Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Panasonic

groupe japonais spécialisé dans l'électronique grand public

Panasonic Corporation (anciennement Matsushita), est un grand groupe japonais spécialisé dans l'électronique grand public (téléviseurs, caméscopes, appareils photo, baladeurs, téléphones portables, etc.), et pour les professionnels (caméras professionnelles, caméras broadcast, ordinateurs portables, fax, copieurs, etc.). Il est basé à Osaka, au Japon.

Panasonic Corporation
Image illustrative de l'article Panasonic
illustration de Panasonic

Création
Dates clés  : Changement de nom : de Matsushita à Panasonic Corporation
Fondateurs Konosuke Matsushita
Forme juridique société anonyme avec PDG et Conseil d'administration
Action Bourse de Tokyo (6752), New York Stock Exchange, Jasdaq (6752), bourse de Nagoya (en) (6752), Pink Sheets (PCRFY) et Philippine Stock Exchange (en) (PMPC)Voir et modifier les données sur Wikidata
Slogan Ideas for life[1]
Siège social Drapeau du Japon Kadoma, Ōsaka Voir et modifier les données sur Wikidata (Japon)
Direction Kunio Nakamura (CEO)
Activité électronique grand public et professionnelle
Produits Télévision, LCD projector (en), appareil photographique numérique, Lecteur de DVD, appareil ménager (en), Ordinateur de bureau, ordinateur portable, console de jeux vidéo et matériel informatiqueVoir et modifier les données sur Wikidata
Filiales Sanyo, JVC KENWOOD Holdings, Inc., Nais, National, Quasar, Ramsa, Rasonic, Technics
Effectif 293 742 ()[2]
Site web www.panasonic.net

Chiffre d’affaires 7 553 milliards de ¥ ()[3]
Résultat net 193,3 milliards de ¥ (2016)[3]

Sommaire

HistoireModifier

Kōnosuke Matsushita, inspecteur électrique dans la Compagnie de lumière électrique d'Ōsaka, présente à son patron un nouveau modèle de douille qu'il a mis au point durant son temps libre. Son supérieur n'est pas convaincu par l'invention, laissant Matsushita passablement déçu. Ne sentant plus de véritable défi à relever dans son travail, il commence à s'en lasser et finit par quitter la Compagnie le . Il fonde sa propre entreprise de luminaire, Matsushita Electric Housewares Manufacturing Works, ancêtre de Panasonic, le . Il commercialise ses produits sous la marque « National » (ナショナル, National?) à partir de 1927, PanaSonic (marque qui apparaît d'abord pour les lampes et enceintes audio exportées[4], devenant la marque la plus connue de la compagnie au point d'être utilisée par cette dernière comme nom général le ) en 1955 ou Technics (pour le haut de gamme vendu à l'intérieur du pays) en 1965.

Histoire récenteModifier

Entre décembre 2005 et novembre 2006, la société, qui fabrique alors des batteries pour Nokia, fabrique en réalité des batteries défectueuses. Le coût de la non-conformité sera estimé à 100 millions de dollars.

Le , le groupe Matsushita annonce un changement de son nom pour « Panasonic Corporation » (Panasonic était une filiale de Matsushita), effectif au .

Le , Panasonic annonce sa fusion avec son compatriote Sanyo par le lancement d'une OPA[5],[6]. La société Panasonic annonce avoir racheté 50,2 % des actions de Sanyo[7].

À la suite d'une perte attendue de 4,2 milliards de dollars, la société annonce le 4 février 2009 qu'elle supprimerait 15 000 emplois entre février 2009 et mars 2010[8]. Après l'absorption de Sanyo et la réorganisation interne avec Panasonic Electric Works, le groupe annonce la suppression de 35 000 postes entre 2010 et 2013[9].

Fin juin 2012, Sony et Panasonic annoncent qu'ils développent désormais ensemble leurs techniques de façonnage des écrans OLED (diode électroluminescente organique)[10].

Le 31 octobre 2012, le groupe japonais annonce pour la seconde année consécutive des pertes massives. Les secteurs les plus malmenés sont la production d'écrans à cristaux liquides (LCD), de semi-conducteurs, ainsi que les panneaux solaires, les batteries à lithium-ion et les téléphones mobiles[11].

En septembre 2013, Panasonic annonce sa sortie de la téléphonie mobile et notamment des smartphones au Japon, annonce faite à la suite d'une annonce similaire de NEC[12]. Le même mois, Panasonic annonce la vente de 80 % de sa division médicale à KKR pour 165 milliards de yens soit 1,67 milliards de dollars[13].

En octobre 2013, Panasonic est classé, par Booz & Company, 19e parmi les 20 entreprises les plus innovantes au monde. L'entreprise a dépensé 6,1 milliards de dollars en Recherche et Développement, soit 7% de son chiffre d'affaires[14].

Le 30 octobre 2013, Panasonic annonce qu'il va cesser de produire des écrans à plasma à cause d'une demande trop faible[15]. Panasonic avait investi des milliards dans des usines au Japon (à Amagasaki) et en Chine depuis 2001, mais a subi un retournement du marché après la crise financière de 2008-2009, les écrans à cristaux liquides (LCD) prenant ensuite nettement le dessus[15]. Dans le cadre d'une vaste restructuration, il avait déjà nettement réduit sa production de dalles plasma au Japon depuis 2011 et stoppé celle en Chine, à Shanghai, début 2013[15].

En juin 2015, Bayer vend ses activités liées au diabète pour 1,02 milliard d'euros à Panasonic Healthcare, filiale de Panasonic, également présente dans ce secteur[16].

En décembre 2015, Panasonic annonce son souhait d'acquérir Hussmann, une entreprise américaine spécialisée dans la réfrigération, pour 1,5 milliard de dollars, entreprise qui est alors possédée à 61 % par le fond Clayton, Dubilier & Rice et à 36,7 % par Ingersoll Rand[17].

Peu à peu, Panasonic réduit ses activités sur le marché de l'électronique grand public, pour s'intéresser davantage aux composants automobiles. En décembre 2016, l'entreprise investit ainsi près de 30 milliards de yens (245 millions d'euros), dans une usine spécialisée dans la fabrication de modules photovoltaïques du constructeur Tesla Motors[18].

En mars 2017, deux ans après avoir acquis 49% de l'entreprise Ficosa, spécialisée en électronique automobile, Panasonic prend le contrôle de cette dernière en portant sa participation à 69%[19].

ActivitésModifier

Répartition de la production de Panasonic : audiovisuel 38 % du chiffre d'affaires, électroménager 12 %, équipements domestiques (éclairage, câbles, etc.) 17 %, composants 13 % et robots 14 %[20].

Deux particularités économiques de Panasonic : l'entreprise produit elle-même ses composants et fabrique ses produits au Japon, grâce en particulier aux machines qu'elle assemble.

Panasonic possède une filiale professionnelle, tournée vers la musique et à destination des musiciens et des studios : Ramsa.

Elle possède aussi la marque JVC (Japan Victor Company), marque d'origine américaine. Par ailleurs, Panasonic produit des appareils photo vendus sous la marque Lumix munis d'objectifs Leica.

En 2005, en tant que fabricant de puces électroniques, Panasonic pointe à la quatorzième place parmi les 20 plus grands fabricants de semiconducteurs.

Panasonic est en 2007 le numéro quatre mondial de l'électronique, derrière Siemens, Samsung et Hitachi, mais devant Sony, LG ou Philips.

Le groupe est le leader des sèches-cheveux et des rasoirs électriques au Japon, et veut faire connaître son savoir-faire technique dans le secteur de la beauté en Europe en 2017[21]

ProduitsModifier

FilialesModifier

Les filiales de Panasonic Corporation sont Sanyo, Nais, National, Quasar, Ramsa, Rasonic et Technics.

Notes et référencesModifier

  1. Des idées pour la vie
  2. Corporate profile
  3. a et b (en)Annual Report 2016, Panasonic, 2016
  4. Nom issu de la combinaison des mots pan, « tout » et sonic, « son ». Source : (en) Brand History, sur panasonic.com
  5. Euronews, le 7 novembre 2008
  6. Panasonic et Sanyo veulent créer un géant japonais - Le Monde, 8 novembre 2008
  7. AFP, 10 décembre 2009
  8. Panasonic éliminera 15 000 emplois d'ici mars 2010 - Le Devoir, 5 février 2009
  9. Karyn Poupée, « Panasonic annonce la suppression de 35 000 postes entre 2010 et 2013 », AFP sur Google News, le 28 avril 2011
  10. Karyn Poupée, « Les japonais Sony et Panasonic s'unissent pour les futures TV ultra-plates », AFP sur Google News, le 25 juin 2012
  11. Après des pertes colossales, Panasonic s'effondre en Bourse, Le Monde.fr, 1 novembre 2012
  12. Panasonic dit adieu au marché grand public des smartphones au Japon, Nil Sanyas, PC Inpact, 4 septembre 2013
  13. KKR to buy Panasonic's healthcare unit in $1.67 billion deal, Reuters, 27 septembre 2013
  14. Le top 20 des entreprises les plus innovantes du monde, Challenges, 22 octobre 2013
  15. a, b et c Panasonic annonce la fin de la production d'écrans plasma, AFP sur Google News, le 30 octobre 2013
  16. Bayer sells Diabetes Care business to Panasonic Healthcare, Reuters, 10 juin 2015
  17. buys U.S. refrigeration firm Hussmann for $1.5 billion, Emi Emoto et Taiga Uranaka, Reuters, 21 décembre 2015
  18. Tesla renforce son partenariat avec Panasonic, le titre grimpe, Le Figaro, 27 décembre 2016
  19. Panasonic se renforce dans l'automobile en prenant le contrôle de Ficosa, L'Usine Nouvelle, 21 mars 2017
  20. Sur le site usinenouvelle.com
  21. Dominique Chapuis, Panasonic fait de la beauté son nouveau fer de lance en Europe, Les Echos, le 8 avril 2017

AnnexesModifier