier

PrésidentsModifier

Nom
(naissance–décès)
Illustration En fonction à partir du Jusqu'au Durée du mandat
Nicușor Dan
(1969–)
  27 novembre 2015[29] 1er juin 2017[30] 1 an, 6 mois et 5 jours
Elek Levente
(1971–)
Président par intérim
1er juin 2017[31] 28 octobre 2017 4 mois et 27 jours
Dan Barna
(1975–)
  28 octobre 2017[32] 1er octobre 2021 3 ans, 11 mois et 3 jours
Dacian Cioloș
(1969–)
  1er octobre 2021 7 février 2022 4 mois et 6 jours
Cătălin Drulă
(1981–)
  7 février 2022 En cours 9 mois et 23 jours

Autres personnalitésModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Au sein de l'alliance 2020 USR-PLUS

RéférencesModifier

  1. (ro) « Noul presedinte usr dan barna vad usr zona centru dreapta politicii. », sur hotnews.ro, (consulté le )
  2. (ro) « Rezultatele referendumului din usr 91 dintre votanti sau pronuntat pentru pozitionarea doctrinara ca partid de centru dreapta », sur g4media.ro, (consulté le )
  3. (en) « Leader of Romanian anti-corruption party resigns »
  4. (ro) « USR repară după PSD. Policy brief: Cum va reforma USR-ul taxarea și ANAF-ul » (consulté le )
  5. (ro) « Arhive România în lume », sur usr.ro (consulté le )
  6. « USR repară după PSD. Policy brief: Cum va reforma USR-ul taxarea și ANAF-ul » (consulté le )
  7. https://www.reuters.com/article/us-romania-election-kingmaker-idUSKBN13V1EN
  8. « Coaliția pentru Familie, motiv de ceartă în USR », (consulté le )
  9. « Romania », sur Europe Elects, (consulté le )
  10. « Raport Extindere iulie 2019 », sur www.usr.ro
  11. (ro) « Nicuşor Dan a depus actele pentru înfiinţarea partidului politic Uniunea Salvaţi Bucureştiul », Evz.ro,‎ (lire en ligne).
  12. (ro) « USB, USR si Uniunea pentru Codlea au fuzionat duminica intr-un eveniment cu usile inchise », sur hotnews.ro, .
  13. (ro) « USR a decis să participe împreună cu PLUS pe o listă comună la europarlamentare », sur agerpres.ro, .
  14. (ro) Robert Kiss, « Cum merg negocierile între USR și PLUS. Alianță politică sau alianță electorală », sur digi24.ro, .
  15. (ro) « Comitetul politic al USR a decis: Alianța 2020 USR-PLUS va rămâne electorală și nu se va înscrie la tribunal cum au vrut liderii », sur romania.europalibera.org, .
  16. « Roumanie : le parlement approuve le gouvernement pro-européen de Florin Citu », sur RTBF,
  17. Paul Cozighian, « Roumanie: la droite s’écharpe sur sa gouvernance », sur Le Figaro,
  18. (ro) « USR PLUS revine la denumirea de USR şi la vechea siglă », sur Ştirile Pro-Tv,
  19. Mirel Bran, « La Roumanie s’enfonce dans la crise politique après la chute du gouvernement », sur Le Monde,
  20. a et b (en) Georgi Gotev, « Dan Barna: Save Romania Union similar to Macron’s En Marche », sur EurActiv,
  21. (en) Cornel Ban, « Romania: a social democratic anomaly in eastern Europe? », sur openDemocracy,
  22. (ro) « Precizări: USR susține activitatea DNA și lupta anticorupție », sur usr.ro, (consulté le )
  23. (ro) I. R., « PNL și USR cer respingerea de urgență a OUG 13 », sur HotNews.ro,
  24. (ro) Gabriel Pecheanu, « USR și platforma „România 100” anunță că vor participa la protestele de duminică: Suntem într-un război purtat de PSD împotriva românilor », sur Gândul,
  25. (ro) « 9. Republica Moldova », 10 priorități, Uniunea Salvați România
  26. (ro) « Invalidare Andrei Năstase. Barna: "Aşa se întâmplă când corupţia e regula" », sur www.dcnews.ro, (consulté le )
  27. « Roumanie: le mariage gay divise même chez les progressistes », RFI,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  28. (ro) « Vlad Alexandrescu, despre situatia Rosiei Montane: Statul, acaparat de o gasca de ticalosi, a tradat miseleste interesele Romaniei », Ziare,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  29. (ro) « Nicușor Dan a fost reales președinte al USR », sur Știrile TVR,
  30. (ro) « Nicușor Dan și-a anunțat oficial demisia din USR. E dispus să se întoarcă în anumite condiții », sur Digi 24,
  31. (ro) « Elek Levente, președinte interimar al USR », sur AGERPRES, Oana Popescu,
  32. (ro) G. S., « Dan Barna a fost ales președinte USR: Voi lua legătura cu filialele care nu au venit la congres pentru a închide această zbatere în care a fost partidul », sur HotNews, 28 octombrie 2017

Voir aussiModifier

Liens externesModifier