Tantum ergo

Le[1] Tantum ergo est un extrait (les deux dernières strophes) de l'hymne des vêpres Pange lingua, composée par saint Thomas d'Aquin. Depuis le XIXe siècle, le chant se consacre surtout à la célébration du salut du Saint-Sacrement.

Salut du Saint-Sacrement au carmel de Gand, pendant lequel est chanté le Tantum ergo
Fichier audio
Tantum Ergo

TexteModifier

latin français

(V) Tantum ergo sacramentum veneremur cernui,
Et antiquum documentum novo cedat ritui ;
præstet fides supplementum sensuum defectui.

(VI) Genitori Genitoque laus et jubilatio,
salus, honor, virtus quoque sit et benedictio :
procedenti ab utroque compar sit laudatio. Amen.

(V) Ce sacrement est admirable. Vénérons-le humblement,
et qu'au précepte d'autrefois succède un rite nouveau.
Que la foi vienne suppléer à nos sens et à leurs limites.

(VI) Au Père, au Fils, notre louange, l'allégresse de nos chants :
salut, et puissance, et honneur et toute bénédiction.
À l'Esprit du Père et du Fils, égale acclamation de gloire. Amen[2].

HistoriqueModifier

Composition de Thomas d'AquinModifier

Cette hymne en rime est, à l'origine, un extrait d'une hymne dont le texte fut composé par Thomas d'Aquin († 1274). Ce théologien écrivit une série de trois hymnes consacrée à la liturgie des Heures. Les deux strophes de Tantum ergo se trouvent dans l'hymne Pange lingua en faveur de la célébration des vêpres. Il s'agit de sa cinquième strophe qui est suivie de la sixième Genitori genitoque. Cette dernière strophe est tant la conclusion de l'hymne Pange lingua qu'une doxologie.

De six strophes à deux strophesModifier

Rite romain manquant de Tantum ergoModifier

Le siècle où Thomas d'Aquin vivait coïncidait avec l'institution de la Fête-Dieu en 1246, par Robert de Thourotte en qualité de prince évêque de Liège. Puis le pape Urbain IV suivit cette institution en 1264 pour l'Église universelle[3]. Aussi la composition des hymnes du théologien était-elle très souvent attribuée, par erreur, à cette création de fête. Contrairement à ce que l'on diffusait et diffuse encore aujourd'hui, durant 300 ans l'hymne resta en usage de la liturgie des Heures, et non pour le Saint-Sacrement. En fait, dans le rite romain, jusqu'à la fin du XVe siècle, c'était singulièrement l'Ave verum corpus qui était réservé tant à l'élévation dans la messe qu'à la bénédiction d'autres moments[4].

Composition selon le rite tridentinModifier

La composition musicale du texte Tantum ergo se trouve, d'abord, dans la liturgie du Jeudi Saint. À la suite du concile de Trente, au sein de l'Église catholique, une immense réforme liturgique fut tenue. Il s'agissait du mouvement de la Contre-Réforme, qui était soutenu par la participation importante des musiciens, liés au Vatican. En 1585, le prêtre-compositeur espagnol Tomás Luis de Victoria fit publier son œuvre, réservée à la Semaine Sainte. Pour cet Officium Hebdomadæ Sanctæ, il avait composé seules deux dernières strophes de l'hymne Pange lingua en polyphonie [partition en ligne][5]. Le manuscrit 186 de la chapelle Sixtine indique qu'avant la publication, l'œuvre était déjà en usage à cette chapelle pontificale. D'où, les strophes I - IV, duquel la IIIe exprime le mystère de la Cène, étaient chantées en grégorien.

latin français

(III) In supremæ nocte cœnæ recumbens cum fratribus,
Observata lege plene cibis in legalibus,
Cibum turbæ duodenæ se dat suis manibus.

(III) Dans la nuit de la dernière Cène, à table avec ses frères,
La loi pleinement observée, concernant la nourriture légale,
En nourriture aux Douze, il se donne lui-même de ses mains[2].

Simplement avec l'intention d'économiser la publication, Victoria avait omis toutes les parties en grégorien. Donc dans le contexte liturgique, l'omission de ces quatre strophes qui précédent n'existait pas (étant donné que la célébration du Jeudi Saint a pour but de commémorer la Cène). Et la raison pour laquelle le compositeur avait sélectionné les deux dernières peut être expliquée par la liturgie selon ce nouveau rite, rite tridentin[6].

Les strophes I - IV sont chantées lors de la procession : « Dum fit processio, cantatur hymnus Pange lingua gloriosi Corporis mysterium, usque ad verba Tantum ergo ; si vero opus est, idem hymnus repetitur (Pendant que l'on fait la procession, on chante l'hymne Pange lingua gloriosi Corporis mysterium, jusqu'aux mots Tantum ergo ; si besoin est, on répète la même hymne). » ;
Puis, les strophes V - VI, que Victoria avait composé en polyphonie, sont exécutées, avec des gestes importants de célébrant : « Cum autem ventum fuerit ad locum paratum, celebrans, adiuvante, si opus sit, diacono, deponit pyxidem super altare, genuflectit, et incensat, thure iterum imposit ; interim canitur Tantum ergo (Quand on parvient au lieu préparé, le célébrant avec l'aide du diacre s'il le faut, dépose le ciboire sur l'autel, fait la génuflexion, et l'encense, ayant de nouveau imposé l'encens, et entre-temps on chante le Tantum ergo.) »

Il s'agit exactement du moment solennel où le Saint-Sacrement s'expose. La partition publiée par Victoria, qui était un prêtre de la congrégation de l'Oratoire, l'exprime avec ces mots : Feria quinta In cœna Domini. In elevatione Corporis Christi [partition originale en ligne], dans laquelle était précisé l'usage pour l'élévation, qui est tenue à la fin de la célébration du Jeudi Saint au sein du Saint-Siège.

Œuvre musicale à la RenaissanceModifier

Giovanni Pierluigi da Palestrina, duquel Victoria était élève, aussi laissa sa propre composition. Il est probable que le motif de cette composition était semblable à celui de l'œuvre de Victoria, le Jeudi Saint et le Vatican. Or, on compte peu de pièce à la Renaissance. Si celle de Thoinot Arbeau (son vrai nom était Jehan Tabourot[7]) était un précieux exemple, on sait rien pour cette œuvre réligieuse[8].

Le manque de composition pour l'hymne Tantum ergo à la Renaissance suggère qu'il faut écarter ce que l'on diffuse : Thomas d'Aquin avait composé cette hymne pour la Fête-Dieu. En réalité, la composition devint habituelle plus tard, après que l'Adoration du Saint-Sacrement était devenue un phénomène omniprésent. Et pour cette pratique, le rite romain manquait toujours de cette hymne alors que l'usage de l'O salutaris Hostia fut établi plus tôt [4]. Il semble que l'utilisation fût issue d'autres rites.

Témoignage de Tantum ergo pour le Saint-Sacrement à NaxosModifier

La pratique de nos jours, exécution de l'hymne Tantum ergo lors de l'Adoration (salut du Saint-Sacrement), ne fut pas établie récemment. La mission des Jésuites à Naxos de 1627 à 1643 par le père Mathieu Hardy présentait la tradition de l'église byzantine à Naxos[9], qui avait été, entre 1207 et 1537, sous influence directe du catholicisme[10] :

« [Avant le Carême,] le Sainct Sacrement s'expose le dimanche, lundy et mardy de la Quinquiagésime[11] ... le peuple se ressemble en bonne quantité, les prestres viennent qui chantent les Complies de Nostre-Dame, puis le Père supérieur, revestu de surplis et d'estole, encense, cependant que l'assistance chante Tantum ergo Sacramentum, ... ; [les mercredis, en présence de l'archevêque, pendant le Carême,] après les Complies, un de nos Pères monte en chaire et faict un sermon de trois quarts d'heure, puis les litanies de Nostre-Dame se chantent après lesquelles, cependant qu'on chante Tantum ergo Sacramentum, ... [63]. »

Devenue à nouveau orthodoxe, cette église pratiquait toutefois l'hymne de saint Thomas d'Aquin. En effet, après la Quatrième croisade (1202 - 1204), le lieu était devenu le fief d'une famille vénitienne. Sans doute une hybridation du rite romain et du rite byzantin y avait-elle été achevée avant l'arrivée de l'abbé Hardy.

Sous l'Ancien RégimeModifier

À la différence des motets O salutaris Hostia et Panis angelicus, le répertoire de Tantum ergo était vraiment pauvre sous l'Ancien Régime. Si le motet de François Couperin reste encore, celui de Michel-Richard de Lalande, bien documenté, fut perdu.

Parmi les compositeurs de l'hymne Tantum ergo, Domenico Zipoli († 1726) demeure un musicien particulier. Le contemporain d'Antonio Vivaldi, de Georg Friedrich Haendel, il était l'un des missionnaires jésuites qui furent envoyés en Amérique du Sud. Cela signifie que cette compagnie missionnaire gardait une pratique de l'hymne.

Il est vrai que cette pratique auprès des Jésuites était documentée dans un journal d'après un manuscrit du Séminaire de Québec. Il s'agissait des offices du salut du Saint-Sacrement, célébrés en juillet 1648 : « le 2e jour, le Miserere & Tantum ergo ; & le 3e les litanies du nom de Jésus, & le Tantum ergo avec plusieurs oraisons convenables au temps & à la saison[12]. » Après le lémoignage par le père Hardy à Naxos, maintenant la pratique des Jésuites était tout à fait établie au Canada, cinq ans plus tard. On ignore néanmoins le lien entre les deux.

Composition florissante au XIXe siècleModifier

Le XIXe siècle s'illustrait de nombreuses compositions de petits motets. C'était surtout le cas du motet O salutaris Hostia pour l'élévation à la messe, sans doute issu d'une réforme auprès du rite ambrosien, tenue au XVe siècle à Milan. En France, la composition de celui-ci, qui devint un immense phénomène, était effectuée par un grand nombre d'organistes en faveur de leur paroisse.

Quant à l'hymne Tantum ergo, la circonstance restait différente. Certes, on compte de même, parmi les compositeurs, de grands organistes français, tels César Franck, Camille Saint-Saëns, Théodore Dubois, Gabriel Fauré, Léon Boëllmann. Toutefois, à la différence du motet O salutaris, d'autres compositeurs qui n'étaient pas organistes aussi participèrent à composer la Tantum ergo : Michael Haydn, Luigi Cherubini, Gaetano Donizetti, Franz Schubert, Hector Berlioz, Giuseppe Verdi. Et parfois, l'usage n'était pas précisé dans la partition alors que l'O salutaris était réservée, en général, à l'élévation dans la messe. Sans précision ou qualifiée comme hymne, conformément adaptée à la composition originale de Thomas d'Aquin, l'utilisation de la Tantum ergo avait plus de liberté. Mais dans la deuxième moitié de ce siècle, c'était de plus en plus la forme de motet que les compositeurs adoptaient. Enfin, le XIXe siècle était le plus florissant pour cette hymne.

D'ailleurs, à cette époque-là, Anton Bruckner enrichit le répertoire de cette catégorie. En apprenant l'orgue à Hörsching, il composa déjà une Pange lingua a cappella à l'âge de onze ans environ[13]. Et il écrivit successivement huit Tantum ergo desquelles la plupart des œuvres furent sorties lorsqu'il était organiste de Sankt Florian (Saint-Florent) entre 1845 et 1855. Pour lui, il s'agissait d'un sujet important. En 1888, Bruckner révisa cinq Tantum ergo, puis sa Pange lingua en 1889[13]. Ce sont des exemples des meilleures compositions du siècle.

Il est à noter que Franz Liszt, compositeur catholique, aussi écrivit une hymne Tantum ergo à l'âge d'onze ans, tout comme Bruckner. Bien entendu, il s'agissait de sa première œuvre, même si elle fut perdue[14].

Le Royaume-Uni s'illustrait d'un autre phénomène. Pour les fidèles catholiques, le chant du Salut du Saint-Sacrement en latin devint l'une des pratiques les plus respectées, et dans cette optique, plusieurs chants étaient sélectionnés. Il s'agissait de l' O salutaris, du Tantum ergo ainsi que des litanies[m 1]. Dans le répertoire anglais du XIXe siècle, on compte de nombreux Tantum ergo, soit nouvellement composés, soit choisis à partir de recueils anciens. La composition se continua, sans cesse, pendant tout le siècle[m 2]. L'exécution était effectuée tant en monodie [64][m 3] qu'en polyphonie. Le Ushaw College près de Durham était l'un des centres de l'édition[m 4]. La Tantum ergo était tellement populaire que la publication de toutes les messes de Samuel Webbe par Vincent Novello s'accompagnait, à la fin, de la partition de cette hymne à quatre voix par Webbe [65][m 5]. L'œuvre de Palestrina était, outre-Manche, très bien connue et appréciée[m 6]. L'ascension de l'hymne de la bénédiction pour les fidèles lors de l'Adoration était surtout le fruit de la recommandation des Jésuites et des moines de la congrégation de l'Oratoire, qui étaient en service pour les paroisses[m 7]. De plus, même auprès des Anglicans, l'usage du latin fut rétabli au XIXe siècle à la suite du mouvement d'Oxford, après que les Calvinistes avait ruiné toute l'utilisation du latin dans la liturgie.

Réforme liturgique de Pie XModifier

L'Église catholique connaissait, au XXe siècle, deux fois de réformes liturgiques. En 1903, sitôt élu pape, saint Pie X fit inaugurer sa réforme de liturgie, qui se caractérisait d'une centralisation de célébration avec le chant grégorien. D'où, l'exécution de Tantum ergo était tenue en monodie (néo-grégorien), désormais version officielle dans toutes les églises catholiques. La composition, par les musiciens, devint moins fréquente. Durant 60 ans environ, cette réforme fut soutenue par tous les successeurs de Pie X.

Usage actuelModifier

À la suite de la réforme après le concile Vatican II, fut modifié le calendrier liturgique romain, selon lequel toutes les célébrations se commencent avec une hymne, qui était auparavant chantée à la fin. L'hymne est dorénavant considérée idéale pour le commencement de l'office. En ce qui concerne les vêpres, cette hymne reste la Pange lingua entière de Thomas d'Aquin, tout comme l'époque de sa composition. Car, avec la célébration de laudes, les vêpres demeurent l'un des offices les plus solennels dans la liturgie des Heures. D'où, l'hymne Tantum ergo, qui est son extrait, se classe comme variante[15].

L'hymne Tantum ergo est aujourd'hui profondément liée au salut du Saint-Sacrement. Ainsi, tant les sanctuaires de Lourdes[16], du Mont-Sainte-Odile que les paroisses font chanter cette hymne à la fin de l'Adoration, au moment de Bénédiction. Sauf le cas de langue vulgaire, il est rare que l'hymne soit remplacée par d'autres pièces en latin.

Les compositeurs contemporaines aussi ont tendance à donner mélodie à ces deux strophes, qui sont adaptées aux célébrations actuelles.

Tendance des éditeursModifier

Ce mode d'exécution en deux strophes devint si fréquent que même la publication s'adapte au besoin des exécuteurs. Ainsi, dans le livre de chant Liturgie latine publié par l'abbaye de Solesmes en 2005, les deux dernières strophes intitulées Tantum ergo (Pange lingua) se trouvent avec leur notation entière tandis que le texte et sa traduction des strophes I - IV du Pange lingua, se présentent sur la page suivante, mais sans notation[2]. L'édition Kairos-Verlag adopta d'ailleurs une solution semblable. À la page 55 de son livre Singe, meine Seele ! Lieder von Lourdes in deutscher Sprache[17], on trouve la notation de la Pange lingua avec un ordre particulier du texte latin V - VI - I - II - III - IV, dans l'optique de faciliter la pratique.

Œuvres musicalesModifier

À la RenaissanceModifier

Musique baroqueModifier

Musique classiqueModifier

Musique romantiqueModifier

Musique contemporaineModifier

Œuvre instrumentalleModifier

Attribution par erreurModifier

Voir aussiModifier

Lien externeModifier

Écouter en ligne avec notation grégorienneModifier

Références bibliographiquesModifier

  • T. E. Muir[69], Roman Catholic Church Music in England, 1791 - 1914, Routledge 2016, 310 p. (en)[lire en ligne]
  1. p.  220
  2. p. 220 - 221
  3. p.  224
  4. p.  227
  5. p. 224 - 225, partition de Tantum ergo éditée par Samuel Webbe (1785).
  6. p.  229
  7. p.  221

Notes et référencesModifier

  1. La, quand l'œuvre est composée comme hymne religieuse (« Le plus souvent au fém. dans la tradition chrétienne. » Centre national de ressources textuelles et lexicales [1] A.2) S'il s'agit d'un motet, c'est un Tantum ergo.
  2. a b et c Liturgie latine — mélodies grégoriennes, Abbaye Saint-Pierre de Solesmes, Solesmes 2005, p. 110 - 111 (ISBN 978-2-85274-264-2)
  3. Lettre de Jean-Paul II datée du 28 mai 1996 [2]
  4. a et b Warren Drake (éd.), Ottaviano Petrucci, Mottetti de Passione, de Cruce, de Sacramento, de Beata Virgine et Huiusmodi B, University of Chicago Press 2002, p. 19 - 21 Texts De Sacramento (en)[3]
  5. Version par l'université de Salamanque
  6. Site Introibo [4]
  7. De aabehinorttu.
  8. Thoinot Arbeau, Orchésographie, traité en forme de dialogue ... (1988, première publication 1589) [5]
  9. Publiée en 1935, revue Echos d'Orient, tome XXXIV, p. 99 ; il s'agit de l'écriture (1643) d'un Jésuite, Mathieu Hardy (Nevers 1589 - † Naxos 1645) ; voir tome XXXIII [6] p. 223.
  10. Même revue, tome XXXIII, p. 224 - 225
  11. Définition selon CNTRL [7]
  12. Les abbés Laverdière et Casgrain, Le journal des Jésuites publié d'après le manuscrit original conservé aux archives du Séminaire de Québec, Léger Brousseau, 1871, p. 113 [8]
  13. a b c et d John Williamson, p. 55 (Cambridge University Press 2004) (en)[9]
  14. a et b Humphery Searle (2013), p. 1 (en)[10]
  15. Site Grégorien Info [11]
  16. Livre de chant officiel Répertoire multilangue, chants de Lourdes, 2017, p. 304 (n° 190 Tantum ergo), EURL Basilique du Rosaire (ISBN 978-2-36109-054-8)
  17. Kairos-Verlag, 2e édition, Baden 2003 (ISBN 3-9522031-1-4)
  18. Rollin Smith (1992), p. 71 (en)[12] programme du concert à l'église Saint-Thomas-d'Aquin (Paris) le 15 mai 1862
  19. Médiathèque de Joué-lès-Tours [13]
  20. Partition à vérifier [14] ; publication actuelle par Schola Cantorum de Bâle, catalogue 2020 p. 49
  21. Research Guide (2013) [15]
  22. Catalogue CMBV [16]
  23. Eugene Casjen Cramer (2017) p. 320 - 322 (en)[17]
  24. Site Schola Sainte-Cécile [18]
  25. Catalogo SBN (it)[19]
  26. Thematic Catalogue (2005) (en)[20]
  27. Notice Bnf [21]
  28. Notice Bnf [22]
  29. Notice Bnf [23]
  30. Notice Bnf [24]
  31. Notice Bnf [25]
  32. Notice Bnf [26]
  33. Notice Bnf [27]
  34. Notice Bnf [28]
  35. Notice Bnf [29]
  36. Notice Bnf [30]
  37. Bibliothèque du Congrès (en)[31]
  38. Notice Bnf [32]
  39. Notice Bnf [33]
  40. Notice Bnf [34]
  41. Louis-Alfred Niedermeyer, Vie d'un composituer moderne, p. 159, 1893 [35]
  42. Notice Bnf [36]
  43. Christopher Gibbs, Princeton University Press (2010) p. 379 note n° 1 (en)[37]
  44. Notice Bnf [38]
  45. Notice Bnf [39]
  46. Notice Bnf [40]
  47. Notice Bnf [41]
  48. Notice Bnf [42]
  49. Notice Bnf [43]
  50. Notice Bnf [44]
  51. Notice Bnf [45]
  52. Notice Bnf [46]
  53. Jean Gallois, Camille Saint-Saëns, 2004, p. 54 [47]
  54. a b et c Data Bnf [48]
  55. Notice Bnf [49]
  56. Notice Bnf [50]
  57. Notice Bnf [51]
  58. Data Bnf [52]
  59. Notice Bnf [53]
  60. Notice Bnf [54]
  61. Tantum ergo, O Saluratis hostia et La Lettre du Paysan, enregistrés par la Maîtrise d'Enfants Notre-Dame de Brive, in "Chercher la Lumière, chercher la Paix". Direction artistique : Christophe Loiseleur des Longchamps ; Piano : Gaël Tardivel ; technique vocale : Deryck Webb. Coda Music. réf. 020709CM.
  62. Notice Bnf [55]
  63. Notice Bnf [56]
  64. Notice Bnf [57]
  65. Notice Bnf [58]
  66. Notice Bnf [59]
  67. Notice Bnf [60]
  68. Carl de Nys, La musique religieuse de Mozart dans la collection Que sais-je ?, p. 52 [61]
  69. Notice Bnf [62]