Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Réfugiés de la guerre civile syrienne en France

Gare de l'Ouest (Vienne), , des migrants en chemin vers l'Allemagne.

Les réfugiés de la guerre civile syrienne en France ou réfugiés syriens en France sont des ressortissants syriens qui ont fui leur pays à la suite de l'escalade de la guerre civile. Pour échapper aux violences, environ quatre millions de Syriens ont fui le pays[1] pour se rendre dans un pays voisin (Jordanie, Liban, Turquie, Irak ou Kurdistan irakien), des milliers d'autres fuyant à travers le monde, notamment en migrant en Europe, créant une inflexion de la politique d'Immigration en France.

La France apparaît en quatrième position du nombre de demandes d'asile entre avril et juin 2015 de l'étude réalisée par l'agence Eurostat[2].

Sommaire

Contexte et historiqueModifier

La guerre civile syrienne a provoqué l'exode de plusieurs millions de personnes.

Si la plupart sont restés dans des pays limitrophes, dès 2014, des réfugiés sont arrivés à Sarcelle, où vit une considérable communauté de chrétiens d'Orient. Toutefois, ils font face à une pénurie de logements[3].

Pour aider d'autres pays de l'Union européenne qui comme l'Allemagne ont été dépassés par l'afflux de plusieurs milliers ou centaines de milliers de réfugiés arrivés au cours de la crise des réfugiés en Europe, le 7 septembre 2015, le président François Hollande indique que la France est prête à accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans[4].

La semaine suivante, dix fonctionnaires de l'OFPRA étaient en gare/foire expo de Munich, pour y préparer la venue de 1 000 réfugiés syriens et irakiens en France, dans le cadre d'un programme spécial visant à appliquer les règles qui préfigurent le futur dispositif européen. Le taux d'admission des syriens est de 97 %[5].

En France, certains communes ont souhaité participer à l'effort d’accueil des réfugiés. L’État a promis à ces communes un accompagnement financier[4].

Le 9 septembre 2015, la France accueille les 53 premiers réfugiés syriens et irakiens en provenance d'Allemagne[6].

La préfecture d'Ile-de-France annonce le jeudi 10 septembre que huit centres d'accueil seraient « ouvrables prochainement » et que 26 autres seraient « en cours d'expertise »[7].

Le 12 septembre, le gouvernement octroie 1 000 euros aux communes par place créée[8].

Le 13 septembre, alors que la ville de Munich est complètement débordée par l'afflux de réfugiés, son maire Dieter Reiter, indique que selon lui, « la France n'accueille pas assez de réfugiés » : « C'est un peu léger de proposer de ramener 1 000 personnes en France. La Grande Nation est plutôt une petite nation »[9].

Choix de la FranceModifier

La France n'est pas un choix évident, de nombreuses personnes préfèrent aller en Allemagne ou en Suède pour diverses raisons liées à la bureaucratie, l’accueil, à l'hébergement et à l'emploi :

  • le traitement des dossiers est lent : il peut prendre neuf mois ;
  • la France, « c'est bien pour visiter, mais pas pour l'emploi » ;
  • l'absence de droit de travailler pendant l'examen de leur dossier ;
  • seuls un tiers des demandeurs d'asile sont logés, politique développant les SDF et les squats[10],[11].

Enfin, la diaspora syrienne est moins présente en France que dans d'autres pays européens.

AccueilModifier

En France, pour être reconnu comme demandeur d'asile, un dossier doit être soumis. Un certain pourcentage des demandeurs bénéficient du statut de réfugié pour une dizaine d'années. Au bout de quelques années les réfugiés ont le droit théorique de travailler. En attendant, ils peuvent être logés dans des CADA ou CHRS (centres d'hébergement et de réinsertion sociale), un dispositif d'urgence appelé Huda (hébergement d'urgence pour les demandeurs d'asile) et un accueil temporaire-service de l'asile (AT-SA)[12].

Le 7 septembre 2015, le président François Hollande indique que la France est prête à accueillir 24 000 réfugiés sur deux ans[4].

La semaine suivante, dix fonctionnaires de l'OFPRA étaient en gare/foire expo de Munich, pour y préparer la venue de 1 000 réfugiés syriens et irakiens en France, dans le cadre d'un programme spécial visant à appliquer les règles qui préfigurent le futur dispositif européen. Le taux d'admission des syriens est de 97 %[5].

En France, certains communes ont souhaité participer à l'effort d’accueil des réfugiés. L’État a promis à ces communes un accompagnement financier[4].

Le 9 septembre 2015, la France a accueilli les 53 premiers réfugiés syriens et irakiens en provenance d'Allemagne[6].

Dans la nuit du 10 au 11 septembre, une soixantaine de réfugiés syriens d'Allemagne ont été installés à Paris par Emmaüs Solidarité en attendant que leur demande d'asile soit étudiée[13].

La France s'est également déclarée prête à accueillir 200 demandeurs d'asile en provenance de hotspot, pour le mois de novembre 2015[14].

Position des communautés religieuses françaisesModifier

L’accueil des migrants reste un travail nécessitant de nombreuses ressources notamment médicales, et juridiques.

Les chrétiens se sont mobilisés dans un premier temps pour accueillir des chrétiens d'orient, mais aussi dans la volonté d’accueillir[15].

Le grand rabbin Haïm Korsia a mis en regard la situation de ces réfugiés avec celle des juifs persécutés pendant la Seconde Guerre mondiale au cours de laquelle 6 millions de juifs ont été assassinés[16]. Il a ainsi souhaité un « sursaut civique et humain » en faveur de « ces réfugiés qui affluent depuis des mois dans des conditions insupportables vers les terres européennes, fuyant la guerre, la pauvreté, la souffrance indicible ».

Les mosquées de l’Essonne souhaitent aussi apporter leur contribution, des responsables de mosquées ou d’associations cultuelles se sont réunis en ce sens le mercredi 9 septembre 2015: « L’objectif est de trouver des idées, détaille Djamel Riazi. On pourrait par exemple profiter de l’Aïd pour demander aux fidèles de faire des dons qui reviendraient aux réfugiés syriens. Ou encore proposer aux maires de financer des nuitées dans des hébergements d’urgence. »[17]. Toutefois, les organisations musulmanes restent divisées dans leur organisation[18],[19].

OrganisationModifier

L'organisation de l'accueil des réfugiés a été prévue en deux étapes.

La première étape consiste en un accueil immédiatement à l'arrivée en France, dans des centres d’accueil collectifs, proposés par des administrations, comités d’entreprise, villages vacances, ou centres hospitaliers. Ceci permet aux services des préfectures ainsi qu'à l’Office français de l'immigration et de l'intégration (OFII), d'enregistrer les personnes comme demandeur d’asile, statut qui donne droit à un premier titre provisoire de séjour dont la validité dure un mois. À l'issue de cette étape, le demandeur est informé sur son statut: réfugié en application de la Convention de Genève au titre des risques de persécutions auxquels il est exposé dans son pays d’origine, ou protection subsidiaire prévue par le droit de l’Union européenne en considération d’autres menaces graves contre sa vie et sa personne. Si un tel statut est accordé, le réfugié est protégé par l'OFPRA.

La seconde étape est une période longue de plusieurs années pour laquelle les communes ont été sollicitées afin d'offrir un accueil diffus et une intégration par l'apprentissage du Français, et la scolarisation des enfants[20].

L'information relative à ces points a été communiquée aux maires par livret d'information des maires [21].

Position des régionsModifier

Certaines régions essayent d'apporter leur pierre à l'accueil des réfugiés.

Par exemple, les présidents des deux régions Bourgogne et Franche-Comté (qui sont devenues Bourgogne-Franche-Comté en 2016) disent vouloir voter en octobre 2015 une aide de 1 000 euros supplémentaires pour financer des logements pouvant accueillir des réfugiés[22].

La région Provence-Alpes-Côte d'Azur, a elle alloué envisagé une somme de trois millions d'euros pour faire face à une éventuelle urgence.

L'assemblée de Corse, au 17 septembre 2015, s'est considéré incompétente sur ce sujet, mais vu les enjeux, et son histoire d'accueil, elle souhaite quand même étudier les possibles moyens d'actions[23].

L'Auvergne a envisagé d’accueillir 800 à 1000 syriens[24].

Xavier Bertrand président du Conseil régional de Nord-Pas-de-Calais-Picardie demande le 11 janvier 2016 l'intervention de l'armée pour canaliser le camp de Calais[25].

Position des communesModifier

326 communes se sont proposées pour accueillir des réfugiés[26]. La plupart de ces villes comptent entre 10000 et 50000 habitants.

Taille des communes
 
Source : France Info [26].

Position du Haut comité pour le logement des personnes défavoriséesModifier

D'après le Haut comité pour le logement des personnes défavorisées, la France disposerait de 77 310 logements sociaux vacants. Ces logements pourraient éventuellement être prêtés à des réfugiés. Marie-Arlette Carlotti a fait publier un avis en ce sens dans une tribune du site leplus.nouvelobs.com[27], mais en France, plusieurs dizaines de milliers de personnes demandent l'asile, chaque année.

ExpulsionsModifier

À Toulouse, une société HLM souhaite expulser des Syriens squattant un bâtiment désaffecté destiné à la destruction[28],[29].

Un groupe d'une trentaine de personnes a été expulsé d'un parc de Saint-Ouen, mais la police a nié qu'elles puissent être Syriennes, contrairement à ce qu'elles revendiquent[30].

PolitiqueModifier

La pertinence de cette section est remise en cause, considérez son contenu avec précaution. En discuter ?

Politique intérieure nationaleModifier

Le gouvernement français, dans un premier temps opposé à la mesure des quotas, soutient par la suite le principe d'un mécanisme permanent et obligatoire pour répartir les réfugiés en Europe, en référence au système de quota des réfugiés proposé par la commission européenne[31].

Le président de la Commission européenne a proposé d'ajuster à 27 000 le nombre de réfugiés à accueillir en France, en se basant sur une clé de répartition (également connue sous le terme de méthode des quotas) qui consiste à répartir les 160 000 demandeurs d'asile de l'Union européenne[32].

En septembre 2015, le ministre de l'Intérieur propose une concertation avec les maires souhaitant accueillir des réfugiés[33].

Le niveau localModifier

Lors d'une réunion avec le ministre, l'Association des maires des grandes villes de France (AMGVF) a souhaité l'aide de l’État en échange de quoi elle serait prête à accueillir des réfugiés sans discrimination[34].

Certaines mairies sont hostiles à l'accueil des réfugiés. C'est notamment le cas de mairies dirigées par le Front national[35]: pour le Front National, «Aucune mairie Front National ou du Rassemblement Bleu Marine n'accueillera le moindre immigré clandestin. (...) le système UMPS cherche à tromper nos compatriotes en insinuant que les migrants seraient des réfugiés temporaires. Il n'en est rien.»

Politique extérieureModifier

La crise a conduit le gouvernent français à vouloir s'impliquer plus dans le conflit syrien de façon à tarir la source principale des mouvements migratoires. C'est dans cette optique que François Hollande début septembre « a annoncé que la France allait mener des frappes aériennes en Syrie contre Daesh » [36].

Débat sur l'accueilModifier

En France, l'opinion concernant accueil des réfugiés montre un fort clivage politique. Entre 75 à 80 % des sympathisants de gauche et du centre se prononcent en faveur de l'accueil, tandis que 60 % des sympathisants de droite et 85 % des sympathisants d'extrême droite y sont opposés[37]. Globalement, la population française reste très partagée, en 2015, sur l'accueil des migrants avec, selon les sondages, entre 37 % à 49 % de personnes opposées et entre 37 et 53 % de personnes favorables[38],[39]. En mai 2016, Amnesty International publie un sondage qui montre que 82% des Français interrogés sont favorable à l'accueil en France des personnes fuyant les guerres[40].

Position du Front nationalModifier

En France, le Front national considère, par la voix de sa présidente, Marine Le Pen, que les réfugiés sont ultra-minoritaires parmi les migrants. Pour elle, il s'agit d'« une immigration économique, d'une immigration d'installation, qui est la conséquence du laxisme gigantesque de nos gouvernants successifs[41]. »

Aucune mairie de Front-National ne s'est proposée pour accueillir des réfugiés[26].

Position du Parti socialisteModifier

La porte-parole du Parti socialiste, Corinne Narassiguin, estime que la provenance actuelle de la majorité de ces réfugiés est connue : Syrie, Irak kurde, Érythrée[41].

99 mairies gérées par le parti socialiste se sont proposées pour accueillir des réfugiés[26].

Position du parti Les RépublicainsModifier

Le maire Les Républicains de Roanne s'est prononcé en faveur d'un accueil en priorité des réfugiés chrétiens persécutés en Syrie. Il est soutenu par la président du parti, Nicolas Sarkozy, qui considère que les élus doivent pouvoir « continuer à s’exprimer librement »[42].

9 mairies gérées par le parti les républicains se sont proposées pour accueillir des réfugiés[26].

Position du gouvernementModifier

Le premier ministre Manuel Valls a déclaré que la France « ne pourra pas accueillir tous ceux qui fuient les zones de conflit[43]. »

Selon lui, « la France s'est d'ores et déjà engagée à en accueillir 30 000. Mais, disons-le clairement, nous ne pourrons accueillir tous ceux qui veulent fuir les zones de conflit ou qui sont actuellement dans des camps de réfugiés » ; « l'Europe doit organiser un système de répartition, de relocalisation, équitable des réfugiés en fonction des capacités d'accueil de chaque pays » ; « Il y a aujourd'hui plus de cinq millions de Syriens en dehors de leur pays. »

Rassemblement de soutienModifier

 
Rassemblement de soutien aux réfugiés à Toulouse ().

Un rassemblement de soutien a eu lieu le 20 septembre 2015, à Toulouse où vivent 135 syriens SDF, dont 50 enfants, à l'initiative du DAL avec le slogan « Nous sommes tous des réfugiés. Surtout à Toulouse. » Le rassemblement a réuni 150 personnes[44].

Conduite de la relocalisationModifier

Le plan de relocalisation de 160 000 réfugiés arrivés en Italie ou en Grèce, a été décidé en septembre 2015 par les pays de l’Union européenne; il a pour objectif d'être accompli avant septembre 2017[45].

L'objectif de la France est de relocaliser 19714 personnes arivées en Italie ou en Grèce.

Avancement
 
Sources :
  • Source secondaire: Le Monde [45]
  • Source primaire: Commission européenne, [46].

Le 28 septembre 2016, le ministère de l’intérieur a ouvert un appel d’offres pour créer 5 531 places d’hébergements réparties. Il s'agit d'un PRogramme d'Accueil et d’Hébergement des Demandeurs d’Asile (Prahda) dont le but est de pallier « un besoin urgent de places d’hébergement »[47]. Ce marché vise à la « préparation du transfert des personnes sous procédure Dublin » et au « suivi des personnes assignées à résidence dans ce cadre ». Dans le cadre de ce programme « les personnes placées sous procédure Dublin pourront être maintenues dans le lieu d’hébergement le temps nécessaire à la mise en œuvre effective de leur transfert vers l’Etat responsable de l’examen de leur demande d’asile »[47].

Droits de l'hommeModifier

La France est dénoncée par le commissaire aux droits de l'Homme du Conseil de l'Europe pour ses très faibles engagements en matière d'accueil des Syriens, et ses délais de procédure, en contradiction avec ses déclarations générales d'intention[48]. Malgré le « choc émotionnel » causé par la diffusion de la photographie du cadavre d'un enfant sur une plage, une majorité de français se déclare le surlendemain défavorable à un assouplissement des règles d'octroi du statut de réfugié en faveur des Syriens pour cause de guerre[49].

Réfugiés notablesModifier

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Syria Regional Refugee Response, UNHCR »
  2. « Pourquoi les réfugiés n'ont pas envie de rester en France ? », sur Le Point
  3. « Sarcelles, « ville laboratoire » de l’accueil de réfugiés en France », sur Le Monde
  4. a, b, c et d « Réfugiés : les communes d'accueil recevront "un accompagnement financier" », sur sudouest.fr,
  5. a et b « A Munich, l’Ofpra sélectionne des réfugiés syriens et irakiens pour la France », sur liberation.fr,
  6. a et b « Les premiers réfugiés en provenance d'Allemagne sont arrivés en France », sur francetvinfo.fr,
  7. « Quel accueil pour le millier de réfugiés qui arrivent en France? »
  8. « Réfugiés: Cazeneuve annonce 1 000 euros par place d'hébergement créée d'ici 2017 »
  9. « Le maire de Munich estime que la France n'accueille pas assez de réfugiés », sur Le Point
  10. « Pourquoi les réfugiés boudent-ils la France ? », sur Boursorama
  11. « Réfugiés : la France, une terre d'accueil peu accueillante ? », sur 24 matins
  12. « Migrants : quels droits pour les arrivants ? », sur Le Parisien
  13. « France: les réfugiés s’installent à Paris et au monastère de Bonnelles », sur RFI.fr
  14. « Répartition des migrants: la France accueille ses premiers demandeurs d'asile », sur Nord Littoral
  15. « Paroisses et communautés s’interrogent sur l’accueil des réfugiés », sur la-croix.com,
  16. « « Les migrants sont nos frères en humanité », rappelle le grand rabbin de France », sur la-croix.com,
  17. « Les mosquées de l’Essonne se mobilisent pour les réfugiés », sur Le Parisien,
  18. « Réfugiés: l’aide entre musulmans s’organise mais sans grand résultat pour le moment »
  19. « Réfugiés : l'aide entre musulmans s'organise mais sans grand résultat pour le moment », sur Boursorama
  20. « Accueil des réfugiés en Val-de-Marne mode d’emploi », sur 94 citoyens
  21. « Accueil des réfugiés et demandeurs d'asile : Livret d'information des maires », sur le site du ministère français de l'intérieur
  22. « Réfugiés : Bourgogne et Franche-Comté donneront 1 000 euros de plus par place d'accueil créée », sur France 3 Régions
  23. L’Assemblée de Corse se préoccupe de l'accueil des réfugiés http://www.corsenetinfos.fr/L-Assemblee-de-Corse-se-preoccupe-de-l-accueil-des-refugies_a17176.html
  24. « Auvergne : ces communes prêtes à accueillir des réfugiés », sur lamontagne.fr
  25. « Migrants de Calais : Xavier Bertrand réclame de nouveau l’armée », sur La Voix du Nord (consulté le 11 janvier 2016)
  26. a, b, c, d et e CARTE. Quelles sont les communes volontaires pour accueillir des réfugiés ? France Info www.francetvinfo.fr/monde/europe/migrants/carte-quelles-sont-les-communes-volontaires-pour-accueillir-des-refugies_1088057.html
  27. « Réfugiés : Il y aurait 77 000 logements sociaux disponibles en France », sur le site de la mairie de Quimper
  28. « Quand le monde se mobilise, Toulouse expulse ses Syriens », sur La Dépèche
  29. « Des réfugiés syriens risquent d'être expulsés d'un immeuble toulousain », sur Libération.fr
  30. « France : une trentaine de migrants syriens expulsés d’un parc de Saint-Ouen », sur France 24
  31. Louis Boy, « Quotas de réfugiés : la volte-face de François Hollande », francetvinfo,‎ (lire en ligne)
  32. « La France devrait accueillir plus de réfugiés », Le Figaro,‎ (lire en ligne)
  33. « Migrants : Cazeneuve va réunir les maires prêts à accueillir des réfugiés », sur sudouest.fr,
  34. « Accueil des réfugiés : les maires demandent des mesures durables », sur Le Parisien
  35. « Accueil de réfugiés : les maires entre bonne volonté, inquiétude et réticence », sur Le Parisien
  36. Jacques Hubert-Rodier, « Diplomatie: les raisons du changement de cap français », Les Echos,‎ 11 et 12 septembre 2015
  37. Challenges.fr, « Réfugiés: quand l'opinion se retourne contre Sarkozy et Marine Le Pen » (consulté le 15 novembre 2016)
  38. Réfugiés : En France, la mort d'Aylan n'a rien changé, liberation.fr, 12 septembre 2015
  39. BFMTV, « Après la photo d'Aylan Kurdi, une majorité de Français favorables à l'accueil des réfugiés » (consulté le 21 septembre 2015)
  40. « 82% des français se disent favorables l'accueil des réfugiés », sur ouestfrance.fr,
  41. a et b « Le Pen: une "immigration d'installation", les réfugiés ultra-minoritaires », sur Le Populaire
  42. Accueillir en priorité les réfugiés chrétiens : le maire de Roanne persiste http://www.lamontagne.fr/france-monde/actualites/2015/09/12/accueillir-en-priorite-les-refugies-chretiens-le-maire-de-roanne-persiste_11580382.html
  43. « Réfugiés: la France ne pourra pas accueillir tous ceux qui fuient »
  44. « Réfugiés Syriens : une mobilisation un peu à la peine dans la Ville rose », sur LMa Dépèche
  45. a et b Relocalisation des réfugiés : l’UE encore loin de ses objectifs www.lemonde.fr/les-decodeurs/article/2016/10/03/relocalisation-des-refugies-l-ue-encore-loin-de-ses-objectifs_5007414_4355770.html
  46. premier, deuxième, troisième, quatrième, cinquième et sixième et septième rapports rapport sur la relocalisation et la réinstallation adoptés les 16 mars 2016, 12 avril, 18 mai, 15 juin, 13 juillet et 28 septembre 2016, et 8 novembre 2016 http://europa.eu/rapid/press-release_IP-16-3614_fr.htm
  47. a et b Maryline Baumard, « La France se prépare à expulser plus de migrants », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne)
  48. « Réfugiés syriens: pourquoi la France en fait le moins que l'Allemagne et la Suède », sur L'Express,
  49. « Réfugiés: les Français majoritairement opposés à ce que la France imite l'Allemagne (sondage) », sur Le Point,