Pasiphaé

demi déesse de la mythologie grecque

Dans la mythologie grecque, Pasiphaé (en grec ancien Πασιφάη / Pasipháê, « celle qui brille pour tous »), est la fille d'Hélios et de Persé et la sœur d’Éétès et de Circé ; elle est l'épouse de Minos (roi de Crète), et notamment la mère du Minotaure[1].

MytheModifier

 
Dédale présentant la vache en bois à Pasiphaé, peinture murale de Pompéi (maison des Vettii), Ier siècle.

Elle est tour à tour présentée comme étant une immortelle (Antoninus Liberalis) ou une magicienne (chez Apollodore par exemple, ce qui la rattache à sa sœur Circé). Un passage de Pausanias[2] indique qu'elle était associée à Séléné et vénérée dans le sanctuaire oraculaire de Thalame en Laconie. Elle conçoit plusieurs enfants de Minos, notamment Ariane, Deucalion, Glaucos, Androgée, Catrée, Acacallis, Xénodicé et Phèdre. Elle est réputée jalouse des infidélités répétées de son mari.

Comme Minos n'avait pas tenu son engagement de sacrifier à Poséidon le magnifique taureau blanc qu'il lui avait envoyé en Crète, le dieu par vengeance inspira à Pasiphaé une passion amoureuse pour l'animal. Selon le pseudo-Apollodore (au deuxième siècle de notre ère)[3] :

« Dédale construisit une vache de bois montée sur des roulettes ; l'intérieur était creux, et elle était recouverte d'une peau de bovidé ; il la mit dans le pré où le taureau avait l'habitude de paître, et Pasiphaé y entra. Quand le taureau s'en approcha, il la monta, comme s'il s'agissait d'une vraie vache. La jeune femme mit au monde Astérion, dit le Minotaure : il avait la tête d'un taureau et le corps d'un homme[4]. »

D'après Hygin[5], la divinité offensée aurait été Aphrodite. C'est à la suite de cet épisode que Minos fait construire le Labyrinthe par l'architecte Dédale, où il maintient enfermé le Minotaure (selon une tradition minoritaire rapportée par Diodore, Pasiphaé aide ensuite Dédale et son fils Icare à s'enfuir de l'île en bateau pour échapper à la vengeance de Minos). Dans l’Énéide (VI, 447), Virgile la montre dans les « Champs des Pleurs » lors de la descente aux Enfers d'Énée.

CulteModifier

Dans la Grèce continentale, Pasiphaé était honorée comme une déesse de la divination à Thalame en Laconie (près de Sparte). Pausanias décrit le sanctuaire comme petit, situé près d'un ruisseau clair et flanqué de statues en bronze d'Hélios et de Pasiphaé. Son récit rapproche également Pasiphaé d'Ino et de la déesse lunaire Séléné[réf. nécessaire].

Interprétations et symboliqueModifier

Pasiphaé, « celle qui brille sur tout », est aussi une épiclèse de la lune ; le taureau, selon James George Frazer est un emblème du soleil. À l’origine du mythe, celui-ci perçoit un « mariage du Soleil et de la Lune célébré sous forme de rite solennel par le roi et la reine de Cnossos, qui portaient respectivement le masque d’un taureau et d’une vache. »[6].

Le sens de « Dédale » est « ingénieux ». C'est l'équivalent symbolique moderne du système technique. Son rôle est de trouver une solution lorsqu'un problème se présente. Pasiphaé représente le désir de jouissance, et son mari, Minos, le désir de posséder (en refusant de sacrifier la bête). Finalement, Dédale sert ces deux ressorts psychologiques sans se poser de question. Le Minotaure est un nouveau problème (pour Minos), qui va s'adresser à Dédale pour trouver une solution : le labyrinthe. Symboliquement, il s'agit de l'absence de prise de conscience de la véritable source du problème qui est intérieure et non technique[7].

Développements ultérieursModifier

PeintureModifier

  • Pasiphaé est une des 1 038 femmes représentées dans l'œuvre contemporaine de Judy Chicago, The Dinner Party, exposée au Brooklyn Museum. Cette œuvre se présente sous la forme d'une table triangulaire de 39 convives (13 par côté). Chaque convive étant une femme, figure historique ou mythique. Les noms des 999 autres femmes figurent sur le socle de l'œuvre. Le nom de Pasiphaé figure sur le socle, elle y est associée à la déesse serpent, cinquième convive de l'aile I de la table[8].

SculptureModifier

ThéâtreModifier

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources antiquesModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

  • Ressource relative à la bande dessinée  :
  • Ressource relative aux beaux-arts  :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Lucien de Samosate (2015), p. 573.
  2. Livre III, 26, 1.
  3. III, 1, 2.
  4. Traduction d'Ugo Bratelli.
  5. XL.
  6. Laurent Gourmelen, Les amours de Pasiphaé : problèmes d’analyse et d’interprétation mythologiques, in Mythe et fiction, Danièle Auger, Charles Delattre (dir), Presses universitaires de Paris Ouest, 2010, p. 383-397.
  7. 2010 Bigé, p. 143-148.
  8. Musée de Brooklyn - Pasiphaé.