Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Sony

société multinationale japonaise
(Redirigé depuis Sony Corporation)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sony (homonymie).

Sony Corporation (ソニー株式会社, Sonī kabushiki gaisha?, TYO: 6758, NYSE: SNE), est une société multinationale japonaise basée dans l'arrondissement de Minato, à Tokyo, Japon. Elle est active dans différents domaines tels que l'électronique, la téléphonie, l'informatique, le jeu vidéo, la musique, le cinéma et l'audiovisuel en général.

Sony
logo de Sony
illustration de Sony

Création  : Tōkyō Tsūshin Kōgyō (TTK)
Dates clés 1958 : devient Sony.
1968 : lancement des téléviseurs Trinitron.
1979 : lancement du premier Walkman
1982 : lancement commercial du Compact Disc.
1994 : lancement de la PlayStation au Japon.
1995 : lancement commercial du DVD.
2006 : lancement officiel du Blu-ray
Fondateurs Akio Morita
Masaru Ibuka
Forme juridique Kabushiki gaisha
Action TSE : 6758
NYSE : SNE
Slogan Be moved
Siège social 1-7-1 Konan
Sony City (d), MinatoVoir et modifier les données sur Wikidata
Drapeau du Japon Japon
Direction Kazuo Hirai
Actionnaires Mondiale
Activité électronique, jeu vidéo, téléphonie, informatique, musique, cinéma et audiovisuel
Produits voir liste
Filiales entreprises de Sony Corporation
Effectif 131 700 (2015)
Site web sony.com

Capitalisation 42,6 Md d'euros en 2017
Fonds propres en diminution 28,523 Md de dollars (2013)[1]
Chiffre d’affaires en diminution 72,349 Md de dollars (2013)[1]
Résultat net en augmentation 458 M de dollars (2013)[1]

Sony Corporate comprend plus de cent sociétés à travers le monde, dont Sony France SA, Sony Corporation of America, Sony Music Entertainment, Sony Pictures Entertainment, Sony Computer Entertainment et est présent dans 183 pays (voir les entreprises de Sony Corporation).

Sommaire

HistoireModifier

OrigineModifier

 
La Sony City, siège social de Sony à Tokyo.

La société a été créée le sous le nom de Tōkyō Tsūshin Kōgyō (東京通信工業?, TTK)[2] par Masaru Ibuka, ingénieur, et Akio Morita, physicien, embauchant une vingtaine de personnes dans une société qui réparait des équipements électroniques et qui tentait de créer ses propres produits.

Le nom Sony apparaît sur les produits dès 1955 mais la compagnie change de nom seulement en janvier 1958. Il provient du latin sonus qui signifie son, et de l'expression anglaise alors en vogue au Japon Sunny boy qui désigne une jeune personne à l'esprit libre et novateur.

Il faudra attendre 1954 pour que la société commence à se développer vraiment : à cette date, la société obtient une licence pour la fabrication de transistors, composant électronique de base par excellence. Ainsi, les premiers transistors japonais sortent des usines de Sony cette année-là, 6 ans après leur invention aux États-Unis. L'année suivante, Sony commercialise le premier récepteur radio entièrement à base de transistors[3].

Parmi les innovations importantes apportées par Sony, citons la cassette vidéo couleur en 1971, le magnétoscope Betamax en 1975, le Walkman en 1979, la disquette 3,5 pouces en 1984, un appareil photo électronique en 1981 Sony Mavica, le Disque compact en association avec Philips en 1982, le premier caméscope grand public en 1983, la vidéo 8 mm en 1988, le premier numériscope en 1985, ou encore le disque Blu-ray en 2006.

Au niveau des contenus, en 1987, Sony rachète CBS qui devient en 1991 Sony Music Entertainment, et en 1989 Columbia Pictures via Sony Pictures Entertainment.

Sony est une société internationale. Akio Morita a estimé dès le départ que sa société devait considérer le monde entier comme marché et non se limiter au Japon. Il insista pour que le nom Sony apparaisse clairement sur tous les produits de la société.

Sony Corporation dans les années 2000Modifier

En 2004, le chiffre d'affaires pour l'ensemble des sociétés et filiales de Sony Corporation à travers le monde s'élève à près de 69 milliards d'euros. La part de Sony dans le marché mondial de l'électronique grand public a été estimée en 2004 à plus de 14 % (devant Panasonic, Hitachi et Philips). En , Sony et Samsung créent une coentreprise de fabrication de dalle LCD en Corée baptisée S-LCD[4].

Sony fabrique aussi des semi-conducteurs mais uniquement pour ses propres filiales. En 2005, Sony pointe ainsi à la 13e place des vingt plus grands fabricants de semi-conducteurs.

Le , l'Américain d'origine anglaise Howard Stringer est nommé président de Sony Corporation après la démission de Nobuyuki Idei. Le siège social se trouve à Tokyo au Japon. La société compte 158 500 salariés dans le monde au .

En , Sony a annoncé un profit net record de près de 2,4 milliards d'euros à la suite d'une année 2007 marquée par les belles performances de ses produits phares (CyberShot, Bravia, PlayStationetc.) mais aussi la vente des chaînes de productions à Nagasaki de processeurs Cell et RSX à Toshiba et la cession du Sony Center de Berlin[5]. Le , Sony Corporation annonce une vague de licenciements touchant 8 000 employés d'ici l'année 2010, ainsi que la réduction de 30 % des investissements en recherche et développement pour faire face à la crise économique et à la chute des ventes notamment dans le secteur des écrans LCD[6].

Durant 2009, Sony cherche à se relancer : l'entreprise continue notamment son plan de restructuration en créant le Consumer, Professional & Devices Group, qui regroupe et les activités image et son, et le Networked Products & Services Group qui rassemble les branches jeux vidéo, informatique et services en ligne de Sony[7]. En décembre 2009, Sony prend une part de 7 % dans la filiale Sharp Display Product qui gère l'usine de fabrication de dalles LCD de dixième génération de Sharp à Sakai, part qui doit passer à 34 % en avril 2011[8]. Ce nouvel investissement n'a cependant jamais eu lieu, et en mai 2012, Sony annonce se désengager totalement de cette filiale[9].

L'an 2010 fut aussi une année charnière pour les différentes divisons du groupe; la 3D « relief » fait une entrée massive dans le catalogue des produits grand public de la marque (Bravia, PS3 etc.), des accords sont passés avec Google pour intégrer Android à divers systèmes (smartphone Xperia, Google TV...), annonce du rachat à Toshiba de l'usine de semi-conducteur de Nagasaki, pour doubler ses capacités de production de capteurs photos[10], et Sony Computer Entertainment redevient rentable grâce à la baisse des coûts de fabrications des consoles PlayStation[11].

Depuis 2010, la division électronique de Sony perd de l’argent[12].

L'année 2011 est l'occasion pour Sony d'élargir sa plateforme PlayStation Network, déjà bien implanté auprès du grand public, en lançant le service Qriocity[13], destiné aux divers produits de la marque, et notamment aux futures tablettes Android[14]. Cette même année, le "PSN" est mis hors ligne par des attaques DDoS ainsi que l'attaque mené par Lulzsec durant près d'un mois. Sony découvre des failles exposant les données personnelles des utilisateurs. Les utilisateurs découvrent aussi les manigances de Sony réalisées à l'aide du PSN (comme la récupération automatique de données personnelles). Le service, après sécurisation, reprendra partiellement le 15 mai[15]. L'entreprise japonaise doit aussi faire face au tremblement de terre du [16], à l'incendie d'une de ses plateformes logistiques en périphérie de Londres, lors des émeutes d'août[17], ainsi qu'aux inondations en Thaïlande paralysant ses sites de productions d'appareils photo[18]. Par ailleurs, le groupe annonce une restructuration de sa branche télévision, faisant suite à des ventes en baisse[19].

Le , Sony annonce un accord avec Hitachi, Toshiba et INCJ portant sur la mutualisation des moyens de productions de dalles LCD de petites et moyennes tailles sous la forme d'une nouvelle entreprise appelée Japan Display[20]. Le groupe annonce, le 27 octobre, le rachat des parts du suédois Ericsson dans leur coentreprise Sony Ericsson[21]. Le 26 décembre, Samsung Electronics annonce qu'elle rachète les parts de Sony dans leur coentreprise de fabrication de dalle LCD S-LCD pour 1 008 milliards de wons (671 millions d'euros)[22]. Fin , Sony et Panasonic annoncent qu'ils développent désormais ensemble leurs techniques de façonnage des écrans OLED (diode électroluminescente organique)[23].

Fin , Sony annonce d'importantes pertes et une éventuelle restructuration. La direction décide de se concentrer sur les secteurs qui rapportent.

Le , Sony annonce le rachat du service de jeu à la demande Gaikai pour un montant de 380 millions de dollars (environ 301 millions d’euros)[24].

En , Sony vend sa participation (de 13,14 %) dans DeNA pour 438 millions de dollars[25].

En , Sony sort la PlayStation 4, sa nouvelle console de salon. Dès sa sortie, les ventes sont très importantes et en sachant qu'elle rapporterait 18$ par unité aux États-Unis (coût de production d'environ 381$ pour un prix de vente de 399$), Sony espère redresser la barre au niveau financier de sa division responsable des jeux vidéo[réf. nécessaire].

Le , le Nihon Keizai Shinbun annonce que Sony va céder ses activités japonaises d'ordinateurs (marque Vaio) au fonds Japan Industrial Partners pour 40 à 50 milliards de yens (300 à 370 millions d'euros)[26]. Par ailleurs à la suite de cette cession le groupe prévoit de réduire ses effectifs de 5 000 employés dont 3 500 à l'étranger[27]. Japan Industrial Partners va créer pour cela le 1er juillet une nouvelle entreprise baptisée Vaio Corporation dont Sony sera actionnaire à hauteur de 5 %[28].

En , Sony annonce son intention de scinder ses activités dans les capteurs électroniques dans le but de donner plus autonomie et de visibilité à ces activités[29]. Le même mois, Toshiba vend ses activités dans les capteurs d'images à Sony pour 165 millions de dollars[30]. En janvier 2016, Sony acquiert l'entreprise israélienne Altair Semiconductor pour 212 millions de dollars[31]. En , Sony acquiert les 50 % qu'il ne détenait pas dans Sony/ATV Music Publishing pour 750 millions de dollars, société gérant les droits notamment des Beatles, de Taylor Swift ou d'Elvis Presley[32]. En , Murata Manufacturing acquiert Sony Energy Devices, filiale de Sony produisant des batteries pour appareils mobiles[33].

Dans le mondeModifier

Domaines de productionModifier

Audio-vidéo-photoModifier

 
Console d'édition vidéo Sony BVE-910

Support de stockageModifier

 
Memory Stick Micro de 16 Go

InformatiqueModifier

 
Logo VAIO

TéléphonieModifier

 
Logo de Sony Ericsson.

Jeux vidéoModifier

 
Logo de Sony Computer Entertainment

RobotsModifier

Le , Sony annonce en même temps que ses résultats financiers, l'abandon de tout développement concernant ses robots Aibo et Qrio pour se recentrer sur des segments plus rentables.

Productions audiovisuellesModifier

Sony est le cinquième plus grand conglomérat de médias américain avec 77,20 milliards de dollars[réf. nécessaire]

Sony PicturesModifier

 
Sony Pictures Plaza
    • Sony Online Entertainment
    • Sony Pictures Digital Networks
      • SPiN
      • APG
      • Wireless Services Group
      • SoapCity
      • Screenblast
  • Digital Studios Division
    • Sony Pictures Studios Post Production Facilities
    • DVD Authoring Center
    • Worldwide Product Fulfillment
  • Sony Pictures Studios
  • Game Show Network (participation)

Sony Music EntertainmentModifier

ActionnairesModifier

Données juin 2010[36] :

  • Moxley and Co. (9,19 %)
  • Japan Trustee Services Bank, Ltd. (Trust Account) (5,67 %)
  • The Master Trust Bank of Japan, Ltd. (Trust Account) (4,1 %)
  • State Street Bank and Trust Company (3,14 %)
  • JPMorgan Chase Bank (1,66 %)
  • SSBT OD05 Omnibus China (1,36 %)
  • Japan Trustee Services Bank (1,32 %)

Sony en FranceModifier

Sony possédait deux usines en France.

L'usine de Pontonx-sur-l'Adour dans les Landes, inaugurée le 26 septembre 1984[37], comptait 330 employés en 2008[38]. Spécialisée dans la fabrication de cassettes et bandes magnétiques, elle est fermée en 2009[38].

L'usine de Ribeauvillé en Alsace a été construite en 1986 et a compté jusqu'à 1600 salariés dans les années 1990. Elle produisait lecteurs CD, autoradios, magnétoscopes, ordinateurs portables et téléphones mobiles[39]. Après plusieurs plans sociaux l'usine compte désormais moins de 400 salariés et a été vendue au groupe Cordon Electronics en 2014[40]. Elle est depuis spécialisée dans les activités de service après vente des produits Sony, la production de sous-ensembles électroniques et l'ingénierie[40].

CommunicationModifier

Activité de lobbying auprès de l'Assemblée nationaleModifier

Sony France est inscrit comme représentant d'intérêts auprès de l'Assemblée nationale. L'entreprise déclare à ce titre qu'en 2015, les coûts annuels liés aux activités directes de représentation d'intérêts auprès du Parlement sont inférieurs à 10 000 euros[41].

Auprès des institutions de l'Union européenneModifier

Sony Europe est inscrit depuis 2008 au registre de transparence des représentants d'intérêts auprès de la Commission européenne. Il déclare en 2015 pour cette activité 3 collaborateurs à temps plein et des dépenses d'un montant compris entre 600 000 et 700 000 euros[42].

Notes et référencesModifier

  1. a, b et c « Consolidated financial results for the fiscal year ended March 2013, Sony Corporation » [PDF]
  2. (en) Sony History, Sony.net
  3. « corporate:aboutsony:sonysstory:525197 », sur Sony Moyen-Orient et Afrique (consulté le 5 novembre 2015)
  4. (en) Samsung and Sony Agreed on Establishing Additional 8th Generation Line at S-LCD, Sony Global, le 25 avril 2008
  5. Live Japon : JVC + Kenwood = J&K = 1/10e de Sony, Clubic, Kayn Poupée, 17 mai 2008
  6. Sony supprime 8.000 emplois et ferme une usine à Dax, nouvelObs, 10 décembre 2008
  7. (en) Organization Data, Sony Global, 2011
  8. (ja) 大型液晶パネル及び液晶モジュールの製造・販売事業に関する合弁契約締結のお知らせ, Sharp, le
  9. Karyn Poupée, « Sony quitte Sharp et se désengage totalement de la production de dalles TV LCD », AFP sur Google News, le 24 mai 2012
  10. (en) Sony to double production capacity for image sensors, Sony Global, 27 décembre 2010
  11. (fr) Sony : PlayStation soigne sa rentabilité, Gamekult, Thomas Cusseau, 3 février 2011
  12. Seiichiro Yonekura, « Pourquoi Sony a-t-il chuté ? », nippon.com, le 14 avril 2014
  13. Sony lance Qriocity sur PS3 et ses appareils connectés, AudioVidéoHD, Steve Klein, 25 novembre 2011
  14. (en) Sony Announces Optimally Designed “Sony Tablet” with Android 3.0 that Complements Network Services for an Immersive Entertainment Experience, Sony Global,
  15. (en) RESTORATION OF PLAYSTATION®NETWORK AND QRIOCITY SERVICES BEGINS, SCEI, 15 mai 2011
  16. Séisme au Japon : Nikon Sendai, Panasonic, Canon, quelques nouvelles, Zone numérique, 13 mars 2011
  17. Un entrepôt Sony brûle à Londres, L'Express,
  18. Inondations thaïlandaises : pénurie de disques durs et appareils photo, Tom's hardware, David Civera,
  19. Sony exclut de sortir de l'activité dans les téléviseurs, Reuters,
  20. (en) Four Companies Sign Memorandum of Understanding Regarding Integration of Small- and Medium-Sized Display Businesses, Sony Corporation, 31 août 2011
  21. (en) Sony to acquire Ericsson’s share of Sony Ericsson, Sony Corporation, 27 octobre 2011
  22. Ecrans LCD : Samsung rachète les parts de Sony, Reuters sur La Tribune, le
  23. Karyn Poupée, « Les japonais Sony et Panasonic s'unissent pour les futures TV ultra-plates », AFP sur Google News, le
  24. Sony s'offre Gaikai
  25. Sony to Sell DeNA Stake to Book $438 Million Gain This Quarter, Terje Langeland, Bloomberg, 4 mars 2013
  26. Sony se retire du marché des PC, AFP sur L'Expansion, le 5 février 2014
  27. Sony cède son activité PC, lourde perte prévue, AFP sur Le Figaro, le 6 février 2014
  28. L'activité PC de Sony vendue le 1er juillet, AFP sur Le Figaro, le
  29. Sony to split off fast-growing image sensor business, Reuters,
  30. Toshiba to sell sensor business to Sony for around $165 million: sources, Reiji Murai, Reuters, 24 octobre 20115
  31. Sony says to buy Israel's Altair Semiconductor for $212 million, Reuters,
  32. Sony devient propriétaire à 100 % du catalogue des Beatles, Alain Beuve-Méry, Le Monde,
  33. Sony says to sell battery business to Murata Manufacturing, Reuters,
  34. http://cdii.blogspot.fr/2007/04/sony-s-first-foray-into-cd-based-gaming.html
  35. Platine PS-HX500 de Sony,le vinyle à l’heure du digital Direct Matin, 16 mai 2016
  36. (en) Sony Corporation : Quarterly Securities Report For the three months ended June 30, 2010, Sony, 11 août 2010
  37. http://www.sudouest.fr/2014/04/17/il-y-a-cinq-ans-le-17-avril-2009-sony-pontonx-fermait-ses-portes-1527361-3490.php
  38. a et b https://www.lesechos.fr/01/09/2008/LesEchos/20247-067-ECH_landes---l-avenir-de-l-usine-sony-de-pontoux-sur-adour-menace.htm
  39. http://www.lefigaro.fr/societes-francaises/2007/12/06/04010-20071206ARTFIG00514-cinquieme-plan-social-chez-sony-ribeauville.php
  40. a et b http://www.cordongroup.com/fr/actualites-2014-52-0-SONY_ALSACE_TEC_FRANCE_DEVIENT_CORDON_CMS.html
  41. « Tableau des représentants d'intérêts », sur www.assemblee-nationale.fr (consulté le 29 octobre 2016)
  42. « Registre de transparence », sur europa.eu (consulté le 29 octobre 2016)

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Principaux concurrents en photographie : Lumix  • Canon  • Fuji  • Nikon  • Olympus  • Pentax  • Sigma

Principaux concurrents dans la téléphonie mobile : Nokia  • Samsung  • LG  • Motorola  • Apple  • HTC

  • Principaux concurrents dans les ordinateurs :

Toshiba  • Samsung  • Dell  • HP  • Acer  • Asus - Lenovo

Principaux concurrents dans les téléviseurs : Philips  • Haier  • Toshiba  • Samsung  • LG  • Sharp  • Panasonic

Principaux concurrents dans les jeux vidéo : Nintendo (console portable et console de salon)  • Microsoft

Liens externesModifier