Ouvrir le menu principal
Figurine de la déesse aux serpents. Musée archéologique d'Héraklion (ca. 1600 av. J.-C.).

La déesse aux serpents est une divinité chthonienne de la civilisation minoenne. Des figurines datant d'environ -1600 ont été retrouvées lors des fouilles archéologiques au palais minoen de Cnossos, en Crète, représentant des déesses[1].

Ces figurines ont été retrouvées dans des sanctuaires de maisons, en tant que « serpents de la maison », ce qui semble relié à des traditions du Paléolithique par rapport à la domesticité et aux femmes[1]. Aussi, Evans fait un lien entre la déesse serpent et la déesse de la mythologie égyptienne, Wadjet.

Le nom de « déesse aux serpents » en langue minoenne (en) peut être apparenté à A-sa-sa-ra, une traduction possible d'inscriptions en linéaire A[2].

Palmer fait le lien entre l'inscription a-sa-sa-ra-me qui semble accompagner les figurines de déesse, avec le hittite išhaššara, « maîtresse »[3].

HommageModifier

La déesse aux serpents est une des 1 038 femmes représentées dans l'œuvre contemporaine The Dinner Party de Judy Chicago, aujourd'hui exposée au Brooklyn Museum. Cette œuvre se présente sous la forme d'une table triangulaire de 39 convives (13 par côté), chaque convive étant une femme, figure historique ou mythique. Les noms des 999 autres femmes figurent sur le socle de l'œuvre. La déesse aux serpents est la cinquième convive de l'aile I de la table : elle y figure entre Kali et Sophie, la personnification de la sagesse[4].

RéférencesModifier

  1. a et b Walter Burkert, Greek Religion, Harvard University Press, 1985, p. 23 et 30 (ISBN 0-674-36281-0)
  2. Harald Haarmann, Das Rätsel der Donauzivilisation : Die Entdeckung der ältesten Hochkultur Europas, Munich, C.H. Beck, 2011, p. 241, (ISBN 978-3-406-62210-6).
  3. F. Schachermeyer, Die minoische Kultur des alten Kreta, Stuttgart, W.Kohlhammer, 1964, p. 256, 263.
  4. Musée de Brooklyn - Déesse serpent

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

  • Religion matriarcale : la « Déesse aux serpents » de la religion minoenne est souvent présente dans la littérature sur la religion matriarcale.