Quierzy

commune française du département de l'Aisne

Quierzy (nom officiel, mais on voit aussi parfois Quierzy-sur-Oise) est une commune du département de l'Aisne, dans la région administrative des Hauts-de-France et la région naturelle du Soissonnais. Située entre Noyon et Chauny, elle est traversée par la rivière Oise. La rivière Ailette rejoint l'Oise à Quierzy. Ancienne villa royale aux temps des Mérovingiens puis palatium impérial avec les Carolingiens, c'est maintenant un paisible village picard, mais aussi un lieu de mémoire de l'histoire de France, puisqu'il fut le village de France qui eut le passé historique le plus illustre durant le haut Moyen Âge[1].

Quierzy
Quierzy
Mairie-école.
Blason de Quierzy
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Hauts-de-France
Département Aisne
Arrondissement Laon
Intercommunalité Communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère
Maire
Mandat
Jérôme Gervais
2020-2026
Code postal 02300
Code commune 02631
Démographie
Gentilé Cheriziens
Population
municipale
409 hab. (2021 en diminution de 4,88 % par rapport à 2015)
Densité 51 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 34′ 17″ nord, 3° 08′ 39″ est
Altitude 45 m
Min. 38 m
Max. 73 m
Superficie 8,09 km2
Unité urbaine Commune rurale
Aire d'attraction Commune hors attraction des villes
Élections
Départementales Canton de Vic-sur-Aisne
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
Quierzy
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
Quierzy
Géolocalisation sur la carte : Aisne
Voir sur la carte topographique de l'Aisne
Quierzy
Géolocalisation sur la carte : Hauts-de-France
Voir sur la carte administrative des Hauts-de-France
Quierzy
Liens
Site web quierzy02.fr

Géographie

modifier
Représentations cartographiques de la commune
 
  Mairie
 
Carte OpenStreetMap
 
Carte topographique
 
Avec les communes environnantes
1 : carte dynamique ; 2 : carte OpenStreetMap ; 3 : carte topographique ; 4 : avec les communes environnantes.

Le village de Quierzy se trouve dans la vallée de l'Oise, aux confins du Soissonnais, du Noyonnais et du Laonnois.

L'Oise constitue en effet la frontière naturelle entre le Soissonnais, au sud de cette rivière, et le Noyonnais, au nord-ouest, tandis que l'Ailette sépare le Soissonnais du Laonnois, au nord-est.

Ces frontières naturelles constituent les limites du territoire des Suessiones, peuple gaulois présent dans la région dans l'antiquité gauloise. Ce découpage de la période gallo-romaine (la Civitas Suessionum) sera par la suite adopté par les francs et l'Église (ancien diocèse de Soissons, né au IIIe siècle).

Plus près de nous, les limites de la Région Agricole du Soissonnais, définies en 1946 par l'INSEE, s'inspirent de celles la région naturelle.

Localisation

modifier
 
Entrée de Quierzy.

En 2010, le climat de la commune est de type climat océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord, selon une étude du CNRS s'appuyant sur une série de données couvrant la période 1971-2000[2]. En 2020, Météo-France publie une typologie des climats de la France métropolitaine dans laquelle la commune est dans une zone de transition entre le climat océanique et le climat océanique altéré et est dans la région climatique Nord-est du bassin Parisien, caractérisée par un ensoleillement médiocre, une pluviométrie moyenne régulièrement répartie au cours de l’année et un hiver froid (°C)[3].

Pour la période 1971-2000, la température annuelle moyenne est de 10,7 °C, avec une amplitude thermique annuelle de 15,1 °C. Le cumul annuel moyen de précipitations est de 684 mm, avec 11,3 jours de précipitations en janvier et 8,7 jours en juillet[2]. Pour la période 1991-2020, la température moyenne annuelle observée sur la station météorologique la plus proche, située sur la commune de Chauny à 7 km à vol d'oiseau[4], est de 11,1 °C et le cumul annuel moyen de précipitations est de 709,9 mm[5],[6]. Pour l'avenir, les paramètres climatiques de la commune estimés pour 2050 selon différents scénarios d'émission de gaz à effet de serre sont consultables sur un site dédié publié par Météo-France en novembre 2022[7].

Urbanisme

modifier

Typologie

modifier

Quierzy est une commune rurale[Note 1],[8]. Elle fait en effet partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[9],[10]. La commune est en outre hors attraction des villes[11],[12].

Occupation des sols

modifier

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (82,9 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (81,4 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (60,1 %), terres arables (22,8 %), forêts (13,5 %), zones urbanisées (3,6 %)[13].

L'évolution de l’occupation des sols de la commune et de ses infrastructures peut être observée sur les différentes représentations cartographiques du territoire : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et les cartes ou photos aériennes de l'IGN pour la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

 
Carte de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

Toponymie

modifier

Le village s'appelait autrefois Chérizy avant de se nommer Quierzy[14].

Le nom de Quierzy évolua successivement en Cariciacum, puis Carisiacum, Charisagum, Karisiacum, et enfin Quierzy[réf. nécessaire].

Charisilittae en 236, puis Carisiacus, Kiriacus, Chirisiacus, Karisy, Kerzy, Chérisy, Kierzy, Quierzis (an II 1793) et enfin Quierzy (Bull. des Lois 1801, Quierzy et non Quierzy-sur-Oise) tirerait son nom de Charisius, fondateur ou propriétaire de la villa gallo-romaine, suivi du suffixe gaulois " - acus" = domaine de..[réf. nécessaire].

Histoire

modifier
 
Stèle sur les Mérovingiens et Carolingiens.

Le territoire actuel de la commune possède la particularité remarquable de se trouver à l’époque gallo-romaine aux confins de trois cités et de trois pays : la Civitas Suessionum des Suessions (capitale Soissons) et le Pagus Suessionicus rive sud de l’Oise, la Civitas Viromanduorum des Viromanduens (capitale Saint-Quentin) et le Pagus Noviomagensis rive nord de l'Oise et la Civitas Remorum des Rèmes (capitale Reims) et le Pagus Laudunensis rive nord-est de l'Ailette. Tous ces territoires faisaient partie de la province romaine de Gaule Belgique (Gallia Belgica).

Lors de la Guerre des Gaules, la région est repeuplée par les Lètes, dont le fondateur de la villa serait Charisius.

236 : Quierzy est alors connu sous le nom de Charisilittae.

605 : décès à Quierzy de Protade, maire du palais de Thierry II.

 : décès à Quierzy de Charles Martel, maire des palais d'Austrasie, de Neustrie et de Bourgogne. Le pouvoir est partagé entre ses deux fils Carloman et Pépin le Bref.

754 : convaincu par Chrodegang, Pépin le Bref fait adopter par le concile de Quierzy la liturgie romaine et le chant grégorien.

 : réception du pape Étienne II par Pépin le Bref à Quierzy et signature du traité de Quierzy créant les États pontificaux par la donation de l'exarchat de Ravenne. Le pape reconnaît en contrepartie la dynastie carolingienne. Cette donation est confirmée en 774, à Rome, par Charlemagne, fils de Pépin.

762 : Pépin le Bref passe l'hiver à Quierzy.

 : assemblée des Grands à Quierzy : préparation de l'invasion de la Saxe.

804 : le pape Léon III rencontre Charlemagne à Quierzy avant de se rendre à Aix-la-Chapelle.

 : Pépin Ier d'Aquitaine rencontre son père Louis le Pieux, qui lui rend son royaume.

 : concile de Quierzy : Condamnation des moines de l'abbaye de Saint-Calais (diocèse du Mans), condamnation de certains des avis liturgiques d'Amalarius de Metz[15],[16].

 : mariage à Quierzy de Charles le Chauve avec Ermentrude d'Orléans.

853 : concile de Quierzy présidé par Hincmar, archevêque de Reims ; condamnation de Gottschalk d'Orbais[17].

 : capitulaire de Quierzy : les charges comtales sont rendues héréditaires par Charles le Chauve avant son départ pour l'Italie et donc naissance de la féodalité[18].

Après 891 : les Normands s'installent dans la région. Quierzy et ses environs sont complètement détruits par l'envahisseur nordique.

 
La donation de Pépin (ou traité de Quierzy) au pape Étienne II (754).

Durant son règne, Hugues Capet, qui préférait résider en ville, donne ses terres de Quierzy à l'évêque de Noyon. Ce dernier y fait construire une forteresse pour se défendre du puissant seigneur de Coucy. La terre passe ensuite aux mains des Chérisy, puis des Montmorency, des Roye, des Halluin, des Brûlart de Sillery et des Bussy-Rabutin jusqu'à la Révolution française.

Première Guerre mondiale : Quierzy est occupé par l'armée allemande dès l'été 1914 et se trouve à proximité du front pendant toute la guerre. L'historien de l'art Georg Weise (1888-1978) de l'Université de Tübingen commence des fouilles à l'emplacement présumé du palatium impérial des Carolingiens (d' jusqu'en ), depuis jamais reprises. En 1917, les Allemands contraints de se retirer détruisent systématiquement toute la région. Quierzy épargné est alors libéré une première fois par le 4e spahis. Dès , la 3e division de cavalerie du 1er corps de cavalerie vient en aide à la population. Le village connaît d'importantes destructions en 1918 lors des batailles de l'Ailette et de l'Aisne avant d'être définitivement libéré le par le 330e régiment d’infanterie.

Quierzy reçoit le la croix de guerre 1914-1918 accompagnant la citation à l’ordre de l’armée[19] : « A supporté courageusement de fréquents bombardements qui l’ont complètement détruite. Par la fière attitude qu’elle a opposée à l’envahisseur au cours d’une longue occupation, par les souffrances endurées, a bien mérité de la nation ».

La reconstruction : après les deux libérations, les femmes américaines de la section civile de l'AFFW, futur CARD, aident à la reconstruction de la région jusqu'en 1924.

Seconde Guerre mondiale : Quierzy est à nouveau le théâtre des combats décisifs de la bataille de France en mai- sur la ligne Weygand, secteur du 18e Régiment de Tirailleurs Algériens de la 87e division d'infanterie d'Afrique (7e armée). Un important groupe FFI se constitue à Quierzy fin 1943 autour d’André Gossard (1901-1944)[20]. Quierzy est libérée le par les 4e DI américaine et 5e DB américaine.

Politique et administration

modifier

Découpage territorial

modifier

La commune de Quierzy est membre de la communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère, un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Chauny. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux[21].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement de Laon, au département de l'Aisne et à la région Hauts-de-France[22]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Vic-sur-Aisne pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[22], et de la quatrième circonscription de l'Aisne pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[23].

Administration municipale

modifier
Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
avant 1877 après 1879 Cavalier[24]    
avant 1937 1945 Michel Guerre (1890-1945) SFIO Conseiller général du canton de Coucy-le-Château-Auffrique (1937-1940)
mars 2001 juillet 2020 Olivier Timmerman DVD Agriculteur
Réélu pour le mandat 2014-2020[25],[26]
juillet 2020[27] En cours
(au 13 juillet 2020)
Jérôme Gervais   Ouvrier

Démographie

modifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[28]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[29].

En 2021, la commune comptait 409 habitants[Note 2], en diminution de 4,88 % par rapport à 2015 (Aisne : −2,08 %, France hors Mayotte : +1,84 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
607637667664738751764781781
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
744703673604596553512475466
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
437437414303368350344399391
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2008 2013
340335312342362335414437431
2018 2021 - - - - - - -
415409-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[30] puis Insee à partir de 2006[31].)
Histogramme de l'évolution démographique

Culture locale et patrimoine

modifier

Situé au sud de la rivière Oise, Quierzy est un village du Soissonnais, pays de Picardie historique.

Lieux et monuments

modifier

Personnalités liées à la commune

modifier

Héraldique

modifier
  Blason
D'azur à la fasce d'or[33].
Détails
Armes de la famille de Quierzy (ou de Chérisy) avec émaux inversés.
Blason officiel.

Voir aussi

modifier

Bibliographie

modifier
  • Liber Pontificalis
  • Codice diplomatico longobardo
  • Annales Regni Francorum
  • Annales Vedastini
  • Ivan Gobry, Pépin le Bref, éd. Pygmalion
  • Georges Bordonove, Charlemagne, éd. Pygmalion
  • Abbé Th. Carlet, Abbé N. Caillet: Annales de Quierzy-sur-Oise, publié par le Comité archéologique et historique de Noyon, 1935
  • Georges Samson: Le Palais de Quierzy et les villas dépendantes de celui-ci du VIe au Xe siècle. Groupe archéologique du Noyonnais, 1970/79
  • Georges Samson: Le palatinat carolingien de Quierzy-sur-Oise, Bulletin semestriel de la Société archéologique, historique et scientifique de Noyon, Juillet-
  • Josiane Barbier: Quierzy, dans: Palais médiévaux (France-Belgique), 25 ans d'archéologie. Publications de l'université du Maine, 1994, p. 25–27
  • Jean-Pierre Boizette: Histoire du Peuple Franc – Le Palais de Quierzy, 2004

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références

modifier
  1. Selon le zonage publié en décembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2024, millésimée 2021, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2023, date de référence statistique : 1er janvier 2021.

Notes de type "Carte"

modifier
  1. IGN, « Évolution comparée de l'occupation des sols de la commune sur cartes anciennes », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ).

Références

modifier
  1. Jacques Braibant et Alain Leclercq, L'Histoire noire de l'Église: Pouvoir, débauche, scandale, Jourdan, (ISBN 978-2-39009-266-7, lire en ligne)
  2. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI 10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  3. « Zonages climatiques en France métropolitaine. », sur pluiesextremes.meteo.fr (consulté le )
  4. « Orthodromie entre Quierzy et Chauny », sur fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Station Météo-France « Chauny » (commune de Chauny) - fiche climatologique - période 1991-2020 », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  6. « Station Météo-France « Chauny » (commune de Chauny) - fiche de métadonnées. », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  7. « Climadiag Commune : diagnostiquez les enjeux climatiques de votre collectivité. », sur meteofrance.fr, (consulté le )
  8. « Zonage rural », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  9. « Commune urbaine-définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  10. « Comprendre la grille de densité », sur observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  11. « Base des aires d'attraction des villes 2020 », sur insee.fr, (consulté le ).
  12. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  13. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le ).
  14. Gérard Prétrot, Émigration picarde au Québec, Editions Edilivre, (ISBN 978-2-414-13989-7, lire en ligne)
  15. Concilium Carisiacense a. 838. m. Septembri (BNF).
  16. Acta spuria ad concilium Carisiacense spectantia a. 838 (BNF).
  17. Concile de Quierzy de 853.
  18. Capitulaire de Quierzy (Hérodote.Net).
  19. accordée par décret du 17 octobre 1920 (publié au JO du 21 octobre 1920 p.16155).
  20. Groupe FFI de Quierzy (Quierzy, Résidence Royale).
  21. « communauté d'agglomération Chauny-Tergnier-La Fère - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur banatic.interieur.gouv.fr (consulté le ).
  22. a et b « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Quierzy », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  23. « Découpage électoral de l'Aisne (avant et après la réforme de 2010) », sur politiquemania.com (consulté le ).
  24. Almanach historique administratif et commercial de la Marne de l'Aisne et des Ardennes, Matot-Braine, Reims, 1879, p223.
  25. Préfecture de l'Aisne consulté le 7 juillet 2008
  26. « Liste des maires de l'Aisne » [xls], préfecture de l'Aisne, (consulté le ).
  27. « Cafeyn - reader », sur cafeyn.co (consulté le ).
  28. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  29. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  30. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  31. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017, 2018, 2019, 2020 et 2021.
  32. Charles-Laurent Salch et Joseph-Frédéric Finó (photogr. Dominique Martinez), Atlas des châteaux forts en France, Strasbourg, Éditions Publitotal, , 19e éd. (1re éd. 1977), 834 p., p. 38 (cf. Quierzy).
  33. « 02631 Quierzy (Aisne) », sur armorialdefrance.fr (consulté le ).