Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

La Panzerdivision[a] (au pluriel Panzerdivisionen, abréviation : PzDiv) est le nom allemand équivalent de la division blindée. Panzerdivision est souvent utilisé en français pour désigner la division blindée de l'armée allemande durant la Seconde Guerre mondiale. Il y eut des Panzerdivisionen dans la Waffen-SS et même une dans la Luftwaffe.

Sommaire

Organisation sous le IIIe ReichModifier

 
Panzer II et IV durant l'opération Barbarossa en .

La Panzerwaffe avec ses Panzerdivisionen a été le fer de lance de l'armée allemande qui lui a permis de remporter de nombreuses victoires, rapides et décisives. C'était le Blitzkrieg. La PzDiv était composée d'un régiment blindé (à l'origine de deux régiments), mais aussi d'infanterie, d'artillerie et de diverses troupes (transmissions, génie), plus des services. Le ratio des éléments de la Panzerdivision a évolué au fil du temps. Une Panzerdivision au début de la Seconde Guerre mondiale pouvait disposer sur le papier de plus de 300 chars de combat et d'une force de 15 000 hommes. En 1941, les Panzerdivisionen sont motorisées ; en 1945, les tables d'organisation de la PzDiv prévoit des bataillons d'infanterie cyclistes et des unités de train hippomobiles.

La division blindée type 1935Modifier

Les trois premières divisions blindées formées en 1935 le sont sur un même modèle ; elles ont toutes un état-major divisionnaire (Divisionkommando) avec une section motocycliste (Kradmeldzug) et un bureau de cartographie motorisée (Kartenstelle (mot)).

  • Une brigade blindée (Panzerbrigade) avec un total de 324 engins blindés.
  • Schüzenbrigade
  • Aufklärungsabteilung (mot)
  • Pz. Abw. Abteilung
  • Un régiment motorisé d'artillerie (Artillerieregiment (mot))
  • Un bataillon motorisé du génie (Pionierabteilung (mot))
  • Un bataillon motorisé des transmissions (Nachrichtenabteilung (mot))
    • Une compagnie radio (Funkkompagnie)
  • Services de réapprovisionnement (Nachschubdienste)
  • Services de gestion (Verwaltungsdienste)
  • Une unité médicale (Sanitätsdienste)
  • Une unité motorisée de gendarmerie (Feldgendarerietrupp (mot))
  • Un bureau motorisé des postes aux armées (Feldpostamt (mot))

Tactiques et usagesModifier

En , la France disposait de plus de blindés que l'Allemagne, mais ils étaient dispersés dans de petites unités comme support de l'infanterie. « Le , la Wehrmacht lança dans la bataille 2 245 chars, sur les 3 505 chars dont elle disposait. En face, il y avait 3 383 chars français, britanniques, belges et néerlandais. (...) Les Allemands firent un bien meilleur usage de leur blindés. »[1]. La Wehrmacht disposait de dix divisions blindées lors de la bataille de France, voici les types de chars de combat en service en -[2] :

  • 1 PzDiv 256 blindés : 52 Pz I, 98 Pz II, 58 pz III, 40 pz IV, 8 PzBef[b] ;
  • 2 PzDiv 266 blindés : 45 Pz I, 115 Pz II, 58 Pz III, 32 Pz IV, 16 PzBef ;
  • 3 PzDiv 341 blindés : 117 Pz I, 129 Pz II, 42 Pz III, 26 Pz IV, 27 PzBef ;
  • 4 PzDiv 314 blindés : 135 Pz I, 105 Pz II, 40 Pz III, 24 Pz IV, 10 PzBef ;
  • 5 PzDiv 327 blindés : 97 Pz I, 120 Pz II, 52 Pz III, 32 Pz IV, 26 PzBef ;
  • 6 PzDiv 223 blindés : 60 Pz II, 118 Pz 35(t)[c], 31 Pz IV, 16 PzBef ;
  • 7 PzDiv 225 blindés : 34 Pz I, 68 Pz II, 91 Pz 38(t)[c], 24 Pz IV, 8 PzBef 38(t)[c] ;
  • 8 PzDiv 212 blindés : 58 Pz II, 116 Pz 38(t)[c], 23 Pz IV, 15 PzBef 38(t)[c] ;
  • 9 PzDiv 153 blindés : 30 Pz I, 54 Pz II, 41 Pz III, 16 Pz IV, 12 PzBef ;
  • 10 PzDiv 265 blindés : 44 Pz I, 113 Pz II, 58 Pz III, 32 Pz IV, 18 PzBef.

À noter la disparité des effectifs entre les divisions qui varie du simple au double (150 à 320 chars), ainsi que la disparité des dotations dans les chars. On peut aussi noter que les nouvelles divisions (les 6, 7, 8, 9 et 10) sont les moins bien dotées numériquement mais les seules où on trouve les chars tchèques Pz 35(t) et Pz 38(t).

Unité Chars le
[3]
(invasion de la Pologne)
Chars le
[4]
(opération Barbarossa)
1re Panzerdivision 309 145
2e Panzerdivision 322 0[d]
3e Panzerdivision 391 215
4e Panzerdivision 341 166
5e Panzerdivision 335 0[e]
10e Panzerdvision 150 182
Panzerdivision Kempf 164 0[f]
1re division légère / 6e Panzerdivision 226 245[g]
2e division légère / 7e Panzerdivision 85 265[g]
3e division légère / 8e Panzerdivision 80 212[f]
4e division légère/ 9e Panzerdivision 62 143[g]
Panzer-Regiment 25 225 0[f]
11e Panzerdivision 0[h] 143
12e Panzerdivision 0[h] 293
13e Panzerdivision 0[h] 149
14e Panzerdivision 0[h] 147
16e Panzerdivision 0[h] 146
17e Panzerdivision 0[h] 202
18e Panzerdivision 0[h] 218
19e Panzerdivision 0[h] 228
20e Panzerdivision 0[h] 229
 
Un Panzer IV de la 3. Panzerdivision en Russie.
 
Des véhicules de la 21. Panzerdivision durant la guerre du désert en 1942.

Liste des divisions de la Wehrmacht Heer comprenant des unités de panzersModifier

Symboles Division Unité de panzers Création/Dissolution Théâtre d'opérations Garnison
     1. Panzerdivision Panzer-Regiment 1

Panzer-Regiment 2

1935–1945 Pologne, France, Front de l'Est Weimar
  2. Panzerdivision Panzer-Regiment 3

Panzer-Regiment 4

1935–1945 Pologne, France, Balkans, Front de l'Est, Normandie, Ardennes Vienne
    3. Panzerdivision Panzer-Regiment 5

Panzer-Regiment 6

1935–1945 Pologne, France, Front de l'Est Berlin
  3. Panzergrenadier-Division Panzer-Abteilung 103 1940–1945 Pologne, France, Front de l'Est, Italie, Allemagne Francfort-sur-l'Oder
    4. Panzer-Division Panzer-Regiment 35 1938–1945 Pologne, France, Front de l'Est Wurtzbourg
   5. Panzer-Division Panzer-Regiment 15 et 31 1938–1945 Pologne, France, Balkans, Front de l'Est Opole
  6. Panzer-Division Panzer-Regiment 11 1939–1945 France, Front de l'Est Wuppertal
      7. Panzer-Division Panzer-Regiment 25 1938–1945 France, Front de l'Est Gera
  8. Panzer-Division Panzer-Regiment 10 1939–1945 France, Balkans, Front de l'Est Cottbus
  9. Panzer-Division Panzer-Regiment 33 1939–1945 France, Balkans, Front de l'Est, Normandie, Ardennes, Allemagne Sankt Pölten
   10. Panzer-Division Panzer-Regiment 7 1939–1943 Pologne, France, Balkans, Front de l'Est, Afrique du Nord Prague
10. Panzergrenadier-Division Panzer-Abteilung 7 1943–1945 Front de l'Est Ratisbonne
  11. Panzer-Division Panzer-Regiment 15 1940–1945 Balkans, Front de l'Est, Normandie, Ardennes
  12. Panzer-Division Panzer-Regiment 29 1940–1945 Front de l'Est Stettin
  13. Panzer-Division Panzer-Regiment 4 1940–1945 Front de l'Est Magdebourg
  14. Panzer-Division Panzer-Regiment 36 1940–1945 Front de l'Est Dresde
  15. Panzer-Division Panzer-Regiment 8 1940–1943 Afrique du Nord Landau in der Pfalz/Heidelberg
15. Panzer-Grenadier Division Panzer-Abteilung 115 1943–1945 Italie
  16. Panzer-Division Panzer-Regiment 2 1940–1945 Front de l'Est, Italie Münster
16. Panzergrenadier-Division Panzer-Abteilung 116 1940–1945 Front de l'Est Münster
  17. Panzerdivision Panzer-Regiment 39 1940–1945 Front de l'Est Augsbourg
  18. Panzer-Division Panzer-Regiment 18 1940–1943 Front de l'Est Chemnitz
  18. Panzer-Grenadier-Division Panzer-Abteilung 118 1943–1945 Front de l'Est Liegnitz
  19. Panzer-Division Panzer-Regiment 27 1940–1945 Front de l'Est Hanovre
    20. Panzer-Division Panzer-Regiment 21 1941–1945 Front de l'Est Erfurt
20. Panzer-Grenadier Division Panzer-Abteilung 8 1943–1945 Front de l'Est Hambourg
  21. Panzer-Division Panzer-Regiment 5 1941–1945 Afrique du Nord, Normandie, Front de l'Est
  22. Panzerdivision Panzer-Regiment 204 1941–1943 Front de l'Est France
  23. Panzerdivision Panzer-Regiment 23 1941–1943 Front de l'Est France
  24. Panzerdivision Panzer-Regiment 24 1941–1945 Front de l'Est Stablack en Prusse-Orientale
  25. Panzerdivision Panzer-Regiment 9 1942–1945 Front de l'Est Norvège
25. Panzergrenadier-Division Panzer-Abteilung 5

Panzer-Abteilung 2107

1943–1945 Front de l'Est, Allemagne Ludwigsbourg
  26. Panzerdivision Panzer-Regiment 26 1942–1945 Italie Potsdam
  27. Panzerdivision Panzer-Abteilung 127 1942–1943 Front de l'Est Ukraine
29. Panzergrenadier-Division Panzer-Abteilung 129 1937–1945 Pologne, France, Front de l'Est, Italie Erfurt
Panzerdivision Clausewitz Panzer-Brigade 106

II. (SPW)/Panzer Rgt. Feldherrnhalle 1

1945 Allemagne Lauenburg/Elbe
60. Infanterie-Division (mot) Panzer-Abteilung 160 1940–1943 Balkans, Front de l'Est, Italie Danzig
90. Panzergrenadier-Division Panzer-Abteilung 190 1943–1945 Italie
  116. Panzer-Division Panzer-Regiment 16 1944–1945 Allemagne France
155. Panzer-Division Reserve-Panzer Abteilung 7 1943–1944 France France
Panzerdivision Nr. 178 Pz.Ers. und Ausb.Abt. 15 1943–1944 Allemagne Liegnitz
179. Reserve Panzerdivision Reserve-Panzer Abteilung 1 1943–1944 France Weimar
232. Panzer-Division 1945 Front de l'Est Malacky
233. Panzer-Division Panzer-Abteilung 233 1943–1945 Danemark Francfort
273. Reserve Panzerdivision Panzer-Regiment 25/35 1943–1944 Allemagne Wurtzbourg
345. Infanterie-Division (mot.) Panzer-Abteilung 345

Panzer-Abteilung 129

1942–1943
386. Infanterie-Division (mot.) Panzer-Abteilung 386

Panzer-Abteilung 103

1942–1943 France
Panzerdivision Feldherrnhalle 1 Panzer-Regiment Feldherrnhalle 1945 Front de l'Est
Panzerdivision Feldherrnhalle 2 Panzer-Regiment Feldherrnhalle 2 1945 Front de l'Est Danzig
Führer Begleit Division Panzer-Regiment 102 1945 Front de l'Est
Führer Grenadier Division Panzer-Regiment 101 1945 Front de l'Est
Panzergrenadier-Division Großdeutschland Panzer-Regiment Großdeutschland 1943 Front de l'Est
Panzerdivision Holstein Panzer-Abteilung 44 1945 Front de l'Est
Panzerdivision Müncheberg Panzer-Abteilung Kummersdor 1944–1945 Allemagne Berlin, Potsdam, Francfort
Panzerdivision Norwegen Panzer-Abteilung Norwegen 1943–1945 Norvège Norvège
Panzerdivision Döberitz Panzer-Abteilung Schlesien 1945 Allemagne Döberitz
Panzerdivision Jüterbog Panzer-Abteilung Jüterbog 1945 Allemagne Jüterborg
Panzerdivision Kempf Panzer-Regiment 7 1939 Pologne
Panzerdivision Kurmark Panzer-Regimen Kurmark 1945 Allemagne Francfort
Panzerdivision Schlesien Panzer-Abteilung Schlesien 1945 Allemagne Döberitz
Panzerdivision Tatra une Panzer-Kp. de la Pz.Ers. und Ausb.Abt. 4 1944-1945 Slovaquie
Panzer-Auffrischungs-Verband Krampnitz gemischtes Panzer Abt. Krampnitz 1945 Allemagne
  Panzer-Lehr-Division Panzer-Lehr-Regiment 130 1944–1945 France, Allemagne Nancy, Verdun

Liste des divisions de la Waffen-SS comprenant des unités de panzersModifier

 
Chef de char Tigre I de la division Das Reich à Koursk en 1943
Symbole Division Unité de panzers Création/Dissolution Théâtre d'opération Garnison
  1. SS-Panzerdivision Leibstandarte-SS-Adolf Hitler SS-Panzer-Regiment 1 1943–1945 Front de l'Est, Normandie, Ardennes, Allemagne Berlin
  2. SS-Panzerdivision Das Reich SS-Panzer-Regiment 2 1943–1945 Front de l'Est, Normandie, Ardennes, Allemagne
  3. SS-Panzerdivision Totenkopf SS-Panzer-Regiment 3 1943–1945 Front de l'Est, Autriche
  4. SS-Polizei-Panzergrenadier-Division SS-Polizei-Panzer-Abteilung 4 1943–1945 Balkans, Hongrie, Prusse-Orientale
  5. SS-Panzerdivision Wiking SS-Panzer-Regiment 5 1943–1945 Front de l'Est
  9. SS-Panzerdivision Hohenstaufen SS-Panzer-Regiment 9 1944–1945 France, Ukraine, Allemagne, Hongrie Reims
  10. SS-Panzerdivision Frundsberg SS-Panzer-Regiment 10 1943–1945 France, Ukraine, Allemagne
11. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division Nordland SS-Panzer-Abteilung 11 1943–1945 Front de l'Est
  12. SS-Panzerdivision Hitlerjugend SS-Panzer-Regiment 12 1943–1945 Belgique, France, Normandie, Ardennes, Hongrie, Autriche Beverlo
16. SS-Panzergrenadier-Division Reichsführer SS SS-Panzer-Abteilung 16 1943–1945 Italie, Front de l'Est
17. SS-Panzergrenadier-Division Götz von Berlichingen SS-Panzer-Abteilung 17 1943–1945 France, Champagne, Sarre
18. SS-Freiwilligen-Panzergrenadier-Division Horst Wessel SS-Panzer-Abteilung 18 1944–1945 Balkans, Hongrie, Allemagne

Liste des unités de la Luftwaffe comprenant des unités de panzersModifier

Symbole Unités Panzer-Regiment Création/Dissolution Théâtre d'opérations Garnison
  Fallschirm-Panzerdivision 1 Hermann Göring[5] Panzer-Regiment Hermann Göring 1943–1945 Italie, Front de l'Est, Allemagne Berlin
1. Fallschirm-Armee Fallschirm-Panzer Regiment 21 (puis 1) 1943–1945 France, Pays-Bas

Les unités blindées d'instructionModifier

À partir de , des Panzer-Ausbildungs-Verbände (unités blindées d'instruction) sont créées dans la Heer. Ces Panzer Verbände sont de composition variable qui dépend des circonstances. Elles résultent pour la plupart de la directive Aktion Leuthen de mars 1945 qui envoie aux combats l’ensemble des unités d’instruction dès qu'elles se trouvaient en première ligne sur le front.

  • Panzer Ausbildungs Verband Böhmen. Cette unité blindée est créée le 28 mars 1945[6]. Elle était composée de diverses unités d'entrainement.

Dans la Nationale Volksarmee (NVA)Modifier

 
T-72M de la 9e division blindée en parade le 7 octobre 1988

À la formation de la Nationale Volksarmee par l'Allemagne de l'Est le , deux divisions blindées sont créées en cours d'année comprenant 3 régiments blindés tandis que les quatre divisions d'infanterie mécanisé d'active disposent également d'un régiment blindé. Chacune des deux régions militaires est-allemandes disposaient d'une division blindée et deux mécanisés. La RDA pouvant mobiliser quatre autres divisions d'infanterie mécanisé de réserve.

À la dissolution de cette armée à la suite de la réunification de l'Allemagne en octobre 1990, son parc blindé comprenait 2 400 chars de combat dont 550 T-72M, 1 700 T-54/T-55 modernisés et 150 chars légers amphibie PT-76[7].

Liste des divisions d'active de la Nationale Volksarmee comprenant des régiments de panzersModifier

Au , les régiments blindés sont répartis ainsi :

Division Unité de panzers Création/Dissolution Garnison
4. Motoriste-Schützen-Division (Erfurt) Panzerregiment 4 August Bebel 15 juin 1956 - 24 octobre 1989 Gotha
11. Motorisierte-Schützen-Division (Halle) Panzerregiment 11 Otto Buchwitz 1956 - 1990 Zeithain (1956-1975)
Sondershausen (octobre 1975-1990)[8]
7. Panzerdivision (Dresde) Panzerregiment 14 Karol Swierczewski
Panzerregiment 15 Paul Hornick
Panzerregiment 16 Leo Jogiches
18 août 1956 - 2 octobre 1990 Spremberg
Cottbus
Großenhain
1. Motorisierte-Schützen-Division (Potsdam) Panzerregiment 1 Friedrich Wolf
8. Motorisierte-Schützen-Division (Schwerin) Panzerregiment 8 Arthur Becker
9. Panzerdivision Heinz Hoffmann (Eggesin) Panzerregiment 21 Walter Empacher
Panzerregiment 22 Soja Kosmodemjanskaja
Panzerregiment 23 Julian Marchlewski

Dans la BundeswehrModifier

 
Insigne de la Panzertruppe de la Heer.
 
Colonne de chars Leopard 1 ouest-allemand en 1965. Encore en service en très grand nombre jusqu'au années 1990.
 
Des Leopard 2 en 1986. Il sera en service jusqu'au années 2030 au minimum.

Suite à la recréation de l'armée ouest-allemande en 1955, la Heer devient rapidement l'armée de terre ouest-européenne ayant le plus grand nombre de blindés en ligne. Le principal char d'assaut dont elle disposa à ses débuts est le M48 Patton livré à partir de 1957 qui après avoir était remplacé dans les unités d'active par le char Leopard 1 à partir de la fin des années 1960 restera en service dans les forces territoriales jusqu'en 1993[9].

En 1959, elle aligne 11 divisions dont 4 blindées et 4 mécanisées: En 1989, elle dispose de 12 divisions dont 6 blindées et 4 mécanisées disposant de 4 800 chars dont environ 1 800 Leopard 2 en 1989 lors de la chute du mur de Berlin[10].

Dans les années 2010, suite à des grosses coupes dans les effectifs depuis la fin de la guerre froide, elle dispose de trois divisions dont les 1re et 10e divisions blindées. L'unique char en ligne depuis la fin des années 1990 est le Leopard 2 avec 457 en service en 2007, 395 prévus en 2012 dont plus de 260 en ligne. En avril 2015, il était prévu que 225 soit en service mais il est annoncé à cette date une augmentation à 328 unités[11] avec une centaine de chars rachetés et modernisés à partir de 2017[12]. En juin 2016, 320 sont en ligne dans 6 bataillons dont un de réserve doté de Léopard II A6, A6 M et A7 (un bataillon). Les A5 servent à cette date exclusivement pour simuler l'ennemi lors d’entraînements[13].

Liste des divisions blindées de la BundeswherModifier

Symboles Division Création Dissolution Garnison
  1. Panzerdivision 1er juillet 1956 actif en 2017 Hanovre jusqu'en 2015
Oldenbourg depuis 2016
  3. Panzerdivision 2 juillet 1956 30 septembre 1994 Buxtehude
  5. Panzerdivision 1er octobre 1956 30 septembre 2001 Mainz
  7. Panzerdivision 1er août 1958 30 juin 2006 Düsseldorf
  10. Panzerdivision 1er octobre 1959 actif en 2017 Sigmaringen jusqu'en 2014
Veitshöchheim depuis
  12. Panzerdivision 1er janvier 1961 31 mars 1994 Veitshöchheim

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. On rencontre aussi l'autre graphie allemande qui est également correcte : « Panzer-Division ».
  2. « Panzerbefehlswagen » : engin blindé de commandement, généralement de type SdKfz 250 ou SdKfz 251.
  3. a, b, c, d et e La lettre « t » placée entre parenthèses ne sert pas à mentionner le poids du blindé, mais exprime simplement que le blindé est de fabrication tchécoslovaque.
  4. N'a pas participé à Barbarossa, les navires transportant la division ayant été coulés (1941).
  5. Est arrivée sur le front de l'Est après le déclenchement de Barbarossa.
  6. a, b et c Fusionnée dans d'autres divisions après la campagne de Pologne.
  7. a, b et c Bateaux de transport coulés en portant la division[Informations douteuses] [?].
  8. a, b, c, d, e, f, g, h et i Formée après la campagne de Pologne.

RéférencesModifier

  1. Omer Bartov. L'armée d'Hitler. Hachette-Pluriel, 1999, p. 30
  2. Magazine Steel Master hors-série No 5
  3. Achtung Panzer.com - Polish Campaign consulté le .
  4. Achtung Panzer.com - Operation Barbarossa, consulté le .
  5. La Fallschirm-Panzer Division 1 Hermann Göring est un cas particulier. Cette division blindée faisait partie officiellement de la Luftwaffe, mais elle n'a été utilisée que dans la cadre de l'armée de terre allemande.
  6. Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Tome 14, p. 35
  7. Vincent Bernard, « Die Nationale Volksarmee der DDR. L'autre armée allemande », Ligne de front, no HS n°3,‎ , p. 56-57.
  8. (de) « Geschichte des Panzerregiments », sur =http://www.panzerregiment11.de (consulté le 30 octobre 2014).
  9. (en) « Medium Tank M48 Patton III », sur www.tanks-encyclopedia.com, (consulté le 12 septembre 2014).
  10. (en) « Heer - German Army - 1989< », sur /www.globalsecurity.org, (consulté le 11 septembre 2017).
  11. [1]
  12. [2]
  13. « Die Panzertruppe, l'arme blindée allemande : Noyau blindée de l’armée de terre allemande et acteur principal des opérations terrestres », Cavalerie,‎  lire en ligne

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Anonyme. German Order of Battle 1944: The regiments, formations and units of the German ground forces. Arms and Armour Press, Londres, 1975.
    Reproduction d'un document militaire du Haut-Commandement des Alliés, datant de 1944.
  • Anonyme. The German Remplacement Army (Ersatzheer). Military Intelligence Division, War Departement, avril 1944.
    Document militaire de l'Armée US.
  • Anonyme. The German Remplacement Army (Ersatzheer), Supplement May 1945. Military Intelligence Division, War Departement, mai 1945.
    Document militaire de l'Armée US, supplément au The German Remplacement Army (Ersatzheer). édition de février 1945.
  • Absolon, Rudolf. Die Wehrmacht im Dritten Reich. Boppard, Harald Boldt. 6 vol.
  • Bartov, Omer. L'armée d'Hitler. Hachette-Pluriel, 1999.
  • Bishop, Chris et Rosado, Jorge. Les divisions blindées de la Wehrmacht 1939-45 : Le guide d'identification des blindés. Lodi, 2007. (ISBN 978-2846902878)
  • Charita, Josef et de Lannoy, François. Panzertruppen : les troupes blindées allemandes 1935-1945. Heimdal. (ISBN 2-840481-51-0)
  • Müller-Hillebrand, Burkhard. Das Heer 1933-1945. Frankfurt, Mittler & Sohn. 3 vol.
  • Tessin, Georg. Verbände und Truppen der deutschen Wehrmacht und der Waffen-SS im Zweiten Weltkrieg 1939-1945. Biblio-Verlag, Bissendorf. 17 vol.
  • Tessin, Georg. Deutsche Verbände und Truppen 1919-1939. Biblio-Verlag, Osnabrück.

Liens internesModifier