Théorie conspirationniste du Pizzagate

théorie du complot affirmant l'existence d'un réseau de pédophilie autour de John Podesta
(Redirigé depuis Pizzagate)

La théorie conspirationniste du Pizzagate est une théorie conspirationniste prétendant qu'il existe un réseau de pédophilie autour de John Podesta, l'ancien directeur de campagne d'Hillary Clinton, par le biais de diverses interprétations et constructions, notamment en rapport avec une pizzeria et des courriels privés divulgués par WikiLeaks[1].

La pizzeria Comet Ping Pong, lieu-clé de la théorie, à Washington, D.C.

Cette théorie du complot a émergé sur internet en , et particulièrement sur les sites 4chan, Reddit[2] et Twitter par des membres de l'alt-right, des journalistes conservateurs, et d'autres qui voulaient poursuivre Hillary Clinton en justice pour l'affaire des courriels[3]. En réaction, un homme de Caroline du Nord a voyagé jusqu'au Comet Ping Pong pour enquêter sur la conspiration et a tiré au fusil d'assaut à l'intérieur du restaurant. Le propriétaire du restaurant et les employés ont reçu des menaces de mort venant de conspirationnistes[4].

Cette théorie a rapidement été réfutée par les services de police[5], et les médias américains[6],[7],[8]. Ces derniers ont par ailleurs souligné la rapidité et l’emprise que peuvent avoir des constructions collectives comme le Pizzagate sur le rapport qu’entretiennent les individus avec les faits et la vérité[9],[10],[11],[12],[13].

Genèse de la théorieModifier

Les origines de la théorie sur Internet sont difficiles à déterminer. Une première publication sur Facebook aurait été faite le 29 octobre 2016, un jour après l'annonce par le directeur du FBI James Comey de la réouverture de l'enquête sur l'utilisation d'un serveur email privé par Hillary Clinton lors de son mandat de Secrétaire d'État des États-Unis. Des données du serveur avaient été retrouvées sur des appareils électroniques appartenant au politicien Anthony Weiner (ex-mari de l'assistante personnelle d'Hillary Clinton Huma Abedin), lors de l'enquête sur les messages à caractère sexuel qu'il avait envoyés à une fille de 15 ans[14],[15]. Sur Facebook, la publication, d'un compte au nom de Carmen Katz, explique que sa « source » dans la police new-yorkaise a trouvé des emails détaillant des voyages faits par Weiner, Bill Clinton et Hillary Clinton à bord du « Lolita Express », l'avion de leur « ami milliardaire pédophile », en référence à Jeffrey Epstein. Elle affirme également qu'Hillary Clinton a une « prédilection bien documentée » pour les filles mineures, et qu'il s'agit « d'un réseau international d'esclavagisme et d'abus sexuel d'enfants »[16].

Des messages qui semblent précurseurs sont retrouvés sur Internet, notamment sur 4chan où un compte du nom de FBIAnon prétendant être un « analyste et stratège de haut niveau » du FBI affirme en juillet 2016 que Bill et Hillary Clinton sont pédophiles, et que Hillary a des relations avec de jeunes filles enlevées. Plus tôt dans la journée du 29 octobre 2016, un message faisant un lien entre les emails d'Hillary Clinton et l'affaire Weiner avait été publié sur un forum anonyme se décrivant comme un site d'expression libre pour les policiers new-yorkais, avant d'être partagé sur Facebook, puis sur Twitter par un compte dénommé « Eagle Wings » et suivi notamment par l'ancien assistant de Donald Trump Sebastian Gorka (en) et le conseiller à la sécurité nationale de Trump Michael Flynn. Selon un expert en propagande informatisée, ce compte est sans aucun doute un bot qui opère au sein d'un réseau centralisé, au vu du nombre de publications et du nombre d'abonnés, très élevés. La publication Facebook de Carmen Katz est ainsi partagée par un compte Twitter au nom de David Goldberg, selon lequel la rumeur correspondrait à ce que disent ses « potes » au sein de la police new-yorkaise[17],[18],[19]. Ce compte, apparu en juillet 2016 autour de la période de la Convention nationale républicaine (en) et publiant des messages politiquement clivants, ne semble également pas authentique, mais il est très difficile de déterminer par qui il a été créé[16]. La rumeur est ensuite propagée sur divers sites comme TruePundit, qui cite une nouvelle source anonyme dans la police new-yorkaise, publication reprise ensuite ailleurs, y compris par le compte David Goldberg sur Twitter[20],[21].

Le , plusieurs messages tirés des emails de John Podesta, publiés par WikiLeaks, sont partagés sur le forum en ligne 4chan[20]. Les messages, qui ont pour objet l’organisation d’une levée de fonds pour financer la campagne de Hillary Clinton[22], sont adressés à James Alefantis (en), présenté en 2012 par le magazine GQ comme l'une des 50 personnes les plus influentes de Washington[23], gérant de la pizzeria Comet Ping Pong (en), un restaurant kid-friendly et ex-compagnon de David Brock (en), journaliste pro-Clinton et fondateur de l'observatoire des médias classé à gauche Media Matters for America (en)[22].

Le , le mot-dièse #Pizzagate apparaît sur Twitter[18].

Éléments cités en soutien de la théorieModifier

E-mails de John PodestaModifier

 
John Podesta.
L'interprétation de ses courriels a conduit les partisans de la théorie à voir un code secret qui cacherait un réseau pédophile dans les hautes sphères américaines.

Dans sa correspondance qui paraît anodine, John Podesta mentionne plusieurs fois les mots « pizzas », « fromages » et « pâtes ». Herbert Sandler, un agent immobilier, demande dans un message à John Podesta intitulé Fromage « tu penses que je ferais mieux de jouer aux dominos sur du fromage ou sur des pâtes? »[24].

Dans un autre courriel, Tony Podesta écrit à son frère « Mary n’est pas libre. Tu aimerais avoir une pizza pour une heure[25] ? »

Un 4channer pro–Trump lit les nombreux messages et pense déchiffrer un code utilisé pour communiquer en toute discrétion. Cheese Pizza, dont l'acronyme est CP serait utilisé pour parler de Child Pornography[6]. Pizza désignerait une fille[26], domino pour domination, cheese signifierait petite fille, hot dog pour garçon, pasta pour petit garçon[27], glace veut dire gigolo et sauce pour orgie[28].

Le mot « pizza » est en effet employé comme mot de code pour désigner des notions en relation avec la pédophilie. Déjà en 2010, l'Urban Dictionary indiquait pour « Cheese Pizza » le sens de « child pornography »[29]. En , un homme est arrêté aux États-Unis comme suspect d'activités pédophiles parce qu'il avait placé une annonce intitulée « Woman/Moms that are into Cheese Pizza » et que, selon le bureau du Procureur des États-Unis, « Cheese Pizza » est un mot de code pour pornographie enfantine[30].

Autres éléments cités et accusations de pédophilieModifier

Cela fait des années que les Clinton sont accusés d'être mêlés à un trafic d'enfants car Bill Clinton a fréquenté dans les années 2000 Jeffrey Epstein, un banquier milliardaire condamné dans une affaire de prostitution impliquant une mineure de 14 ans[31],[32]. Les tenants de la théorie mettent également en avant les relations extra-conjugales reconnues par Bill Clinton et les multiples accusations d'agression sexuelle qui le visent et qu'il nie en bloc[8].

Le , Alex Jones déclare « quand je pense à tous les enfants qu'Hillary Clinton a personnellement assassinés et hachés et violés, je n'ai aucune crainte de m'élever contre elle »[18]. Il indique toutefois dans la phrase suivante qu'il ne fait pas référence à l'affaire mais aux « chrétiens morts avec son opération en Syrie, avec son opération en Libye »[33],[34]. Le il présente ses excuses pour avoir compromis son site dans la diffusion de la rumeur et précise que « ni M. Alefantis, ni son restaurant Comet Ping Pong, n'ont été impliqués dans un quelconque trafic de personnes, comme le prétendaient certaines théories sur le Pizzagate »[35].

Des internautes découvrent dans un article du magazine Washington Life que Tony Podesta, le frère de John Podesta, est un amateur des œuvres de la peintre serbe Biljana Djurdjevic[36], dont un des thèmes est les enfants dans des situations scabreuses. Le , jour de l'élection présidentielle américaine, Brittany Pettibone (en), auteure de romans de science-fiction tweete les dessins de Biljana Djurdjevic avec comme légende « un regard à l'intérieur de la maison de l'ami de Hillary Clinton Tony Podesta »[18].

Le , un internaute redécouvre un tweet datant de 2011 du journaliste et fondateur du média Breitbart News, Andrew Breitbart, où il s'interrogeait déjà sur les liens entre John Podesta et des réseaux pédophiles : « Je ne comprends pas comment Podesta n'est pas vu comme étant un défendeur de premier ordre qui couvre une opération d'esclave sexuels mineurs. »[37],[38] Cet élément pousse des internautes à se demander si Andrew Breitbart, mort le à 43 ans d'un arrêt cardiaque à Los Angeles[39], a été assassiné pour avoir fait ces révélations[40]. En effet, sa mort avait déjà suscité des théories de la conspiration en 2012, théories qui visaient notamment le Président des États-Unis Barack Obama[39], et qui avaient été relancées après la révélation de la mort d'un technicien de la police scientifique de Los Angeles dans un possible empoisonnement à l'arsenic quelques semaines plus tard[41]. Cette révélation avait été décrite comme liée à la mort d'Andrew Breitbart parce qu'ayant eu lieu le même jour que la publication du rapport d'autopsie de ce dernier. Ce lien avait été réfuté, le technicien décédé ne s'étant pas occupé de l'autopsie d'Andrew Breitbart selon les autorités de Los Angeles, qui affirment que cette autopsie a uniquement employé des médecins et qu'une mort de causes non-naturelles n'a jamais été suspectée[39].

 
Une affiche comparant les frères Podesta et les portraits-robots de la police dans l'affaire de la disparition de Madeleine McCann.

Le fait que James Alefantis ait posté sur Instagram une image d'un homme avec un t-shirt « J'aime L'Enfant »[6],[a], ou encore l'affiche d'un concert qui s'est déroulé dans la pizzeria, considérée comme évoquant des scènes de pédophilie, constituent pour certaines communautés de Reddit et 4chan une preuve suffisante à l'appui de cette théorie du complot[42].

La carte des menus de Comet Pizza est illustrée avec deux raquettes de ping-pong qui rappelleraient un papillon, un symbole qui serait utilisé internationalement par les réseaux pédophiles[43].

Puis, des internautes voient un lien entre le portrait-robot des suspects de la disparition de Madeleine McCann avec John Podesta et son frère[44]

ConséquencesModifier

Enquête et réactionsModifier

John Podesta n'a fait aucun commentaire sur cette histoire[45].

Cette théorie a été rapidement sujette à la démystification de journalistes du New York Times, de Fox News, ou encore des services de police du district de Columbia, ces derniers la qualifiant de « fictive »[46],[7], sans toutefois parvenir à mettre un terme à la propagation de ces fausses informations[47].

Internationalisation de l'affaireModifier

Le , l'activiste lié à l'extrême droite Mike Cernovich (en)[48], tweete un article du New York Times (supprimé depuis) sur un réseau pédophile en Norvège impliquant au moins 51 personnes[49], dont des politiciens et un enseignant et qui a été démantelé après un tuyau du FBI[50] avec le commentaire « Pizzagate partout dans le monde »[42].

En Turquie, les accusations ont été reprises par les réseaux sociaux et les médias, tels que Sabah[51], Haber, Yeni Şafak[52], Akşam et Star. Un chroniqueur du site The Daily Dot suggère que les autorités gouvernementales ont poussé cette histoire, après un récent scandale de violence sexuelle à l'égard des enfants, afin de détourner l'attention de la législation controversée sur le mariage des enfants[53].

Menaces et fusilladeModifier

Après l'élection début novembre 2016, la controverse se poursuit. Des tenants de la théorie se rendent à la pizzeria, interrogeant James Alefantis en retransmettant leurs visites en direct sur Facebook[8]. La pizzeria Comet Ping Pong et ses employés sont également la cible de nombreuses menaces[54].

 
US v Welch. Affidavit à l'appui de la plainte criminelle.

Le , Edgar Maddison Welch entre dans la pizzeria muni d'un fusil d'assaut AR-15, menace un employé avant de faire feu dans l'établissement[8]. Après son arrestation, Edgar Maddison Welch explique aux policiers « avoir fait le déplacement de Caroline du Nord pour « enquêter lui-même » et sauver des « enfants esclaves sexuels » qui se trouvaient dans l’établissement. Or il n’a trouvé « aucune preuve » et il s’est rendu sans résister[55]. Les partisans du Pizzagate pensent qu'Edgar Maddison Welch ne serait qu'un acteur payé pour agir de la sorte et clore cette histoire[56]. Le , il n'admet pas que ce qu'il avait lu en ligne était faux, mais il reconnaît seulement qu'il n'y avait pas d'enfants « à l'intérieur de ce bâtiment »[57]. Le , il est condamné à quatre années de prison[58].

L'incident n'empêche pas la rumeur de continuer à se répandre et à prendre de l'ampleur. Ainsi Michael G. Flynn (en), le fils du conseiller à la sécurité nationale nommé par Donald Trump, Michael T. Flynn, tweete après la fusillade :

« Jusqu’à ce que le pizzagate soit prouvé faux, ça reste une info. La gauche semble oublier les mails de Podesta et les nombreuses "coïncidences" qui s’y trouvent[59]. »

Cette nouvelle sortie lui vaut d'être exclu de l'équipe de Trump chargée d'assurer la transition du pouvoir[60].

D'autres restaurants à proximité de la pizzeria sont la cible de menaces et d'une altercation[61].

Affaire similaire en FranceModifier

En août 2020, la pizzeria Pizza Girl Paris, située dans le VIe arrondissement de Paris, devient le sujet d'une affaire similaire : des comptes anonymes semblant émaner de la fachosphère laissent plusieurs commentaires sur les réseaux sociaux laissant entendre que les noms des pizzas serviraient de noms de code pour un réseau pédophile ; le fondateur et propriétaire s'en défend, expliquant que la carte, aux noms de femmes, date de la création de la franchise en 1992 et les noms ont été trouvées avec une agence de communication[62],[63].

AnalyseModifier

Selon plusieurs journalistes, l'arrestation d'Edgar Maddison Welch en décembre 2016 suite à son irruption armée dans la pizzeria visée par la théorie marque le culminement d'une campagne de fausses nouvelles qui a dominé l'élection présidentielle américaine de 2016[16]. Les médias américains soulignent la rapidité et l’emprise que peuvent avoir des constructions collectives comme le Pizzagate sur le rapport qu’entretiennent les individus avec les faits et la vérité[9],[10],[11],[12],[13].

De nombreux médias occidentaux ont souligné la rapidité avec laquelle cette théorie, pourtant déjà dénoncée par des enquêtes journalistiques multiples, a su se développer sur les réseaux sociaux[6], et l’emprise que peuvent avoir des constructions collectives comme le Pizzagate sur le rapport aux faits, faisant le lien avec le concept d'ère post-vérité[64] dans le contexte de l'élection de Donald Trump[8]. Certains estiment d'ailleurs que cette affaire appartient désormais aux légendes urbaines[65],[66].

Bien que la théorie ait été largement partagée par des membres de l'extrême-droite qui soutenaient Donald Trump et se méfiaient d'Hillary Clinton, des personnes avec d'autres convictions politiques s'y sont intéressées, comme l'auteur d'un blog populaire sur le sujet qui affirmait soutenir Bernie Sanders et avoir voté pour un tiers parti lors de l'élection présidentielle[8].

L'affaire Epstein, du nom du financier américain arrêté en 2019 pour trafic de mineurs et accusé lui-même de pédophilie, est vue comme stimulant l'apparition et la propagation de théories du complot sur la corruption des élites telles que Pizzagate et QAnon[67],[68],[69],[70]. Les tenants de la théorie du Pizzagate ne manquent d'ailleurs pas de mettre en avant le lien entre Jeffrey Epstein et Bill Clinton, à partir de quoi il leur serait aisé de faire un lien avec la pizzeria Comet Ping Pong[8].

En juin 2020, le documentaire After Truth: Disinformation and the Cost of Fake News (« Après la vérité : la désinformation et le coûts des fausses nouvelles ») se penche sur les effets des campagnes de désinformation sur les réseaux sociaux et sur l'impact des théories de la conspiration connues comme Pizzagate[70].

Dans la cultureModifier

La fusillade à la pizzeria Comet Ping Pong inspire le film satirique Duncan, qui sort en août 2020[71],[72].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. L'homme avec le T-shirt noir est copropriétaire d'un autre restaurant à Washington, appelé « L'Enfant Cafe-Bar », nommé ainsi en « l'honneur de Pierre Charles L'Enfant, un colon américain de France qui a servi sous George Washington pendant la guerre d'Indépendance »[6].

RéférencesModifier

  1. « Pizzagate: comment une folle rumeur a mêlé pédophilie et parti démocrate », L'Express,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2016).
  2. Luc Vinogradoff et Violaine Morin, « “Pizzagate” : d’une rumeur en ligne aux coups de feu dans une pizzeria », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 7 décembre 2016).
  3. Mike Wendling, « The saga of 'Pizzagate': The fake story that shows how conspiracy theories spread », BBC News,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 2 décembre 2016)
  4. Cecilia Kang, « Fake News Onslaught Targets Pizzeria as Nest of Child-Trafficking », The New York Times,‎ (lire en ligne[archive du ])
  5. « Arrest Made in an Assault with a Dangerous Weapon (Gun): 5000 Block of Connecticut Avenue, Northwest », sur mpdc.dc.gov (consulté le 14 décembre 2016)
  6. a b c d et e (en) Gregor Aisch, Jon Huang et Cecilia Kang, « Dissecting the #PizzaGate Conspiracy Theories », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  7. a et b (en) Hannah Allam, « Conspiracy peddlers continue pushing debunked ‘pizzagate’ tale », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2016)
  8. a b c d e f et g (en-US) « How an Internet conspiracy theory led a gunman into a DC pizza parlor », sur Fox News, (consulté le 8 décembre 2016)
  9. a et b (en) « The lunacy of fake news », The Seattle Times,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  10. a et b (en) « What the Pizzagate conspiracy theory borrows from a bogus satanic sex panic of the 1980s », The Washington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  11. a et b (en-US) Dana Milbank, « In Trump’s America, ‘pizzagate’ could be the new normal », The Washington Post,‎ (ISSN 0190-8286, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  12. a et b (en) Kate Samuelson, « What to Know About Pizzagate, the Fake News Story With Real Consequences », Time,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  13. a et b « Rumeur de la pizzeria : y aura-t-il un avant et un après ? », sur Rue89 (Nouvelobs), (consulté le 8 janvier 2017)
  14. (en) Alana Goodman, « Anthony Weiner carried on a months-long online sexual relationship with a 15-year-old girl », Daily Mail,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 29 octobre 2016)
  15. « « Pizzagate » : d’une rumeur en ligne aux coups de feu dans une pizzeria », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  16. a b et c (en-US) Amanda Robb, « Pizzagate: Anatomy of a Fake News Scandal », Rolling Stone,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)
  17. [Tweet supprimé au 8 septembre 2020] (en) « https://twitter.com/davidgoldbergny/status/792766614827470848 », sur Twitter, (consulté le 8 septembre 2020)
  18. a b c et d (en) « Pizzagate: From rumor, to hashtag, to gunfire in D.C. », The Washington Post,‎ (lire en ligne)
  19. Elisa Braun, « Politique, pédophilie et désinformation : comment le «Pizza Gate» pourrit la vie d'un petit restaurant américain », Le Figaro, (consulté le 7 septembre 2020)
  20. a et b Luc Vinogradoff et Violaine Morin, « « Pizzagate » : d’une rumeur en ligne aux coups de feu dans une pizzeria », Le Monde,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  21. (en) « How The Bizarre Conspiracy Theory Behind "Pizzagate" Was Spread », BuzzFeed,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  22. a et b « Le pizzagate, dernière délirante théorie du complot anti-Clinton », sur Slate, (consulté le 14 décembre 2016)
  23. (en-US) Reid Cherlin, Rob Fischer, Jason Zengerle et Jason Horowitz, « The 50 Most Powerful People in Washington », GQ,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  24. (en) « Re: Cheese - WikiLeaks », sur Wikileaks.org (consulté le 7 septembre 2020)
  25. Wikileaks Email.
  26. (en) Andrew Griffin, « The bizarre Hillary Clinton conspiracy theory that led a man to open fire in an Italian restaurant », The Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  27. « Un tweet de 2011 alimente les théories sur l'existence d'un réseau pédophile à Washington », sur Russia Today en Français, (consulté le 7 septembre 2020)
  28. Wim Kopinga, « Hillary Clinton à propos des suites des fausses informations: 'Des vies sont en danger' », DataNews - Le Vif,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  29. Urban Dictionary.
  30. Joshua Jongsma et Kristie Cattafi, « Lodi prison guard accused of trying to meet with 8-year-old girl is suspended with pay », NorthJersey.com (powered by The Record, part of The Usa Today Network), 20 octobre 2017, en ligne.
  31. « «Pizzagate»: Pédophilie, pizza et Clinton... Anatomie de la chaîne de la désinformation », 20minutes.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  32. Hélène Vissière, « États-Unis : le "Pizzagate" ou le triomphe des "fake news" », Le Point,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  33. (en-US) « Hillary Clinton Did Not ‘Personally Murder, Chop Up, Rape’ Children, Neither Has Anyone Produced Photo Evidence That She Raped A 9-Year-Old Girl [Debunked] », The Inquisitr,‎ (lire en ligne)
  34. (en) Brian Tashman, « Alex Jones: ‘Hillary Clinton Has Personally Murdered And Chopped Up And Raped’ Children », Right Wing Watch / People for the American Way (en),‎ (lire en ligne)
  35. (en) « Alex Jones présente ses excuses pour avoir alimenté la rumeur du "Pizzagate" », sur Conspiracy Watch,
  36. (en-US) Laura Wainman, « Inside Homes: Private Viewing – Washington Life Magazine », Washington Life,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  37. (en-US) « r/conspiracy - The tweet that killed Andrew Breitbart », sur reddit, (consulté le 7 septembre 2020)
  38. (en) Nina Burleigh, « #Pizzagate resurfaces an old anti-Semitic slander », Newsweek,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  39. a b et c (en) Kathleen Miles, « WATCH: LA Forensic Technician Dead, Conspiracy Theorists Suggest Breitbart Link », sur HuffPost, (consulté le 7 septembre 2020)
  40. (en-US) Douglas Ernst, « Andrew Breitbart tweet before death adds fuel to online speculation of D.C. sex-trafficking ring », The Washington Times,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  41. (en-US) « LAPD: Coroner's Official May Have Died From Arsenic Poisoning », sur CBS News Los Angeles, (consulté le 7 septembre 2020)
  42. a et b Claire Levenson, « Le pizzagate, dernière délirante théorie du complot anti-Clinton », sur Slate, (consulté le 7 septembre 2020)
  43. (en-US) Amy Davidson Sorkin (en), « The Age of Donald Trump and Pizzagate », The New Yorker,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  44. (en-US) Gregor Aisch, Jon Huang et Cecilia Kang, « Dissecting the #PizzaGate Conspiracy Theories », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)
  45. (en-US) Cecilia Kang, « Fake News Onslaught Targets Pizzeria as Nest of Child-Trafficking », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  46. [lien brisé le 2020-09-07] (en) William Douglas and Mark Washburn The Charlotte Observer (TNS), « Religious zeal drives N.C. man in ‘Pizzagate’ », The Courier-Tribune (en),‎ (lire en ligne, consulté le 7 décembre 2016)
  47. Elisa Braun, « Politique, pédophilie et désinformation : comment le «Pizza Gate» pourrit la vie d'un petit restaurant américain », Le Figaro,‎ (ISSN 0182-5852, lire en ligne, consulté le 8 décembre 2016)
  48. « Comment le meurtre de Seth Rich, un salarié du Parti démocrate, a muté en théorie du complot », Le Monde.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  49. (en-US) Associated Press, « Norwegian police arrest 20 men in pedophile network probe », sur Fox News, (consulté le 7 septembre 2020)
  50. (en) NTB/The Local, « Police break up massive Norwegian paedophilia ring », sur The Local.no, (consulté le 7 septembre 2020)
  51. (tr) « Skandalın adı: Pizzagate Mağdur: Çocuklar », sur Sabah (consulté le 7 septembre 2020)
  52. (tr) Yeni Şafak, « Küreselciler Pizzagate ile ifşa oldu », sur Yeni Şafak, (consulté le 7 septembre 2020)
  53. (en-US) « Alt-Right PizzaGate Conspiracy Fuels Anti-Americanism in Turkey », sur The Daily Dot, (consulté le 7 septembre 2020)
  54. (en) Katie Reilly, « Washington Pizza Place Flooded With Threats Over False Hillary Clinton Conspiracy », Fortune,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)
  55. « Pizzagate: Venu «enquêter» sur la théorie du complot, il décharge son fusil », 20 minutes,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2020)
  56. « Pizzagate : la rumeur qui a accouché d’une fusillade à Washington », sur France 24, (consulté le 7 septembre 2020)
  57. (en-US) « Pizzagate gunman refuses to dismiss online conspiracy theory claims about child sex ring », sur Fox News, (consulté le 7 septembre 2020)
  58. (en) « Pizzagate Gunman Sentenced to Four Years in Prison », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 22 juin 2017).
  59. Guillaume Gendron, « “Pizzagate” : la rumeur complotiste débouche sur un coup de fusil », Libération,‎ (lire en ligne)
  60. (en-US) Matthew Rosenberg, Maggie Haberman et Eric Schmitt, « Trump Fires Adviser’s Son From Transition for Spreading Fake News », The New York Times,‎ (lire en ligne)
  61. (en) Brendan Gauthier, « Pizzagate harassment spreads beyond Comet Ping Pong to nearby D.C. restaurants », sur Salon.com, (consulté le 8 septembre 2020)
  62. Robin Korda, « Accusée de pédophilie, une pizzeria parisienne victime de théories du complot », Le Parisien,‎ (lire en ligne)
  63. (it) Stefano Montefiori, « «Covo di pedofili». Pizzeria di Parigi vittima dei complottisti: così il «Pizzagate» arriva anche in Francia », Corriere della Serra,‎ (lire en ligne)
  64. (en) Fred Grimm, « Reality is trumped by lies, conspiracy theories and a post-factual president-elect », Miami Herald,‎ (lire en ligne, consulté le 14 décembre 2016)
  65. Brice Couturier, « La rhétorique QAnon - Ép. 2/4 - QAnon ou le complotisme d'un nouveau genre », sur France Culture, (consulté le 2 octobre 2020)
  66. M. F., « Qu’est-ce que « QANon », cette mouvance complotiste pro-Trump dans le collimateur de Twitter ? », sur L'Obs, (consulté le 2 octobre 2020)
  67. (en-US) McKay Coppins, « How the Epstein Case Explains the Rise of Conspiracy Theorists », The Atlantic,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)
  68. (en) Jake Millar, « The Jeffrey Epstein Case Proves Rich And Powerful Predators Can Still Hide In Plain Sight », GQ,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)
  69. (en) Tess Owen, « The Epstein Scandal Is Giving QAnon Everything Pizzagate Couldn't », sur Vice, (consulté le 8 septembre 2020)
  70. a et b (en) Alex Nelson, « What is Pizzagate, and why is the baffling fake news scandal trending again? », Edinburgh Evening News,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)
  71. (en) Matthew Gault, « 'Duncan' Is a Movie That Asks You to Pity the Pizzagater », sur Vice, (consulté le 8 septembre 2020)
  72. (en) David Axe, « The ‘Pizzagate’ Horror Movie Shunned by Hollywood », The Daily Beast,‎ (lire en ligne, consulté le 8 septembre 2020)

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier