Signe du zodiaque

un des douze secteurs de 30° de l'écliptique, associés à leur symboles culturels, tels que définis par l'astrologie occidentale
Les douze signes du zodiaque, des miniatures d'un livre d'heures. Les images extraites du livre Le ciel, ordre et désordre (édition britannique), coll. « Découvertes Gallimard » (no 26).

Les signes du zodiaque[1] sont traditionnellement[2] au nombre de 12. Ils résultent de la division en 12 du cercle (l'écliptique, qui passe au milieu du zodiaque) qui sépare en deux moitiés égales la ceinture dans laquelle, à nos yeux de Terriens, les planètes du système solaire effectuent leur course apparente autour de notre planète. Le zodiaque formant une bande de ciel circulaire de 360° entourant la Terre, chacun des 12 signes traditionnels comprend 30°. Les signes du zodiaque sont censés correspondre à des types de personnalité caractéristiques. Ce sont, dans l'ordre, le Bélier, le Taureau, les Gémeaux, le Cancer, le Lion, la Vierge, la Balance, le Scorpion, le Sagittaire, le Capricorne, le Verseau et les Poissons.

Repères astronomiquesModifier

 
Les symboles des signes du zodiaque représentés sur le cercle (jaune) de l'écliptique. Le point vernal (qui est le point de départ) est l'une des deux intersections entre l'écliptique et l'équateur céleste.

Dans ce qu'on appelle l'astrologie tropicale (l'astrologie des journaux), les signes du zodiaque sont douze secteurs du cercle de l'écliptique de 30° de longitude chacun comptés à partir du point vernal. Lorsque le Soleil traverse un de ces secteurs, on dit que la personne est née sous le Signe en question. Ainsi, être né sous le signe du Bélier, c'est (selon l'astrologie tropicale) être né entre le et le , quand le Soleil se situe entre 0° et 30° sur le cerclé des signes (l'écliptique)[3]. Ce cercle est celui qui passe au milieu du zodiaque, qui n'est autre que la route des planètes du système solaire vues depuis la Terre autour de cette dernière.

L'astrologie sidérale, contrairement à l'astrologie tropicale classique et fixe[4], repère les signes du zodiaque par rapport aux constellations d'étoiles. Pour cette forme d'astrologie, il est nécessaire de tenir compte de l'effet de la précession des équinoxes, qui fait dériver le point vernal d'un degré tous les 72 ans (et donc, décale sensiblement le calendrier lié aux étoiles d'un jour tous les 72 ans). Ce changement progressif conduit à un cycle de 26 000 ans, à l'issue duquel les constellations retrouvent leur place initiale (au mouvement propre des étoiles près). Par conséquent, l'astrologie sidérale a toujours besoin du zodiaque de l'astrologie tropicale (fixe) comme « maître-étalon »[5].

Pour déterminer le signe dans lequel se trouve la Lune ou une planète, il est nécessaire de recourir à une éphéméride, ou à un programme informatique spécialisé en astronomie. De tels programmes permettent de calculer rapidement un horoscope, ce qui permet à l'astrologue de se consacrer à l'interprétation astrologique plutôt qu'au calcul.

Selon l'historien de l'astrologie Jacques Halbronn, le découpage en 12 est indissociable du calendrier et des 12 lunaisons dans l'année[6] - l'ensemble des signes constituant un cycle annuel, et non la structure d'un homme - ce qui ne tient absolument pas compte des constellations. Cependant, selon lui, la théorie des aspects (trigones des éléments feu, terre, air et eau) suffisait à découper tout cycle astrologique, à partir des conjonctions se faisant entre une planète et les 4 étoiles fixes dites royales[7], ce qui ne posait aucun problème au regard de la précession des équinoxes puisque cela ne dépendait aucunement des saisons.

Dates des signes dans les différents systèmes astrologiques et astronomique (constellations)Modifier

Si une majorité d'astrologues, qu'ils soient sidéraux ou tropicaux, sont d'accord pour diviser le zodiaque en 12 signes de taille égale, donc de durée similaire (30 jours, plus ou moins un), en réalité les constellations diffèrent par leur taille. Ainsi le soleil est réellement dans l'alignement de la constellation du Scorpion pendant 9 jours, tandis qu'elle l'est sur 44 jours devant celle de la Vierge (pour prendre les extrêmes). Certains astrologues ne se contentant pas de s'appuyer sur le passage actuel du soleil devant les constellations adapté pour 12 parties égales (date sidérale) considèrent donc qu'il faut définir la taille des signes proportionnellement à l'étendue réelle des constellations dans le ciel (date astronomique, bien que la 13e constellation du Serpentaire ne soit pas prise en compte).

La table ci-dessous compare la date d'entrée du Soleil dans les signes, suivant qu'on se place dans une astrologie sidérale (constellations actuelles, et de type astrologie indienne) ou dans une astrologie tropicale (signes de 30° mesurés sur l'écliptique à partir du point vernal dans la tradition classique de Ptolémée), ainsi que les dates d'entrée du Soleil dans les constellations du même nom, en fonction des frontières définies par l'Union astronomique internationale (IAU) en 1930[8]. Ces dates peuvent s'écarter d'un jour en plus ou en moins de la date théorique, du fait du cycle des années bissextiles, et de la précession du périhélie de l'orbite terrestre au cours des siècles.

L'astrologie hindoue, aussi nommée astrologie védique ou Jyotish (qui signifie science de la lumière), est sidérale. Elle prend en compte le décalage dû à la précession des équinoxes, avec une correction, nommée « Ayanamsa », d'environ 24° en 2019 et non de 30° comme dans l'astrologie sidérale. Cette correction varie au fil du temps. Cette astrologie considère uniquement les planètes visibles à l'œil nu. Ces planètes sont dans le signe correspondant à la constellation que l'on observe derrière chacune d'elles. Le tableau ci-après permet notamment de retrouver le signe du soleil en astrologie védique lorsque l'on connait son signe en astrologie occidentale (ex : une personne née le a son soleil en capricorne (colonne "date tropicale") ; on dit donc qu'elle est Capricorne en astrologie occidentale; elle se retrouve donc en quelque sorte "Sagittaire" (colonne "Zodiaque indien") en astrologie védique car son soleil est observé dans la constellation du Sagittaire).

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Zodiaque sidéral et tropical Constellations Zodiaque indien Zodiaque hébreu (galgal hamazalot,גלגל המזלות)
Signe du zodiaque Symbole Date sidérale
(année 2002)
Date tropicale (calendrier grégorien)[9] Élément Date astronomique
(année 1977)
Désignation en sanskrit Mois en hébreu Désignation
en hébreu
Bélier 15 avril
au
15 mai
21 mars
au
20 avril
Feu 20 avril
au
14 mai
14 avril
au
14 mai
मेष (Meṣa : "Bélier") nissane, ניסן taléh, טלה
Taureau 16 mai
au
15 juin
21 avril
au
20 mai
Terre 14 mai
au
21 juin
15 mai
au
14 juin
वृषब (Vriṣabha : "Taureau") iyar, אייר chor, שור
Gémeaux 16 juin
au
15 juillet
21 mai
au
21 juin
Air 21 juin
au
22 juillet
15 juin
au
16 juillet
मिथुन (Mithuna : « paire, couple ») sivane, סיון téoumim, תאומים
Cancer 16 juillet
au
15 août
22 juin
au
22 juillet
Eau 21 juillet
au
11 août
17 juillet
au
16 août
कर्क (Karka : « crabe, écrevisse ») tamouz, תמוז sartane, סרטן
Lion 16 août
au
15 septembre
23 juillet
au
22 août
Feu 11 août
au
17 septembre
17 août
au
16 septembre
सिम्ह (Simba) av, אב אריה.ARIEH
Vierge 16 septembre
au
15 octobre
23 août
au
22 septembre
Terre 17 septembre
au
31 octobre
17 septembre
au
17 octobre
कन्य (Kanya : "Jeune fille") eloul, אלול בתולה betoula
Balance 16 octobre
au
15 novembre
23 septembre
au
22 octobre
Air 31 octobre
au
23 novembre
18 octobre
au
16 novembre
तुल (Tula : "Balance") tichri תשרי מאוזניים moznayim
Scorpion 16 novembre
au
15 décembre
23 octobre
au
22 novembre
Eau 23 novembre au
29 novembre
et
29 novembre au
18 décembre [10]
17 novembre
au
15 décembre
वृष्छिक (Vriṣchika) hèchvane, חשון עקרב akrav
Sagittaire 16 décembre
au
14 janvier
23 novembre
au
21 décembre
Feu 18 décembre
au
19 janvier
16 décembre
au
14 janvier
धनुस् (Dhanus : « arc ») kislev, כסלו קשת keshet
Capricorne 15 janvier
au
14 février
22 décembre
au
20 janvier
Terre 19 janvier
au
16 février
15 janvier
au
12 février
मकर (Makara) téveth, טבת גדי g'di
Verseau 15 février
au
14 mars
21 janvier
au
18 février
Air 16 février
au
12 mars
13 février
au
14 mars
कम्भ (Kumbha : « vase, cruche ») chevat, שבט דלי d'li
Poissons 15 mars
au
14 avril
19 février
au
20 mars
Eau 12 mars
au
19 avril
15 mars
au
13 avril
मीन (Meena : "Poissons") adar, אדר דגים dagim


Les dates astrologiques sidérales (zodiaque des constellations actuelles), tropicales (fondées aux alentours de l'an 150 apr. J.-C. par Ptolémée) et les symboles sont ceux généralement utilisés en Occident. L'utilisation de dates Indienne (type sidérale) pour les signes n'est pratiquée qu'en Inde, et l'astrologie indienne est fondée sur des signes différents.

Dates correspondant aux 13 signes du zodiaqueModifier

Pour les personnes s'étant toujours basées sur la présence de 12 signes et qui souhaitent connaître leur signe sur la base des 13 signes en astrologie sidérale, voici un tableau de correspondance :

Constellation Signe astrologique Passage du Soleil dans le signe Nb Jours Passage du Soleil dans la constellation (Nouveau signe) Nb jours
Bélier Bélier 21 mars20 avril 31 18 avril13 mai 25,5
Taureau Taureau 21 avril20 mai 30 13 mai21 juin 38,2
Gémeaux Gémeaux 21 mai21 juin 32 21 juin20 juillet 29,3
Cancer Cancer 22 juin22 juillet 31 20 juillet10 août 21,1
Lion Lion 23 juillet22 août 31 10 août16 septembre 36,9
Vierge Vierge 23 août22 septembre 31 16 septembre30 octobre 44,5
Balance Balance 23 septembre22 octobre 30 30 octobre20 novembre 21,1
Scorpion Scorpion 23 octobre22 novembre 31 20 novembre29 novembre 8,4
Serpentaire ou Ophiuchus ignoré par les astrologues en tant que signe du zodiaque. 29 novembre18 décembre 18,4
Sagittaire Sagittaire 23 novembre21 décembre 29 19 décembre20 janvier 33,6
Capricorne Capricorne 22 décembre20 janvier 30 21 janvier16 février 27,4
Verseau Verseau 21 janvier19 février 30 16 février11 mars 23,9
Poissons Poissons 20 février20 mars 29/30 11 mars18 avril 37,7

Caractéristiques astrologiques des signesModifier

Répartition par élémentModifier

En astrologie, on distingue les signes de feu (Bélier, Lion, Sagittaire), les signes de terre (Taureau, Vierge, Capricorne), les signes d'air (Gémeaux, Balance, Verseau) et les signes d'eau (Cancer, Scorpion, Poissons)[11].

La peinture comme exempleModifier

Dans son ouvrage Connaissance de l'astrologie[12], André Barbault établit un parallèle entre les grands peintres et l'élément qui les caractérise le plus, tel que l'a dépeint Gaston Bachelard[13]. Barbault analyse également en détail le thème astral de Pablo Picasso, natif du signe du Scorpion dont l'Ascendant est en Lion. Il en conclut que Picasso est marqué par l'élément feu[14], s'appuyant notamment sur la citation suivante de Picasso[15]: « Je fais une peinture qui mord. La violence, les coups de cymbale... l'éclatement... Un bon tableau, un tableau, quoi! il devrait être hérissé de lames de rasoir ».

Des chercheurs (astrologues ou non) ont investigué l'existence de corrélations entre la position du Soleil dans le ciel et les aptitudes professionnelles des individus. Certains mettent en avant pour les artistes les signes du Taureau et des Poissons. La réalité est que les peintres naissent tout au long de l'année, et que nul signe ne les favorise ni ne les contrarie, comme l'illustre le tableau suivant :

Écliptique Bélier (Feu) Taureau (Terre) Gémeaux (Air) Cancer (Eau)
1er tiers du zodiaque Max Ernst
Vincent van Gogh
Antoine van Dyck
Raphaël
Léonard de Vinci
Robert Delaunay
Jean Honoré Fragonard
Albert Marquet
Gustave Moreau
Fernando Botero
Francisco de Goya
Juan Gris
Joseph Beuys
Ernst Ludwig Kirchner
Jacob Jordaens
Nicolae Grigorescu
Ion Țuculescu
Niko Pirosmani
Thomas Gainsborough
Joseph Mallord William Turner
Georges Braque
Eugène Delacroix
Odilon Redon
Douanier Rousseau
Salvador Dalí
Joan Miró
Albrecht Dürer
Egon Schiele
Gustave Courbet
André Derain
Raoul Dufy
Paul Gauguin
Nicolas Poussin
Georges Rouault
John Constable
Diego Vélasquez
Gustav Klimt
Rembrandt van Rijn
Pierre Paul Rubens
Marc Chagall
David Hockney
James Abbott McNeill Whistler
Giorgio de Chirico
Amadeo Modigliani
Eugène Boudin
Camille Corot
Edgar Degas
Jean Lurçat
Camille Pissarro
Antoni Gaudí
Frida Kahlo
Écliptique Lion (Feu) Vierge (Terre) Balance (Air) Scorpion (Eau)
2e tiers du zodiaque Emil Nolde
Alfons Mucha
Aubrey Beardsley
Andy Warhol
Gustave Caillebotte
Jean Dubuffet
Marcel Duchamp
Caspar David Friedrich
Man Ray
Jean Arp
Jacques Louis David
Dominique Ingres
Lucas Cranach l’Ancien
Paul Delvaux
Robert Rauschenberg
Mark Rothko
Canaletto
Le Caravage
Le Tintoret
Pierre Bonnard
Théodore Géricault
Jean-François Millet
Antoine Watteau
Johannes Vermeer
Francis Bacon
Roy Lichtenstein
Bronzino
Jean Siméon Chardin
Paul Signac
Henri de Toulouse-Lautrec
Claude Monet
Pablo Picasso
René Magritte
Francisco de Zurbaran
Écliptique Sagittaire (Feu) Capricorne (Terre) Verseau (Air) Poissons (Eau)
Dernier tiers du zodiaque Otto Dix
Friedensreich Hundertwasser
Paul Klee
Karl Schmidt-Rottluff
Pieter de Hooch
Adriaen van Ostade
Vassily Kandinsky
Edvard Munch
Lucian Freud
Frédéric Bazille
Puvis de Chavannes
Georges Seurat
Diego Rivera
August Macke
Heinrich Zille
Nicolas de Staël
Masaccio
Domenico Ghirlandaio
Jean-Michel Basquiat
Paul Cézanne
Henri Matisse
Berthe Morisot
Bartolomé Esteban Murillo
José de Ribera
Max Beckmann
Franz Marc
Gerhard Richter
Carl Spitzweg
Kees van Dongen
Ion Andreescu
Ștefan Luchian
Jackson Pollock
Norman Rockwell
Charles-François Daubigny
Fernand Léger
Édouard Manet
Anselm Kiefer
Piet Mondrian
Kasimir Malevitch
Michel-Ange
Giambattista Tiepolo
Balthus
Honoré Daumier
Georges de La Tour
Pierre-Auguste Renoir

Répartition par modalités: Signe cardinal, Signe fixe et Signe mutableModifier

À l'intérieur de chaque élément (feu créateur, terre matérielle, air intellectuel, eau émotive), on distingue trois variantes: énergie d'impulsion ou cardinale (par exemple le signe de la Balance pour l'élément Air), énergie de conservation ou fixe (le signe du Verseau pour l'Air), et une énergie de distribution ou mutable (le signe des Gémeaux pour l'Air)[16].

Les Signes cardinaux débutent les saisons (dans l'hémisphère Nord: Balance pour l'automne, période des vendanges; Capricorne pour l'hiver, période de la neige; Bélier pour le printemps, période de la germination; Cancer pour l'été, période des moissons), les Signes mutables les achèvent (dans l'hémisphère Nord: Sagittaire pour l'automne, Poissons pour l'hiver, Gémeaux pour le printemps, Vierge pour l'été), et les Signes fixes sont au milieu de la saison (dans l'hémisphère Nord: Scorpion pour l'automne, période des brumes et des brouillards; Verseau pour l'hiver, période des pluies; Taureau pour le printemps, période de l'épanouissement des fleurs; Lion pour l'été, période des chaleurs)[17].

Répartition par axes de signes tout à la fois opposés et complémentairesModifier

L'air attise le feu et l'eau féconde la terre, d'où la complémentarité des signes opposés : complémentarité du Bélier avec la Balance, du Taureau avec le Scorpion, des Gémeaux avec le Sagittaire, du Cancer avec le Capricorne, du Lion avec le Verseau, et de la Vierge avec les Poissons.

Deux tableaux synthétiquesModifier

Les mots-clés suivants sont tirés du livre de l'astrologue Hadès Que sera demain ? (ed. La Table Ronde, 1966) :

− − − − − − − − − − −
SIGNE Bélier Balance
Mots-clés commencement
action
violence
jugement
conciliation
non-violence
SIGNE Taureau Scorpion
Mots-clés construction
enracinement
démolition
révolte
SIGNE Gémeaux Sagittaire
Mots-clés dispersion
versatilité
expansion
principe
SIGNE Cancer Capricorne
Mots-clés foyer
enfantement
ambition sociale
austérité
SIGNE Lion Verseau
Mots-clés œuvre d'un seul
vedettariat
œuvre pour tous
fraternité
SIGNE Vierge Poissons
Mots-clés infiniment petit
sens critique
univers du travail
infiniment grand
réceptivité
passivité


Le tableau suivant rapporte des notations extraites du Dictionnaire des symboles (Ed. Robert Laffont, collection Bouquins, 1982), la partie astrologique émanant d'André Barbault et/ou Alexandre Volguine ; les rattachements aux parties du corps sont extraits du Dictionnaire pratique d'astrologie de Catherine Aubier (Ed. Solar, 1994)

Bélier Balance
La nature s’éveille ici après l’engourdissement de l’hiver, et ce signe symbolise avant tout la poussée du printemps, donc l’impulsion, la virilité (c’est le principal signe de Mars), l’énergie, l’indépendance et le courage. (tête) l’équilibre (…) ce point central, à égale distance duquel s’égalisent les deux plateaux du moteur et du frein, de l’élan et de la retenue, de la spontanéité et de la réflexion, de l’abandon et de la crainte, de l’appel et du recul devant la vie. (reins)
Taureau Scorpion
Symbole d’une grande puissance de travail, de tous les instincts et principalement de celui de conservation, de sensualité et d’une propension exagérée pour les plaisirs. (…) la statique d’une masse porteuse de vie (…) (bouche et gorge (oralité)) Symbole à la fois de résistance, de fermentation et de mort, de dynamisme, de dureté et de luttes (…) (sexe, anus, organes génitaux (analité)
Gémeaux Sagittaire
Signe principal de Mercure, c’est avant tout le symbole double des contacts humains, des transports, des communications (…) le goût du jeu, l’agrément de l’exercice des idées et du commerce de l’esprit, l’envol de l’intelligence. (bras, mains, poumons, système respiratoire) (…) il se situe avant le solstice d’hiver quand, les travaux des champs terminés, les hommes se consacrent davantage à la chasse. Symbole du mouvement, des instincts nomades, de l’indépendance et des réflexes vifs. (cuisses, foie)
Cancer Capricorne
Signe lunaire, il signifie le retrait sur soi, la sensibilité, la timidité et la ténacité. (seins, estomac, membranes protectrices) Il exprime la patience, la persévérance, la prudence, l’industrie, la réalisation, le sens du devoir. (squelette, système osseux)
Lion Verseau
Cœur du zodiaque, il exprime la joie de vivre, l’ambition, l’orgueil et l’élévation.(…) force maîtrisée et disponible (…) (cœur, yeux) Il symbolise la solidarité collective, la coopération, la fraternité et le détachement des choses matérielles. (…) l’être libéré dans le feu de la puissance prométhéenne, en vue de se dépasser. (…) l’altruisme. Il existe aussi un Verseau uranien, prométhéen, qui est l’être de l’avant-garde, du progrès, de l’émancipation, de l’aventure. (jambes, système circulatoire)
Vierge Poissons
Symbole de moisson, de travail, de dextérité manuelle, de minutie (…) un monde qui se différencie, se particularise, se sélectionne, se cerne, se réduit, se dépouille, s’assigne des limites précises. (…) sérieux, consciencieux, scrupuleux, réservé, sceptique, méthodique, (…)attaché aux principes (...), travailleur (…) (ventre, intestins) Ils symbolisent le psychisme, par lequel on communique avec le dieu ou le diable ; ce qui se traduit dans l’horoscopie par une nature manquant de consistance, très réceptive et impressionnable. (…) fusion des parties dans une totalité (…) effacement des particularismes, au profit de l’illimité, pour aller du zéro à l’infini. (pieds, extrémités)

Planètes en signesModifier

Utilité de la mesure d'angle par les signes du zodiaqueModifier

Les signes du zodiaque tropical étant déterminés en raison de la position prise, en vue géocentrique, par le Soleil relativement à la Terre, ils constituent « un moyen pratique, simple et efficace pour repérer la position de la Terre sur son orbite autour du Soleil »[18]. Il est ainsi pratique de dire que la planète Uranus est, par exemple, à 15° du signe de la Vierge pour signifier qu'elle forme un angle de 165 degrés (dans le sens direct en longitude écliptique) vis-à-vis du point vernal, qui est le point où le Soleil ascendant franchit l'équateur céleste.

Interprétation symbolique des planètes en signesModifier

Pour prendre une image, la « musique des sphères » s'interprète sur un thème astral en liaison avec le signe du zodiaque - qui correspond en quelque sorte à la façon dont l'instrument est accordé - où se trouve une Planète. C'est cette dernière qui constitue l'instrument, le clavier symbolique[19]. Le signe du zodiaque connu du grand public est la « musique du Soleil ». Ainsi, l'astrologue Germaine Holley décrit le passage du Soleil dans le signe de la Vierge de la façon suivante[20] : « Achevant là son cycle formateur, l'être analyse, détaille, sert, soigne, enseigne mais au demeurant ne vit pas ce dont il se sent digne. » Toutefois, lorsque le principe uranien[21] antithèse du principe solaire, est à l'œuvre dans le signe de la Vierge (planète Uranus en Vierge), la définition de Germaine Holley devient : « Ne peut se soumettre (cf. planète Uranus) à la routine (cf. signe de la Vierge)[22], événements soudains (cf. planète Uranus) dans le service (cf. signe de la Vierge). Souvent travailleur (cf. signe de la Vierge) astrologique (cf. planète Uranus). »

Pour le grand public, l'astrologie, c'est le zodiaqueModifier

L'astrologie populaire actuelle est basée sur les signes du zodiaque (où se trouve le Soleil). Or les Anciens faisaient passer les planètes du système solaire avant les signes solaires. Yves Lenoble a écrit [23] : « La lecture des textes anciens fait ressortir que l'astrologie grecque n'accordait pas un rôle majeur aux signes. ». L'historien Jacques Halbronn impute la zodiacalisation de l'astrologie à la découverte des planètes dont l'orbite est au-delà de celle de Saturne (Uranus, Neptune, Pluton...) « précisément en raison des hésitations qui ne cesseront plus concernant leur nombre. En revanche, le zodiaque apparaît comme une structure immuable. »[24].

Notes et référencesModifier

  1. Le mot zodiaque ne prend pas de majuscule : « N.B. : le mot zodiaque ne prend pas de majuscule, puisqu’il n’est que la représentation du cercle semblant unir ces constellations, sans en être une lui-même. » https://www.question-orthographe.fr/question/probleme-de-majuscules/
  2. Le Serpentaire (Ophiuchus) est parfois aussi considéré comme une constellation du zodiaque, entre le Scorpion et le Sagittaire, formant ainsi un 13e signe.
  3. André Barbault, Bélier, éd. Seuil, coll. Zodiaque, 1989, (ISBN 9782020103954), p. 9.
  4. Ptolémée pensait que la Terre était immobile, et que les étoiles se déplaçaient autour d'elle; depuis, en astrologie tropicale, on calcule la position des étoiles en prenant pour repères les points équinoxiaux, supposés immobiles, alors qu'en fait c'est la Terre qui a un mouvement de toupie dans la précession des équinoxes.
  5. Yves Haumont, La langue astrologique, CEDRA, coll. Zénith, 1988, (ISBN 2-907244-00-0), page 101.
  6. Jacques Halbronn, Clefs pour l'astrologie, éd. Seghers, (ISBN 9-782232-104404), 1993, p. 35.
  7. Clefs pour l'astrologie, p. 67
  8. Les frontières ont été redéfinies en 2000.
  9. Il est nécessaire de consulter la position du Soleil dans les éphémérides pour les jours-frontières, la date exacte variant d'année en année.
  10. 30 novembre au 18 décembre : Ophiuchus.
  11. Yves Haumont, La langue astrologique, CEDRA, Collection Zénith, (ISBN 2-907244-00-0), 1988, p. 104.
  12. éd. Seuil, pp. 149-167.
  13. dans L'Eau et les rêves : Essai sur l'imagination de la matière, L'Air et les songes : Essai sur l'imagination du mouvement, La Terre et les rêveries du repos ou encore La Terre et les rêveries de la volonté notamment.
  14. Connaissance de l'astrologie, éd. Seuil, p. 154.
  15. Connaissance de l'astrologie, éd. Seuil, p. 155.
  16. Yves Haumont, La langue astrologique, CEDRA, Collection Zénith, (ISBN 2-907244-00-0), 1988, p. 103.
  17. Yves Haumont, La langue astrologique, CEDRA, Collection Zénith, (ISBN 2-907244-00-0), 1988, p. 103 1 112.
  18. Suzel Fuzeau-Braesch, Que sais-je? n° 2481 L'astrologie, 1995, (ISBN 9-782130-439585), p. 7.
  19. Elle respecte d'ailleurs plus ou moins la partition musicale correspondant à la maison astrologique où elle est localisée.
  20. Germaine Holley, Comment comprendre votre horoscope : S'initier à l'astrologie, éditions du Rocher, 2004.
  21. L'astrologue Hadès, dans son ouvrage Que sera demain (op. cité), définit Uranus comme « la planète des révolutions, des découvertes » (page 60), les autres planètes visibles à l'œil nu pouvant selon lui être schématisées de la sorte (pages 26 & 27): Mercure = fonction de relation, d'établissement de rapports; Vénus = fonctions d'adhésion, amour; Mars = action; Jupiter = expansion, réussite et Saturne = au contraire, tout ce qui condense, contracte et aussi le temps.
  22. Uranus était dans le signe de la Vierge en mai 1968.
  23. dans la revue Trigone du 1er trimestre 1999, numéro 29, éditée par la Société Française d'Astrologie, ISSN 0395-9171, page 7.
  24. L'Étrange Histoire de l'astrologie, co-écrite avec Serge Hutin, Éd. artefact, 1986, (ISBN 9-782851-993892), page 79.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier