T-72

Char de combat soviétique des années 1970

T-72
Image illustrative de l’article T-72
T-72M2 bulgare lors d'une parade en 2007.
Caractéristiques de service
Service 7 août 1973
Utilisateurs 42 pays
Production
Concepteur bureau d'études de Kartsev-Venediktov
Année de conception 1967-1973
Constructeur Uralvagonzavod
Production plus de 25 000 exemplaires produits entre 1973 et 1990
Caractéristiques générales
Équipage 3 (chef de char, opérateur tourelle et pilote)
Longueur de 6,86 m à 6,95 m (caisse) 9,53 m (avec le canon)
Largeur 3,59 m
Hauteur de 2,19 m à 2,23 m
Masse au combat T-72 Ural : 41 tonnes

T-72A : 41,5 tonnes

T-72B : 44,5 tonnes
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage T-72 Ural : tourelle moulée en acier avec une épaisseur allant de 350 à 475 mm, glacis en acier laminé incorporant une couche de fibre de verre.

T-72A : tourelle moulée en acier incorporant une couche de silice, glacis en acier laminé incorporant une couche de fibre de verre.
T-72B : succession de plaques accélérées par choc

Armement
Armement principal T-72 Ural : canon à âme lisse de 125 mm 2A26M2 (39 obus)

T-72A : canon à âme lisse de 125 mm 2A46 (44 obus)
T-72B : canon à âme lisse de 125 mm 2A46M (45 obus)

Armement secondaire une mitrailleuse PKT coaxiale de 7,62 mm (2 000 coups)

Une mitrailleuse lourde DShK de 12,7 mm sur le tourelleau du chef de char (300 coups)

Mobilité
Moteur T-72 Ural  : V-46 diesel V12 suralimenté de 780 ch (573 kW)

T-72A : V-46-6 diesel V12 suralimenté de 780 ch (573 kW)

T-72B : V-84MS diesel V12 suralimenté 840 ch (617 kW)
Transmission manuelle à 7 rapports (7 av/1 ar)
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 60 km/h, 4,18 km/h en marche-arrière
Puissance massique de 18 ch/tonne à 19 ch/tonne
Réservoir De 1 000 ℓ à 1 200 ℓ plus deux barils supplémentaires de 200 ℓ largables
Autonomie 500 km pouvant être portée jusqu'à 700 km avec barils largables

Le T-72 est un char de combat conçu à l'origine comme une version simplifiée du T-64, moins cher tout en étant plus fiable et destiné à équiper massivement les armées du pacte de Varsovie. Plus de vingt mille T-72 sont sortis des diverses chaînes de fabrication de la Communauté des États indépendants, d'Europe centrale, du Moyen-Orient et de l'Inde. Les versions les plus récentes ont également porté l'appellation de T-90.

HistoriqueModifier

L'entrée en service du char de combat T-64 en 1967 provoqua une rupture technologique avec la lignée des chars moyens T-54, T-55 et T-62. Le T-64 faisait la fierté de la direction principale de l'arme blindée; un département du Ministère de la Défense mais l'État-major soviétique lui aurait préféré un matériel moins sophistiqué, prenant appui sur les chars de la génération précédente à laquelle des évolutions auraient été apportées.

 
L'Objet 172 reprenait le châssis du T-64.

Aussi, quand la société Uralvagonzavod entama de façon quasi clandestine les études d'une version améliorée du T-62 comportant le canon lisse 2A26 de 125 mm alimenté par un nouveau chargement automatique, cela lui attira dans un premier temps les foudres du ministère, puis tout aussitôt l'intérêt de l'armée. Il faut rappeler, à ce stade, la rivalité entre Uralvagonzavod à Nijni Taguil et le bureau de conception de Morozov de Kharkiv, ce dernier étant le concepteur du révolutionnaire T-64. En proposant de motoriser leur nouveau prototype Objet 167 d'une version améliorée de l'indémodable moteur diesel V-45 et appelée V-46, l'usine d'Uralvagonzavod savait que son projet serait soutenu par l'État-major car techniquement, il combinait des nouveautés et des solutions éprouvées, réduisant les risques de maladies de jeunesse. Rebaptisés Objet 172, les prototypes du nouveau char de combat démarrèrent une campagne d'essais en Sibérie en novembre 1969.

La production des T-72 commença en 1972 à Nijni Taguil sans que celle des T-64 fût interrompue à Kharkiv, traduisant en cela le compromis politique trouvé entre l'armée, satisfaite de mettre en service un char d'un coût raisonnable et donc appelé à être largement diffusé, et la direction principale de l'arme blindée, soucieuse de ne pas perdre la face. Alors que le T-64 ne fut jamais exporté, le T-72 équipa toutes les armées du pacte de Varsovie et sa fabrication sous licence fut accordée à presque tous les pays d'Europe centrale et à quelques non alignés tels que l'Inde[1].

Spécifications techniquesModifier

ArmementModifier

2A26M2Modifier

Les prototypes Objet 172 et Objet 172M ainsi que le premier modèle de T-72 produit en grande série; le T-72 Ural étaient armés d'un canon à âme lisse de 125 mm appelé 2A26M2 (appellation d'usine D-81T), il est dérivé du canon 2A26 armant le T-64A. Le tube du canon du 2A26M2 a une longueur de 48 calibres (6000 mm), il comporte un extracteur de fumée concentrique au 3/5 de sa longueur mais ne dispose pas de manchon anti-arcure. Sa pression maximale admissible en chambre est de 4500 bars. La durée de vie du tube est de l’ordre de 600 coups à obus perforant.

Le remplacement du canon était une opération chronophage, car il était nécessaire de détoureller le T-72 à l'aide d'une grue afin de pivoter la tourelle et d'extraire le canon de son berceau, par le dessous. Le lien élastique comporte deux freins de tirs qui sont disposés de manière asymétriques par rapport à l’axe du tube, comme précédemment sur le canon de 115 mm 2A20 Molot du T-62. Cet agencement avait tendance, lors du tir, à générer des oscillations durant le mouvement de la masse reculante vers l'arrière, ce qui a entrainait une dispersion importante des tirs[2] et donc un manque de précision.

2A46Modifier

2A46MModifier

2A46M-5Modifier

Chargement automatiqueModifier

 
Le chargement automatique (4) se situe en dessous du tireur (3), du chef de char (2) et derrière le conducteur (1). Les charges de propulsives sont en orange et les projectiles en jaune

Le fond de panier de la tourelle abrite un carrousel électromécanique AZ-172 d'une contenance de 22 munitions. Chaque munition de 125 mm est stockée en deux fardeaux (projectile et charge propulsive) dans une cassette amovible.

Le T-72B dispose d'une version améliorée appelée AZ-184, capable de tourner dans le sens horaire ou anti-horaire. Afin de pouvoir utiliser des missiles antichars, ses cassettes sont modifiées avec des loquets afin d'empêcher que les ailettes du missile ne se déploient lors de leur chargement.

BlindageModifier

 
Un T-72B russe équipé du blindage réactif explosif Kontakt-1 le 2 juin 2020.

TourelleModifier

La tourelle du T-72 Ural est faite en acier moulé et présente une épaisseur maximale de 475 mm[3].

Sur le T-72A, l'avant de la tourelle, toujours en acier massif, est épaissi afin d'accueillir deux cavités d'une épaisseur de 115 mm. Ces dernières sont remplies d'un composé à base de quartz, efficace contre les charges creuses. Cette configuration de blindage, dénommée sand bar est également partagée avec la tourelle du T-80B. Les services de renseignement américains surnomment la tourelle Dolly Parton en raison de ses formes.

La tourelle du T-72B, également en acier moulé est plus épaisse. L'axe frontal de la tourelle enferme deux poches dans lesquelles étalent fixés une vingtaine de sandwichs acier/caoutchouc /acier inclinés suivant un angle de 55° par rapport au tir frontal, cette succession de sandwichs fonctionnaient suivant l'effet Plaques Accélérées par Choc (PAC). Les services de renseignement américains surnomment la tourelle Super Dolly Parton en raison de ses formes plus prononcées.

CaisseModifier

Le glacis, présentant une inclinaison de 68°, est formé des deux couches d'acier (80 et 20 mm d'épaisseur) entre lesquelles se trouve deux couches de fibre de verre renforcée (2 x 53 mm) appelée steltextolite. À partir de 1982, une plaque de surblindage en acier haute dureté d'une épaisseur de 30 mm est soudée sur le glacis dans le cadre du programme Reflection-2 visant à renforcer le blindage du glacis.

Sur le T-72A, la configuration des couches demeure identique mais l'épaisseur de la plaque d'acier formant la partie externe du glacis est réduite à 60 mm tandis que la plaque interne, servant de support aux couches de fibre de verre voit son épaisseur passer à 50 mm.

À partir de juillet 1983, une plaque de surblindage en acier haute dureté d'une épaisseur de 16 mm est soudée sur le glacis dans le cadre du programme Reflection-2 lancé en urgence après avoir découvert en 1982 que le glacis du T-72A était vulnérable à l'obus flèche israélien de 105 mm M111 Hetz.

Dans le cadre du programme Reflection-1 visant à revaloriser le blindage du glacis pour contrer la menace représentée par les nouveaux obus flèche de 105 mm, les T-72A produits à partir de 1983 (alors appelés en Russe Совершенствование Т-72А, T-72A amélioré) reçurent un nouveau blindage composite. L'épaisseur de ce dernier demeure identique à celui du T-72A mais les deux couches superposées de fibre de verre renforcée sont remplacées par trois plaques d'acier de 15 mm d'épaisseur séparées par des lames d'air[4].

Le glacis du T-72B est un développement ultérieur du programme Reflection-1 ayant pour objectif de fournir une protection face aux obus flèche de 120 mm. L'espace entre la couche d'acier externe et interne est désormais occupé par quatre plaques d'acier haute dureté (deux de 10 mm d'épaisseur et deux de 20 mm).

MobilitéModifier

MotorisationModifier

 
Le moteur Tcheliabinsk V-46-6 présent sur le T-72A, le T-72M et T-72M1.

Le T-72 Ural possède un moteur diesel suralimenté CTZ V-46 comportant 12 cylindres disposés en V pour une cylindrée de 38,8 l. Il développe une puissance nominale de 780 chevaux à un régime de 2 000 tr/min pour un couple maximal de 3 089 N m atteint à 1 400 tr/min. Il s'agit d'un moteur diesel à injection directe, la suralimentation est mécanique, le compresseur centrifuge étant entraîné par le moteur. Sa consommation spécifique de carburant est de 245 g/kW.h Il a la particularité d'être monté transversalement dans le compartiment moteur afin de réduire la longueur du châssis.

Le T-72A reprend une version améliorée appelée V-46-6, son mode de fonctionnement et ses performances sont identiques au V-46 mais l'agencement de son système de lubrification ainsi que de son circuit de refroidissement sont différents.

Le T-72B étant plus lourd, possède un moteur V-84MS, plus puissant, développant 840 chevaux à 2 000 tr/min. Ce gain de puissance est obtenu grâce à une suralimentation à impulsions ; le compresseur centrifuge est toujours entraîné mécaniquement par le vilebrequin mais reçoit également la pression nécessaire des gaz d’échappement. Son couple maximal de 3 479 N m atteint à 1 400 tr/min pour une consommation spécifique de carburant de 247 g/kW.h

Boîte de mécanismesModifier

Le T-72 reprend les deux boîtes de vitesses latérales utilisées sur le T-64. Elles assurent l'entraînement des chenilles et la direction du char. Chacune des boîtes de vitesses comporte sept vitesses en marche avant et une en marche arrière, le passage des rapports s'effectue manuellement à l'aide d'un embrayage et d'un levier de vitesses. Deux leviers assurent la direction du char.

Train de roulementModifier

 
Les deux modèles de chenilles utilisés par les T-72 : à gauche les chenilles à axe secs RMSh, à droite les chenilles à connecteurs UMSh développées initialement pour le T-80.

La suspension, reprise de l'Objet 167, concurrent délaissé du T-64, comporte six galets de roulement en aluminium moulé sous pression d'un diamètre de 750 mm et trois rouleaux porteurs, un barbotin à l'arrière et une poulie tendeuse à l'avant. Le débattement vertical des bras de suspension varie selon la barre de torsion, il est comprit entre 358 mm à 370 mm. Les premiers, deuxièmes et sixièmes galets de roulement comportent chacun un amortisseur rotatif hydraulique.

EmploiModifier

Contrairement aux T-64 et aux T-80, il fut largement exporté et fabriqué sous licence, bien avant l'écroulement de l'URSS. Les T-72 seraient en service dans de nombreux pays :

 
Char T-72 de la nouvelle armée irakienne en 2006. 77 de ces engins ont été donnés par la Hongrie après remise à niveau en 2005[7]

EngagementsModifier

À plusieurs reprises, il a été confronté aux modèles occidentaux avec des résultats plutôt mauvais, par exemple lors de l'invasion du Liban par l'armée israélienne en 1982 et la guerre du Golfe en 1991. Il faut relativiser cependant ces résultats par plusieurs facteurs :

  • comme toujours l'entraînement et la motivation des équipages ;
  • les modèles engagés étaient plutôt anciens, principalement des T-72M avec des blindages homogènes en acier, dépourvus souvent de blindages réactifs ou autres moyens de protection modernes comme ceux qui sont déployés sur les chars en service dans l'armée russe. Des rapports allemands et américains montrent qu'un T-72BM est impénétrable aux obus occidentaux en service au début des années 1990 (DM-53 allemand et M829A1 américains), lorsqu'il est touché sur les parties couvertes par la protection Kontakt-5[8] ;
  • les munitions employées étaient moins qu'efficaces et âgées, généralement avec des pénétrateurs en acier. Les munitions russes 3B42 et 3B42M avec un noyau en tungstène sont d'une autre facture car elles rivalisent avec leurs équivalents occidentaux et peuvent même perforer le blindage du M1A2 ;
  • le bon fonctionnement du système de chargement automatique dépend énormément de son état d'entretien et de vétusté. Il est probable que les unités de gardes de l'armée russe ont du matériel en bien meilleur état que les troupes irakiennes ou syriennes.

Il n'en reste pas moins que ce char souffre de nombreux défauts traditionnels aux chars russes :

  • incapacité de pointer le canon assez en dépression pour tirer en position défilé à contre pente ;
  • exiguïté du compartiment de combat et fatigue excessive des équipages ;
  • stockage des munitions dans la tourelle sans protection adéquate, provoquant la destruction de celle-ci et la mort de l'équipage en cas de pénétration.

Même si le T-90 a remédié partiellement à ces faiblesses, les concepteurs de blindés russes semblent s'acheminer vers une nouvelle révolution dans l'architecture interne des blindés, en regroupant l'équipage en caisse, laissant la tourelle inhabitée et les munitions bien à l'écart, ce qui devrait augmenter la survavibilité, sans entrer dans une inflation de la masse comme celle qui touche le M1 Abrams. Le nouveau modèle, le T-14 Armata, présenté en 2015 pour la première fois, possède effectivement en grande partie ces caractéristiques.

AnecdoteModifier

Le , un navire ukrainien, le Faina, transportant quelque 33 T-72 officiellement destinés au Kenya est pris en otage par des pirates somaliens. Après une remise de rançon, les chars parvinrent au Soudan du Sud.

VariantesModifier

 
T-72M1M
 
T-72M1M

Russie / URSSModifier

Première générationModifier

  • Objet 172 : prototype, moteur V-45.
  • Objet 172M (T-72 Ural) : modèle original du T-72 produit en grande série à partir du mois d'août 1973, il possède un télémètre optique à coïncidence TPD-2-49. Il possède les jupes de train de roulement relevables du T-64. Son phare infrarouge était positionné à gauche du canon (comme sur le T-64) jusqu'en 1974 où il fut relocalisé à droite du canon pour une question de sécurité au niveau de la tête conducteur.
  • T-72K char de commandement basé sur le T-72 Ural, deux variantes :
    • pour les compagnies avec deux radios R-123M ou R-173
    • pour les bataillons et les régiments avec une R-123M ou R-173 et une R-130M avec une antenne télescopique de 10 m.
  • Objet 172M1 (T-72 Ural-1) : version améliorée du Ural produite à partir de 1975, les jupes relevables héritées du T-64 sont remplacées par des jupes en caoutchouc plus conventionnelles, couvrant le train de roulement. Un télémètre laser TPD-K1 remplace le télémètre optique un manchon anti-arcure est installé sur le tube du canon 2A26M-2 de 125 mm.
  • T-72V : première version rééquipée avec des briques de blindage réactif.
  • Objet 172M-E (T-72) : première variante exportée dans les pays du Pacte de Varsovie et produite sous licence en Pologne et Tchécoslovaquie à partir de 1982. Il utilise le système de protection NBC PRKhP et FTP-100M[9].
  • Objet 172M-E1 (T-72) : variante fabriquée sous licence et exportée dans les pays du tiers-monde. Il utilise un système de filtration simplifié, fonctionnant à l'aide d'un turbo-séparateur.

Seconde générationModifier

  • Objet 172M-1 (T-72A) : modèle produit de 1979 à 1983, tourelle moulée plus épaisse comprenant un matériaux composite "Kvartz", blindage du glacis refait, canon 2A46, télémètre laser TPD-K1 de série, lance-pots fumigène 902A "Tucha" monté sur l'avant de la tourelle.
  • T-72AK char de commandement basé sur le T-72A.
  • T-72AV montage de briques de blindage réactif explosif Kontakt-1.
  • Objet 172M-E2 (T-72M) : développé entre 1978 et 1980 et produite sous licence en Pologne et Tchécoslovaquie à partir de 1985. Il reprend le châssis et le télémètre laser du T-72A mais reprend la tourelle intégralement en acier du T-72 Ural, il est considéré comme un modèle hybride. Son canon 2A46 est dépourvu de manchon anti-arcure et sa dotation en munitions ne comporte que 39 obus de 125 mm.
  • Objet 172M-1-E3 (T-72M) : Objet 172M-E2 amélioré, possédant un manchon anti-arcure, un nouveau viseur TNP-1-49-23 pour le tir de nuit, des jupes latérales en caoutchouc et douze lance-pots fumigènes 902A Tucha montés à l'avant de la tourelle. Il embarque désormais un total de 44 obus de 125 mm[10].
  • Objet 172M-1-E4 (T-72M) : Objet 172M-E3 fabriqué pour être vendu dans les pays du tiers-monde. Il utilise un système de filtration simplifié, fonctionnant à l'aide d'un turbo-séparateur.
  • Objet 172M-1-E5 (T-72M1) : variante exportée à partir de 1982 dans les pays du Pacte de Varsovie et produit sous licence en Pologne et Tchécoslovaquie à partir de 1986. Le T-72M1 possède la tourelle moulée "Dolly Parton" du T-72A, de nouveaux amortisseurs, le volet du conducteur est amélioré et le glacis est renforcé par une plaque d'acier haute dureté de 16 mm.
  • Objet 172M-1-E6 (T-72M1) : T-72M1 fabriqué pour être vendu dans les pays du tiers-monde. Il utilise un système de filtration simplifié, fonctionnant à l'aide d'un turbo-séparateur.
  • T-72AM Banan modernisation avec montage du moteur 6TD-2 et bonne couverture par un blindage réactif explosif de la première génération.

Troisième générationModifier

  • Objet 184 (T-72B) : nouveau modèle fabriqué à partir de 1985, moteur V-84MS, canon 2A46M, nouvelle tourelle "Super Dolly Parton", désigné SMT M1981/3 par l'OTAN, capacité de tir du 9K119 « Svir », chargement automatique par carrousel AZ-184.
  • T-72B SMT 1984, snorkel monté à l'arrière de la tourelle et adjonction d'un troisième casier à droite.
  • Objet 184-1 (T-72B1) : dépourvu de capacité à tirer un missile depuis son canon, chargement automatique par carrousel AZ-172.
  • T-72BK et T72-B1K : chars de commandement.
  • T-72BV et T72-B1V désignation officieuse des T-72B et T-72B1 lorsqu'ils sont munis de leur blindage réactif explosif.
  • T-72S et T72-S1 versions d'export des T-72B et T-72B1, nombre de briques Kontakt-1 réduit à 155.
  • Objet 172M-1-E7 (T-72M1M) : version exportée et fabriquée sous licence dans les pays du Pacte de Varsovie.

Quatrième générationModifier

  • T-72-BA blindage de la tourelle encore renforcé et du type NDZ, missile 9M119 Svir (AT-11 Sniper), 227 briques de blindage réactif explosif Kontakt connu comme Super Dolly Parton aux États-Unis.
  • T-72BM T-72B1 équipé avec un blindage réactif de deuxième génération Kontakt-5, désignation OTAN SMT M1990.
  • T-72BU version modernisée du BM, fabriquée par la Russie, sous la désignation de T-90.

Véhicules dérivésModifier

  • MTU-72 poseur de pont
  • BREM-1 véhicule de dépannage dérivé du T-72B, avec une grue de 12 tonnes et un treuil capable d'en tracter 100.
  • BREM-2 véhicule de dépannage avec une grue de 13 tonnes et un treuil capable d'en tracter 110.
  • IMR-2 véhicule de combat du génie, avec une grue et une lame de bulldozer.
  • IMR-2 version améliorée.
  • TOS-1 lance-roquettes multiple du système « Smerch », 30 tubes de 220 mm[11].
  • TZM-T véhicule de rechargement du précédent.
  • BMT72 véhicule de combat d'infanterie lourd avec un compartiment de transport d'infanterie (5 fantassins) créé, derrière celui de combat, grâce à un changement de moteur
  • BMO-1 véhicule de transport d'équipe antichar, 2 hommes d'équipage et fantassins.
  • BMR-3 véhicule d'escorte de convoi avec système anti-mine KMT-7.
  • BMR-3M véhicule d'escorte de convoi avec système anti-mine KMT-7, blindage réactif Kontakt-1.
  • BMPT ou objet 199, véhicule d'escorte armé d'un canon automatique de 30 mm 2A42 (500 obus), 1 lance-grenade automatique de 30 mm AG30 ou AGS17A dans une tourelle centrale et deux pods latéraux contenant soit 2 missiles 9M133 « Komet » soit 1AGS17A soit une mitrailleuse PKT de 7,62 mm, soit un système anti-mine KMT-8 en option.
  • 2S19 obusier automoteur de 152 mm 2A65.

AlgérieModifier

T-72 AGModifier

Version modernisée du char de combat moyen russe T-72. Il utilise des équipements de visée, de navigation et de combat numérique, d'origine française et ukrainienne. Il possède en plus une nouvelle génération d'armure réactive capable de défaire les missiles dit tandem, qui consiste a recouvrir l'armure réactive(ERA) avec une couche de blindage supplémentaire. En plus tout le système de combat a été revu et corrigé avec l'ajout d'un ordinateur de bord et d'équipements de navigation par satellite utilisant le GPS et le Glonass. Le véhicule dispose d’une protection NBC complète.

RDA / AllemagneModifier

 
Des T-72 de la Nationale Volksarmee en 1988.
  • T-72G variante est-allemande du T-72.
  • T-72GM variante est-allemande du T-72M.
  • T-72GM1 T-72G upgradé aux standards T-72M
  • T-72TK véhicule de dépannage basé sur le BREM-1

PologneModifier

  • Goryl prototype avec une tourelle très anguleuse.
  • Wilk premier projet de modernisation en 1986, abandonné au profit du Twardy.
  • PT-91 Twardy production polonaise développée à partir du T72-M1, blindage réactif domestique ERAWA-1, détecteurs d'illumination laser, conduite de tir informatisée, moteur de 850 cv.
  • PT-91A Twardy prototype en 1997 avec une nouvelle conduite de tir SAGEM SAVAN-15.
  • PT-91Z Twardy (PT-91M, T-72M1Z) version destinée à l'exportation avec une conduite de tir SAGEM SAVAN-15 et un powerpack SESM ESM350-M de 1000cv. 48 vendus à la Malaisie.
  • PT-91-120 version équipée d'un canon Rh-120 allemand de 120 mm.
  • PMC-90 pont de 20 m sur châssis de PT-91.
  • WZT-3 véhicule de dépannage, dérive du T72-M1, avec une grue de 15 tonnes et deux treuils.
  • WZT-3M véhicule de dépannage amélioré, intégrant des éléments du PT-91.
  • MID « Maszyna Inżynieryjno-Drogowa » véhicule de combat du génie permettant la construction de routes sous le feu adverse.
  • SJ-09 version d'entraînement des conducteurs, avec une cabine vitrée où prennent place l'instructeur et un deuxième pilote et un canon factice.
  • Jaguar simulateur statique de conduite.
  • Beskid simulateur statique de conduite.
  • BLP-72 pont pliant en trois sections.

IrakModifier

  • Asad Babil (Lion de Babylone) : T-72M1 assemblé localement en 1989 à l'aide de la firme polonaise Bumar-Labedy, baptisés "Asad Babil" (Lion de Babylone), ces T-72M1 avaient été achetés en nécessaire en pièces détachées.

Selon les Polonais, aucun Asad Babil n'a été assemblé. De plus, l'usine de Taji, devant être modernisée pour pouvoir assembler les futurs Asad Babil a été détruite en 1991.

  • Saddam : modifications apportées sur le terrain aux T-72M et T-72M1 par l'armée irakienne, elles se résument à l'ajout d'un brouilleur électro-optique chinois au xénon (pour leurrer les missiles antichars) et le retrait de certains amortisseurs (jugés vulnérables l'ensablement).

YougoslavieModifier

  • M-84 version yougoslave.
  • M-84A deuxième version yougoslave, moteur de 1 000 ch et une protection améliorée.

RoumanieModifier

  • TR-125 version roumaine, blindage avant renforcé, sept roues de route sur le train de roulement et un moteur de 880 chevaux, masse 48 tonnes.

Corée du NordModifier

Culture populaireModifier

Le T-72 apparaît dans de nombreux films et jeux vidéo.

Notes et référencesModifier

  1. Marc Chassillan, « Le T72 un char « planétaire » », Raids Hors-Série N°8,‎ date inconnue, p. 18
  2. (en) « T-72: Part 1 », sur thesovietarmourblog.blogspot.com, (consulté le 3 mars 2020)
  3. (en) « The armor protection of the T-72 tank », sur Below The Turret Ring, (consulté le 3 mars 2020)
  4. (en) Iron Drapes, « T-72: Part 2 », sur thesovietarmourblog.blogspot.com, (consulté le 28 septembre 2020)
  5. (en) Morocco — Middle East Military Balance - INSS Israel, 2 septembre 2007.
  6. Jean-Philippe Rémy, « WikiLeaks : la folle saga des T-72 ukrainiens destinés au Soudan sud », Le Monde, .
  7. (en) Rebuilt T-72 Tanks for the Iraqi Army, Defense industry daily, 20 mai 2005.
  8. Jane's International Defence Review ,7/1997, pg. 15: Impenetrable russian Tank armour strands up to examination.
  9. (en) Steven J. Zaloga, M1 Abrams vs T-72 Ural: Operation Desert Storm 1991 (Duel Book 18), Osprey Publishing, , 80 p. (ASIN B01DPPQ0XC)
  10. (en) « T-72 monkey models », sur m.m., (consulté le 3 octobre 2020)
  11. « Le lance-flammes lourd TOS-1 "Buratino" », RIA Novosti, (consulté le 2 août 2011).

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :