Ouvrir le menu principal

Baie des Veys

baie de la Manche, France

Baie des Veys
Géographie humaine
Pays côtiers Drapeau de la France France
Subdivisions
territoriales
Basse-Normandie
Géographie physique
Type Baie
Localisation Manche (océan Atlantique)
Coordonnées 49° 22′ 40″ nord, 1° 08′ 11″ ouest

Géolocalisation sur la carte : Basse-Normandie

(Voir situation sur carte : Basse-Normandie)
Baie des Veys

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Baie des Veys

La baie des Veys (du nom de la commune Les Veys), située à la limite du Cotentin et du Bessin, est un large estuaire où se jettent les quatre fleuves qui irriguent le Parc naturel régional des Marais du Cotentin et du Bessin : la Douve et la Taute, près de Carentan, la Vire et l'Aure à Isigny-sur-Mer.

Sommaire

ToponymieModifier

Les Veys représente le pluriel du mot vey (anciennement wei, vei) « gué », forme dialectale normande correspondant au français gué, d'où le sens global de « les gués ».

Ce mot est issu (comme gué, cf. le traitement phonétique w- > g- en français central) du vieux bas francique *wad̄ « endroit guéable » restitué d'après le vieux haut allemand wat « id. » et le moyen néerlandais wat « id. ». Il correspond au latin vadum (d'où sont issus le roumain vad, le portugais vau et l'espagnol vado)[1]. En normand, il a dû être renforcé par l'ancien norrois vað de même sens, comme en témoigne par exemple le toponyme Esteinvei (1320), ancien lieu-dit de Fresville (Manche), précédé du vieux norrois steinn « pierre », d'où le sens global de « gué de la pierre ».

PrésentationModifier

Elle marque la limite entre le pays du Cotentin et le pays du Bessin.

De faible profondeur, à marée haute, les bateaux doivent suivre soigneusement deux chenaux balisés qui mènent l'un à Carentan, l'autre à Isigny-sur-Mer. Ces deux ports virent s'éteindre un cabotage voué au transport de marchandises (importation de bois du Nord et exportation de beurre) dans les années 1960.

À marée basse, c'est aujourd'hui un désert de sable de 7 km2.

 
La baie des Veys à l'embouchure de la Taute.

Avant les aménagements et la poldérisation du XIXe siècle, les Veys se distinguaient entre le « Grand Vey » et le « Petit Vey ».

Le grand Vey formait la plus grande partie septentrionale de l'estuaire entre les côtes de Sainte-Marie-du-Mont, Brévands et de Géfosse-Fontenay. Ce gué comportait à marée basse un grand nombre de bancs de sable ainsi que le tracé de la voie romaine allant d'Alauna (Valognes) à Augustodurum (Bayeux), sur huit kilomètres[2]. On passait quatre gués principaux (en fait plusieurs bras des mêmes fleuves, la Taute et la Vire), d'ouest en est :

  • le gué de Carentan ;
  • le gué de Brévands ;
  • le gué de Vire ;
  • le gué d'Isigny [3].


Les bancs principaux étaient (du nord au sud)[4],[5] :

  • le banc du Nord ;
  • les Rouelles ;
  • le banc de Fer ;
  • le banc Ferraillon ;
  • le banc de l'Islette ;
  • le banc de la Madeleine ;
  • le banc du Camp.

Le petit Vey n'était que l'embouchure de la Vire, se jetant dans le grand Vey. Une chaussée ancienne le traversait également entre Isigny-sur-Mer et Carentan.

Site RamsarModifier

La baie des Veys a été désignée site Ramsar le 8 avril 1991[6].

ActivitésModifier

La baie des Veys est le bassin de culture des huîtres d'Isigny et d'Utah Beach (10 000 tonnes par an pour 30 000 tonnes d'huîtres normandes).

On y pratique, non seulement la pêche à pied des coques, à titre amateur ou professionnel, mais aussi la chasse au gibier d'eau sur le rivage ou au gabion.

BibliographieModifier

Article connexeModifier

Notes et référencesModifier

  1. Site du CNRTL : étymologie de gué [1]
  2. Morière 1858 étude Normannia, p. 501.
  3. Morière 1858 étude Normannia, p. 499.
  4. Carte de l'ancien diocèse de Coutances, 1689 en ligne (B.n.F. / Gallica).
  5. Morière 1858 étude Normannia, p. 510.
  6. (en) « Marais du Cotentin et du Bessin, Baie des Veys », sur Service d’information sur les Sites Ramsar (consulté le 18 mars 2015)