Ibn Kathir

Ibn kathir.

`Imâd ad-Dîn Abû al-Fidâ' 'Ismâ`îl ben `Umar ben Kathîr[1] ou Ibn Kathîr est un juriste shâfi'ite, traditionniste arabe musulman et historien. Il est né en 701 de l’hégire (1301 ap. J.-C) à Bosra au sud de la Syrie. Ibn Kathîr est mort en 773 (1er février 1373 ap. J.-C.) à Damas et est enterré au cimetière de cette même ville, aux côtés de Ibn Taymiyyah. Ibn Kathir étant un des élèves du théologien Ibn Taymiyya[2], haute figure de la doctrine du salaf, le Tafsir d'Ibn Kathir est le tafsir le plus souvent repris par les mouvements salafistes pour interpréter le Coran[3],[4].

Ibn Kathir
ابن كثير.png
Biographie
Naissance
Décès
Activités
Autres informations
A travaillé pour
Religions
Maîtres
Ibn Taymiyya, Ibn Qayyim al-Jawziyya, Al-Dhahabi, Yūsuf Ibn-az-Zakī Mizzī (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales
Tafsir Ibn Kathir (d), Al-Bidaya wa'l-Nihaya (d), Q12184226, Q12204248, Q16123796Voir et modifier les données sur Wikidata

BiographieModifier

Il a étudié auprès d'Abou al Hajaj al Mizzi qui était son principal cheikh, ainsi qu'Ibn Taymiya à Damas de l'école hanbalite pendant la période mamelouke en Syrie. À la fin de ses études en 1341, sa première fonction officielle est de participer à une commission d'enquête chargée de trancher certain problèmes d'hérésies. Par la suite il occupe des fonctions plus ou moins officielles. En juin/ il devient professeur dans la grande mosquée de Damas.

Ibn Kathîr est l'auteur d'un commentaire du Coran (tafsir). Ibn Kathir met les versets du Coran en relation avec les hadiths. Le commentaire du Coran par Ibn Kathîr est réputé et un des plus répandus.

Ibn Kathîr est célèbre pour sa capacité à mémoriser les textes, il savait par cœur tout le Coran et un grand nombre de hadiths. Il est connu comme juge (cadi), comme historien. Bien qu'ayant étudié avec des hanbalites, Ibn Kathîr se réclame du chaféisme[5]. Deux de ses ouvrages en sont témoins, l'un d'eux ayant pour titre Les Catégories des disciples de l'imam Ach-Chafî.

Son ouvrage ayant le plus de succès est sa grande histoire de l'islam La Bidâya[6] qui comprend une importante chronique de la ville de Damas.

À la fin de sa vie, Ibn Kathîr devint aveugle. Il attribua cette cécité à son habitude de travailler tard le soir dans sa tentative de réorganiser le recueil de hadiths d'Ahmad ibn Hanbal (Musnad) en rangeant les hadiths par thème plutôt que par chaîne de garants (isnad).

OuvragesModifier

NotesModifier

  1. arabe : ʿimād ad-dīn ʾabū al-fidāʾ ʾismāʿīl ben ʿumar ben kaṯīr, al-qurašī ad-dimašqī aš-šāfiʿī عماد الدين أبو الفداء اسماعيل بن عمر بن كثير بن ضوء بن كثير ، القرشي الدمشقي الشافعي
  2. https://www.academia.edu/6996715/Was_Ibn_Kathir_the_Spokesperson_for_Ibn_Taymiyya_Jonah_as_a_Prophet_of_Obedience
  3. http://www.qss.org/articles/salafi/text.html
  4. http://www.salafibookstore.com/sbs/new/sbs.cfm?scn=productsdisplay&catID=1&subID=0&prodID=30
  5. D'où son surnom d'Ach-Chafi`î, arabe : aš-šāfiʿī, الشافعي, le chaféite
  6. arabe : al-bidāya wa an-nihāya, البداية و النهاية, Le début et la fin

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier