Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Polotsk.

La première bataille de Polotsk[1], se déroule en deux temps les 17 et  :

Sommaire

ContexteModifier

Après la bataille de Kliastitsy où elle subit quelques pertes mineures, l'armée d'Oudinot fait retraite sur Polotsk.

La batailleModifier

De bonne heure, le matin du 17 août où le 1er corps d'infanterie mené par Wittgenstein attaque les positions françaises près du village de Spas, forçant les Français à se retirer. Des renforts français arrivent et Oudinot opère une contre-attaque sur le centre. Dans la nuit les Français et les Russes gardent leurs positions. Oudinot a été blessé et doit remettre le commandement à Laurent de Gouvion-Saint-Cyr.

Le matin suivant Gouvion Saint-Cyr lance une importante offensive. Il parvient à tromper Wittgenstein sur la destination de l'opération, regroupe ses troupes et attaque soudainement le flanc gauche et le centre des positions russes. Le début de l'offensive est un succès, les troupes françaises écrasent les Russes et leur prennent sept canons.

Alors que la défaite semble imminente, Wittgenstein organise une contre-attaque de cavalerie. Elle cause un désordre parmi les troupes Françaises qui sont arrêtées et se retirent. De son côté, Wittgenstein se replie aussi sur la rive nord du fleuve Drissa.

ConséquencesModifier

Pendant les deux mois suivants les belligérants évitent toutes tentatives susceptibles de perturber l'équilibre des forces de part et d'autre de la Dvina. Les russes pour protéger Saint-Pétersbourg et peser sur le flanc nord de la Grande Armée, les français pour protéger les entrepôts de Vitebsk avec leurs réserves logistiques, et les arrières de Napoléon.

Notes et référencesModifier

  1. Une deuxième bataille de Polotsk eut lieu pendant la même campagne deux mois plus tard

Sur les autres projets Wikimedia :