Jalal Altawil

acteur syrien
Jalal Altawil
Description de cette image, également commentée ci-après
Jalal Altawil, Berlin, 1er avril 2017
Nom de naissance  جلال الطويل
Naissance (38 ans)
Maaloula, Syrie
Nationalité syrienne
Profession acteur, metteur en scène, présentateur de télévision, présentateur radio

Jalal Altawil (ou Jalal Alaweel ; en arabe جلال الطويل, né à jubaadin جبعدين le ) est un acteur, metteur en scène, présentateur de télévision et de radio syrien. Diplômé de l’École supérieure des arts du théâtre de Damas en 2006, il y a enseigné l'art dramatique. Il a joué dans des séries syriennes diffusées au Moyen-Orient et au Maghreb. C'est un artiste engagé dans la révolution syrienne, ce qui l’a mis en danger et obligé à devenir aujourd’hui un artiste exilé en France.

BiographieModifier

Homme de théâtre Modifier

Il a participé à plus de 25 pièces en tant que comédien ou metteur en scène. Son travail d'acteur lui a ouvert les portes de différents festivals de théâtre notamment le Damascus Theater Festival à trois reprises, le Cairo Festival par deux fois, le festival du Galta Bridge en Turquie ou le festival de Mascate à Oman. Son jeu d'acteur a été plusieurs fois récompensé, au festival de Philadelphia par exemple où il a obtenu le prix du meilleur comédien de l'année 2005.

Parmi les grands auteurs qu'il a mis en scène et joué, on retrouve l'œuvre d'Orhan Pamuk Mon nom est Rouge. Ohran Pamuk défendait les minorités kurdes et arméniennes contre le nationalisme turc. Jalal Altawil s'est intéressé de par son art et ses mises en scène à la vie sociale, économique, politique et culturelle ainsi qu'à l'histoire de la Syrie et de la région. Ses pièces portent le plus souvent sur les problèmes du quotidien, la liberté de paroles et d'opinion et la diversité de la population syrienne.

Acteur de séries téléviséesModifier

En plus de ses prestations en tant que comédien et metteur en scène, il a participé à une trentaine de séries télévisées. Celles-ci ont été diffusées dans tout le Moyen-Orient et le Maghreb. On a pu l'apercevoir dans la série Bab Al Hara avec Jay Abdo. Il incarne Salmân al-Farîsi dans Omar Al Farouk qui est la plus grande production télévisuelle arabe produite à ce jour[1],[2]. Il s'est également illustré dans la série El Ijtiyah (L'Invasion) réalisée par Chawki El Mejri en 2006, série qui a été primée aux Emmy Awards, dans la catégorie meilleure série étrangère en 2008[3]. Plus récemment, il a participé à la saison 2 de la série Amal, sous la direction de Farah Alamah pour la chaine Al Aan.

Artiste en exilModifier

Dès le début de la guerre civile syrienne, Jalal s'est engagé pour la défense des droits de l'homme. Il a notamment participé à plusieurs grandes manifestations civiles pacifiques à Damas et dans d’autres grandes villes. Arrêté à deux reprises par les services de police du gouvernement, sa sécurité étant menacée, il a été contraint de quitter la Syrie[4],[5],[6].

Suite à son départ, il a résidé dans différents pays voisins de la Syrie où il a continué son travail d'acteur. Il a participé à deux films portant sur la situation des réfugiés syriens dans les pays limitrophes. Il joue ainsi le rôle principal dans le film Transit Game, réalisé par Ana Fahr en 2013[7]. Son personnage, Mohammad, espère retrouver sa famille déchirée par la guerre. Il rencontre deux enfants palestiniens dont les histoires lui donnent un aperçu des incertitudes auxquelles il aura à faire face en tant que réfugié. Ce film a été plusieurs fois primé et continue aujourd'hui d'être largement diffusé dans le cadre de festivals solidaires[8], nationaux ou internationaux.

Jalal a aussi animé et produit différentes émissions télévisées et une émission radiophonique en Jordanie. Elles soulignent son soutien à la population civile syrienne malgré son départ de Syrie. Tabah Roho[9], par exemple, est une émission culinaire tournée en Jordanie. Jalal s'invitait chez des syriens afin de partager avec eux des recettes familiales et les souvenirs du pays. Ses émissions sont aussi politiques. Le programme radiophonique Selfie[10], qu'il a animé pendant plusieurs mois est une émission satirique, qui dénonce avec humour les actes et les crimes du régime syrien, de Daech et du Front al-Nosra.

Son engagement s'est aussi illustré par sa participation à différentes conférences et forum au Moyen-Orient et au Maghreb. Il a ainsi pris part à la Conférence sur les droits de l'homme et la citoyenneté au Maroc, mais aussi au Forum de défense de la liberté de la presse dans le monde arabe en Jordanie et au Réseau des femmes syriennes en Égypte en 2013.

Dans l'exil, il a continué à s'impliquer comme acteur de la société civile en imaginant et mettant en œuvre des workshops artistiques à visées thérapeutiques : L'Effet papillon (The Butterfly Effect[11]). Ce projet a vu le jour pour accompagner les enfants syriens victimes du conflit dans leur démarche de reconstruction psychologique et émotionnelle. Ces workshops de deux mois chacun ont été organisés sous sa supervision, en collaboration avec des médecins et psychologues. L'objectif était d'aboutir à une représentation théâtrale interactive, faite de collages, de dessins, de jeux d'ombres et de lumières, dont les acteurs principaux sont les enfants[12]. Il a ainsi travaillé auprès de plus de 150 enfants syriens déplacés ou réfugiés, et mis en scène différents spectacles en Syrie, Jordanie, Égypte, Turquie et Liban.

Installation en FranceModifier

Jalal Altawil habite en France depuis 2015[13],[14] et continue aujourd’hui son travail d’acteur professionnel. Il a joué dans Les Optimistes[15] de Lauren Houda Hussein et Ido Shaked, au sein de la compagnie Théâtre Majaz au cours de l'année 2016-2017. Il sera sur scène au Théâtre national de la Colline sous la direction de Wajdi Mouawad à partir novembre 2017 dans Tous des oiseaux[16], [17],[18],[19], pour incarner Hassan al-Wazzan dit « Léon l'Africain ».

Il continue également son travail d’écriture comme artiste en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, centre national des écritures du spectacle[20],[21].

Travaux réalisés Modifier

Metteur en scène
  • Il n’y a pas de réconciliation, adaptation du poème d'Amal Dankal, mise en scène de Jalal Altawil, 2008, Damas
  • Mon nom est rouge, adaptation de l’œuvre Mon nom est Rouge d’Orhan Pamuk, 2008, Damas
  • Al Jedareh, adaptation de l’œuvre de Mahmoud Darwich, 2008, Damas
  • Le Païen volant, adaptation de l’œuvre de Mahmoud Darwich, 2008, Damas
  • The Eighth O’clock, adaptation de l’œuvre de Zakaria Tamer, 2008, Damas
  • L'Homme au tarbouch, adaptation de l’œuvre de Zakaria Tamer, 2008, Damas
  • La Pauvreté, adaptation du roman Les Pauvres Gens de Fiodor Dostoïevski, mise en scène de Jalal Altawil, 2007-2008, Damas
  • Schizophrenia, compilation de différentes œuvres d’Eugène Ionesco, adaptation et mise en scène de Jalal Altawil, 2007, Damas
  • Shakespeare, l’homme de pierre, compilation de 5 pièces de William Shakespeare, adaptation et mise en scène de Jalal Altawil, 2007, Damas
  • Answer Machine, écrit et dirigé par Jalal Altawil, 2007, Damas
  • Dangereux, adaptation de l’œuvre de J.B. Priestley, metteur en scène et assistant, Damas
  • Trône de sang, adaptation de Macbeth et de Richard III de William Shakespeare, metteur en scène et assistant, Damas
Auteur
  • Monster[21], projet en cours, en résidence à la Chartreuse de Villeneuve-lès-Avignon, 2017
  • Schizophrenia, compilation de différentes œuvres d’Eugène Ionesco, adaptation et mise en scène de Jalal Altawil, Damas, 2007
  • Shakespeare, l’homme de pierre, compilation de 5 pièces de William Shakespeare, adaptation et mise en scène de Jalal Altawil, Damas, 2007
  • Answer Machine, écrit et dirigé par Jalal Altawil, Damas, 2007
Comédien
  • Tous des oiseaux[16],[17],[18],[19], écriture et mise en scène de Wajdi Mouawad, au Théâtre national de la Colline, 2017, Paris
  • Les Optimistes[15], de Lauren Houda Hussein et Ido Shaked, mise en scène de Ido Shaked, au théâtre Majaz, 2016-2017, Paris
  • Le Corps sur la voie latérale, de Saadallah Wannous, mise en scène d'Ossama Halal, 2012, Damas
  • La Courbe de tous les dangers, mise en scène d'Orwa Al Arabi, 2011, Damas
  • Don Quichotte, de Miguel de Cervantes, mise en scène d'Ossama Halal, 2009-2010, Le Caire et Damas
  • La Fête, mise en scène de Raad Khalaf, 2009, Masquât Oman
  • Le Bain Baghdadi, écriture et mise en scène de Jawad Al Assadi, 2006, Damas et Le Caire
  • Le Concerto de pierres, écriture et mise en scène par Jawad Al Assadi, 2006, Oman
  • The Tunnel – Improvisations, mise en scène de Faiz Qazaq, 2005-2006, Damas et Jordanie
  • Snooze, mise en scène de Ziuhier Al Omar, 2004, Turquie
  • AB, mise en scène de Faiz Qazaq, 2004, Damas
  • Arabea, mise en scène de Basem Qahar, 2004, Damas
  • Sauvons notre planète, mise en scène de Fawaz Jaber, 2003, Damas
  • Civilization Journey, mise en scène de Raad Khalaf, 2001, Damas

FilmographieModifier

Longs métrages

2019 : Les Chicoufs de Fabrice Bracq, rôle de Souleiman

Courts métrages
  • 2019 : Je serai parmi les amandiers[22] de Marie Le Floc'h
  • 2018 : Burqa City[23] de Fabrice Bracq
  • 2013 : Transit Game[7] d'Anna Faher
  • 2013 : We Are Going Back d'Orwa Al Ahmad
Séries télévisées
  • 2017 : Amal (saison 2) de Farah Alamah
  • 2013 : Dark White de Roula Kayal
  • 2011 : Omar de Hatem Ali
  • 2011 : L'Homme digne d'Alaa Al Den Kokash
  • 2011 : School Days d'Iyad Nahaas
  • 2010 : La Punition de Rashad Kokash
  • 2010 : The Wasp de Tamer Ishaq
  • 2010 : Bab Al Hara (saison 5) de Bassam Al Malaa
  • 2010 : Abo Janti de Zuhier Qanoua’a
  • 2010 : Behind the Sun de Samir Al Hussen

Notes et référencesModifier

  1. (en) « Farouk Omar »,
  2. « Omar, la série »
  3. (en) « Al Ijtiyah Wins International Emmy Award! Hurray! »,
  4. (en) « Syrian actor Jalal Al-Taweel missing », sur http://english.ahram.org,
  5. (en) « Jalal Al Taweel abused by Syrian police », sur https://www.albawaba.com,
  6. « Les violations contre les libertés de la presse et de la culture au Liban, en Syrie, en Jordanie, en Palestine », sur http://www.skeyesmedia.org,
  7. a et b (en) « Transit Game », sur http://www.sepasifilms.com
  8. « Migrant'scène, le festival de la Cimade », sur https://blogs.mediapart.fr (consulté le 24 novembre 2015)
  9. (ar) « طباخ روحو - برومو », sur you tube,‎
  10. (ar) « مهرجي السلطان ج - سيلفي سياسي فني 1 », sur https://www.youtube.com,‎
  11. (ar) « أثر الفراشة - Butterfly Effect », sur https://www.facebook.com
  12. (en) « برومو مسرحية طلعنا على الضو - أثر الفراشة - Butterfly Effect », sur https://www.youtube.com,‎
  13. (ar) « جلال الطويل: لم أكن أحب الأطفال قبل الثورة .. و آنا فاهر معارِضة للنظام الإيراني », sur https://www.akhbaralaan.net/,‎
  14. (ar) « Jalal Altawil », sur https://caravaneculturellesyrienne.org
  15. a et b « LES OPTIMISTES », sur https://www.theatre-majaz.com
  16. a et b « Tous des oiseaux - Revue BALLAST », sur https://www.revue-ballast.fr, publié le 27 janvier 2018
  17. a et b « Tous des oiseaux », sur http://www.colline.fr
  18. a et b « Jalal Altawil " je fais de l'art pour la liberté et pour lutter contre tous les dictatures " », sur https://www.sceneweb.fr,
  19. a et b « Jalal Altawil d’un exil à l’autre », sur ledevoir.com,
  20. « Festival d'Avignon. Voyage sans retour dans la «  jungle  » de Calais. »,
  21. a et b « JALAL ALTAWIL »
  22. « » Je serai parmi les amandiers » (consulté le 1er mai 2019)
  23. « fabricebraq.com »
  24. « Vidéo : de réfugié syrien à héros de série », sur Konbini News (consulté le 1er mai 2019)

Liens externesModifier