Lion (astrologie)

signe astrologique
Lion
Représentation en noir du symbole illustrant le signe Lion en astrologie.
Représentation symbolique du signe Lion.
Période Du 23 juillet[1]
au 23 août[1]
Place dans le zodiaque 5e signe
Élément Feu
Polarité Masculin
Mode Fixe
Maison associée Maison 5
Astre(s) gouvernant(s) Soleil
Opposé polaire Verseau

Le signe astrologique du Lion, de symbole ♌︎, est lié aux personnes nées entre le 23 juillet et le 23 août[1] en astrologie tropicale[2]. Il correspond pour celle-ci (la plus populaire en Occident) à un angle compris entre 120 et 150 degrés comptés sur l'écliptique (le cercle des signes du zodiaque) à partir du point vernal[3]. Il est associé à la constellation du même nom en astrologie sidérale.

Histoire et mythologieModifier

Comme toutes les constellations du Zodiaque, le lion a des origines très anciennes. Mentionnée par Aratus, puis par Ptolémée dans son Almageste, elle correspondrait dans la mythologie grecque au lion de Némée tué par Héraclès lors du premier de ses douze travaux.

Le signe du lion est lié à l'élément classique du feu ; il partage cet élément avec le Bélier et le Sagittaire. Son opposé polaire est le Verseau. Claude Ptolémée dans son Tetrabiblos a rejeté les décans[4], mais les maîtres des décans d'après Teukros (Ier siècle apr. J.-C.) nous sont connus[5]: le premier décan du signe du lion est gouverné par Saturne, le deuxième décan par Jupiter et le troisième décan par Mars.

Ère du Lion et Ère du VerseauModifier

Jean-Charles Pichon attribue au signe du lion et à son ère zodiacale le concept des divinités solaires (puis du tonnerre), l'institution de la royauté, la plus noble conquête de l'homme (c'est-à-dire l'élevage du cheval), l'invention de la roue, entre autres inventions très impressionnantes qui instituèrent une nostalgie durable du dieu mort et la sauvegarde de ses mythes sous des formes renouvelées. Par exemple : la monarchie continua d'exister de façon prépondérante pendant toutes les ères suivantes (premiers empires gémiques, prêtres-rois tauriques…), avant de finalement déchoir sous le Verseau, celui-là même qui est son opposé polaire.

Représentation dans la fictionModifier

Saint SeiyaModifier

Parmi les 12 chevaliers d'Or protecteurs du Sanctuaire (représentant les 12 signes du zodiaque), celui du Lion est souvent mis en avant dans cet univers fictif. Ainsi, dans l'œuvre d'origine, Aiolia[6] est le petit frère d'Aiolos, chevalier d'Or du Sagittaire, éliminé pour haute trahison ; en conséquence, il fut très déconsidéré par ses confrères du Sanctuaire, au point que lors de sa venue au Japon, il sera suivi par 3 chevaliers d'Argent sur Ordre du Grand Pope. Il gardera une grande rancœur envers son frère, cherchant à le surpasser. Il réussira d'une certaine façon, car il est vu comme le plus rapide des Chevaliers, exploitant la vitesse de la Lumière de son cosmos doré à son maximum. Il sera aussi très proche de Seiya lors de son entraînement en Grèce, ainsi que de sa mentor, Marine de l'Aigle.

Quant aux autres chevaliers de l'oeuvre, Regulus dans "The Lost canvas", aura un rôle important dans la résistance face aux armées d'Hadès, et Mycène, dans "Saint Seiya Omega", sera le maître d'Eden, un des 6 protagonistes de cette série dérivée, et se joindra à ces derniers quand il découvrira la vérité sur les maîtres du Sanctuaire.

Du côté de la personnalité des chevaliers du Lion, on note un très grand courage, une loyauté sans faille à leur déesse Athéna et des capacités extraordinaires contrastant avec un jeune âge au sein du sommet de l'ordre de la Chevalerie : Regulus est vu comme un génie ; et Aiolia sera le seul chevalier d'Or à se libérer seul des glaces du fleuve Cocyte aux Enfers.

De plus, les chevaliers du lion ont souvent un lien privilégié avec ceux du Sagittaire. En termes de capacités, outre leur vitesse, ils peuvent déployer des rayons de lumière, "Lightning Plasma", agissant comme une cage dont leur adversaire ne peut s'enfuir sans avoir une excellente esquive.

Fairy TailModifier

Dans l'Univers de ce manga, le Zodiaque est incarné par 13 clés d'Or, invoquant des combattants venant du monde des esprits. La Majorité de ces esprits sont utilisés par la Mage Constellationiste Lucy Heartfilia, mais l'un d'entre eux se démarque particulièrement : leur chef : Leo[7]. Ce dernier était jadis l'Esprit de Karen Lilica, une Constellationiste qui ne considérait ces derniers que comme des objets à ses ordres, et qu'elle punissait voire battait quand les choses n'allaient pas dans son sens.

Vint le jour où il entra dans le monde des Humains pour stopper Karen de fouetter son amie Aries, et prenant sa place; il lança un ultimatum à sa maîtresse : tant qu'elle ne traitera pas ses Esprits comme des êtres vivants, il resterait dans ce monde, contraignant la réserve de magie de Karen, qui ne peut invoquer 2 esprits en même temps. Karen n'en avait cure, car un Esprit ne peut tenir plus de 7 jours sans avoir à rentrer dans le monde spirituel. Or il tiendra le coup 3 mois, jusqu'à apprendre la mort de Karen lors d'une mission. Il sera banni de son monde natal en punition, jusqu'à son annihilation, quand sa réserve de Magie (seul moyen de survie dans ce monde) sera vidée.

Il survivra cependant durant 3 ans, signe d'une grande résistance physique et morale. Se faisant passer pour un Mage Humain du nom de Loki, il sera sauvé par Lucy, qui défendra sa cause auprès du Roi des Esprits. Ce dernier, magnanime, ordonnera à Loki de se mettre au service de Lucy.

Le mangaka Hiro Mashima, ici, s'est basé sur l'aspect royal, lumineux et noble du Signe, pour concevoir ce personnage charismatique, un peu dragueur (et très apprécié de la gente féminine), protecteur et loyal en amitié, prêt à assumer ses décisions pour le bien de ses proches ; un caractère couplé à une force morale et physique impressionnante, même pour un esprit.

Loki, en guise d'apparence, ressemble à un humain normal avec une coupe de cheveux châtain évoquant une crinière ou des rayons de soleil courbés, et souvent habillé en smoking. Il possède une bague, Regulus, lui permettant de produire et maîtriser le Lumière (au corps à corps, comme à distance). De plus, il peut transférer cette magie temporairement à un allié. Il se révélera aussi très doué au corps à corps, et a le privilège de pouvoir intervenir dans le monde humain sans avoir à être invoqué.

Final Fantasy XII : The Zodiac AgeModifier

Le zodiaque est ici représenté par les Eons (ou Espers en VO) : des esprits de demi-dieux s'étant rebellés contre leurs créateurs divins, et condamnés à servir les humains qui les vaincraient et possèderaient.

Parmi eux, Hashmal le Grand Ordonnateur[8], apôtre du Lion, représentant de l'élément TERRE, était chargé de réguler les Lois censés guider les Humains. Mais son ambition était de réguler toutes les choses existantes, et par conséquent il se joigna à la rébellion d'Ultima et des autres Eons contre leurs Créateurs, et il ne connut la défaite qu'à la suite de sa propre fatigue, accumulée au bout de 100 ans de guerre. Les héros l'affrontent dans le cours du récit (et non en quête parallèle) dans le phare de Ridorana.

Son apparence en fait un homme lion à la fourrure aux couleurs chaudes, et à la crinière blanche, et armée de 2 doubles lames courbées étranges, dont une moitié de chaque arme se termine en marteau. Il est capable de déclencher un puissant séisme en guise d'attaque ultime. Son nom est une référence aux Hashmallim, une partie de la hiérarchie des Anges dans la tradition Juive, chargés de faire respecter les Lois.

Gundam WingModifier

Dans cet anime confrontant des armures mobiles ou Mechas (des engins de combat high-tech humanoïdes) dont les noms se basent sur certains signes du Zodiaque, le Leo est le modèle standard d'armure conçu pour le combat terrestre, ayant des applications d'une grande polyvalence, comme le combat en milieu spatial.

Notes et référencesModifier

  1. a b et c La date exacte variant d'année en année, il est nécessaire de consulter la position du Soleil dans les éphémérides le jour-frontière.
  2. Le zodiaque dit tropical est le zodiaque des saisons.
  3. André Barbault, Traité pratique d'astrologie, ed. Seuil, 1961, (ISBN 2-02-001899-3), p. 23 et 26
  4. W.E. Peuckert, L'astrologie, Petite Bibliothèque Payot, 1980, p. 100.
  5. tels qu'ils sont rapportés par W.E. Peuckert dans l'opus déjà cité, à la page 103.
  6. « Aiolia du Lion », sur Wiki Saint Seiya (consulté le )
  7. « Léo », sur Fairy Tail Wiki (consulté le )
  8. (en) « Hashmal », sur Final Fantasy Wiki (consulté le )

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier