Ouvrir le menu principal

Saint-Chaptes

commune française du département du Gard

Saint-Chaptes
Saint-Chaptes
L'église catholique.
Blason de Saint-Chaptes
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Gard
Arrondissement Nîmes
Canton Uzès
Intercommunalité Communauté d'agglomération Nîmes Métropole
Maire
Mandat
Jean-Claude Mazaudier
2014-2020
Code postal 30190
Code commune 30241
Démographie
Population
municipale
1 858 hab. (2016 en augmentation de 9,49 % par rapport à 2011)
Densité 142 hab./km2
Géographie
Coordonnées 43° 58′ 19″ nord, 4° 16′ 47″ est
Altitude Min. 58 m
Max. 101 m
Superficie 13,07 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte administrative du Gard
City locator 14.svg
Saint-Chaptes

Géolocalisation sur la carte : Gard

Voir sur la carte topographique du Gard
City locator 14.svg
Saint-Chaptes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Chaptes

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Chaptes

Saint-Chaptes, Villa Sancta-Agatha (Gallia Christiana, t. VI, p. 304) en 1121, est une commune française située dans le département du Gard, en région Occitanie.

Saint-Chaptes, commune de la communauté d'agglomération de Nîmes Métropole et chef-lieu de canton, est l'une de 79 communes du S.CO.T. du Sud-Gard et fait partie des 41 communes du pays Garrigues et Costières de Nîmes.

GéographieModifier

HistoireModifier

Au cours de la Révolution française, la commune porte provisoirement le nom de Beauregard[1].

ToponymieModifier

Contrairement aux apparences, est un nom de sainte. La forme ancienne de ce nom de commune est, en 1121, Sancta Agatha, ce qui signifie qu'il représente Agatha, vierge et martyre du IIIe siècle. L'élision Sant(a) Ag(a)ta (le mot est accentué sur la première syllabe) a entraîné Sanch Agta, compris comme un masculin ; la mécoupure a fait le reste : San Chate et Saint-Chaptes.[réf. nécessaire]

HéraldiqueModifier

  Blason De vair au pal losangé d'argent et de sinople.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2008 Bertrand Drouot UMP Député suppléant de la 4e circonscription du Gard (2002-2012)
mars 2008 En cours Jean-Claude Mazaudier DVD Retraité Fonction publique
Les données manquantes sont à compléter.

IntercommunalitéModifier

La commune fait partie de la communauté d'agglomération Nîmes Métropole (CANIM), dont le siège se trouve à Nîmes.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[3].

En 2016, la commune comptait 1 858 habitants[Note 1], en augmentation de 9,49 % par rapport à 2011 (Gard : +3,29 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
489461515632732740758766796
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
804868871873865755775806815
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
844859857756748772768763757
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
7357146528148891 1841 4781 5201 743
2016 - - - - - - - -
1 858--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[4].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Le temple protestant.
  • L'église catholique.
  • Le temple protestant.
  • L'école publique maternelle et primaire de Saint-Chaptes sur le Champ de Foire.
  • Le pont du Gardon de Saint-Chaptes.
  • La capitelle (cabane en pierre sèche) sur l'un des deux carrefours giratoires de Saint-Chaptes.
  • Une statue représentant la « Coupo Santo » sur l'autre carrefour giratoire, au sud de Saint-Chaptes.
  • Les arènes.
  • Le château de la Tour, construit à partir du XIIIe siècle, au sud-est du village.
  • Le château de Saint-Chaptes situé au centre du village. Il hébergea Louis XIII et Richelieu du 29 juin au 2 juillet 1629, au lendemain de la signature de la paix d'Alès.
  • Le mas du Luc : le mas et le domaine attenant de 32 hectares appartiennent, en 1741 (et surement avant), à la Commanderie de Saint Christol, de l'ordre de Malte. L'ensemble est vendu comme bien national, en 1790, et acheté par Louis Joyeux, négociant de Nîmes, moyennant la somme conséquente de 90 600 livres.
  • Le mas du Claux : il appartient, en 1741, à noble Jean Phélis de Brueys de Brugal. La maison couvre alors 92 canes, soit 368 m² de toiture, et comprend un pigeonnier, 16 m², une cour, 96 m², un jardin et une aire, 4000 m² et une grande terre, de plus de 5 hectares.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier