Nokia

entreprise multinationale de télécommunications finlandaise

Nokia Corporation
logo de Nokia
illustration de Nokia
Siège de Nokia Corporation et Nokia Networks, Karaportti 3, Espoo

Création 1865
Dates clés 2014 : Achat de Nokia Mobile OY par Microsoft; 2016 : vente de cette branche à Foxconn et HMD Global[1].
Fondateurs Fredrik Idestam et Leo Mechelin
Forme juridique Société par actions (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Action Euronext : NOKIA
OMX : NOK1V
NYSE : NOK
FWB : NOA3
Slogan « We create the technology to connect the world »
Siège social Espoo
Drapeau de Finlande Finlande
Direction Rajeev Suri, PDG actuel
Stephen Elop, ancien PDG
Président Sari Baldauf (en) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Actionnaires Solidium Oy 3,65%
Activité Télécommunications
Produits Réseaux fixes et mobiles
Filiales Nokia Networks
Nokia Networks France
Nokia Technologies
Nokia Bell Labs
Alcatel-Lucent
Nokia Health
Effectif en augmentation 103 083 (2018)[2]
TVA européenne FI01120389Voir et modifier les données sur Wikidata
Site web www.nokia.com

Capitalisation 28,5 Md (26.07.2019)[3]
Chiffre d'affaires en diminution 22563 millions € (2018)[2]
Résultat net –335 millions € (2018)[2]

Nokia Corporation est une entreprise multinationale de télécommunications finlandaise fondée en 1865 par Fredrik Idestam et Leo Mechelin. Devenu le premier constructeur mondial de téléphones mobiles en 1998, il le reste jusqu'en 2011 avant de perdre l'année suivante son titre de numéro un mondial au profit de Samsung. Le , Nokia se sépare de sa division « terminaux mobiles », alors en déclin, qui est reprise par Microsoft et recentre son activité sur sa division « réseaux » Nokia Solutions and Networks[4]. En , Microsoft choisit d'arrêter de commercialiser ses smartphones sous la marque Nokia[5]. En 2016, l'entreprise, propriétaire de la marque Nokia, choisit de confier son usage pour les terminaux de téléphonie mobile, à la société finlandaise HMD Global Oy, fondée par d'anciens cadres de Nokia corporation et qui conçoit et commercialise désormais les téléphones mobiles et smartphones Nokia sous Android.

Depuis son virage stratégique de 2014, Nokia est redevenu un des premiers équipementiers des télécommunications au monde dont les activités[3] se répartissent entre:

  • Solutions réseaux haut débit fixes, mobiles et sous-marins pour les opérateurs de télécommunications et les entreprises, il propose les services associés (planification optimisation, intégration, installation, déploiement et maintenance)
  • Logicîels de gestion des réseaux et des services clients(OSS,BSS): gestion des réseaux, gestion de l'expérience client, analyse et facturation des services, solutions d'lnternet des objets(IoT), virtualisation et informatique en nuage
  • Recherche et developpements, droits intellectuels liés au brevets. Depuis la prise contrôle Alcatel-Lucent en 2015, les Bell labs font partis de la société.

ÉtymologieModifier

L'origine du terme finnois Nokia est obscure. L'hypothèse la plus commune considère qu'il vient du nom ancien de la zibeline utilisé pour désigner tous les animaux à fourrure sombre. Cependant, la zibeline n'a jamais vécu en Finlande et le terme pourrait se référer au castor[6]. Toujours est-il que Nokia a donné son nom à une rivière, la Nokianvirta (littéralement « rivière de Nokia »), située à l’ouest de la Finlande, sur laquelle fut fondée la ville de Nokia où s'installa l’entreprise.

HistoireModifier

L'histoire de Nokia commence avec l'ingénieur des mines finlandais Fredrik Idestam qui se lance dans l'industrie papetière à une époque où la demande de papier est en pleine expansion et où les chiffons, matière première pour fabriquer le papier, ne peuvent répondre à cette demande. Il reçoit l'autorisation le par le Sénat de créer une usine de pâte à papier sur les rives du Tammerkoski et s'approvisionne en bois des forêts de la taïga. Il crée en 1869 une seconde usine dans la ville de Nokia (sa rivière la Nokianvirta fournissant une plus grande énergie hydraulique), donnant le nom de « Nokia Ab[7] » à son entreprise en 1871[8].

Nokia investit progressivement dans différents secteurs : l'industrie du caoutchouc avec la Suomen Gummitehdas Oy (entreprise fabriquant des galoches, des pneus, aujourd'hui connue sous le nom de Nokian pneus), l'industrie des câbles avec la Suomen Kaapelitehdas Oy, cette dernière se diversifiant dans l'électronique dans les années 1960. Ces trois sociétés sont détenues conjointement depuis 1922 et fusionnent officiellement en 1967, formant le groupe Nokia[9].

Dans les années 1970, la firme se lance dans les téléviseurs, mais continue à être un conglomérat « touche à tout », d'envergure modeste[réf. nécessaire].

En 1981, Nokia lance sa gamme de micro-ordinateurs MikroMikko, par sa division Nokia Data. Elle sort son MikroMikko 1 seulement 48 jours après la sortie du PC/XT d'IBM. S'ensuivra une gamme de MikroMikko compatibles PC, et de PC portables. En 1987, Nokia rachète la division Data Systems du suédois Ericsson et continue sa production en micro-informatique. À la suite de la dépression économique de la Finlande du début des années 1990, Nokia se sépare de bon nombre de ses filiales non rentables, pour mieux se consacrer aux télécommunications. En 1991, elle cède sa branche Nokia Data au britannique ICL (International Computers Limited), qui sera par la suite repris par le japonais Fujitsu, et qui deviendra Fujitsu Siemens Computers[réf. nécessaire].

L'ouverture à la concurrence du marché finlandais des télécommunications (création de la norme de téléphonie mobile Nordic Mobile Telephone) offre à Nokia l'opportunité de se diversifier dans ce secteur. Il crée en 1987 le téléphone compact Mobira Cityman 900 (en)[réf. nécessaire].

Années 1990 : les téléphones mobilesModifier

En 1992, la marque décolle lorsque le groupe fait comme choix stratégique de se débarrasser de toutes ses activités pour se recentrer uniquement sur la téléphonie mobile, encore balbutiante. Le groupe fait alors le pari que le téléphone mobile peut toucher des centaines de millions de personnes à travers le monde, pour peu que son prix baisse suffisamment. À l'époque, la plupart des industriels des télécommunications estiment que la technologie mobile, déjà connue et développée, ne peut bénéficier qu'à une clientèle limitée[9].

Dès 1994, pour pallier l'étroitesse du marché financier finlandais, Nokia se fait coter sur le Nasdaq. L'action voit son prix multiplié par 600 entre 1992 et 2000, période pendant laquelle le groupe a multiplié son chiffre d'affaires par 8 et son bénéfice par 12 (après plusieurs années de pertes lors des efforts d'investissement dans le téléphone mobile)[10].

En 1998, Nokia devient le premier constructeur mondial de téléphones mobiles[11].

En 1999, le Nokia 3210 sort avec un certain nombre de fonctions alors exclusives, telles que l'antenne intégrée et le dictionnaire d'écriture intuitive T9. Il devient le plus grand succès commercial de l'histoire du groupe avec 160 millions d'exemplaires vendus par la suite[12],[13].

Années 2000 : les sauts technologiquesModifier

En octobre 2000, le groupe prolonge le succès du Nokia 3210 avec son successeur, le Nokia 3310, qui se vendra à 126 millions d'exemplaires jusqu'à son retrait du marché[14]. Mais à partir de cette sortie, ses rivaux mettent les bouchées doubles et Nokia voit sa part du marché mondial (35 %) se contracter.

Le , Nokia et Siemens AG annoncent la fusion de leurs activités de télécommunications, donnant ainsi naissance à un géant mondial : Nokia Siemens Networks[15].

2007 voit l'introduction de l'iPhone. Nokia, au lieu de se tourner vers la stratégie gagnante des smartphones haut de gamme, continue sa politique d'inonder le marché avec des téléphones portables low cost, stratégie à l'origine du déclin du groupe et de son image de marque[16].

En , la firme annonce le rappel de 46 millions de batteries de la marque Matsushita en Inde, à cause des risques de surchauffe de celles-ci[17], ce qui provoque d’immenses manifestations dans tout le pays[17]. Devant des scènes d’émeutes, tous les magasins Nokia sont fermés en Inde et placés sous protection policière jusqu’au [17].

Le , Nokia acquiert le service de cartographie Navteq pour environ 8,1 milliards de dollars, soit 5,7 milliards d'euros[18].

En , la décision de l’entreprise de délocaliser son usine de Bochum, en Allemagne, afin d’augmenter les marges de production, et ce alors que des bénéfices records ont été réalisés en 2007, a donné lieu à d’importantes manifestations et à de vives protestations de la part de nombreux hommes politiques allemands — plusieurs ont ainsi rendu leur portable Nokia[19].

En 2008, le parlement finlandais envisage de passer une loi qui permettrait aux employeurs d'analyser les journaux des courriels transmis et reçus par les employés. À cause d'un effort certain de lobbying de la part de Nokia, la loi est surnommée Lex Nokia[20]. En 2000 et en 2001, dans le but de prévenir l'espionnage industriel, Nokia aurait illégalement surveillé les activités électroniques de ses employés finlandais (en Finlande et au Portugal) ; mais la justice finlandaise a décidé de ne pas poursuivre, jugeant que le délai de prescription avait expiré[21]. En , Nokia aurait encore illégalement surveillé les activités électroniques de ses employés finlandais[22].

En 2008, Nokia est le plus grand constructeur mondial de téléphones mobiles, devant Motorola et Samsung, avec près de 39 % de parts du marché mondial (-1 % lors du premier trimestre de l'année 2008)[23].

Selon une étude de Greenpeace de 2009, Nokia est en tête des entreprises écoresponsables[24]. Le fabricant finlandais doit son rang à sa campagne de récupération des mobiles usagés qui s’étend sur 84 pays, avec près de 5 000 points de collecte.

Le , Nokia intente une demande en justice de 1 milliard de dollars contre Apple, alléguant que cette dernière viole dix brevets détenus par Nokia[25],[26].

Années 2010 : À la recherche d'une nouvelle stratégieModifier

En juillet 2010, Nokia annonce l’acquisition de « la majeure partie de la division équipements réseaux sans fil » de Motorola pour une somme de 1,2 milliard USD[27].

Le , Nokia change de PDG, en remplaçant Olli-Pekka Kallasvuo par Stephen Elop qui, jusqu'alors, travaillait dans la division Business de Microsoft ; cette nomination est perçue comme une OPA déguisée de Microsoft sur Nokia, à l'époque encore leader mondial des téléphones mobiles (34 % de part de marché, loin devant Samsung) et également des smartphones (41 % de parts de marché)[28].

Début , l'ancien dirigeant de Microsoft, Stephen Elop, annonce un partenariat avec cette même entreprise et la nomination d'un ancien de l'entreprise à la tête de Nokia États-Unis. Il a été qualifié de « cheval de Troie » et d'être la septième personne détenant le plus de parts de l'action Microsoft, ce dont il se défend[29]. Depuis l'annonce, les marchés boursiers ont très mal accueilli le partenariat, enfonçant le titre, qui perd plus de 20 % de sa valeur[30]. Microsoft semble avoir déboursé plus d'un milliard d'euros pour éviter que Nokia ne se tourne vers Android[31]. Début , on apprend les termes de l'accord, qui sont considérés comme bénéficiant uniquement à Microsoft qui remplace Symbian OS et MeeGo par Windows Phone[32].

En , Nokia annonce 4 000 suppressions de postes et 3 000 externalisations vers des sous-traitants[33].

En , Nokia annonce la fermeture de ses activités à Cluj en Roumanie, et la suppression de 3 500 emplois dans le monde en plus de ceux annoncés en avril[34].

En , Nokia a lancé sa nouvelle gamme de smartphones Lumia utilisant le système Windows Phone de Microsoft qui ne pourra pas bénéficier des mises à jour ultérieures vers Windows Phone 8[35]. Cette gamme se compose alors de quatre modèles, le Lumia 800, le Lumia 900, Lumia 710 et le Lumia 610.

Malgré son déclin, Nokia restait en 2011 le numéro un mondial dans les téléphones mobiles pour la quatorzième année consécutive[36].

À cause du virage risqué pris avec l'adoption du système d'exploitation de Microsoft[37], le PDG de Nokia, Stephen Elop, annonce en la suppression de 10 000 emplois avec la fermeture de sites en Finlande, Allemagne et au Canada[38]. À noter que désormais le groupe est dépassé par Samsung Electronics sur le marché de la téléphonie mobile[39].

Le , Siemens a annoncé vendre sa participation de 49,9 % dans Nokia Siemens Networks à Nokia pour 1,7 milliard d'euros[40],[41]. L'entreprise a été renommée Nokia Solutions and Networks et ses effectifs ont été amputés d'un quart, passant de 80 000 à 60 000 personnes. NSN, à l'origine spécialisée dans les réseaux de téléphonie fixe, a été réorientée vers les infrastructures haut-débit pour la téléphonie mobile. Cette division constitue désormais le principal actif de l'entreprise finlandaise[42].

 
Une boutique Nokia en Allemagne

Entre les 2e trimestres 2012 et 2013, les ventes de téléphones et smartphones Nokia sont passées de 83,24 millions de téléphones vendus, soit 19,9 % du marché, à 61 millions de téléphones vendus, soit 14,0 % de part de marché au deuxième trimestre 2013. Nokia restait le deuxième fabricant mondial de téléphones toutes catégories derrière Samsung qui avait 24,7 % de parts de marché mais devant Apple et LG[43]. Nokia a disparu du Top 100 du classement Millward Brown (en) 2012 de valorisation des marques[44]. Dans ce contexte, Nokia décide de se séparer de sa division « terminaux mobiles ». La proposition de rachat de cette division par Microsoft pour un montant de 5,44 milliards d'euros a été officialisée le [45] : l'acquisition de l'activité « téléphones mobiles » de Nokia représente 3,79 milliards d'euros et l'accord de licence de 10 ans non exclusif avec Microsoft 1,65 milliard (la marque « Nokia » reste la propriété de Nokia, Microsoft payant le droit d'usage de la marque pendant 10 ans pour les téléphones mobiles basiques)[46].

En , une équipe d'anciens ingénieurs et cadres de Nokia lancent Jolla et le système d'exploitation Sailfish OS, reprenant les principes du Nokia N9[47], avec une base dérivée de MeeGo basé sur l'API Qt et une compatibilité avec l'API d'Android.

À la suite des résultats annuels annoncés le , le groupe prépare une cession de ses activités de terminaux et services à Microsoft et engage une mutation en privilégiant ses activités d'équipementier téléphonique et de cartographie[48].

Fin , Nokia lance des smartphones de la gamme X utilisant le système Android[49].

En , Nokia crée un fonds d'investissement, doté de 72 millions d'euros, pour les entreprises liées aux voitures connectées. Le fonds sera géré par Nokia Growth Partners [50]. En , Nokia acquiert Desti, une société spécialisée dans l'intelligence artificielle et le langage naturel[51]. En , Nokia achète l'entreprise américaine SAC Wireless, qui emploie 450 personnes, pour un montant inconnu[52]. Le , Nokia acquiert les activités d'équipements de télécommunications de Panasonic, dans le but de se renforcer au Japon, pour un montant inconnu[53].

Le , Nokia Corporation annonce un projet d'acquisition d'Alcatel-Lucent en échange de ses propres titres[54]. Celle-ci se fera par le biais d'échange d'actions : 0,55 action Nokia contre 1 action Alcatel-Lucent. Au cours de l'action Nokia le , le groupe Alcatel-Lucent est valorisé 15,6 milliards d'euros[55]. Les actionnaires de Nokia détiendront 66,5 % de la nouvelle structure et ceux d'Alcatel-Lucent 33,5 %. Le siège social sera situé à Espoo en Finlande. Le président du conseil d'administration et le directeur général resteront ceux de Nokia[54]. Le nouvel ensemble aura près de 120 000 employés pour un chiffre d'affaires d'environ 25 milliards d'euros[56],[54].

Le Nokia a reçu le feu vert du [[Comité pour l'investissement étranger aux États-Unis |comité américain pour l'investissement étranger]] (CFIUS) concernant son projet d'acquisition d'Alcatel-Lucent[57].

En , Nokia vend sa filiale de cartographie Here à un consortium de constructeurs automobiles allemands incluant Daimler, BMW et Audi pour 2,8 milliards d'euros[58].

Le , le résultat de l'OPE sur Alcatel-Lucent est publié : Nokia possède 76,3 % des actions d'Alcatel-Lucent. Nokia décide de rouvrir aux actionnaires l'offre de rachat, pour une période allant jusqu'au . L'objectif de Nokia est de détenir plus de 95 % des actions d'Alcatel, de manière à demander la radiation d'Alcatel des marchés boursiers[59] ; cette radiation et l'achèvement de l'OPE ont lieu fin 2016.

Dans la continuité de sa politique de rachat d'entreprises connectées, Nokia annonce le son intention d'achat de Withings, compagnie française sur le marché de l'Internet des objets[60].

En , une vague de 10 000 à 15 000 suppressions d'emplois est annoncée par Nokia dont 4 300 en Europe et 412 en France[61],[62].

En

  • Microsoft annonce la vente pour 350 millions de dollars de ses activités dans les feature phone (téléphones portables basiques) dont Nokia, à FIH Mobile une filiale de Foxconn et annonce un plan de licenciement de 1850 postes dans sa filiale mobile[63],[64],[65].
  • Nokia annonce le retour de la marque Nokia sur le marché des téléphones mobiles avec un accord signé accordant une licence d'utilisation de la marque Nokia au constructeur HMD Global associé à FIH Mobile Ltd[66]. Les premiers appareils issus de HMD, les Nokia 3310, Nokia 3, Nokia 5 et Nokia 6, sont commercialisés à partir du second semestre 2017[67].

Le siège de la société HMD se trouve juste en face de celui de Nokia et la plupart de ses employés proviennent de Nokia et de Microsoft.

En , Nokia achète Comptel, une entreprise finlandaise spécialisée dans la conception de logiciels pour opérateur téléphonique( Operations Support System(OSS), Business Support System(BSS)), pour 370 millions de dollars[68].

En , Nokia annonce une collaboration stratégique avec Amazon Web Services en vue d’accélérer la migration vers le cloud public d’applications développées par les fournisseurs de services et de favoriser l’innovation numérique dans les grandes entreprises[69].

En octobre 2017, Nokia confirme la suppression de 597 emplois d’ici à 2019 dans ses filiales Alcatel Lucent International et Nokia Solutions and Networks (NSN) basées à Paris-Saclay (Essonne) et Lannion[70].

En 2018, Le fondateur de Withings, start-up française spécialisée dans les objets connectés dédiés à la santé, rachète la marque à Nokia précédemment cédée en 2016[71].

En , l'état finlandais investit 844 M€ pour prendre une participation de 3,3 % au capital de Nokia par l'intermédiaire de Solidium, l'organisme gérant les investissements de l'Etat finlandais[72]. Cinq mois après, la Commission européenne fait un prêt de 500 M€ à Nokia[73].

Selon le cabinet Dell'Oro, en 2018, Nokia est le troisième fabricant mondial d'équipements télécoms avec 23 % pour Nokia du marché(contre 31 % pour Huawei et 29 % pour Ericsson).

En janvier 2019, Nokia annonce qu'il va supprimer 460 postes en France en 2019 et 2020, dans le cadre du nouveau plan mondial de réduction des coûts[74].

Années 2020: 3ème Équipementier mondial pour la 5GModifier

En 2020, Nokia, recentré sur les infrastructures télécoms, a signé un contrat pour la 5G avec 66 opérateurs de télécommunications dans le monde dont trois des quatre principaux américain (il réalise 30 % de son chiffre d'affaires mondial en Amérique du nord, comme Ericsson, soit près de 7 milliards de dollars). Nokia emploie 11 000 salariés aux Etats-Unis dont plus de 1 500 à Murray Hill siège des Bell Labs. Ses grandes usines de production ne sont pas aux États-Unis mais en Finlande, au Brésil, en Chine et en Inde[75].

Le , Pekka Lundmark est nommé président et directeur général de Nokia. Il remplace Rajeev Suri, qui quitte ses fonctions après plus d'une décennie en tant que président et directeur général de Nokia Siemens Networks puis de Nokia. Cette nomination sera effective le [76].

Le , Nokia, libéré de toutes les obligations négociées avec le gouvernement français en 2015 au moment du rachat, annonce la suppression de 1 233 postes, soit un tiers des effectifs d’Alcatel-Lucent restant en France. Ces suppressions de postes concernent la recherche et développement (R&D) et les fonctions centrales sur les sites de Paris-Saclay, Nozay/Villarceaux (Essonne) et de Lannion (Côtes-d’Armor). Le domaine de la 5G dont la France devait être chef de file mondiale, est touché (la 5G, considérée comme stratégique, est une technologie de souveraineté, elle fait l'objet d'affrontements entre les États-Unis et la Chine au sujet de la place de Huawei, qui fait la course en en-tête, face à Ericsson et Nokia, dans son déploiement mondial)[77],[78],[79],[80]. Sur le déploiement des réseaux 5G, Nokia rencontre des difficultés avec 18,8% de parts de marché, contre 26,6% pour Ericsson et 33% pour Huawei. Les salariés sont dépités, c'est lié aux efforts qui ont été accomplis et aux aides étatiques reçues par l'entreprise(CICE, [[Crédit d'impôt recherche ]])[81],[82]

Identité visuelle (logotype)Modifier

ProduitsModifier

Téléphonie mobileModifier

 
Nokia 6110 Navigator

Entre 2005 et 2009, la série N de Nokia était le fleuron du groupe en se positionnant dans les mobiles haut de gamme. Ce positionnement a été repris par certains smartphones de la gamme Lumia. La marque Nokia Lumia disparaît en 2014 pour devenir Microsoft Lumia[83].

 
Nokia Lumia 1020

Depuis la vente de la branche téléphonie de Nokia par Microsoft en 2016, la marque revient avec une proposition de smartphones grand public sous Android[84],[85].

La sonnerie des mobiles Nokia est extraite de Gran Vals, pièce pour guitare composée par Francisco Tárrega en 1902, Nokia bénéficiant de l'extinction de ses droits d'auteur[86].

Console de jeuxModifier

Nokia tenta d’entrer sur le marché des consoles de jeux portables avec son téléphone/console N-Gage. Sortie une première fois fin 2003 en France, la console a reçu un accueil mitigé dû à son manque de jeux et des problèmes de conception. Nokia en a tenu compte et a sorti une nouvelle version en 2004 : la N-Gage QD. Malgré ses améliorations, la console n’est toujours pas un franc succès.

Pas conçu pour le jeu, le Nokia N93 équipé d’un processeur 3D OpenGL ES 1.1 pourrait se présenter comme une relève potentielle, mais n'est pas présenté comme tel.

TabletteModifier

Les concepteurs de Nokia ont conçu en 2006 une tablette tactile Wi-Fi axée sur Linux, dont le code est complètement libre, nommée Nokia 770 ; suivie en 2007 du Nokia N800, puis du Nokia N810, et enfin du Nokia N900. L’interface graphique est fortement axée sur GTK et est nommée Hildon. Le développement de logiciels s’effectue sur la plate-forme Maemo. Hormis le récent N 900, la tablette ne dispose pas de slot pour carte SIM : ce n’est pas un téléphone. Mais elle possède beaucoup des fonctionnalités principales d’un assistant personnel et permet de lire les fichiers au format flash.

Le , Nokia présente la tablette Lumia 2520 lors de la conférence Nokia World à Abou Dhabi. La tablette est dotée d'un écran de 10,1 pouces, le tout exploité par Windows 8.1 RT[réf. nécessaire] .

Recherche en nanotechnologiesModifier

Nokia a présenté en 2008 le concept Morph au Museum of Modern Art (MoMA) basé sur les nanotechnologies.

Il est développé en partenariat avec l'université de Cambridge. Il est composé d'un écran tactile souple entièrement pliable pour s'adapter aux usages de son propriétaire et peut changer de forme, d'apparence et de couleur. Les touches peuvent apparaître en surface. En plus des activités multimédia, il est équipé de capteurs chimiques permettant de détecter les particules de son environnement ou de son utilisateur. Enfin, sa structure autonettoyante et rechargeable par l'énergie solaire lui assure une longue durée de vie.

Recherche en interfaçage homme/machineModifier

Nokia a présenté un nouveau concept d'interaction avec l'utilisateur lors des Nokia World 2011[87]. L'appareil a la forme d'une tablette avec un écran couleur, mais qui a la particularité d'être flexible et d'être contrôlé par la torsion. Il est donc possible de zoomer et de dézoomer en pliant l'appareil, ou de naviguer dans les menus en le tordant sur les côtés.

LogicielModifier

Nokia avait développé deux plateformes à l'aide de l'entreprise européenne Symbian ; la série 40 et la série 60. La série 40, la plus simple, est celle qui a fait le succès de la marque. La série 60 était basée sur le système d’exploitation Symbian OS et utilisée sur ses propres téléphones haut de gamme « Smartphones ». Nokia a aussi licencié cette plate-forme aux autres constructeurs, on la trouvait donc sur des téléphones mobile de marque Samsung, Siemens, Sendo, ou encore LG.

Nokia a également développé :

  • Sensor, une application destinée à partager des albums.
  • Nokia Software Updater, une application de mise à jour du logiciel d’un téléphone équipé de la plate-forme S60 (E61i, N70, N73, N95, N97, N82, 6630, 6680…) et de certaines séries 40 (6131, 6288, 6300…).

Dès l'année 2005, Nokia avait recruté 2 000 personnes pour développer le système d'exploitation Meego destiné aux smartphones. Dans le même temps, Google développait Android, obtenant de bien meilleurs résultats avec quatre fois moins d'effectifs[88].

Le , Trolltech, société développant notamment Qt, a annoncé avoir accepté une offre d’achat de la totalité de la compagnie par Nokia.

Le , Nokia lance une offre totale d'achat sur Symbian pour 264 millions d'euros, une entreprise de logiciels pour téléphones mobiles dont elle détient déjà 48 %.

Le , le PDG de Nokia, ancien cadre de Microsoft, annonce la fermeture des services Symbian et MeeGo pour utiliser les services de Microsoft[89]. Toutefois, les téléphones d'entrée de gamme Nokia poursuivent l'utilisation de S40, avec la gamme Asha à partir de 2011.

ServicesModifier

 
Logo d'Ovi

Nokia a proposé à partir de 2009 des services permettant de transférer les données multimédia provenant d'Internet et de les capturer/réceptionner avec leur téléphone (logiciel Ovi).

Visual radio permettait d'avoir un fichier playlist permettant d'éviter la configuration des radios FM puisqu'il n'existe pas de recherche automatique de radio sur les téléphones compatibles radio FM analogique (Nokia N95).

Nokia proposait jusqu'en 2011 cet ensemble de services Internet permettant de réaliser la liaison entre ordinateur et téléphone mobile/smartphone sous le nom d'Ovi.

Ces services sont arrêtés avec l'arrêt des activités de terminaux téléphoniques.

Informations financièresModifier

Les actions Nokia furent introduites en 1975 à la Bourse d’Helsinki. Aujourd’hui, Nokia est coté aux Bourses de Stockholm, Londres, Francfort, de Paris[90], et de New York.

Le chiffre d’affaires annuel en 2005 était de 34,19 milliards d’euros en progression de près de 16 %. La firme avait vendu 265 millions de téléphones en 2005.

Le chiffre d'affaires du 4e trimestre 2010, publié en , était de 12,65 milliards d'euros. La firme a vendu 123,7 millions de téléphones au 4e trimestre 2010[91].

En , l'action a dégringolé de près de 20 % en séance pour toucher son niveau le plus bas en plus de treize ans, à 4,716 euros. Elle a clôturé sur une perte de 17,53 % à 4,75 euros, alors qu'elle culminait à 65 euros en 2000[92].

Les difficultés continuent en 2012. Le jeudi après l'annonce de la suppression de 10 000 postes d'ici la fin 2013 (un quart de ses effectifs), l'action Nokia chute de 17 % et atteint un niveau historiquement bas à 1,84 euro (niveau le plus bas depuis 16 ans). L'entreprise ne pèse alors plus que 8 milliards de dollars en Bourse[93].

Nokia a présenté des résultats en hausse pour son exercice 2019 et a dégagé son premier bénéfice annuel net depuis 2015. Le groupe a annoncé un résultat net de 7 millions d'euros sur l'exercice 2019, contre une perte de 340 millions d'Euros en 2018. Le chiffre d'affaires a progressé de 3,3 %, à 23,3 milliards d'Euros.  Le résultat opérationnel est ressorti à 1,13 milliard d'Euros, en hausse de 1 % [94].

En 2019, pour la multinationale Nokia dont le siège social se trouve en Finlande, l'activité réseau représente 78% du CA du groupe, les États-Unis fournissent 28,3% du CA mondial à 6,609 milliards d'euros, la Finlande représente 6,7% du CA à 1,552 milliards d'euros, la France enregistre 5,8% du CA à 1,229 milliards d'euros[95])

En juin 2020, la capitalisation de Nokia est de 24,591 milliards de dollars, la valeur de l'action est à 3,7 Euros[95].

Principaux actionnairesModifier

Solidium est l'organisme gérant les investissements de l'Etat finlandais.

Au [95].:

Solidium Oy 3,65%
The Vanguard Grou 2,86%
Norges Bank Investment Management 2,35%
Fidelity Management & Research 2,24%
Invesco Advisers 2,01%
Capital Research & Management(World Investors) 1,65%
BNP Paribas Asset Management France 1,56%
Capital Research & Management (Global Investors) 1,39%
Lyxor International Asset Management 1,34%
Amundi Asset Management SA (Investment Management) 1,33%


FilmographieModifier

  • Blood in the Mobile, documentaire de Frank Piasecki Poulsen réalisé en 2010.

Notes et référencesModifier

  1. Microsoft vend ses téléphones Nokia 350M$ à Foxconn et HMD Maryse Gros, lemondeinfomatique, 18 mai 2016
  2. a b et c (fi) « Nokia vuonna 2018 », sur nokia.com, Nokia Oyj (consulté le 27 juillet 2019)
  3. a et b Données boursières Nokia boursier.com, le 27 juillet 2019
  4. (en) Microsoft to acquire Nokia's handset business for 7,2 billion $, Reuters, 3 septembre 2013.
  5. Nokia est mort, vive Microsoft Lumia
  6. (fi) Larry Huldén, « Oliko soopeli karjalainen turkiseläin ? », Viipurin läänin historia II. Jyväskylä 2004
  7. Ab pour Aktiebolag, « société » en finnois
  8. (en) Suomalaisen Kirjallisuuden Seura, 100 faces from Finland : a biographical kaleidoscope, FLS, , p. 150
  9. a et b (en) Rieke Hinrichs, International Business: Globalisation of Nokia, GRIN Verlag, , p. 5
  10. (en) Hoover's Handbook of World Business, Hoover's Business Press, , p. 236
  11. (en) The Nokia story, sur nokia.com
  12. « Nokia's best-selling phones: in pictures », The Telegraph (consulté le 31 octobre 2012)
  13. Tim Walker, « Nokia: The giant with its fingers crossed », The Independent, (consulté le 31 octobre 2012)
  14. Nokia - Nokia Introduces Nokia 2652, fold design for new growth markets, Major milestone reached - one billionth Nokia mobile phone sold this summer - Press Releases - Press - About Nokia
  15. la Presse canadienne, « L'action de Nortel chute à la suite de la fusion de Nokia et Siemens », Argent, (consulté le 2 février 2009)
  16. (en) K. Beckman, « Nokia Outlines Low-cost Handset Strategy », RCR Wireless News, vol. 24, no 23,‎ , p. 16
  17. a b et c Julien Bouissou, « Des portables Nokia défectueux provoquent la colère en Inde », Le Monde, (consulté le 2 février 2009)
  18. Nokia to Buy Navteq for $8.1 Billion, Take on TomTom, Juho Erkheikki, Bloomberg, 1er octobre 2007
  19. Manifestations contre la fermeture de l'usine Nokia http://www.lefigaro.fr/societes/2014/01/23/20005-20140123ARTFIG00516-nokia-ne-parle-plus-de-telephones-mobiles.php
  20. (en) Personnel de rédaction, « “Lex Nokia” gets blessing from Constitutional Law Committee », Helsingin Sanomat, (consulté le 2 février 2009)
  21. (en) Prosecutor: Nokia dug up e-mails in effort to plug information leaks in 2000-2001 - Helsingin Sanomat, 18 avril 2006
  22. (en) Nokia snooped on employee e-mail communications in 2005 - Helsingin Sanomat, 9 juin 2008
  23. Alexandre Habian, « Nokia : des résultats en hausse, une part de marché en baisse », Mobinaute, (consulté le 2 février 2009)
  24. Nokia et Samsung en tête du classement Greenpeace des entreprises électroniques écoresponsable, sur le site blog.pixmania.com
  25. (en) Personnel de rédaction, « (en) A nasty legal spat among tech giants pits Nokia against Apple », The Economist, (consulté le 7 janvier 2011)
  26. (en) Tarmo Virki, « Nokia could seek up to $1 billion for iPhones: analysts », Reuters, (consulté le 26 octobre 2009)
  27. « En bref - Nokia Siemens rachète des activités de Motorola », Le Devoir, (consulté le 21 juillet 2010)
  28. Nokia a recruté son nouveau PDG chez Microsoft, le sur La Tribune
  29. Le PDG de Nokia, un cheval de Troie de Microsoft ?, Gizmodo, 14 février 2011
  30. Bourse-Nokia poursuit sa chute après son alliance avec Microsoft, Reuters, 14 février 2011
  31. Courtisé par Google, Nokia a préféré les millions de Microsoft, Le Monde informatique, 14 février 2011
  32. Le deal avec Microsoft, une véritable entourloupe pour Nokia, 01.net, Gilbert Kallenborn, 9 mars 2011
  33. Nokia annonce 4 000 suppressions de postes et 3 000 externalisations
  34. Nokia supprimera 3 500 emplois de plus - France 2, 29 septembre 2011
  35. Microsoft et Nokia connaissaient depuis le début le destin de Windows Phone 7, sur le site nokiaphones.fr
  36. Miyoung Kim et Tarmo Virki, « Samsung ne doute pas de détrôner Nokia en 2012 dans les mobiles », Reuters France, (consulté le 11 janvier 2012)
  37. Et si Microsoft avait donné le coup de grâce à Nokia?, Nokia Phones, Greg, 21 juin 2012
  38. Bousculé dans le mobile, Nokia amplifie sa purge, Le Monde.fr, Sarah Belouezzane, 14 juin 2012
  39. Christophe Lagane, « Téléphones : Samsung passe devant Nokia au premier trimestre », Silicon.fr via Reuters, (consulté le 28 avril 2012)
  40. (en) Nokia to buy out Siemens equipment venture; shares surge, Terhi Kinnunen, Reuters, 1er juillet 2013
  41. Nokia acquiert les 50 % de Siemens dans Nokia Siemens Networks pour 1,7 md d'euros, Aurélie Henri, Les Échos, 1er juillet 2013
  42. Georgina Prodhan Les réseaux en "ligne de mire" pour Nokia après Microsoft, dépêche Reuters, reproduite par le site de L'Usine nouvelle, le 3 septembre 2013, consulté le 4 septembre 2013
  43. Gartner Says Smartphone Sales Grew 46,5 Percent in Second Quarter of 2013 and Exceeded Feature Phone Sales for First Time, Gartner, 14 août 2013]
  44. Gordon Fowler, « Apple, marque la plus chère du monde devant IBM. Nokia et Blackberry sortent du classement des 100 marques les plus valorisées », sur developpez.com,
  45. Emmanuelle Delsol Microsoft dépouille Nokia de ses mobiles, site de L'Usine digitale, le 3 septembre 2013, consulté le 4 septembre 2013
  46. Delphine Cuny, « Ce que le rachat de Nokia par Microsoft va changer », sur latribune.fr,
  47. (en) Former Nokia employees continue the development of Meego-phones
  48. Nokia ne parle plus de téléphones mobiles, sur www.lefigaro.fr
  49. Sarah Belouezzane, Six mois après son rachat par Microsoft, Nokia lance des smartphones sous Android, Le Monde, 24 février 2014
  50. Nokia investit dans les voitures connectées, Comment ça marche, 5 mai 2014
  51. Nokia rachète Desti pour compléter Here Maps, Emilien Ercolani, L'informaticien, 2 juin 2014
  52. Nokia buys U.S.-based SAC Wireless, Reuters, 2 juillet 2014
  53. Nokia buys part of Panasonic's network business, Reuters, 31 juillet 2014
  54. a b et c « Nokia et Alcatel-Lucent annoncent leur fusion », sur lemonde.fr, (consulté le 15 avril 2015)
  55. « Nokia lance une OPE valorisant Alcatel-Lucent 15,6 milliards d'euros », La Tribune, (consulté le 15 janvier 2016)
  56. Nokia to buy Alcatel-Lucent to grow in telecom equipment, Jussi Rosendahl et Leila Abboud, Reuters, 15 avril 2015
  57. « Nokia feu vert des USA a la fusion avec Alcatel-Lucent », sur tradingsat.com,
  58. Les constructeurs automobiles allemands rachètent l’activité cartographie de Nokia pour contrer Google Maps, Philippe Jacqué, Le Monde, 3 août 2015
  59. « Nokia confirme la réouverture de son offre aux actionnaires d'Alcatel-Lucent », Les Échos, (consulté le 16 janvier 2016)
  60. Santé connectée : Nokia va racheter Withings, Zeliha Chaffin, Le Monde, 26 avril 2016
  61. Alexis Piraina, « Nokia va licencier des milliers d'employés, dont 400 en France - Business - Numerama », sur Numerama, (consulté le 29 avril 2016)
  62. Nokia pourrait supprimer jusqu’à 15.000 postes lesechos.fr, le 6 avril 2016
  63. Microsoft to sell feature phone business to Foxconn subsidiary, HMD Global, Reuters, 18 mai 2016
  64. « Microsoft annonce un vaste plan de licenciements dans le mobile », sur www.europe1.fr (consulté le 31 mai 2016)
  65. Smartphones, tablettes : Foxconn et Nokia repartent à l’assaut, sans Microsoft Mickaël Bazoge, iGeneration, 18 mai 2016
  66. « La renaissance de Nokia passe par Android et Foxconn », sur www.europe1.fr (consulté le 19 mai 2016)
  67. « Nokia 3, Nokia 5 & Nokia 6 : les prix et les disponibilités », sur fredzone.org, (consulté le 14 juillet 2017).
  68. (en) Jussi Rosendahl et Tuomas Forsell, « Nokia seeks to buy Finnish telecoms software firm Comptel for $370 million », sur reuters.com, (consulté le 15 février 2017).
  69. « Nokia et Amazon convergent vers le Cloud public », Silicon,‎ (lire en ligne, consulté le 24 novembre 2017)
  70. « Le plan social reprendra chez Nokia d’ici « une dizaine de jours  », sur Le Monde, (consulté le 22 juin 2020)
  71. « Le fondateur de Withings rachète la marque à Nokia », sur lesnumeriques.com, (consulté le 22 juin 2020)
  72. « L'état finlandais entre au capital de nokia », sur boursorama
  73. « Objectif 5G : l'Europe prête 500 millions d'euros à Nokia », sur www.lesnumeriques.com (consulté le 11 septembre 2018)
  74. « Nokia va supprimer 460 postes en deux ans en France », sur Le Monde, (consulté le 22 juin 2020)
  75. Véronique Le Billon, « A Murray Hill, Nokia promeut une 5G sous le sceau des « Bell Labs » », Les Echos, (consulté le 26 juin 2020)
  76. « Nokia va changer de Directeur général, Pekka Lundmark remplacera Rajeev Suri », sur capital.fr, (consulté le 22 juin 2020)
  77. l« Vers un nouveau plan social pour Nokia France », sur journaldeleconomie.fr, (consulté le 22 juin 2020)
  78. Réjane Reibaud, « Nokia prépare la suppression de 1200 postes en France », sur agefi.fr, (consulté le 22 juin 2020)
  79. « Nokia France veut supprimer 1 233 postes, soit un tiers des effectifs d’Alcatel-Lucent », sur Le Monde, Reuters, (consulté le 22 juin 2020)
  80. Pierre Manière, « 5G : pourquoi Washington s'intéresse à Nokia et Ericsson », La Tribune, .
  81. Entretien Philippe Martinez, « "il faut demander que Nokia préserve l'emploi" », sur Franceinter, (consulté le 22 juin 2020)
  82. « Alcatel, la chute d’un fleuron industriel », sur Franceinter, (consulté le 27 juin 2020)
  83. Microsoft remplace la marque Nokia par Microsoft Lumia
  84. Nokia annonce son retour dans les smartphones et tablettes Antti Aimo-Koivisto / Lehtikuva / AFP/ Europe1, 18 mai 2016
  85. Qui est HMD, l’entreprise qui se cache derrière le retour de Nokia ? frandroid, 11 janvier 2017
  86. L'origine de la fameuses sonnerie des téléphones Nokia
  87. Kinetic Device : La tablette flexible de Nokia, la tablette du futur ! - Firasofting, 28 octobre 2011
  88. Nokia : histoire d'une chute spectaculaire sur 20minutes.fr
  89. Suppression d'emplois chez Nokia après l'alliance avec Windows - Le Monde, 11 février 2011
  90. Action négociable à la Bourse de Paris consulté en décembre 2015
  91. La fin d'année 2010 n'augure rien de bon pour Nokia - L'Expansion, 27 janvier 2011
  92. Nokia renonce à ses objectifs, l'action chute - Ritsuko Ando, L'Usine nouvelle, 31 mai 2011
  93. Nokia supprime de nouveau 10 000 postes - lesechos.fr, 15 juin 2012
  94. Claude Fouquet, « Nokia est revenu dans le vert en 2019 », Les Echos, (consulté le 26 juin 2020)
  95. a b et c Zone Bourse, « NOKIA OYJ : Actionnaires Dirigeants et Profil Société, Zone bourse », sur zonebourse.com, (consulté le 24 juin 2020)

Voir AussiModifier

 
Le Babylonokia (ou Babylon-nokia), œuvre d'art en argile représentant un téléphone portable avec des signes d'écriture cunéiforme ; certains sites web conspirationnistes ont repris l'image en affirmant que ce téléphone était prétendument âgé de 800 ans et aurait été trouvé en Autriche.

Articles connexesModifier

Lien externeModifier