Jean de Boullongne

ministre des finances français
Jean de Boullongne
Image dans Infobox.
Jean de Boullongne par Wille d'après Hyacinthe Rigaud
Fonctions
Trésorier
Ordre du Saint-Esprit
-
Contrôleur général des Finances
-
Intendant des finances
-
Conseiller d'État
Titre de noblesse
Comte
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 78 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Famille
Famille de Boullogne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Père
Enfant
Parentèle
Autres informations
Propriétaire de
Château de La Chapelle-Godefroy (d), hôtel de Boullongne (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Membre de
Académie royale de peinture et de sculpture
Conseil royal des finances (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions

Jean de Boullongne, comte de Nogent-sur-Seine (Aube), est un magistrat et homme politique français né à Paris le et mort à Paris[1] le .

BiographieModifier

Fils de Louis II de Boullogne, artiste peintre (écuyer, peintre célèbre, décorateur de l'église des Invalides, de la chapelle de Versailles...) et de Marguerite Baquet, fille d’Étienne Baquet, pourvoyeur de la Maison du roi. Nommé dès 1711 conseiller du Roi et trésorier-payeur des rentes de l'Hôtel de Ville[1], Jean de Boullongne épouse en 1719 Charlotte-Catherine de Beaufort[2], fille de Claude-Pierre de Beaufort, avocat du roi au Présidial de Provins et fermier général, avec laquelle il eut cinq enfants[3]. Il est le père de Jean-Nicolas de Boullongne, le beau-père de Paul-François de Galluccio, marquis de L'Hôpital (en), du marquis Charles Gabriel François de Hallencourt et du marquis Armand Louis de Béthune, ainsi que le grand-père de Gaspard Louis de Caze de La Bove.

Conseiller au parlement de Metz (), puis intendant des finances[1] (1744), conseiller d'État, membre du Conseil royal des finances, il devint contrôleur général des finances le en remplacement de François Marie Peyrenc de Moras[1]. Il demeura à ce poste jusqu'au . Il recourut à l’émission de multiples emprunts et à une augmentation des impôts afin de pallier le déficit entraîné par la guerre de Sept Ans.

Son portrait a été peint par Hyacinthe Rigaud en 1735 contre 1 000 livres[4]. En 1758, le graveur Johann Georg Wille en fit une magnifique planche pour l'estampe[5].

Le , le comte de Saint-Florentin, ministre de la Maison du roi, lui annonça que Louis XV ne voulait plus de ses services ; il s'exila alors chez un de ses cousins à Falaise en Normandie. Il s'installa ensuite au château de La Chapelle-Godefroy à Saint-Aubin dans l'Aube. En 1767, en jouant au jeu de paume, il se fractura une rotule et mourut de cette blessure plus d'un an après[6].

CarrièreModifier

Notes et référencesModifier

  1. a b c et d D'après Françoise Mosser, Les Intendants de Finances au XVIIIe siècle..., Genève, Librairie Droz, , p. 295
  2. http://pierre.driout.perso.sfr.fr/TAVERNIER.htm
  3. « Généalogie de Jean DE BOULLONGNE », sur Geneanet (consulté le ).
  4. J. Roman, Le livre de raison du peintre Hyacinthe Rigaud, Paris, 1919, p. 212.
  5. Avec la lettre suivante, dans une fenêtre de pierre : « Jean de Boullongne / Controlleur Général des Finances, Commandeur / et Grand Trésorier des Ordres du Roi. » Sous le trait carré : « Peint par H. Rigaud Chevalier de l’Ordre de St. Michel / Gravé par J. G. Wille Graveur du Roy 1758. » Voir Portalis & Béraldi, Les graveurs du XVIIIe siècle, 1880-1882, III, p. 704 (n°38)
  6. D'après Françoise Bayard, Joël Félix et Philippe Hamon, Dictionnaire des surintendants et contrôleurs généraux des finances, Paris, IGPDE, , 216 p., 28,5 x 23 cm, illustrations en noir et blanc (ISBN 2-11-090091-1, lire en ligne), « Les hommes : Jean de Boullongne ».

SourcesModifier

  • Amédée de Caix de Saint-Aymour, Les Boullongne : une famille d’artistes et de financiers aux XVIIe et XVIIIe siècles, éd. Henri Laurens, Paris, 1919.
  • Michel Antoine, Le gouvernement et l'administration sous Louis XV: dictionnaire biographique, Éditions du Centre national de la recherche scientifique, 1978
  • Françoise Mosser, Les Intendants de finances au XVIIIe siècle, Droz, 1978

Liens externesModifier