Ouvrir le menu principal

Disparition de Madeleine McCann

Disparition de Madeleine McCann
Titre Disparition de Madeleine McCann
Fait reproché Enlèvement
Pays Drapeau du Portugal Portugal
Date
Nombre de victimes 1
Jugement
Statut non élucidé

La disparition de Madeleine McCann, fillette britannique de presque quatre ans née le à Leicester, s'est produite durant la soirée du jeudi à Praia da Luz en Algarve au Portugal.

Les faitsModifier

Madeleine Beth McCann (née le ), dite « Maddie » par quelques journaux anglais, est la fille d'un couple de médecins, Kate Marie McCann, née Healy (née en 1968 à Huyton, près de Liverpool) et Gerald Patrick McCann (né en 1968 à Glasgow). Le , la famille McCann arrive au Portugal pour une semaine de vacances. Ils séjournent dans un bungalow du complexe hôtelier Ocean Club de Praia da Luz, une station balnéaire à 300 km au sud de Lisbonne. Le , les parents McCann mettent au lit « Maddie » ainsi que leurs deux autres enfants, Sean et Amelie (des jumeaux âgés de 2 ans) et vont dîner avec un couple d'amis dans un restaurant de tapas à 120 mètres de leur bungalow[1].

Vers 21 h, le père prend le soin d'aller vérifier que les enfants dorment tranquillement dans leur chambre. À environ 22 h, la mère fait de même et découvre le lit de Maddie vide, les volets et la fenêtre ouverts. Les parents, aidés de leurs amis, prospectent dans les environs, vainement. Ils donnent alors l'alerte, appelant non le 112, mais la gendarmerie à 22 h 41.

L'enquêteModifier

Pensant à une escapade, les gendarmes, le personnel du complexe, des hôtes et des habitants de Praia da Luz poursuivent les recherches jusqu'à h 30, tandis que la police des frontières et tous les aéroports portugais et espagnols sont mis en alerte. La piste de l'enlèvement se précise lorsqu'une famille d’Irlandais en vacances dans le secteur, les Smith, témoigne avoir aperçu, un peu avant 22 heures, un homme tenant dans ses bras une fillette en pyjama rose dont le signalement correspond à Maddie[2].

Le , Interpol diffuse une alerte mondiale à tous ses membres pour sa disparition[3],[4]. Les diplomates britanniques en poste au Portugal reçoivent des instructions pour apporter de l'aide aux parents[5],[6].

La disparition de cette enfant est très largement médiatisée en Europe.

La chaîne d'information française LCI rapporte qu'un site lancé par la famille pour recevoir des informations et recueillir des fonds afin d'aider aux recherches a reçu cinq millions de visites en moins de vingt-quatre heures. Des offres de dons ont été reçues de la part de simples particuliers, de petites entreprises mais également de multinationales afin d'aider à lancer une campagne d'affichage dans toute l'Europe[7].

La ministre de la justice allemande, Brigitte Zypries, affirma le , à une réunion des ministres de la justice du G8, que la disparition de la fillette a été causée par un réseau pédophile[8].

Le , Kate McCann est mise en examen par la police portugaise. Elle est « soupçonnée d'avoir accidentellement tué sa fille » à la suite des résultats d'examens pratiqués dans un laboratoire britannique sur des taches de sang, vêtements et autres objets de la chambre d'hôtel après que des chiens pisteurs anglais entraînés à renifler des cadavres ont repéré ces objets. Cette mise en examen est suivie de celle du père mais selon les avocats des McCann, cette procédure aurait été faite à leur demande[9].

Après de multiples pistes plus ou moins sérieuses étudiées, dont celle de la culpabilité des parents, et la possible intervention d'un pédophile étranger[10],[11], le ministère public portugais classe l'affaire le (la mise en examen des parents est donc levée) mais se réserve le droit de la rouvrir[12].

En , le policier portugais chargé de l'enquête, Gonçalo Amaral, publie les conclusions des enquêteurs dans le livre Maddie, l'enquête interdite : Madeleine est morte dans l'appartement, son cadavre a été caché[13].

Le , les parents de Maddie lancent un nouvel appel à témoin avec deux photos de Maddie, vieillie de deux ans, diffusées dans un message vidéo, traduit en 7 langues[14].

En , un tribunal portugais autorise la publication du rapport d'enquête, lourd de deux mille pages. Certaines pistes, crédibles selon les parents mais sans pertinence selon la police judiciaire, n'auraient pas été exploitées[15].

Début , Scotland Yard relance l'enquête grâce à une nouvelle piste : deux hommes incarcérés en Écosse pour pédophilie, Charles O'Neil et William Lauchlan. Ils se sont beaucoup déplacés en Europe, notamment au Portugal à partir de 2006. De plus, Charles O'Neill ressemble au suspect aperçu en train de rôder autour du complexe touristique portugais de Praia da Luz où la fillette a disparu[16],[17],[18].

Le , on apprend qu'une valise a été trouvée par un motard australien dans laquelle un corps d’enfant décomposé, accompagné de vêtements de fillette : robe de danse, chaussons roses, shorts, t-shirt… Les premières analyses concluent que le cadavre est celui d’une petite fille de 2 ou 3 ans, aux cheveux clairs, probablement décédée en 2007. Tout concorde avec le signalement de Maddie[19],[20],[21],[22]. Mais rapidement les analyses révèlent qu'il ne s'agit pas de son corps[23],[24].

Fin , Andrés, 45 ans, un homme d’affaires de nationalité espagnole, a reconnu un de ces deux portraits-robots suspects dressés à Scotland Yard en 2013, une personne qu’il avait déjà aperçue plusieurs années auparavant. Il affirme qu’un de ces hommes a approché ses deux fillettes de 5 et 13 ans, dans un petit hôtel au Portugal en novembre 2001, soit six ans avant l’affaire McCann. il a même apporté son témoignage à la police espagnole dans cette affaire, puis plus tard à Scotland Yard, mais il n’a jamais eu de retour [1][25].

Début , 12 ans jour pour jour depuis sa mystérieuse disparition, l'enquête sur l’affaire Maddie McCann continue. La police portugaise aurait un nouveau suspect en vue. Il s’agirait d’un « maniaque sexuel », présent à Praia da Luz au moment de sa disparition. À l’époque, il aurait abordé plusieurs enfants dans la station balnéaire. Le média ajoute que les enquêteurs tiennent à garder le secret sur l’identité du nouveau suspect[26],[27],[28],[29].

Fin , les autorités portugaises seraient à deux doigts de retrouver le principal suspect de cette terrible affaire. Il s'agirait de Martin Ney, un pédophile allemand de 48 ans, présent dans la région d'Algarve au Portugal, lors de la disparition de Madeleine McCann en 2007. Il a été condamné à la perpétuité en 2011 pour avoir tué trois enfants[30],[31],[32].

 
Une affiche conspirationniste comparant les frères Podesta et les portraits-robots de la police dans l'affaire de la disparition de Madeleine McCann.

A la suite du Pizzagate, des internautes ont imaginé un lien entre le portrait-robot des suspects de la disparition de Madeleine McCann avec John Podesta et son frère Tony[33].

Hypothèse de Gonçalo AmaralModifier

L'enquête passionne l'opinion publique. La police portugaise a subi pendant l'enquête toutes sortes de pressions. Finalement les investigations seront officiellement closes pour « manque de preuves concluantes ». C'est une décision que Gonçalo Amaral, policier de la police judiciaire responsable de l’enquête, ne peut accepter. Il donne aussitôt sa démission et se met à écrire un livre afin de révéler les dessous de cette dramatique affaire. Son ouvrage L’Enquête interdite (Bourin éditeur) sera publié dans le monde entier[34].

Dès 2009, les McCann tentent de faire interdire la publication du livre de Gonçalo Amaral. L'hypothèse du policier est que Maddie aurait été victime d'un incident domestique[35], qu'elle serait décédée dans l'appartement et que les parents auraient simulé un enlèvement[36]. L'injonction décidant d'interdire la vente du livre et la divulgation d'un documentaire portant le même titre est prononcée en septembre 2010 mais est annulée le par la Cour d'appel de Lisbonne qui estime que « le contenu du livre ne portait atteinte à aucun des droits fondamentaux »[37].

Les McCann intentent une action dans le civil accusant l'ancien policier de diffamation et réclament cette fois-ci 1,2 million d'euros d'indemnité en réparation du préjudice subi. Le , Amaral est condamné à payer 500 000 euros aux parents, somme assortie d'intérêts s'élevant à 106 000 euros. Le tribunal civil de Lisbonne condamne en outre Amaral et ses éditeurs à retirer les exemplaires en circulation et leur interdit toute réédition du livre, de même que toute nouvelle diffusion d'un documentaire fondé sur ces mêmes thèses[38].

Néanmoins, en , Gonçalo Amaral a gagné son procès en appel[39]. Non seulement le tribunal d'appel a révoqué sa condamnation à payer 500 000 euros aux McCann, mais il a également annulé l'interdiction qui lui avait été faite de publier son livre L’enquête interdite. Ce dernier pourra donc enfin être publié en Grande-Bretagne et dans le reste du monde et Gonçalo Amaral pourra s'exprimer librement, y compris à propos des éléments contenus dans le dossier de l'enquête qu'il a menée dans le cadre de ses fonctions d'inspecteur de police. Enfin, son avocat a indiqué que Gonçalo Amaral avait l'intention de poursuivre en justice les McCann et leur réclamer des dommages et intérêts, dont le montant n'a pas été précisé, « pour les années de préjudice et les pertes financières »[40].

Des instructions données par le Premier ministre britannique à l’ambassadeur John Buck et au consul Bill Henderson pour prodiguer une aide exceptionnelle aux parents auraient permis que ceux-ci échappent à la justice portugaise[41].

FictionsModifier

  • Lors de la rentrée littéraire de en France, un roman écrit par Arthur Dreyfus s'inspire largement du déroulement de la disparition de Maddie : Belle Famille, et explore la piste des parents metteurs en scène d'enlèvement.
  • Le roman de Joy Fielding, Sans nouvelles de toi, est inspiré de l'affaire Maddie. Laissant leurs deux filles endormies dans la chambre d'hôtel, un couple fête son anniversaire de mariage au restaurant. La cadette est enlevée, la mère suspectée. 15 ans plus tard, elle reçoit l'appel d'une jeune fille qui croit se reconnaître sur le portrait-robot.
  • Le , Netflix publie la série documentaire intitulée La disparition de Maddie McCann, retraçant l'affaire.
  • Un étudiant non identifié est photographié en 2019 avec le message « Maddy est dans mon congélateur » au dos de son T-shirt durant une soirée du club d'aviron du Queens' College de l'université de Cambridge, pendant laquelle les fêtards sont encouragés à gribouiller des messages sur les T-shirts blancs des autres[42].

Notes et référencesModifier

  1. (en) Peter Villiers, Police and Policing, Waterside Press, , p. 1
  2. (en) Danny Collins, Vanished. The Truth About the Disappearance of Madeline McCann, John Blake Publishing, , p. 75
  3. « INTERPOL diffuse une alerte mondiale pour une enfant de nationalité britannique portée disparue », sur Interpol, (consulté le 23 mars 2014)
  4. « Fiche jaune d'Interpol sur McCann Madeleine Beth », sur Interpol (consulté le 23 mars 2014)
  5. McCann Case: Freedom of Information Act on John Buck former Ambassador
  6. The Strange Case of Tony Blair, Gordon Brown and the McCanns
  7. « tf1.lci.fr. »
  8. (en) « Madeleine paedophile gang theory 'is likely' », The Scotsman,‎ (lire en ligne)
  9. « Disparition de Maddie : mise en examen de la mère », sur tempsreel.nouvelobs.com,
  10. (en) Matt Blake, « Paedo Raymond Hewlett 'saw Maddy twice before she vanished' », sur The Daily Mirror, (consulté le 23 mars 2014)
  11. « Maddie: Un pédophile suspecté », sur Le Journal du dimanche, (consulté le 23 mars 2014)
  12. « Disparition de Maddie: l'enquête prend une nouvelle direction », sur bfmtv.com,
  13. Maddie, l'enquête interdite, Bourin Éditeur, Paris, 2009, (ISBN 2849411256)
  14. « Nouvel appel à témoin pour retrouver Maddie », sur Le Parisien, (consulté le 23 mars 2014)
  15. « Au troisième œil », (consulté le 23 mars 2014)
  16. (fr) « Deux nouveaux suspects dans l'affaire Maddie », (consulté le 9 mai 2011).
  17. (fr) « Maddie, victime d’un couple homosexuel pédophile? », (consulté le 9 mai 2011).
  18. (fr) « Affaire Maddie: Deux des «pires pédophiles de Grande-Bretagne» ont été interrogés », (consulté le 9 mai 2011).
  19. (fr) « Affaire Maddie. Un corps d'enfant retrouvé dans une valise intéresse la police © Le Télégramme https://www.letelegramme.fr/fait-divers/affaire-maddie-un-corps-d-enfant-retrouve-dans-une-valise-interesse-la-police-28-07-2015-10721630.php#khBVvAyME8VTILch.99 », (consulté le 28 juillet 2015).
  20. (fr) « Rebondissement dans l'affaire Maddie: le corps découvert en Australie est-il celui de la petite fille? », (consulté le 29 juillet 2015).
  21. (fr) « Affaire Maddie : Un corps découvert dans une valise relance l'enquête », (consulté le 29 juillet 2015).
  22. (fr) « 'affaire Maddie McCann rebondit en Australie », (consulté le 29 juillet 2015).
  23. (fr) « AFFAIRE MADDIE : LE CORPS DANS UNE VALISE EN AUSTRALIE N'EST PAS CELUI DE LA FILLETTE », (consulté le 29 juillet 2015).
  24. (fr) « Disparition de Maddie : l'enquête rebondit en Australie, mais… », (consulté le 30 juillet 2015).
  25. (fr) « Une piste dans l’affaire Maddie McCann? Un des suspects aurait tenté de kidnapper une autre fillette 6 ans plus tôt, « son portrait craché… » », (consulté le 27 avril 2018).
  26. (fr) « Disparition de Maddie McCann : 12 ans après, les policiers ont un nouveau suspect », (consulté le 4 mai 2019).
  27. (fr) « Affaire Maddie: Un nouveau suspect à l'identité secrète », (consulté le 6 mai 2019).
  28. (fr) « Affaire Maddie : un nouveau suspect à "l'identité secrète" traqué par la police », (consulté le 6 mai 2019).
  29. (fr) « Affaire Maddie : la police portugaise enquêterait sur un nouveau suspect », (consulté le 6 mai 2019).
  30. (fr) « L’affaire Maddie McCann sur le point d’être élucidée? », (consulté le 23 juin 2019).
  31. (fr) « Rebondissement dans l'affaire Maddie McCann: les enquêteurs seraient sur le point de résoudre le dossier », (consulté le 23 juin 2019).
  32. (fr) « Disparition de la petite Maddie : le principal suspect sur le point d'être arrêté ? », (consulté le 25 juin 2019).
  33. Cecilia Kang, « Dissecting the #PizzaGate Conspiracy Theories », The New York Times,‎ (ISSN 0362-4331, lire en ligne, consulté le 8 décembre 2016)
  34. Le livre qui accuse les époux McCann
  35. « Maddie, L’Enquête Interdite ».
  36. Maddie : l’inspecteur raconte l’enquête.
  37. (en) Giles Tremlett, « Madeleine McCann book ban overturned by Portuguese court », sur theguardian.com, .
  38. « Un ex-enquêteur condamné à verser 500 000 Euros aux parents de Maddie McCann », sur lemonde.fr, .
  39. « Madeleine McCann News: Goncalo Amaral Wins Appeal Over Book Alleging Kate And Gerry’s Involvement In Disappearance ».
  40. « Now Portuguese detective vows to SUE Madeleine McCann's parents for 'years of prejudice and financial losses' after he wins libel appeal over his book ».
  41. Les McCann ont le tiercé gagnant dans l’ordre.
  42. (en) Ben Cusack, « Cambridge University student pictured with “Maddy is in my freezer” scrawled on t-shirt », sur thelondoneconomic.com,

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (en) Danny Collins, Vanished. The Truth About the Disappearance of Madeline McCann, John Blake Publishing, , 300 p. (lire en ligne)
  • (en) Kate McCann, Madeleine: Our daughter's disappearance and the continuing search for her, Random House, , 496 p. (lire en ligne)
  • Belle Famille / Arthur Dreyfus. Paris : Gallimard, coll. "Blanche", 01/2012, 238 p. (ISBN 978-2-07-013653-7). Rééd. Folio n° 5670, 10/2013, 266 p. (ISBN 978-2-07-045379-5)
  • Sans nouvelles de toi / Joy Fielding ; traduit de l'anglais (Canada) par Jean-Sébastien Luciani. Neuilly-sur-Seine : Michel Lafon, 03/2017, 365 p. (ISBN 978-2-7499-2933-0) ; Rééd. Montpellier : Ookilus, 01/2018, 514 p. (ISBN 978-2-490138-13-5) ; Paris : Michel Lafon Poche, 03/2019 (ISBN 979-10-224-0283-5)
  • Maddie, l'enquête interdite : les révélations du commissaire portugais chargé de l'enquête / Gonçalo Amaral ; traduit du portugais par Régine Ferrandis. Paris : Éditions François Bourin, 05/2009, 215 p. (ISBN 978-2-84941-125-4)

Documentaires télévisésModifier

Émission radiophoniqueModifier

Lien externeModifier