Ouvrir le menu principal

Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin

parc naturel régional de France
Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin
FranceNormandieGraignesMaraisCotentin.jpg
Vue vers le marais du Cotentin de l'église-mémorial de Graignes
Géographie
Adresse
Coordonnées
Ville proche
Superficie
1 466,5 km2
Population
74000
Administration
Type
Catégorie UICN
V (paysage terrestre ou marin protégé)
Identifiant
Création

Renouvellement
Prolongation
Renouvellement
Administration
Site web
Localisation sur la carte de la Manche
voir sur la carte de la Manche
Green pog.svg
Localisation sur la carte de Normandie
voir sur la carte de Normandie
Green pog.svg
Localisation sur la carte de France
voir sur la carte de France
Green pog.svg

Le parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin est un parc naturel régional français, situé en Normandie. Le parc régional est créé le par décret ministériel en raison de l'importance de sa zone humide que les crues hivernales recouvrent ou « blanchissent ».

Il est actuellement présidé par Jean Morin et est composé de 119 communes.


Sommaire

HistoriqueModifier

Création administrativeModifier

GéographieModifier

 
Périmètre du PNR.

Le PNR des marais du Cotentin et du Bessin est située au sud de la presqu’île du Cotentin, en Normandie. Administrativement parlant le PNR est localisé dans la région Normandie, avec 119 communes, soit 99 dans le département de la manche et 20 dans le Calvados, en 2018, ceci sans compter les communes nouvelles fusionnées.

Le Parc couvre un territoire de 146 650 hectares dont 30 000 de zones humides constituées par les marais du Cotentin et du Bessin (Ramsar[1], Natura 2000, et 3 réserves naturelles) fortement marqué par l'activité agricole.

La commune la plus peuplée est Carentan avec 6 096 habitants, aucune autre commune ne dépasse les 3000 habitants.

Situation géographique et accèsModifier

Le parc est limité à l'est et à l'ouest par la Manche. Il est entouré par des agglomérations relativement importantes : Cherbourg au nord, Bayeux à l'est, Saint-Lô au sud et Coutances au sud-ouest.

Sous-unités géographiquesModifier

Les départements de la Manche et du Calvados - le Cotentin et le BessinModifier

Le Cotentin désigne historiquement la région de Coutances, aujourd'hui c'est le nom de la péninsule qui s'avance dans la Manche en dépassant de la Normandie, sa limite sud se situe au niveau de Granville et de Vire.

Le Bessin correspond à la région de Bayeux, la limite est la Vire à l'ouest.

Dans le périmètre du parc, le Cotentin correspond globalement au département de la Manche et le Bessin au département du Calvados. A noter, cependant, que la frontière entre les départements suit l'Elle au sud de Neuilly-la-forêt.

Val-de-Saire, Plain et BauptoisModifier

Trois régions historiques sont identifiables à l'intérieur du Cotentin :

Le Val-de-Saire se situe tout au nord du parc, à partir de Quinéville. Le Plain désigne la région autour de Sainte-mère-église, il s'étend jusqu'à la mer à l'est et est limité à l'ouest par le Merderet puis la Douve au sud-ouest. Le Bauptois est compris entre Saint-sauveur-le-vicomte (nord) et La-Haye-du-puits (sud).

Le Haut et le Bas-paysModifier

Le bas-pays correspond aux terres comprises entre le niveau de la mer et 5m d'altitude environ , le haut-pays s'élève en moyenne entre 5m et 40 m, avec des hauteurs jusqu'à 130m, qualifiés de monts, à l'ouest du pnr.

Ces entités sont facilement identifiables géologiquement, écologiquement et du point de vue du paysage.

Les espaces naturels protégésModifier

Plusieurs communes du parc comprennent desespaces naturels protégés dont 3 réserves naturelles nationales :

Les autres aires protégées comprennent :

Dans les marais intérieurs, on retrouve les vallées de l’Aure, l’Ay, la Douve, la Taute, la Vire, ainsi que les marais de la côte Est.

GéologieModifier

Il y a quelque 8 000 ans, les marais du Cotentin et du Bessin formaient de profondes vallées. La fonte des calottes glaciaires provoqua une remontée du niveau de la mer. À chaque marée basse, une couche d’argiles et de sables se déposait. C’est de cette accumulation que sont nés les cordons dunaires à l’embouchure de la baie des Veys.

1 000 ans plus tard, à cause de ces cordons, la mer ne parvint que difficilement à pénétrer dans les marais, ce qui permit l’accumulation de dépôts tourbeux d’eau douce pendant 5 000 ans. Puis, la mer réussit de nouveau à submerger partiellement les vallées. Une sédimentation fluvio-marine, la tangue, se déposa sur la sédimentation organique antérieure, la tourbe, qu’elle fossilisa.

C’est dans ces fonds de vallées progressivement comblés que les marais sont nés. Fréquemment inondés, par les pluies hivernales trop lentement évacuées à marée basse, ils restaient souvent infranchissables.

De nombreux aménagements ont été réalisés afin d'exploiter et de franchir les marais (canaux, fossés, chaussées, voies ferrées...) et structurent aujourd’hui le paysage[2].

HydrologieModifier

Cinq fleuves principaux alimentent les marais : d'est en ouest, l'Aure, la Vire, la Taute, la Douve et l'Ay.

Les marais du Cotentin ont été aménagés au XVIe siècle grâce à de gros travaux d'assainissement sous la direction du maréchal de Bellefonds. Ceux-ci consistaient en la construction de portes à flots et d'un réseau de fossés permettant le pâturage des bêtes. Ainsi, les prairies grasses peuvent être accessibles plus de 6 mois par an (généralement de mai à octobre).

Ces portes sont actionnées par la seule force des eaux. Elles se referment à chaque marée montante et s’ouvrent à marée basse pour que l’eau douce des rivières, accumulée en amont, puisse s’évacuer. Elles se situent sur les principales rivières : la Douve, la Taute, la Vire, l’Aure, l’Ay et la Sinope.

 
Logo du parc.

Le marais devient « blanc » en hiver lorsque l’eau recouvre les prairies.

Les zones humides s'étendent sur 27 700 ha de prairies inondables.

Parmi celles-ci, on compte 7 000 ha de marais communaux (dont environ 2 500 ha collectifs), répartis sur 62 communes et 2 syndicats intercommunaux. Les « communaux collectifs » accueillent chaque année quelque 3 000 animaux, bovins et équins.

Patrimoine naturel et biodiversitéModifier

La Zone naturelle d'intérêt écologique, faunistique et floristique n°250008148 "Marais du Cotentin et du Bessin" décrit les habitats et les espèce d'une partie du territoire du parc

Le territoire s'organise en deux entités paysagères :

 
Bernache nonnette (Branta leucopsis)

Le bas-pays, le long des fleuves côtiers, composé de prairies humides est inondé pendant l'hiver. C'est le marais caractéristique du parc, avec ses horizons ouverts, l'altitude est comprise entre 0 et 5 mètres. Très peu de cultures y sont installées. Les prairies sont sillonnées de nombreux fossés. Ces couloirs fluviaux s'ouvrent à l'est sur la baie des Veys. L'estuaire y forme de vastes vasières où l'on peut observer une importante avifaune[3]. Oies cendrées et bernaches nonnettes viennent s'y rassembler en nombre l'hiver, accompagnées de canards et de limicoles[4]. Immédiatement au nord de la baie, la plage d'Utah Beach avec son cordon dunaire protège un marais littoral large de 2 km.

Le haut-pays est lui aussi dominé par les prairies, dans un paysage de bocage normand bucolique. Les cultures sont plus présentent dans le Bessin et dans le Plain (autour de Sainte-mère-église), c'est également là que la densité de bocage est la moins importante. Le bocage développe son réseau de haies sur 115 000 hectares. L'essence dominante est le Chêne pédonculé associé au frêne. Historiquement, au XVIIIième siècle des Ormes ont été plantées pour créer des haies dans le Bessin et le Plain, mais la graphiose les a éliminés et ils ont tendance à être remplacés progressivement par des Frênes. Les bois sont peu nombreux dans ce territoire, majoritairement présents vers l'ouest, quelques pinèdes, plantées sur d'anciennes lande sont visibles. Le mont de Doville est recouvert par une belle lande rase à bruyères et ajoncs[3].

Menacées dans les années 70, les cigognes (Ciconia ciconia) se sont réintallées dans les marais du Cotentin et leur population est en augmentation. L'espèce hiverne sur ce territoire depuis 1989-1990. 164 couples y ont nichés en 2018[5].

Patrimoine historiqueModifier

 
Église Notre-Dame-de-l'Assomption de Sainte-Mère-Église, elle résume à elle seule le patrimoine historique du PNR, typique des églises rurales de la région, elle a également été le théâtre d'un évènement de la seconde guerre mondiale qui restera dans la mémoire collective

La moitié du patrimoine historique du parc est constitué par des édifices religieux: églises, abbayes ; des châteaux, fermes-manoirs, du petit bâti (lavoirs, fontaines, moulins et fours à chaux) ainsi que des vestiges de la seconde guerre mondiale sont classés comme monuments historiques[3].

Le Cotentin et le Bessin sont parsemés de fermes-manoirs, en granit dans le cotentin et en calcaire pour le bessin, elles sont organisées autour d'une cour, souvent fortifiées, elles sont parfois richement décorées pour afficher le statut et la richesse de leurs propriétaires[6].

Le territoire du PNR est, avec le département d'Ille-et-Vilaine, celui qui compte le plus grand nombre de construction en bauge, avec ses 700 bâtiments inventoriés. Les plus anciennes de ces constructions sont des dépendances de manoirs en pierre et datent du XVIème siècle, avec l'essor agricole du XVIIIème siècle les constructions deviennent plus grandes, les fermes entières sont construites en terre. La dernière construction en terre, une grange à grains, date de 1917[7].

Le PNR avec plusieurs partenaires français et britanniques a développé un programme visant à améliorer les techniques de fabrication de bâtiments en terre pour que le matériaux puisse répondre aux normes du bâtiments et aux normes écologiques[8].

Activités humainesModifier

AgricultureModifier

Le parc compte 1 553 exploitations agricoles, environ la moitié des actifs travaille dans le secteur primaire. La surface agricole utile couvre 80% du territoire. La principale filière est la vache laitière.

UrbanismeModifier

AdministrationModifier

Le siège du parc se situe sur la commune de Les Veys, au manoir de Cantepie. Le Parc naturel régional possède une Maison du Parc à Saint-Côme-du-Mont, celle-ci propose une présentation du territoire à travers un film, une ou des expositions temporaires, un jardin, et l'accès à un Espace Naturel Sensible du Conseil Général de la Manche : les marais du Ponts d'Ouve. Des balades fluviales sont également proposées sur la Douve et la Taute.

Les élusModifier

Le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin fonctionne comme un établissement public sous la forme d'un syndicat mixte, le Syndicat Mixte du Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin. Il associe différents échelons de collectivités, les 150 communes adhérentes du Calvados et de la Manche (1 délégué par commune), le conseil régional de Basse-Normandie (10 conseillers), le conseil général du Calvados (2 conseillers) et le conseil général de la Manche (8 conseillers).

Lors de l'assemblée générale, les 170 élus élisent les 52 membres du comité syndical, selon les 3 collèges.

Le comité syndical comprend 52 membres issus de 3 collèges (32 élus communaux, 10 conseillers régionaux et 10 conseillers généraux du Calvados et de la Manche). C'est l'instance de gestion du syndicat mixte. Il vote le budget et approuve le compte administratif. Il décide des grandes orientations sur proposition des commissions de travail.

Le bureau est l'équivalent du comité syndical en nombre réduit et comprend 18 membres (8 élus communaux, 5 conseillers régionaux et 5 conseillers généraux du Calvados et de la Manche). Il est l'instance de travail et de débat, de suivi des programmes d'action, de gestion courante de la structure et de son équipe. Il gère au quotidien la mise en œuvre des actions du Parc.

l'équipe de gestionModifier

Une équipe pluridisciplinaire composée de 35 personnes impulse et met en œuvre les actions de la charte sur le terrain. Leur action comprend les thèmes de l'eau, de la biodiversité, des paysages, du tourisme et du patrimoine[9].

Un territoire vaste et des enjeux multiples nécessitent un travail avec de nombreux partenaires et acteurs locaux, départementaux ou régionaux. Pour cela, le Parc naturel régional a mis en place des commissions et comités thématiques[10].

Dans ses statuts, le Parc a prévu 5 commissions :

  • Eau et biodiversité
  • Paysage et urbanisme
  • Performance environnementale et énergie
  • Développement socio-économique
  • Appropriation du territoire

Leur rôle est d'informer et d'échanger sur les politiques du Parc, de transmettre des connaissances et de créer du lien entre les projets et les acteurs. Elles associent les délégués, les partenaires et des habitants du Parc.

Il est aussi constitué de huit comités thématiques (associé avec quelques délégués et les partenaires concernés en nombre restreint) :

Ils ont pour rôle le suivi des politiques de la charte, de les faire évoluer, les améliorer ou les infléchir.

PrésidentsModifier

Les présidents successifs[réf. souhaitée]
Période Identité Étiquette Qualité
1991   Jean-François Legrand SE Président du Conseil général de la Manche
  2015 Rolande Brécy SE vice-présidente du Conseil général de la Manche
2015 2017 Marc Lefèvre SE vice-président du Conseil départemental de la Manche
2017[11] En cours Jean Morin SE vice-président du Conseil départemental de la Manche

La charteModifier

La charte du Parc naturel régional est axée sur 4 grands objectifs, repris ci-dessous dans leurs intitulés exacts :

  • Gérer et préserver notre biodiversité et notre ressource en eau pour les générations futures,

Outre la gestion des aires protégées dans son périmètre d'intervention, le PNR a mis en place des mesures agri-environnementales pour l'entretiens des mares et fossés, la gestion extensive des herbages et la reconversion de cultures vers la prairie. Enfin le parc offre aux acteurs du territoire une structure pour exposer leurs objectifs concernant la gestion de l'eau, et les contraintes auxquelles ils font face.

  • Maintenir et améliorer l'attractivité de notre cadre de vie,

avec des actions sur l'urbanisme.

  • Utiliser l'environnement comme un atout pour le développement durable,

au travers du tourisme durable et de la filière bois-énergie, notamment.

  • Cultiver notre appartenance au territoire pour être acteurs de notre projet et s'ouvrir aux autres,

grâce à la maison du parc et en éduquant les jeunes générations à la nature.

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. (en) « Marais du Cotentin et du Bessin, Baie des Veys », sur Service d’information sur les Sites Ramsar (consulté le 18 mars 2015).
  2. http://www.parc-cotentin-bessin.fr/fr/un-peu-d-histoire-t48.html
  3. a b et c CERESA, Document de référence sur les paysages du parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin - Analyse des paysages, parc naturel régional des marais du Cotentin et du Bessin, , 78 p. (lire en ligne)
  4. « La baie des Veys (Manche), une zone humide méconnue », sur ornithomedia.com,
  5. « Les cigognes font leur nid en masse en Normandie », sur ouest-France.fr, Ouest France (Manche),
  6. Marie LE GOAZIOU et Lise HERZOG, Secrets et trésors des maisons de Normandie, Aix-en-provence, Lille, rennes, Ouest-france, , 139 p. (ISBN 978-2-7373-6037-4)
  7. Erwann PATTE, ARCHITECTURES EN TERRE Marais du Cotentin et du Bessin, Cahier du temps, coll. « image du patrimoine »,
  8. « CobBauge », sur parc-cotentin-bessin.fr
  9. http://www.parc-cotentin-bessin.fr/files/fck/files/Organigramme%20octobre%202013.pdf Organigramme du Parc.
  10. http://www.parc-cotentin-bessin.fr/fr/comment-fonctionne-le-parc---t159.html Fonctionnement du parc.
  11. Jean Morin, élu président du Parc des marais

Voir aussiModifier

Liens vers les autres projetsModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Gérard Tapin, « La fenaison dans la région de Marchésieux » (parc des marais du Cotentin), Le Viquet, n ° 104, Saint Jean 1994
  • Architectures en terre, Marais du Cotentin et du Bessin, 2012.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier