Ouvrir le menu principal

Puiseux (Ardennes)

commune française du département des Ardennes
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Puiseux.

Puiseux
Puiseux (Ardennes)
Mairie.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Ardennes
Arrondissement Arrondissement de Rethel
Canton Signy-l'Abbaye
Intercommunalité Communauté de communes des Crêtes Préardennaises
Maire
Mandat
Roberte Baudon-Dunel
2014-2020
Code postal 08270
Code commune 08348
Démographie
Population
municipale
120 hab. (2016 en augmentation de 6,19 % par rapport à 2011)
Densité 35 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 35′ 36″ nord, 4° 32′ 32″ est
Superficie 3,41 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Grand Est

Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Puiseux

Géolocalisation sur la carte : Ardennes

Voir sur la carte topographique des Ardennes
City locator 14.svg
Puiseux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Puiseux

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Puiseux

Puiseux est une commune française, située dans le département des Ardennes en région Grand Est.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

Communes limitrophes de Puiseux
Faissault Villers-le-Tourneur
 
Saulces-Monclin Vaux-Montreuil
 
Entrée du village par la départementale D 8A.

Géologie et reliefModifier

Puiseux se situe dans la partie centrale du département, et dans une zone de transition entre la Champagne crayeuse et le Massif ardennais, à la limite entre les Crêtes préardennaises, et le Porcien. Cette zone géographique se caractérise par une succession de crêtes ou côtes plus ou moins érodée. Dans le village lui-même, on trouve ainsi une partie haute (avec sa rue Haute), sur sol limoneux, et une partie basse sur une dépression argileuse[1].

HydrographieModifier

Le ruisseau de la Châtelaine est le principal cours d'eau qui traverse la commune de Puiseux[2].

Voie de communication et transportModifier

L'autoroute A34 reliant Rethel à Charleville-Mézières ne passe pas sur le territoire de la commune, mais longe la limite avec Faissault, qui correspond à une sortie de cette autoroute située à quelques minutes. L'autoroute n'est pas visible du village, des zones végétales faisant écran. Une départementale, la D 8A, relie Puiseux à Faissault, et dans l'autre sens à Saulces-Monclin. C'est le seul véritable axe routier traversant le bourg, les autres rues étant des culs-de-sac ou des chemins agricoles[1].

Les gares les plus proches sont la gare d'Amagne - Lucquy à une dizaine de kilomètres, et la gare de Rethel, à 16 km, toutes deux desservies par des trains régionaux TER Champagne-Ardenne. À 23 km se trouve la gare de Charleville-Mézières, desservie par des trains régionaux TER Champagne-Ardenne et par des TGV[3].

UrbanismeModifier

Morphologie du bourgModifier

Le parcellaire est découpé de façon géométrique autour de l'axe routier. Les maisons sont positionnées de façon parallèles à la rue, avec des dégagements communaux importants, le plus souvent, devant la façade, ce qui donne une importance aux espaces verts. Il y a une partie basse et une partie haute, mais pas vraiment de centre, même si l'église sert de carrefour et de point de convergence[1].

BâtiModifier

Le bâti, pour les maisons les plus anciennes, correspond soit à des maisons en pan de bois, correspondant à l'influence du Porcien, ou à des maisons de pierre calcaire, plus typiques des Crêtes préardennaises, avec trois types de pierre, le calcaire blanc de la Thiérache, le calcaire jaune de Dom-le-Mesnil, et le calcaire corallien issu de carrières locales. Celui-ci n'est pas le plus fréquent, étant de qualité moindre pour un usage en construction. Le village compte en 2007 moins d'une dizaine de fermes en activité. Des granges peuvent être intégrées au bâti ou isolées. La proximité de Charleville-Mézières, par l'A34, explique la construction de maisons neuves[1].

LogementsModifier

En 2013, 83 % des logements sont des résidences principales, le restant se partageant entre résidences secondaires et logement vacant. Ces logements sont à 98 % des maisons, il n'y a pas ou très peu d'appartements[4].

ToponymieModifier

Le nom Puiseux signifie le puits. Dans les documents anciens citant cette localité, on rencontre, selon Ernest Nègre, l'orthographe Puisiex en 1228, Puisiues en 1253, Puisiaux en 1256, de Puteoolis vers 1312[5]. Il reste aujourd'hui plus d'une vingtaine de puits visibles dans le village[1].

HistoireModifier

L'an 673 est la première date qui émerge avec l'établissement d'un couvent (situé sur l'emplacement actuel de la mairie) en ce lieu, par un certain Bercharius. Le bourg se constitue sans doute autour de cet établissement, ainsi qu'une seigneurie rattachée au comté de Porcien,jusqu'au Xe siècle où le comté de Rethel prend de l'importance et supplante ici le comté de Porcien[1].

Au printemps 1359, lors de la guerre de Cent Ans, les troupes anglaises participant à la chevauchée d'Édouard III de Calais à Reims pillent les villages et incendient plusieurs châteaux dont un édifice à Puiseux au lieu-dit la Cour. En 1521, c'est au tour de troupes germaniques de piller et incendier ce village qui souffre de sa proximité avec les limites du royaume. Les lignes de défense sur la frontière se consolident ensuite, permettant à cette région d'être un peu plus prospère. La route royale n°51 entre Rehel et Mézières passe en ce lieu, qui devient le premier relais de poste après Rethel, le second étant à Poix[1].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 2014 Robert Bocquillon[6]    
mars 2014 En cours Roberte Baudon-Dunel[7]    
Les données manquantes sont à compléter.

Robert Bocquillon a été maire de Puiseux et président de la communauté de communes des crêtes préardennaises,. Roberte Baudon, qui faisait partie des 11 élus de son équipe municipale, lui a succédé en 2014 et est présidente de l'ADMR (Aide à domicile en milieu rural) des Ardennes[8].

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[10].

En 2016, la commune comptait 120 habitants[Note 1], en augmentation de 6,19 % par rapport à 2011 (Ardennes : -2,73 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
108108143147157197206219232
1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906
234224231208227215211191188
1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968
170139118122123128134107102
1975 1982 1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016
9184968098101103121120
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[11] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

La population de cette commune a augmenté de façon significative dans la première moitié du XIXe siècle, passant d'une centaine d'habitants à 230. Puis elle s'est stabilisée de 1855 à 1880, et a commencé ensuite à décroître avec l'exode rural. En 1850, alors que le village est pratiquement à son maximum de population, l'Annuaire du département des Ardennes y comptabilise, outre les cultivateurs, une aubergiste, un épicier et marchand de tabac, un maréchal-ferrant qui est aussi réparateur de machines agricoles, un sabotier, un presseur de cidre, et un garde champêtre[1].

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

Le niveau de vie médian annuel des habitants s'élève en 2015 à 20 256 , légèrement au dessus du revenu médian en France, 19 785 . 46,6 % de foyers fiscaux de cette localité sont non imposables.

La commune de Puiseux perçoit un montant d'impôts locaux total de 19 000 €. Cela revient à une somme moyenne de 328 € par foyer fiscal, ce qui est inférieur à la moyenne du département des Ardennes (657 €). Concernant l'impôt sur le revenu, la population est taxée à hauteur de 635 € en moyenne et par foyer, montant moins élevée que l'impôt moyen prélevé au niveau du département.

EmploiModifier

La ville de Puiseux fait partie du bassin d'emploi de Reims. Le taux de chômage qui est, en 2016, de 10.50%[13].

Entreprises et commercesModifier

En 2012, trois entreprises de moins de 10 salariés sont implantées sur la commune[14]. Il n'y a pas de commerces, en dehors de commerces ambulants[1].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Un des vitraux de l'église Saint-Honoré.

Le bâti comporte des maisons anciennes, en pans de bois ou en pierre. On peut ainsi remarquer dans la rue Haute, qui fait face à l'église, des maisons en pierre parmi les plus anciennes, dont une comportant une date gravée, 1778[1].

L'église Saint-Honoré est implantée au centre d'un carrefour, au milieu d'une place et d'un cimetière. La nef initiale remonte probablement au XIIe siècle et XIIIe siècle, mais le bâtiment a subi les vicissitudes du village, notamment pendant la guerre de Cent Ans, et a du être reconstruit. La nef est à vaisseau unique sur trois travées, suivie d'un chœur composé d'une travée droite et d'une abside à trois pans. Une sacristie y est accolée ainsi qu'une tourelle d'escalier demi-hors-oeuvre. Le chœur a été reconstruit vers 1500. La façade occidentale et les voutes de la nef sont du XVIIIe siècle. Deux bancs de stalles, soit quatre sièges, aux miséricordes sculptées, sont également du XVIIIe siècle. Des vitraux du XVIe siècle ont été remplacés à la fin du XVIIIe siècle par des créations de la maison Marquant-Vogel. Le sol de l'allée centrale de la nef et du chœur sont couverts d'un damier de carreaux d'ardoise de couleurs grises, violettes et noires. Le clocher de plan carré, au dessus-de la façade occidentale, est surmontée d'une flèche polygonale, la nef et une partie du chœur par un toit en ardoise à longs pans, et l'abside par un toit en ardoise polygonal[15],[16],[17].

Personnalités liées à la communeModifier

Octave Guelliot cite quelques familles de la noblesse ardennaise, ayant eu des terres à Puiseux : les Maillart (famille implantée notamment au château de Landreville, au sud-est du département), les Lescuyer et les Montguyon[18].

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j Claire Diesny-Ganne, « Puiseux, l’œil d'une architecte sur un bâti traditionnel ardennais », Revue Historique Ardennaise, t. XXXIX,‎ , p. 189-224
  2. « Ruisseau de la Chatelaine », sur annuaire-mairie.fr
  3. « Tout savoir sur Puiseux », sur communes.com
  4. « Dossier complet, commune de Puiseux (08348) », sur le site de l'Insee
  5. Ernest Nègre, Toponymie générale de France, vol. Ier, Librairie Droz, , 305 p. (lire en ligne)
  6. Conseil général des Ardennes consulté le 23 juin (fichier au format PDF)
  7. « La commune de Puiseux (08348) : les chiffres-clés », sur Le Monde
  8. « L’Aide à domicile en Milieu Rural a un nouveau directeur », L'Union,‎ (lire en ligne)
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. « Taux de chômage pour Puiseux, graphique de l'évolution du chômage sur la commune de Puiseux et sur son bassin d'emploi », sur ville-data.com
  14. « Puisieux, vivre et s'installer », sur eterritoire.fr
  15. « Église paroissiale Saint-Honoré », sur inventaire-patrimoine.cr-champagne-ardenne.fr
  16. Jean Hubert, Département des Ardennes : dictionnaire historique et géographique, Res universis, 1991, facsimilé de l´édition de 1855, p. 287
  17. « Stalles », sur la Base Palissy
  18. Octave Guelliot, Géographie traditionnelle et populaire du département des Ardennes, Paris, Guénégaud, , 410 p., « Puiseux », p. 351

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :