Shimr ibn Dhil-Jawshan

Shimr ibn Dhil-Jawshan (arabe : شمر بن ذي الجوشن) est le fils de Churahbil ibn Awar ibn Amr (surnommé Dhil-Jawshan : le "détenteur de l'armure"), un membre de la tribu des Banu Kilab (en) (les sources sunnites diffèrent à ce sujet) l'une des tribus Hawazinites/Qaysites de l'Arabie[1]. Oumm al-Banin (en), la mère d'al-Abbas appartient également à cette tribu. Shimr jouit d'une réputation ignominieuse à la fois chez les musulmans chiites et sunnites. En effet, il est connu pour être l’homme qui a décapité le petit-fils du prophète musulman Mahomet, Hussein ibn Ali, lors de la bataille de Kerbala[2]. Se considérant comme un parent d'al-Abbas, il lui offre sa protection étant donné qu'il n'a pas combattu Yazid, mais ce dernier refuse[3].

Shimr ibn Dhil-Jawshan
Biographie
Activité
Chef militaireVoir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Religion
Conflit

MortModifier

Shimr est tué par les troupes de Mukhtar al-Thaqafi qui souhaitent se venger des assassins de Hussein et de sa famille[4]. Les narrations chiites racontent que le corps de Shimr est ensuite déchiré en morceaux par des chiens sauvages[5].

ReprésentationModifier

Shimr est représenté dans des pièces commémorant la passion d'al-Husayn lors du deuil chiite de l'Achoura[6].

Notes et référencesModifier

  1. « Al-Husayn on ‘Ashura », sur Al-Islam.org (consulté le )
  2. « Iran's Obama billboard: what it really means », The Guardian, (consulté le )
  3. « Shimr bin Ziljawshan’s arrival at Karbala and the events on the night of ninth Muharram », sur Al-Islam.org (consulté le )
  4. Farhad Daftary, The Isma'ilis : Their History and Doctrines, Cambridge, England, Cambridge University Press, , 803 p. (ISBN 978-0-521-42974-0, lire en ligne), p. 53
  5. Malekpour, Jamshid, The Islamic Drama, Routledge, , 188 p. (ISBN 978-0-7146-8446-8, lire en ligne), p. 38
  6. Edmund Burke et Nejde Yaghoubian, Struggle and Survival in the Modern Middle East : Second Edition, University of California Press, , 426 p. (ISBN 978-0-520-24661-4, lire en ligne), p. 243

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier