Ouvrir le menu principal

Saint-Aubin (Aube)

commune française du département de l'Aube
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Saint-Aubin.

Saint-Aubin
Saint-Aubin (Aube)
l'école
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Aube
Arrondissement Nogent-sur-Seine
Canton Nogent-sur-Seine
Intercommunalité Communauté de communes du Nogentais
Maire
Mandat
Dominique Bourbonneux
2014-2020
Code postal 10400
Code commune 10334
Démographie
Gentilé St-Aubinois , St Aubinoise
Population
municipale
587 hab. (2016 en diminution de 0,84 % par rapport à 2011)
Densité 33 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 28′ 37″ nord, 3° 33′ 33″ est
Altitude Max. (colline du Parc de Pont) 209 m
Superficie 17,76 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : Aube

Voir sur la carte topographique de l'Aube
City locator 14.svg
Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Aubin
Liens
Site web https://www.facebook.com/staubinaube/

Saint-Aubin est une commune française, située dans le département de l'Aube en région Grand Est.

Sommaire

GéographieModifier

Le village chevauche sur les deux rives de l'Ardusson au fond d'un vallon dominé par des hauteurs dont les points culminants sont au Nord-Est la colline du Parc-De-Pont (209 m) et La Gloriette (160 m). Au Sud-Ouest, le relief apparaît pourtant moins accentué, la hauteur principale est marquée par la colline des Vignes dont l'altitude est à peu près la même que celle de la Gloriette.

Le finage affecte la forme d'un triangle irrégulier avec une pointe très avancée entre le territoire de Marnay et celui de Nogent . Il a un périmètre de 20 kilomètres environ et une superficie de 17,76 km2.

HistoireModifier

Saint-Aubin vient d'abord du latin Sanctus Albinus.

L'abbaye du Paraclet (Abélard et Héloise) ; La cure de Saint-Aubin était à la présentation de l'abbesse du Paraclet. Il subsiste : bâtiment conventuel, ancienne cuisine voûtée, granges, pigeonnier.

Le château de La Chapelle-Godefroy fut acquis en 1697 par Jean Orry qui le fit presque entièrement reconstruire en 1706, pour une somme considérable, par l'architecte Jacques de La Joue.
Son fils, Philibert Orry, contrôleur général des finances fit décorer ce château par un célèbre ensemble de 25 toiles de Charles-Joseph Natoire, qui y travailla pendant neuf ans, et de Watteau.
Après la mort de Philibert Orry en 1747, le château passa à son frère, Jean Henri Louis Orry de Fulvy (1703-1751), puis au fils de celui-ci, Philibert Louis Orry de Fulvy, qui le vendit en 1760 à Bouret de Valroche. Celui-ci le céda l'année suivante à Jean de Boullongne (†1769), qui le légua à son fils, Jean-Nicolas de Boullongne (†1787). Le fils de ce dernier, Paul Esprit Charles de Boullongne, vit le château saisi en 1792.
Le citoyen Lassertey, administrateur du département de l'Aube, fut chargé, durant l'hiver 1792, de sélectionner des œuvres destinées au futur musée de Troyes qui put ainsi constituer une collection unique de toiles de Natoire.

Au cours de la Révolution française, la commune porta provisoirement le nom de Corquelin[1].

Le château fut incendié en 1814 lors de la bataille dite de Nogent-sur-Seine. Il en reste quelques vestiges : pavillon, porte d'entrée, fausses ruines dans l'ancien parc.

D'après les archives de l'Aube, dans les actes de décès de 1825 à 1862 (page 185/219), le château de La Chapelle-Godefroy était habité par Madame Gabrielle Legras de Vaubercey qui y est décédée le 2 mai 1857 et par son époux Adolphe Henri du Hamel.

En 1968, un fragment de météorite de 170 kg est découvert par des agriculteurs. Le 3 octobre 2018, un autre fragment est découvert. Celui-ci ne pèse pas moins de 477 kg et devient donc la plus grosse météorite jamais trouvée en France. De plus, avec au total 7 tonnes de roches d'origine extraterrestre exhumées par les chercheurs, il s’agit du plus grand ensemble d’objets célestes de ce type mise à jour dans l’Hexagone. Ces météorites dormaient à un mètre sous terre depuis 55 000 ans[2].

Politique et administrationModifier

La commune de La Chapelle-Godefroy fut réunie à celle de Saint-Aubin en 1832.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2001 2014 Gérard Doquet-Chassaing   Agriculteur
avril 2014 En cours Dominique Bourbonneux [3] LR Agriculteur retraité
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[5].

En 2016, la commune comptait 587 habitants[Note 1], en diminution de 0,84 % par rapport à 2011 (Aube : +1,62 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
479502495519499618621653653
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
664690650609571528535516468
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
468438420359375369355348377
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
343320348349505537554598586
2016 - - - - - - - -
587--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
L'école et la mairie vers 1900
 
L'église Saint-Aubin

Monuments historiquesModifier

Autres monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Saint-Aubin », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 28 décembre 2012)
  2. l'Est-Eclair, « La plus grosse météorite de France découverte à Saint-Aubin », lest-eclair.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 19 octobre 2018).
  3. Site officiel de la préfecture de l‘Aube
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  8. Notice no PA00125374, base Mérimée, ministère français de la Culture
  9. Notice no PA00078111, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. D. Jourdain, « A la découverte des mégalithes... », dans A la découverte des mégalithes de l'Aube - dolmens-menhirs et polissoirs, Éditions des musées de Troyes et de l'ARPEPP, , 103 p. (ISBN 2-901635-15 (édité erroné), notice BnF no FRBNF35094982), p. 74

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexeModifier

Lien externeModifier