Cottbus

ville d'Allemagne

Cottbus/Chóśebuz
Cottbus
Blason de Cottbus/Chóśebuz
Héraldique
Drapeau de Cottbus/Chóśebuz
Drapeau
Administration
Pays Drapeau de l'Allemagne Allemagne
Land Drapeau du Land de Brandebourg Brandebourg
District
(Regierungsbezirk)
Il n'existe pas de districts en Brandebourg
Arrondissement
(Landkreis)
Cottbus (ville-arrondissement)
Nombre de quartiers
(Ortsteile)
19
Bourgmestre
(Bürgermeister)
Holger Kelch
2014-2022
Partis au pouvoir CDU
Code postal 03042 - 03055
Code communal
(Gemeindeschlüssel)
12 0 52 000
Indicatif téléphonique (0)355
Immatriculation CB
Démographie
Gentilé cottbusien/ne ou cottbusois/e
Population 100 219 hab. (31 décembre 2018)
Densité 667 hab./km2
Géographie
Coordonnées 51° 45′ 39″ nord, 14° 20′ 03″ est
Altitude 75 m
Superficie 15 030 ha = 150,3 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte administrative d'Allemagne
City locator 14.svg
Cottbus/Chóśebuz
Géolocalisation sur la carte : Allemagne
Voir sur la carte topographique d'Allemagne
City locator 14.svg
Cottbus/Chóśebuz
Liens
Site web www.cottbus.de

Cottbus (Chóśebuz en sorabe, Chociebuż en polonais) est une ville d'Allemagne dans l'État de Brandebourg située en Basse-Lusace.

GéographieModifier

La ville de Cottbus est située à 90 km au nord-est de Dresde, à 100 km au sud-est de Berlin et à 100 km à l'ouest de Zielona Góra.

Au nord-est de la ville se trouve la forêt de la Spree, une réserve de biosphère de l'UNESCO. Au nord s'étend la lande de Lieberose. Le bassin minier de Lusace se trouve au sud et à l'est de la ville.


Communes limitrophes de Cottbus
Schmogrow-Fehrow

Dissen-Striesow

Drehnow

Drachhausen

Peitz

Teichland

Kolkwitz   Heinersbrück

Wiesengrund Neuhausen/Spree

Drebkau Neuhausen/Spree Neuhausen/Spree

HistoireModifier

Appartenances historiques

  Royaume de Bohême 1367-1455
  Marche de Brandebourg 1455-1807
  Royaume de Saxe 1807-1813
  Royaume de Prusse (Province de Brandebourg) 1813–1918
  République de Weimar 1918–1933
  Reich allemand 1933–1945
  Allemagne occupée 1945–1949
  République démocratique allemande 1949–1990
  Allemagne 1990–présent

La présence humaine date d'environ 2 000 ans : colons germaniques, tribus slaves, Lusitzi (Lusace), Wendes (Venedi), Talsandinsel (Kaupe (de)).

La ville est mentionnée pour la première fois dans une charte en 1156. Forteresse slave à l'origine, elle se développe comme cité marchande dès le XIIe siècle et est rattachée au Brandebourg au milieu du XVe siècle. En 1468, puis en 1479, la ville et détruite par incendie. La peste, la guerre de Trente Ans, Wallenstein sont autant de fléaux pour la ville, jusqu'en 1648.

L'Édit de Potsdam (1685) de Frédéric-Guillaume Ier de Brandebourg permet l'émigration messine à Berlin à la suite de la révocation de l'édit de Nantes. L'arrivée de huguenots français permet un nouvel essor[1].

La ville s'enrichit par le commerce et la fabrication de drap, puis au XIXe siècle en exploitant des mines de lignite[2]. La ville industrielle de Basse-Lusace devient un centre de transport ferroviaire.

De 1914 à 1919, Cottbus héberge un camp d'internement de prisonniers de guerre (hippodrome de Sielow et Mersdorf)[3],[4].

Le camp de Cottbus-Sielow[5],[6],[7] sert également, sous la République de weimar, en 1921-1923, à accueillir surtout des réfugiés juifs de l'Europe de l'Est (Konzentrationslager für Ausländer) (Giorgio Agamben, Homo Sacer, p. 148).

Dès 1938, les usines fabriquent également des véhicules à chenilles (ZKW), de avions de reconnaissances, puis des chasseurs. En 1945, les bombardiers américains détruisent une grande partie de la ville. Le 19 avril 1945 les troupes soviétiques du Premier front ukrainien (maréchal Koniev) occupent la ville.

Culture sorabeModifier

Cottbus est la capitale culturelle de la minorité sorabe et avant 1945 la majorité de la population de cette ville était de cette origine. Aujourd'hui, Cottbus est une ville presque entièrement germanisée mais la minorité sorabe a ses écoles, son lycée le Gymnasium bas-sorabe de Cottbus (en allemand : Niedersorbisches Gymnasium Cottbus, en bas-sorabe : Dolnoserbski gymnazium Chóśebuz), un établissement secondaire dans lequel est dispensé un enseignement bilingue allemand/sorabe dans le cadre du projet éducatif Witaj.

Cottbus possède également son théâtre et ses centres culturels bilingues. Cependant l'allemand domine dans les rues.

SportModifier

Depuis 1976, se déroule à Cottbus, le Tournoi des Maîtres, qui est la plus vieille compétition de gymnastique. Ce meeting rassemble 24 nations pendant 3 jours chaque année au Lausitz Arena. En 1980 est reconstruit le Leichtathletikstadion Cottbus, un stade d'athlétisme de 19 000 places.

JumelageModifier

La ville de Cottbus est jumelée avec celle de Montreuil (Seine-Saint-Denis) depuis 1959.

PhotographiesModifier

Articles connexesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Le Refuge huguenot en Brandebourg - Musée protestant », sur Musée protestant (consulté le 27 juillet 2020).
  2. Guide vert Allemagne, Michelin, 2001, p. 148.
  3. http://lencrierdupoilu.free.fr/index.php?option=com_content&view=article&id=234%3Acamp-de-cottbus&catid=149%3Aetude&Itemid=108
  4. Montandon, Raoul, « La distribution géographique des prisonniers de guerre pendant le conflit mondial de 1914-1919 », Le Globe. Revue genevoise de géographie, Persée - Portail des revues scientifiques en SHS, vol. 58, no 1,‎ , p. 36–49 (DOI 10.3406/globe.1919.5469, lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020).
  5. https://www.preussenchronik.de/begriff_jsp/key=begriff_konzentrationslager.html
  6. Wolfgang Wippermann, « Zeitgeschichte 1920: Wie gehabt », Der Freitag,‎ (lire en ligne, consulté le 27 juillet 2020).
  7. https://www.zag-berlin.de/antirassismus/archiv/38geschichte.html

Liens externesModifier