Brian Helgeland

cinéaste américain

Brian Helgeland est un réalisateur et scénariste américain, né le à Providence (Rhode Island).

Brian Helgeland
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nom de naissance
Brian Thomas Helgeland
Nationalité
Formation
Université Loyola Marymount
Université du Massachusetts de Dartmouth (en)
New Bedford High School (en)Voir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Période d'activité
Depuis Voir et modifier les données sur Wikidata
Autres informations
Distinctions

BiographieModifier

Brian Helgeland nait à Providence dans le Rhode Island de parents norvégiens, Aud-Karin et Thomas Helgeland. Il grandit notamment à New Bedford dans le Massachusetts. Il sort diplômé en anglais de l'Université du Massachusetts de Dartmouth. Il travaille ensuite avec son père, pêcheur de Pectinidae (coquille Saint-Jacques et autres pétoncles). Après un hiver glacial en 1985, il décide d'arrêter la pêche et souhaite se lancer dans une carrière cinématographique. Il parvient à intégrer l'université Loyola Marymount à Los Angeles[1],[2],[3],[4].

Grâce à son agent, Brian Helgeland obtient un rendez-vous avec le scénariste Rhet Topham, qui a une idée pour une comédie horrifique mais peine à écrire le scénario. Il en résultera un scénario écrit par Brian Helgeland et Rhet Tophams, 976-EVIL (en), qu'ils parviennent à vendre 12 000 $[4]. 976-EVIL (1988) marque les débuts de réalisateur de Robert Englund, acteur connu pour son rôle de Freddy Krueger dans la franchise Freddy. Robert Englund recommandera d'ailleurs Brian Helgeland à New Line Cinema. Il sera donc engagé pour participer à l'écriture du quatrième volet de la saga, Le Cauchemar de Freddy (1988).

Peu après, il parvient à vendre un autre scénario pour la somme de 275 000 $, qui deviendra Bienvenue en enfer et sortira en 1992[5]. Il avait à cette époque vendu un script, coécrit avec Manny Coto et intitulé The Ticking Man, pour un million de dollar, mais le projet ne se fera jamais[6].

En 1997, il commence le tournage de Payback, avec Mel Gibson. Le tournage s'achève début 1998. En mars 1998, deux jours après avoir remporté l'Oscar du meilleur scénario adapté pour L.A. Confidential de Curtis Hanson, il est renvoyé de Payback. Sa vision et son travail sont considérés comme trop sombres et trop violents. Il est décidé de tourner des scènes supplémentaires. Le scénario sera en partie réécrit par Terry Hayes[7],[8]. Environ 30% du film est alors retourné sans lui[9]. Ironiquement, en cette année 1998, il reçoit à la fois un Razzie Award (pour Postman) et un Oscar (pour L.A. Condifential) — seul Alan Menken l'avait déjà fait auparavant. Fait plutôt rare, il viendra en personne chercher son Razzie[4],[10].

Malgré la production compliquée de son premier long métrage comme réalisateur (Payback), il met en scène Chevalier (2001), une comédie médiévale volontairement anachronique et bourrée de références modernes. Malgré des critiques partagées, le film s'en sort plutôt bien au box-office. Après cela, il écrit deux scénarios pour Clint Eastwood : Créance de sang (2002) et Mystic River (2003). Il revient ensuite à la mise en scène Le Purificateur, qui sort en 2003. Après Chevalier, il dirige à nouveau Heath Ledger dans ce thriller. Le film est un échec critique et commercial.

Dans le reste des années 2000, il se concentre sur son activité de scénariste : Man on Fire de Tony Scott, L'Assistant du vampire de Paul Weitz ou encore L'Attaque du métro 123 de Tony Scott. En 2006, il présence sa vision de Payback, rebaptisé Payback: Straight Up. Plus courte de 9 minutes, cette director's cut propose un remontage proche de sa vision du film avant son renvoi par le studio. Elle est présentée au Festival du film d'Austin fin 2006 et sort en DVD l'année suivante[11],[12].

Il revient ensuite à la réalisation avec 42 (2013), un film biographique sur le joueur de baseball Jackie Robinson. Le film est plutôt bien accueilli par la critique, qui apprécie les performances de Chadwick Boseman et Harrison Ford, mais pointe du doigt les inexactitudes historiques. Le film est malgré tout un succès commercial, avec 97,5 millions de dollars pour un budget de 40 millions[13].

Il réalise ensuite Legend (2015). Tom Hardy y incarne les jumeaux Kray, des gangsters britanniques des années 1950 et 1960. Le film reçoit des critiques partagées. S'il est rentable au box-office, le succès n'est cependant pas immense[14].

En mai 2017, HBO annonce que Brian Helgeland fait partie des quatre scénaristes qui travaillent sur le pilote d'un potentiel spin-off de Game of Thrones[15]. Le scénariste a travaillé en collaboration avec George R. R. Martin, auteur de la série de romans originale Le Trône de fer[16].

FilmographieModifier

  Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

RéalisateurModifier

ScénaristeModifier

ProducteurModifier

Distinctions principalesModifier

Source et distinctions complètes : Internet Movie Database[17]

RécompensesModifier

NominationsModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Film-makers on film: Brian Helgeland talks to Mark Monahan about Stuart Rosenberg's Cool Hand Luke (1967) », The Daily Telegraph, London, UK,‎ (lire en ligne, consulté le )
  2. Helgeland profile, filmreference.com. Retrieved April 11, 2014
  3. Profile, southcoasttoday.com. Retrieved April 11, 2014
  4. a b et c « Screenwriters' Lecture: Brian Helgeland »
  5. Million Dollar Babies, New York
  6. Robert W. Welkos, « Megabucks Turn to Megabusts », Los Angeles Times,‎ (ISSN 0458-3035, lire en ligne, consulté le )
  7. « Payback: Straight Up - The Director's Cut », sur High-Def Digest, (consulté le )
  8. (en) Trivia sur l’Internet Movie Database
  9. Devin Faraci, « Exclusive Interview: Brian Helgeland (Payback Director's Cut DVD) » [archive du ], sur CHUD.com, (consulté le )
  10. Iain Gray, « The booby prize that beats the Oscars », sur The Daily Telegraph, (consulté le )
  11. Payback, le director's cut - DVD pas cher
  12. (en) Payback - Comparison: Theatrical version / Director's Cut - Movie-Censorship.com
  13. (en) « 42 », sur Box Office Mojo (consulté le )
  14. (en) « Legend », sur Box Office Mojo (consulté le )
  15. Daniel Holloway, « 'Game of Thrones' Spinoffs in the Works at HBO », Variety,‎ (lire en ligne, consulté le )
  16. Lesley Goldberg, « 'Game of Thrones': HBO Exploring Four Different Follow-Up Series », The Hollywood Reporter,‎ (lire en ligne, consulté le )
  17. (en) Awards sur l’Internet Movie Database

Liens externesModifier