Tatooine

planète de Star Wars

Tatooine
Planète de fiction apparaissant dans
Star Wars.

Vue d'artiste d'une planète-désert.
Vue d'artiste d'une planète-désert.

Localisation Bordure extérieure
Secteur Arkanis[1]
Genre Planète-désert
Étoile Tatoo I et II[2]
Satellites 3[3],[4]
Révolution 304 jours locaux[2]
Rotation 23 heures standards[2]
Dimensions 10 465 km[2]

Atmosphère Respirable
Climat Désertique[2]
Paysages Canyons
Déserts
Mesas
Sites remarquables Mos Eisley
Mos Espa
Mos Pelgo
Mer de Dunes
Espèces intelligentes Humain
Tusken
Jawa
Hutt
Espèces animales Bantha
Dewback
Dragon krayt
Ronto
Sarlacc
Langue Basic
Jawaese
Tusken
Huttese
Population 200 000[2]
Affiliation Clan Hutt

Créé par George Lucas
Films La Menace fantôme
L'Attaque des clones
The Clone Wars
La Revanche des Sith
Un nouvel espoir
Le Retour du Jedi
L'Ascension de Skywalker
Séries The Clone Wars
Rebels
The Mandalorian
Première apparition Un nouvel espoir (1977)
Dernière apparition The Mandalorian (2020)
Site officiel Fiche de la planète

Tatooine est une planète-désert de l’univers de fiction Star Wars. Située dans la Bordure extérieure, cette planète orbite autour des étoiles binaires Tatoo I et II. Il s'agit du monde d'origine de la famille Skywalker.

Malgré la chaleur torride qui règne à sa surface, Tatooine est le monde d'origine des tuskens et des jawas. Étant éloignée du centre de la galaxie, elle n'est pas sous la juridiction de la République galactique, ni de l'Empire galactique après. Du fait de sa position stratégique dans ce secteur de la galaxie, la planète est aux mains des Hutts, elle est dirigée par le gangster Jabba le Hutt.

Elle apparaît dans plusieurs films de la saga : La Menace fantôme, L'Attaque des clones, La Revanche des Sith, Un nouvel espoir, Le Retour du Jedi, L'Ascension de Skywalker, ainsi que dans le film dérivé The Clone Wars. Les scènes extérieures ont été tournées en Tunisie et dans le parc national de la vallée de la Mort aux États-Unis.

En plus des films, Tatooine est représentée dans les séries télévisées The Clone Wars, Rebels et The Mandalorian, dans les novélisations des films dans lesquels elle apparaît, ainsi que dans plusieurs romans, jeux vidéo et bandes dessinées.

ContexteModifier

L'univers de Star Wars se déroule dans une galaxie qui est le théâtre d'affrontements entre les Chevaliers Jedi et les Seigneurs noirs des Sith, personnes sensibles à la Force, un champ énergétique mystérieux leur procurant des pouvoirs psychiques. Les Jedi maîtrisent le Côté lumineux de la Force, pouvoir bénéfique et défensif, pour maintenir la paix dans la galaxie. Les Sith utilisent le Côté obscur, pouvoir nuisible et destructeur, pour leurs usages personnels et pour dominer la galaxie[5].

GéographieModifier

Situation spatialeModifier

 
Le système planétaire de Tatooine.

Orbitant autour des étoiles binaires Tatoo I et II, Tatooine est l'une des trois planètes du système qui porte son nom[Note 1],[2]. Trois lunes orbitent autour de la planète : Ghomrassen, Guermessa et Chenini[3],[4]. Elle est située à la jonction de deux voies hyperspatiales : la Route commerciale de Triellus et la Passe corellienne[2]. Le système de Tatooine est compris dans le secteur Arkanis, lui-même situé dans la Bordure extérieure[1].

TopographieModifier

La surface de Tatooine est entièrement recouverte de silice. L'air y est déshydraté et le sol desséché, ce qui en fait un lieu hostile pour la vie. La Mer de dunes (nom donné au grand désert de sable qui recouvre une partie de la planète) serait selon certaines légendes jawa les restes d'un immense océan. Le reste de la surface est parsemé de canyons et mesas[1].

Formes de vieModifier

 
Cosplay d'un tusken chevauchant un bantha.

La faune de Tatooine est diversifiée. Parmi les espèces domestiquées, la plupart servent comme bête de somme et monture. Les principales sont : le bantha, le dewback, l'éopie, le jerba et le ronto[6],[7],[8],[9]. Le massif est utilisé comme animal de compagnie par les tuskens[10].

Le principal prédateur est le dragon krayt. Il s'agit d'un lézard mesurant cinq mètres en moyenne, il est au sommet de la chaîne alimentaire mais est régulièrement chassé à cause de la perle qu'il produit[10]. Le sarlacc est un autre grand prédateur de Tatooine, il vit dans dans un trou et capture ses proies grâce à ses tentacules[11]. Parmi les autres prédateurs de la planète, se trouvent : l'anooba qui vit en meute[12], le rat womp qui peut mesurer jusqu'à deux mètres et qui vit aussi en meute[13],[14], le vixus qui parasite ses proies en pondant des œufs dans leur corps[15], et le worrt qui est principalement insectivore[13].

La manta neebraise est un animal atypique puisque bien qu'originaire de Tatooine, elle vit dans les gaz stellaires qui constituent son principal régime alimentaire[16].

 
Cosplays d'un tusken mâle (à gauche), d'un jawa (au centre) et d'une femelle tusken (à droite).

Outre ces animaux, deux espèces intelligentes sont natives de Tatooine : les tuskens et les jawas[2]. Les premiers vivent en tribus selon leurs anciennes traditions nomades. Ils se heurtent fréquemment aux colons, avec qui, ils se disputent le peu d'humidité présent sur la planète. Ils portent des vêtements épais qui les protègent de la chaleur des deux soleils, leur visage est dissimulé sous un masque. Leur arme traditionnelle est le bâton gaderffii[Note 2] bien qu'il leur arrive d'utiliser des armes volées[17]. Les jawas sont de petits êtres encapuchonnés avec des yeux luisants[18]. Ils vivent en clan dans des cités fortifiées ou dans des chars des sables abandonnés par les mineurs[1],[19]. Ils survivent grâce à la revente de pièces détachées et de droïdes abandonnés qu'ils trouvent[18].

HabitationsModifier

VillesModifier

 
Une rue de Mos Espa telle qu'elle est visible dans la prélogie.

Avant que l'avènement de l'Empire ne contraigne Jabba le Hutt à transférer ses activités, Mos Espa est la plus grande ville de Tatooine, et d'une certaine façon, sa capitale. Son spatioport, près duquel se situe l'atelier de Watto où le Jedi Qui-Gon Jinn fait la rencontre du jeune Anakin Skywalker[20], permet à la ville de prospérer et le commerce des esclaves est l'une de ses principales activités économiques. Ils disposent même de leur propre quartier dans la banlieue[21].

Tous les ans se déroule la Boonta Eve Classique dans l'arène de Mos Espa. Il s'agit de la plus grande course de modules de Tatooine. D'une capacité de plus de cent mille spectateurs venus de toute la Galaxie, elle enregistre le plus haut taux de mortalité. Durant la course, dix huit modules s'affrontent à plus de sept-cents kilomètres par heure pour être le premier à franchir la ligne d'arrivée[22].

Toutefois, Mos Eisley est la plus grande ville de Tatooine durant la période impériale[4],[21]. Plus grand spatioport de la planète avec ses trois-cent-soixante-deux hangars, elle attire principalement les marchands, les contrebandiers et les criminels[23]. L'un de ses lieux emblématiques est la cantina de Chalmun où Luke Skywalker et Obi-Wan Kenobi font la rencontre de Chewbacca et Han Solo[4],[24].

Enfin, Mos Pelgo est un petit village composé d'une rue principale sur laquelle se trouvent une vingtaine de maisons. Après la chute de l'Empire, le village est protégé par le marshal Cobb Vanth. Lorsque Mos Pelgo est attaqué par un dragon krayt, ses habitants, des tuskens et Le Mandalorien s'allient pour le vaincre[25].

Fermes d'humiditéModifier

 
Des vaporateurs d'eau.

Le climat aride et sec de Tatooine contraint les colons à s'équiper de vaporateurs d'eau. Ces derniers permetttent de récupérer le peu d'humidité qui se trouve dans l'air et de le liquéfier. Certains colons possèdent des champs de vaporateurs dont ils vendent la récolte. Luke Skywalker notamment a grandi dans l'une de ces fermes, celle d'Owen Lars. Il s'agit tout de même d'un bien précieux qui nécessite par conséquent d'être protégé. En effet, les vaporateurs sont régulièrement la cible des tuskens[1].

Univers officielModifier

Avant l'EmpireModifier

Très longtemps avant l'avènement de l'Empire, Tatooine est un monde bien plus accueillant. La zone qui devient plus tard Mer de dunes est alors un océan. Après que la planète est devenue désertique, des colons s'installent pour exploiter les ressources minérales de Tatooine. Cependant, l'activité minière s'arrête avec la découverte que le métal de la planète ne serait pas exploitable et utile. L'équipement abandonné par les mineurs est récupéré par les jawas, qui font des chars des sables, des véhicules de raffinement de minerai, une part intégrante de leur culture. Plus tard, les hutts arrivent et prennent le contrôle de Tatooine[1]. Bien après ces événements, alors qu'il escorte la reine Amidala de Naboo, le chevalier Jedi Qui-Gon Jinn est contraint de se poser sur cette planète isolée de la Galaxie[26],[27]. Tandis qu'il est à la recherche de pièces détachées pour son vaisseau à Mos Espa, il fait la rencontre du jeune Anakin Skywalker et de sa mère Shmi, deux esclaves appartenant à Watto, un ferrailleur[28]. Il découvre rapidement que le jeune Anakin a une forte affiliation avec la Force, il le soupçonne d'être l'« élu »[26]. Sans argent, Qui-Gon ne peut ni acheter les pièces qui lui sont nécessaires, ni libérer Anakin et sa mère. Il effectue donc un pari avec Watto dans lequel il met en jeu son vaisseau, contre les pièces manquantes pour le réparer et le jeune Skywalker[28]. Il parvient à remporter le pari grâce à Anakin qui finit premier à la course de la Boonta Eve Classique[28]. Mais alors qu'ils étaient sur le point d'embarquer et de quitter la planète, ils sont attaqués par une menace que les Jedi croyaient disparue : les Sith[26]. Le chevalier Jedi combat Dark Maul et parvient à prendre la fuite à bord de son vaisseau[29],[30].

 
Lieu de tournage du quartier des esclaves de Mos Espa où résident Shmi et Anakin Skywalker dans la prélogie.

Dix ans plus tard, Anakin est devenu un chevalier Jedi et est chargé de la protection de la sénatrice Amidala à la suite d'une tentative d’assassinat. Après l'avoir emmenée sur Naboo, le jeune homme se met à avoir des visions de sa mère torturée. Il décide donc de se rendre sur Tatooine accompagné de Padmé. Il apprend que sa mère a été libérée et qu'elle s'est mariée à Cliegg Lars, un fermier d'humidité. Le Jedi fait la rencontre de son beau-père, et de son beau-frère et son épouse, Owen et Beru, qui lui expliquent que Shmi a été enlevée par des tuskens. Anakin part à sa recherche seul dans le désert. Il la retrouve mourante dans une tente d'un campement tusken. Elle meurt peu de temps après l'avoir retrouvée, lui exprimant une dernière fois l'amour qu'elle lui porte. Pris de colère, le Jedi se laisse tomber dans le côté obscur et massacre tous les membres de la tribu qui lui ont fait du mal. Il quitte définitivement la planète après avoir reçu un message de détresse de son maître sur Géonosis[30],[31],[32].

Ère impérialeModifier

L'Empire galactique vient tout juste d'être proclamé et les Jedi presque tous massacrés, quand Obi-Wan Kenobi s'installe sur la planète désertique pour veiller sur le jeune Luke Skywalker qu'il confie à Owen et Beru Lars[33],[34],[30].

Plus de quinze ans après, le rebelle Ezra Bridger, avec son droïde Chopper, rejoint Tatooine après avoir eu une vision où Obi-Wan Kenobi est en danger grâce à un holocron Sith. Mais une fois arrivé sur la planète désertique, ils sont attaqués par une horde de pillards Tuskens qui détruisent son vaisseau. Il est aidé par l'ancien Sith Maul qui parvient à faire fuir les Hommes des sables. Maul finit cependant par le laisser tout seul avec son droïde. Ezra parvient tout de même à trouver l'ancien maître Jedi qui lui explique qu'il a été manipulé par l'holocron. Maul réapparaît pour un ultime duel au sabre laser contre son plus ancien ennemi duquel il meurt. Ezra et Chopper quittent Tatooine et rejoignent la base rebelle, tandis qu'Obi-Wan retourne à la ferme des Lars pour surveiller le jeune Luke Skywalker[30],[35],[36].

Une vingtaine d'années après l'avènement de l'Empire, à la suite de la bataille de Scarif, le forceur de blocus rebelle Tantive IV avec les plans de l'Étoile de la mort à son bord est pris en chasse au-dessus de Tatooine par un croiseur impérial[37]. Tandis que son vaisseau est intercepté et que Dark Vador est à bord, la princesse Leia transfère les plans à R2-D2 qui s'échappe dans une capsule de sauvetage avec son compagnon C-3PO. Les deux droïdes se retrouvent au milieu du désert et sont capturés par un groupe de jawas qui les revend à Owen Lars. Celui-ci les confie à son neveu Luke Skywalker pour qu'il les nettoie, il active involontairement un message que la Princesse avait donné à R2-D2 et destiné au Jedi Obi-Wan Kenobi. Luke et les droïdes partent à la recherche du Jedi, mais ils sont attaqués par des tuskens. Maître Kenobi arrive à temps pour les sauver. Cependant ils sont traqués par les forces de l'Empire qui ont assassinés l'oncle et la tante de Luke. Ils rejoignent la ville de Mos Eisley où ils engagent les contrebandiers Han Solo et Chewbacca pour les emmener sur Alderaan à bord du Faucon Millenium[30],[38].

 
Sculpture de Jabba le Hutt, un cosplay d'une esclave twi'lek et un cosplay de Leia Organa alors qu'elle est son esclave lors du sauvetage de Han Solo.

Quelques années plus tard, le chasseur de prime Boba Fett ramène le corps de Solo congelé dans la carbonite à Jabba le Hutt afin de toucher une récompense[39]. Cependant, les amis de Han élaborent un plan pour infiltrer le palais. Ils se font capturer mais parviennent à se libérer et à tuer Jabba[40].

Après l'EmpireModifier

Cinq ans après la chute de l'Empire, Din Djarin, alias Le Mandalorien, et Grogu se rendent à plusieurs reprises sur Tatooine. La première fois, le chasseur de primes s'y pose en urgence afin de réparer son vaisseau, le Razor Crest. Pour payer les réparations, il accepte d'aider Toro Calican à traquer Fennec Shand, une autre chasseuse de primes. Cependant Calican élimine Shand quand elle lui apprend que Le Mandalorien a plus de valeur qu'elle, puis il tend un piège à celui-ci dans le hangar où est posé son vaisseau. Din Djarin est contraint de le tuer et récupère l'argent de son agresseur pour payer les réparations du Razor Crest[41].

Quelque temps plus tard, Le Mandalorien est à la recherche des siens et apprend que quelqu'un a été vu avec une armure mandalorienne dans le village de Mos Pelgo sur Tatooine. Cependant, ce n'est pas un mandalorien qui la porte, mais le marshal Cobb Vanth. Celui-ci accepte d'échanger son armure si Din Djarin l'aide à tuer un dragon krayt qui terrorise son village. Avec l'aide des tuskens, ils trouvent le repère de l'animal dans l'ancien nid d'un sarlacc, et grâce notamment à de nombreux explosifs, parviennent à vaincre le dragon krayt. Tandis qu'il retourne à son vaisseau à travers le désert de Tatooine avec ce que le marshal lui avait promis, Le Mandalorien est observé par l'ancien chasseur de primes Boba Fett qui reconnaît son armure[25],[42],[43]. Après avoir passé quelque temps au côté du Mandalorien, Boba Fett et Fennec Shand retournent sur Tatooine où ils pénètrent dans l'ancien palais de Jabba. Ils éliminent les gardes, puis leur maître, Bib Fortuna, et prennent sa place[44].

Après la défaite Premier Ordre sur Exegol en 35 ap. BY, Rey se rend sur Tatooine, à l'ancienne ferme des Lars[45]. Elle y enterre les sabres de Luke Skywalker et Leia Organa et choisit de prendre comme nom de famille « Skywalker »[46],[30].

Univers LégendesModifier

À la suite du rachat de la société Lucasfilm par The Walt Disney Company, tous les éléments racontés dans les produits dérivés datant d'avant le ont été déclarés comme étant en dehors du canon et ont alors été regroupés sous l’appellation « Star Wars Légendes »[a 1].

Avant la guerre des clonesModifier

 
Vue d'artiste d'une planète semblable à Tatooine avant qu'elle ne soit ravagée par l'Empire infini.

Vers 30 000 av. BY, l'Empire infini des rakatas, une espèce originaire de Rakata Prime, connaît une forte période d'expansion[47]. Tatooine fait partie des mondes qu'il contrôle et les ancêtres des tuskens sont réduits à l'esclavage[a 2],[47]. Il s'agit alors d'une planète verdoyante qui est finalement ravagée par les rakatas, devenant ainsi une planète désertique[a 2],[47]. L'Empire infini s'effondre en 25 200 av. BY à la suite d'une épidémie et de diverses révoltes des esclaves[48].

Durant les millénaires qui suivent, de nombreuses tentatives de colonisation échouent à durer dans le temps. Il faut attendre 700 av. BY pour qu'une colonie de moines b'omarr s'y installe et perdure. Ils sont suivis vers 100 av. BY par des mineurs qui se reconvertissent en fermiers. Vers 65 av. BY, les hutts s'emparent de la planète et l'utilisent comme point de transfert pour leurs marchandises grâce à sa position stratégique[2].

Après la chute de l'EmpireModifier

À la suite de la mort de Jabba le Hutt en 4 ap. BY, les hutts perdent le contrôle de la planète[2]. Celle-ci est alors disputée par des seigneurs du crime durant plusieurs décennies[2]. Elle est finalement récupérée par les Hutts contraints de fuir l'avancée des yuuzhan vong qui ont conquis une grande partie de leur territoire[2].

Concept et créationModifier

Dans les premiers brouillons de Star Wars, George Lucas change régulièrement les noms des planètes et des personnages[49]. À l'origine, le film devait s'ouvrir sur la quatrième lune d'Utapau[Note 3] où vit le jeune guerrier Annikin Starkiller. Dans la version de 1974 intitulée The Star Wars, les droïdes rescapés parcourent le désert de la planète Aquilae, qui reprend plus tard le nom d'Utapau[50]. Avant que la production ne commence, Lucas commande des concept art au dessinateur Ralph McQuarrie, ceux-ci montrent des robots perdus dans un monde désertique sous la chaleur torride de deux soleils, ainsi que de mystérieux tuskens masqués montant des banthas[51],[52],[53].

 
L'hôtel Sidi Driss, à Matmata en Tunisie, a servi de décor pour la ferme des Lars.

La plupart des scènes ont été tournées en Tunisie. Bien que la ville de Tataouine ait inspiré le nom de la planète, elle n'a pas servi de lieu de tournage[54]. Les équipes des films sont plutôt allés du côté de Djerba, Matmata et Nefta[54]. Le passage qui se déroule dans la cantina dans Un nouvel espoir a été tourné à Ajim, un village de Djerba. L'habitation de Ben Kenobi dans le film est montrée à partir d'une prise de vue située à trois kilomètres au nord de ce village. Les scènes de la ferme des Lars sont filmées à Matmata. Le Chott el-Gharsa, la ville de Médenine et le Ksar Ouled Soltane servent de fond à Mos Espa[55].

D'autres scènes ont été tournées en Californie dans la Vallée de la Mort, les dunes Algodones et la Vallée impériale[55].

AdaptationModifier

En plus de ses apparitions officielles dans les romans, novélisations, films et séries télévisées, Tatooine apparaît dans d'autres produits dérivés de l'univers Star Wars.

Jeux vidéoModifier

La planète Tatooine est présente dans de nombreux jeux vidéo. Elle joue ainsi un rôle important dans le RPG Star Wars: Knights of the Old Republic sorti en 2003. Le joueur incarne Revan et avec l'aide de ses alliés, il doit retrouver une « carte stellaire », un vestige d'une ancienne civilisation disparue[56]. Tatooine apparaît dans sa suite, le MMORPG Star Wars: The Old Republic sorti en 2011, qui se déroule trois-cents ans plus tard[57],[58].

Dans les jeux vidéo de course Star Wars Episode I: Racer et Star Wars: Racer Arcade sortis respectivement en 1999 et 2000. Le joueur a la possibilité de revivre la Boonta Eve Classique, la célèbre course de modules visible dans La Menace fantôme[59],[60]. Le second est une jeu d'arcade qui reproduit fidèlement les commandes des modules de course[61].

Tatooine apparaît dès 2004 dans le FPS Star Wars: Battlefront où des parties peuvent avoir lieu dans la Mer de dunes et la ville de Mos Eisley[62],[63]. Dans sa suite Star Wars: Battlefront II sorti en 2005, la Mer de dunes n'est pas conservée mais le palais de Jabba fait son apparition et la ville de Mos Eisley est conservée[64],[65],[66]. La planète est toujours présente dans les reboots Star Wars Battlefront et Star Wars Battlefront II sortis respectivement en 2015 et 2017. Ces nouvelles versions offrent la possibilité au joueur de combattre sur des cartes de Tatooine bien plus grandes que dans les jeux d'origine[67],[68].

En tant que planète majeure de l'univers Star Wars, Tatooine apparaît également dans plusieurs jeux très variés de la franchise. En 2009, il est possible de télécharger une extension au jeu Star Wars : Le Pouvoir de la Force, il s'agit de Star Wars : Le Pouvoir de la Force : Tatooine, un épisode centré sur le palais de Jabba[69]. Elle apparait également dans des jeux de plateformes, comme dans les jeux Star Wars, sorti sur NES en 1981, et Super Star Wars, sorti sur SNES en 1992[70], des jeux d'action-aventure comme Star Wars, épisode I : La Menace fantôme, sorti sur PlayStation en 1999[71], en tant qu'arène dans des jeux de duels comme Star Wars: The Clone Wars - Duels au sabre laser[72], dans des jeux éducatifs comme Star Wars: Droid Works[73] ou en tant que menu de sélection des niveaux dans Lego Star Wars : La Saga complète[74].

La planète est le principal lieu d'action de Star Wars: Trials on Tatooine, un jeu en réalité virtuelle sorti en 2016 et dont l'intrigue se déroule durant l'ère impériale[75].

Tatooine est également représentée dans plusieurs jeux vidéos en dehors de la franchise Star Wars. En effet, la cantina apparait dans le battle royale Fortnite, lors d'un évènement crossover entre les deux licences[76],[77]. Elle apparait également dans le jeu mobile Angry Birds Star Wars, développé par Rovio, en tant que premier niveau du jeu[78].

FigurinesModifier

De nombreuses figurines représentent des personnages lors de leur passage sur la planète désertique. Ainsi en 2003, la société Hasbro commercialise des figurines à l'effigie de Luke Skywalker, C-3PO ou encore des tuskens lors de l'embuscade tendue par ces derniers[79],[80],[81]. Des figurines à l'effigie des clients de la cantina de Mos Eisley, d'Anakin Skywalker massacrant des tuskens, et de Dark Maul lors de son combat avec Qui-Gon Jinn sont également commercialisées par Hasbro[82],[83],[84],[85].

 
Reproduction de la ferme d'humidité des Lars à Legoland California.

Lego a produit des figurines sphériques de diverses planètes, celle de Tatooine est sortie en 2012 sous le numéro 9675 « Sebulba's Podracer & Tatooine », elle est accompagnée d'une figurine de Sebulba et d'une de son module de course[86]. Outre cela, Lego a aussi produit un certain nombre d'autres boîtes représentant différents lieux et évènements de Tatooine, notamment la ferme des Lars, sortie en 2021 sous le numéro 40451 « Tatooine Homestead »[87], et d'une représentant la traque du dragon krayt visible dans la saison 2 de The Mandalorian, celle-ci est sortie en 2021 sous le numéro 75299 « Trouble on Tatooine »[88]. Une version Lego de la cantina de Mon Eisley a également été commercialisé en 2020, reprenant la scène du bar en version miniature vue dans Un nouvel espoir[89]. De plus, à Legoland California des reproductions en miniature de la ferme d'humidité des Lars, du spatioport où est posé le Faucon Millenium et de la cantina de Mos Eisley sont visibles dans le miniland Star Wars[90].

Parcs d'attractionsModifier

 
La boutique Tatooine Traders à la sortie de Star Tours: The Adventures Continue à Walt Disney World Resort.

La planète apparaît dans l'attraction Star Tours: The Adventures Continue, version rénovée de Star Tours[91]. Le visiteur monte à bord d'un Starspeeder 1000, un vaisseau de transport intergalactique, qui se retrouve pourchassé par l'Empire ou le Premier Ordre car un espion rebelle se trouve à bord[92]. Durant son voyage, le vaisseau visite deux planètes, parmi lesquelles peut se trouver Tatooine, dans ce cas le visiteur participe à une course de modules avant de retourner en hyperespace[93]. Cette attraction est située dans les parcs Disneyland Resort et Walt Disney World Resort aux États-Unis depuis 2011[94],[95], à Tokyo Disney Resort au Japon depuis 2013[96], et à Disneyland Paris en France depuis 2017[91]. La version de Walt Disney World se termine dans la boutique de souvenirs Tatooine Traders qui reprend l'architecture des habitations de la planète[97].

En 2013, la Walt Disney Imagineering est chargée de concevoir Star Wars: Galaxy's Edge, une nouvelle zone thématique des parcs Disneyland et Disney's Hollywood Studios. L'idée principale est de faire de cette zone l'une des plus immersives, les imagineers[Note 4] envisagent donc de reproduire l'une des planètes de la trilogie originale. Ils pensent à Tatooine et Endor, et prévoient notamment de construire une reproduction de la cantina de Mos Eisley. Cependant, au même moment une nouvelle trilogie de films est en production. Robert Iger, alors PDG de la Walt Disney Company, demande à ce que la planète choisie ne provienne pas des deux premières trilogies[98],[99],[100]. Une nouvelle planète est finalement conçue, il s'agit de Batuu, un repaire de contrebandiers situé dans la Bordure extérieure[101].

RéceptionModifier

Le site internet Vulture place la planète désertique à la sixième position dans son classement des meilleures planètes de l'univers Star Wars[102]. Il s'agit selon ce site d'un lieu iconique de la saga, bien que se trouvant au milieu de nulle part[102]. Dans le même genre de classement, le site internet Screen Rant place Tatooine à la première position, soulignant la beauté du paysage lors du coucher de soleil binaire[103]. Bien qu'il s'agisse de la planète la plus visitée dans la saga, il souhaiterait qu'elle réapparaisse dans les futurs films, il s'agit en effet du monde d'origine des Skywalker[104],[105]. Cependant, il déplore que Jakku, la planète désertique visible au début de Le Réveil de la Force, ressemble autant à Tatooine[105].

Ian Goodwillie du webzine Comic Book Resources dresse quant à lui la liste des dix éléments illogiques sur l'histoire fictive de Tatooine. Il y a selon lui très peu de chances qu'autant d'évènements importants se déroulent sur cette « boule poussiéreuse de la Bordure extérieure »[Note 5]. Il note qu'il s'agit de la planète d'origine d'Anakin Skywalker, celle où Maul est mort, où se trouve le palais de Jabba le Hutt, la destination de plusieurs missions d'Anakin, un lieu où Luke Skywalker puis Boba Fett restent plusieurs années, et surtout qu'il y a un très grand nombre d'habitants pour un monde désertique avec si peu d'intérêt[106].

PostéritéModifier

Dans Star WarsModifier

En 2015, le site officiel StarWars.com inscrit la célèbre planète désertique dans sa liste des mondes à visiter, notamment pour la beauté de ses dunes, la ferme des Lars et la course de module de la Boonta Eve Classique. Il y conseille cependant d'éviter le palais de Jabba le Hutt, le puits du sarlacc ainsi que les campements des tuskens[a 3].

La planète désertique Jakku visible dans Le Réveil de la Force est souvent comparée à Tatooine, elles ont en effet de nombreux points communs[107].

Dans la cultureModifier

Les lieux de tournage des scènes de Tatooine sont désormais célèbres dans le monde. Ainsi, plus de dix ans après la sortie de La Menace fantôme et de L'Attaque des clones, la situation du site de Mos Espa est encore suivi. Les scientifiques ont utilisé ce repère pour déterminer la vitesse de déplacement des dunes. Or, les résultats sont peu réjouissants pour le site. En effet, il a été constaté que le sable ensevelit progressivement la zone, et que, bien qu'elle sera déterrée par le mouvement des dunes qui l'enveloppent, elle aura subit de notables dégâts[108],[109]. Les fans et ceux qui profitent du tourisme intensif créé par le tournage de scènes de Star Wars tentent alors de sauver le site[110].

En 2017, une réplique de la cantina de Mos Eisley est installée à Hollywood, en Californie. Cette reproduction se nomme « Scum & Villainy Cantina »[Note 6] et propose des boissons et des vêtements destinés à donner l'impression au client qu'il vit une expérience typique de Star Wars[111],[112].

En août 2019, le rappeur Kanye West annonce qu'il conçoit des maisons en kit inspirées des habitations de Tatooine ayant pour objectif de devenir des habitations à loyer modéré. Ses prototypes à Calabasas en Californie ont été démolies, tous les permis nécessaires n'ayant pas été obtenus[113],[114].

Dans les sciencesModifier

Tatooine a marqué la culture par l'iconique scène du coucher de soleil binaire dans Un nouvel espoir sorti en 1977. En effet, le film y présente le concept d'objet circumbinaire, dont le premier a été découvert en 1993[115]. Depuis, les exoplanètes découvertes dans des systèmes binaires sont parfois surnommées « Tatooine »[116].

 
Vue d'artiste du système de Kepler-16.

En 2015, la NASA publie un article expliquant que de nombreux objets célestes récemment découverts ont des propriétés similaires à celles des planètes de l’univers de Star Wars. Parmi eux, les exoplanètes Kepler-16 b et Kepler-453 b orbitent, comme Tatooine, autour d'une étoile binaire[117]. Avant cette découverte, le système binaire de Tatooine n'était considéré que comme de la science-fiction. Toutefois, la réalité va parfois plus loin, avec la découverte des étoiles multiples[118].

Outre ses deux étoiles, Tatooine est remarquable car elle est entièrement désertique. Le modèle de climat désertique chaud est commun, et bien que la question du manque d'eau soit primordiale pour discuter de l'existence de vie, elle est considérée comme la planète la plus réaliste de la saga. La présence de deux étoiles est cohérente avec le fait que l'effet de serre agit différemment en milieu désertique[119].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Le système est également appelé Tatoo.
  2. Également appelé bâton gaffi.
  3. Utapau apparaît finalement dans l'épisode III.
  4. Surnom donné aux employés de la Walt Disney Imagineering.
  5. (en) « Outer Rim dust ball »
  6. (fr) « Cantina de la contrebande et de l'infamie »

RéférencesModifier

  • Sources primaires
  1. (en) « The legendary Star Wars Expanded Universe turns a new page », sur StarWars.com, (consulté le ).
  2. a et b BioWare, Star Wars: Knights of the Old Republic, LucasArts et Aspyr, Windows et Xbox 360, .
  3. (en) Amy Ratcliffe, « Star Wars Planets We’d Like to Visit », sur StarWars.com, (consulté le ).
  • Sources secondaires
  1. a b c d e et f Barr et al. 2015, p. 162-163.
  2. a b c d e f g h i j k l et m Wallace et Fry 2016, p. 105.
  3. a et b Thomas Suinot, « Tatooine », cinéSAGA, no 26,‎ .
  4. a b c et d (en) Bernardo Sim, « Star Wars: 15 Things You Never Knew About Tatooine », sur Screen Rant, (consulté le ).
  5. Lucasfilm Magazine, vol. hors-série no 1 : Le Guide officiel du film La Menace fantôme, Paris, Courleciel, .
  6. Pallant et Clubb 2019, p. 33.
  7. Pallant et Clubb 2019, p. 34.
  8. Pallant et Clubb 2019, p. 35.
  9. Barr et al. 2015, p. 37.
  10. a et b Pallant et Clubb 2019, p. 39.
  11. Pallant et Clubb 2019, p. 38.
  12. Pallant et Clubb 2019, p. 37.
  13. a et b Pallant et Clubb 2019, p. 31.
  14. (en-US) « Star Wars: Here's What Womp Rats Actually Look Like », sur Screen Rant, (consulté le ).
  15. Barr, Bray et Horton 2017, p. 31.
  16. Pallant et Clubb 2019, p. 145.
  17. Beecroft et Hidalgo 2016, p. 206.
  18. a et b Beecroft et Hidalgo 2016, p. 109.
  19. Thomas Suinot, « Jawas », cinéSAGA, no 26,‎ .
  20. Barr et al. 2015, p. 165.
  21. a et b Barr et al. 2015, p. 164.
  22. Barr et al. 2015, p. 168-169.
  23. Barr et al. 2015, p. 192.
  24. Barr et al. 2015, p. 193.
  25. a et b Georges Fonsca et al., « Spécial Star Wars, pénétrez au cœur de la légende », cinéSAGA, no 33,‎ , p. 32-33.
  26. a b et c Barr et al. 2015, p. 22.
  27. Wallace et Fry 2016, p. 142.
  28. a b et c Barr et al. 2015, p. 38.
  29. Barr et al. 2015, p. 36.
  30. a b c d e et f (en) Rick Stevenson, « Every Major Star Wars Event That Happened On Tatooine », sur Screen Rant, (consulté le ).
  31. Wallace et Fry 2016, p. 148.
  32. Barr et al. 2015, p. 43.
  33. Barr et al. 2015, p. 20-21.
  34. Barr et al. 2015, p. 111.
  35. (en) Daniel S. Levine, « ‘Star Wars Rebels’ Season 3 Episode 20 ‘Twin Suns’: Recap & Spoilers », sur Heavy.com, (consulté le ).
  36. (en) Megan Crouse, « Star Wars Rebels Season 3 Episode 20 Review: Twin Suns », sur Den of Geek, (consulté le ).
  37. (en) Brett Hoover, « Star Wars: 10 Things You Didn't Know About The Battle Of Scarif », sur Screen Rant, (consulté le ).
  38. Wallace et Fry 2016, p. 172.
  39. Wallace et Fry 2016, p. 185.
  40. Wallace et Fry 2016, p. 190.
  41. Georges Fonsca et al., « Spécial Star Wars, pénétrez au cœur de la légende », cinéSAGA, no 33,‎ , p. 24-25.
  42. Mégane Choquet, « The Mandalorian saison 2 : 23 détails qu'il ne fallait pas louper dans l'épisode 1 », sur Allociné, (consulté le ).
  43. Julien Cadot, « The Mandalorian S02e01 : les 5 détails importants qui vous ont peut-être échappé », sur Numerama, (consulté le ).
  44. Georges Fonsca et al., « Spécial Star Wars, pénétrez au cœur de la légende », cinéSAGA, no 33,‎ , p. 64.
  45. « "Star Wars 9, L'Ascension de Skywalker" : 6 scènes qui vont vous faire pleurer », sur RTL, (consulté le ).
  46. Mégane Choquet, « Star Wars 9 : comment interpréter la fin de L'Ascension de Skywalker ? [SPOILERS] », sur Allociné, (consulté le ).
  47. a b et c Wallace et Fry 2016, p. 116.
  48. Wallace et Fry 2016, p. 118.
  49. Lucas et Bouzereau 1998, p. 7-8.
  50. Lucas et Bouzereau 1998, p. 17.
  51. Hearn 2005, p. 87-92.
  52. Titelman 1979, p. 46.
  53. Taylor 2014.
  54. a et b Thomas Suinot, « Tatooine », cinéSAGA, no 26,‎ .
  55. a et b Delphine Le Feuvre, « Star Wars : où se sont déroulés les tournages sur la planète Tatooine ? », sur Geo, (consulté le ).
  56. (en) « Star Map », sur IGN, (consulté le ).
  57. Alain L., « Star Wars The Old Republic : Tatooine imagée », sur Génération NT, (consulté le ).
  58. « News jeu Star Wars : les jeux incontournables de la saga comme Jedi Fallen Order et Battlefront », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  59. (en) Victor Lucas, « Star Wars: Episode 1 Racer », sur The Electric Playground, (consulté le ).
  60. (en) Sega, « Star Wars: Racer Arcade Sales Brochure », sur Segaarcade.com (consulté le ).
  61. (en) « Star Wars Racer Arcade », sur KLOV (consulté le ).
  62. (en) « Star Wars Battlefront (2004) review », sur GamesRadar+, (consulté le ).
  63. (en) « The First Star Wars Battlefront shows its age in a few ways but the gameplay and content still make it worth revisiting. », sur GameSpot, (consulté le ).
  64. (en) Juan Castro, « Star Wars Battlefront II Review [PSP] », sur IGN, (consulté le ).
  65. (en) Marley Bury, « Star Wars: Battlefront II (2005) The Original Masterpiece, Fifteen Years Later », sur Geek Vibes Nation, (consulté le ).
  66. Revan135, « Battlefront II : l'émancipation », sur Jeuxvideo.com, (consulté le )
  67. Mitch Dyer, « Star Wars : Battlefront - Critique », sur IGN, (consulté le ).
  68. (en) Bryan Bishop, « Star Wars Battlefront II’s single-player campaign is a great new story with a nostalgia problem », sur The Verge, (consulté le ).
  69. « Test Star Wars : Le Pouvoir de la Force : Tatooine », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  70. Smith 2008, p. 72-75
  71. (en) « The Complete Star Wars Videogames Episode II », Retro Gamer, no 53,‎ , p. 56-65.
  72. (en) Dan Whitehead, « Star Wars The Clone Wars: Lightsaber Duels », sur Eurogamer, (consulté le ).
  73. (ro) Marcus Gkinea, « Star Wars: DroidWorks », LeveL, no 29,‎ , p. 70 (lire en ligne).
  74. (en) Victoria Phillips Kennedy, « LEGO Star Wars: The Skywalker Saga Release Date Announced As Spring 2022 », sur ScreenRant, (consulté le )
  75. « News jeu Star Wars Trials on Tatooine sur Steam aujourd'hui », sur Jeuxvideo.com, (consulté le ).
  76. Volkatz, « Cantina dans Fortnite, où trouver le bar de Star Wars ? », sur Breakflip, (consulté le )
  77. (en) Joseph Knoop, « Where to find Kit's Cantina in Fortnite », sur PC Gamer, (consulté le )
  78. Laurent Checola, « "Angry Birds Star Wars", le côté obscur de Rovio », sur Le Monde, (consulté le )
  79. (en) « Luke Skywalker (Tatooine Encounter) Star Wars SAGA Series #31, 2003 », sur Jedi Business (consulté le ).
  80. (en) « C-3PO (Tatooine Ambush) Star Wars SAGA Series #21, 2003 », sur Jedi Business (consulté le ).
  81. (en) « Tusken Raider (Tatooine Camp Ambush) Star Wars SAGA Series #6, 2003 », sur Jedi Business (consulté le ).
  82. (en) « Labria (Cantina Aliens) The Power Of The Force 1999 », sur Jedi Business (consulté le ).
  83. (en) « Nabrun Leids (Cantina Aliens) The Power Of The Force 1999 », sur Jedi Business (consulté le ).
  84. (en) « Anakin Skywalker (Tatooine Attack) Star Wars SAGA Series #43, 2002 », sur Jedi Business (consulté le ).
  85. (en) « Darth Maul (Tatooine) The Episode 1 Collection 1999 », sur Jedi Business (consulté le ).
  86. (en) « 9675: Sebulba's Podracer & Tatooine », sur Brickset (consulté le ).
  87. (en) « 40451: Tatooine Homestead », sur Brickset (consulté le ).
  88. (en) « 75299: Trouble on Tatooine », sur Brickset (consulté le ).
  89. Nicolas Bedin, « Star Wars et Le Mandalorien, toute une série de jouets ! », sur France Bleu, (consulté le )
  90. (en) Brian Curran, « Star Wars in Legoland », sur EndorExpress, (consulté le ).
  91. a et b « Star Tours : l’Aventure Continue », sur Disneyland Paris PressNews, (consulté le ).
  92. « Star Tours : L’Aventure Continue », sur Disneyland Paris (consulté le ).
  93. Thomas Imbert, « Star Tours : on a testé la nouvelle attraction de Disneyland Paris », sur Allociné, (consulté le ).
  94. (en) Erin Glover, « Star Tours Opening Ceremony at Disneyland Park », sur Disney Parks Blog, (consulté le ).
  95. (en) Thomas Smith, « Webcast: ‘Star Tours – The Adventures Continue’ at Disney’s Hollywood Studios », sur Disney Parks Blog, (consulté le ).
  96. (en) « Star Tours to be Reintroduced in a New Version! Star Tours: The Adventures Continue » (version du 25 novembre 2011 sur l'Internet Archive), sur Tokyo Disney Resort, .
  97. (en) « PHOTOS: Tatooine Traders Reopens at Disney’s Hollywood Studios with Modified Lightsaber Building and New Social Distancing Precautions » (version du 25 novembre 2011 sur l'Internet Archive), sur Walt Disney World News Today, .
  98. (en) Bethany Guerrero, « Star Wars: Galaxy's Edge Was Originally Set On Tatooine », sur Screen Rant, (consulté le ).
  99. (en) Dirk Libbey, « Why Star Wars: Galaxy's Edge Ditched Its Original Tatooine Design », sur CINEMABLEND, (consulté le ).
  100. (en) Herb Scribner, « Star Wars: Galaxy’s Edge almost included Endor, Tatooine », sur Deseret News, (consulté le ).
  101. (en) Dirk Libbey, « Star Wars Galaxy's Edge: Everything We Know About Walt Disney World's New Land », sur CINEMABLEND (consulté le ).
  102. a et b (en) Nate Jones, « Star Wars Planets, Ranked », sur Vulture, (consulté le ).
  103. (en) Matt Berger, « The Best Planets Of The Star Wars Universe, Ranked », sur Screen Rant, (consulté le ).
  104. (en) Brian Walton, « Star Wars: 18 Most Important Planets In The Galaxy, Ranked », sur Screen Rant, (consulté le ).
  105. a et b (en) Andy Andersen, « 15 Star Wars Locations That Future Movies Should Revisit », sur Screen Rant, (consulté le ).
  106. (en-US) « Star Wars: 10 Things About Tatooine That Make Zero Sense », sur Comic Book Resources, (consulté le ).
  107. (en) Chris Taylor, « 'Star Wars' vs. 'The Force Awakens': The ultimate comparison », sur Mashable, (consulté le ).
  108. (es) « La ciudad de Anakin Skywalker, en peligro por las dunas », sur 20 Minutos, (consulté le ).
  109. « Родина Энакина Скайуокера помогла определить скорость движения барханов », sur Lenta (consulté le ).
  110. (en) Star Wars: Darth Vader's childhood home saved by fans, de Howard Johnson, BBC, 28 novembre 2014 [présentation en ligne].
  111. (es) « ¿Recuerdas la famosa Cantina de Mos Eisley en 'Star Wars'? Abrirá sus puertas en Hollywood », sur Antena 3, (consulté le ).
  112. (en-US) Ryan Parker et Ryan Parker, « ‘Star Wars’-Inspired Bar in Hollywood Extends Run Through July (Exclusive) », sur The Hollywood Reporter, (consulté le ).
  113. (en) Bianca Barragan, « County inspectors cite Kanye West for ‘Star Wars’ dome houses in Calabasas », sur Curbed LA, (consulté le ).
  114. (en) Ian Spiegelman, « Goodbye to Kanye West’s Dome Homes—We Hardly Knew Ye(ezy) », sur Los Angeles Magazine, (consulté le ).
  115. (en) Donald C. Backer (en) (1993). « A pulsar timing tutorial and NRAO Green Bank observations of PSR 1257+12 » Planets around Pulsars: 11-18 p., Pasadena: California Institute of Technology. .
  116. (es) « Cada vez estamos más cerca de hallar planetas similares a Tatooine », sur ABC, (consulté le ).
  117. (en) Pat Brennan, « Meanwhile, in a galaxy not so far, far away... », sur Jet Propulsion Laboratory, (consulté le ).
  118. Laurent Sacco, « La formation de la Tatooine de Star Wars a été simulée sur ordinateur », sur Futura (consulté le ).
  119. (en) John Wenz, « Could the Planets in Star Wars Actually Support Life? », sur Wired (consulté le ).

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  : document utilisé comme source pour la rédaction de cet article.

  • Livres en français
  • Patricia Barr, Adam Bray, Daniel Wallace et Ryder Windham (trad. de l'anglais), Ultimate Star Wars, Vanves, Hachette Livre, , 320 p. (ISBN 978-2-01-220631-1)  
  • Daniel Wallace et Jason Fry, Star Wars : L'Atlas, Huginn & Muninn, , 243 p. (ISBN 978-2-36480-397-8)  
  • Simon Beecroft et Pablo Hidalgo (trad. de l'anglais), Star Wars : L'Encyclopédie des personnages : Tous les personnages de la saga, Vanves, Hachette Jeunesse, , 221 p. (ISBN 978-2-01-949657-9)  
  • Tricia Barr, Adam Bray et Cole Horton, Star Wars : L'Encyclopédie visuelle, Hachette Heroes, (ISBN 978-2-01-625499-8)  
  • Katrina Pallant et Nathalie Clubb, Star Wars : Alien archive, Hachette Heroes, (ISBN 978-2-01-709542-2)  

Articles connexesModifier

Liens externesModifier