Pechiney

Groupe industriel français
(Redirigé depuis Péchiney)

Pechiney
logo de Pechiney

Création 1921
Dates clés 1855 : Création de Henry Merle et Cie
1995 : Privatisation
1988 : Rachat de l'activité d'emballage de Triangle
Disparition 2003 (rachat par Alcan)
Personnages clés Alfred Rangod Pechiney, Paul Héroult
Siège social Paris
Drapeau de France France
Activité Métallurgie
Filiales Affimet, Carbone Savoie, Comurhex
Effectif n/a

Chiffre d'affaires n/a
Résultat net n/a

Société précédente Compagnie des produits chimiques d'Alais et de la Camargue, SEMF
Société suivante Alcan

Pechiney (anciennement Compagnie de Produits chimiques d'Alès, Froges et Camargue de 1921 à 1950) était un groupe industriel français, actif jusqu'en 2003 (et dont l'origine remonte à 1855) dans les domaines de l'aluminium (production et transformation), de l'électrométallurgie, de l'emballage, de la chimie, et du combustible nucléaire.

HistoireModifier

Aux originesModifier

L'origine du groupe Pechiney remonte à la création le par Henry Merle de sa société, la Société Henry Merle et Cie. En août de la même année, il s'associe avec Jean-Baptiste Guimet, et fondent ensemble la Compagnie des produits chimiques d'Alais et de la Camargue pour produire de la soude à Salindres, le « berceau de l'aluminium » dans le Gard. En 1860, le chimiste Henry Merle décide de diversifier les activités de son entreprise et se lance dans l'aluminium. L'aluminium est alors un métal onéreux et peu utilisé. L'entreprise aura le quasi-monopole de sa production en France pendant trois décennies[1].

Association avec Alfred Rangod PechineyModifier

À la mort d'Henry Merle en 1877, la société fusionne avec la société Alfred Rangod Pechiney et Cie (Salindres, Gard) sous le nom de Compagnie des produits chimiques d'Alais et de la Camargue[2]. Alfred Rangod Pechiney gère dès lors l'activité de l'entreprise. Le nouveau procédé de fabrication d'aluminium par électrolyse que lui présente Paul Héroult le laisse incrédule, mais la rencontre se passe mal[3]. Ce dernier s'associera les Suisses Peter Emil Huber-Werdmüller et Gustave Naville, et seront à l'origine de la société Alusuisse. Le succès du procédé et l'insistance du fils de Jean-Baptiste Guimet et président du directoire de l'entreprise, Émile Guimet, font revenir Pechiney sur son erreur initiale et assure l'avenir de l'entreprise.

En 1906, Adrien Badin succède à Alfred Pechiney en tant que directeur général (il lui succède également à la mairie de Salindres). Il fait construire l'usine de Saint-Jean-de-Maurienne, et lance un projet pour s'implanter aux États-Unis. Il fonde en 1912 la Southern Aluminum Co dans le but de concurrencer Alcoa, et la ville nouvelle de Badin en Caroline du Nord. Il demande à Paul Héroult d'administrer le site, mais celui-ci ne supportant pas le climat finit par rentrer prématurément, malade, en France.

En 1921, la SEMF de Héroult fusionne avec PCAC, quelques années après les décès de Badin, Pechiney et Héroult. Elle prend alors le nom de Compagnie de Produits chimiques d'Alès, Froges et Camargue (AFC).

Au cours de son existence, ce groupe, initialement centré sur l'aluminium, aura eu un périmètre très variable car il s'est diversifié, a absorbé ou fusionné avec d'autres entreprises, s'est recentré sur certaines activités. L'aluminium est toujours resté une de ses activités essentielles, à laquelle se sont ajoutées d'autres métallurgies, de la chimie, du nucléaire, de l'emballage.

En 1936, l'AFC devient la dixième capitalisation boursière française, après la montée en puissance des sociétés industrielles françaises à la Bourse.

PechineyModifier

En 1950, l'AFC[4] se rebaptise Pechiney. À ce moment-là, un nouveau procédé de fabrication, l'électrolyse, fait chuter les coûts de production de l'aluminium et le marché décolle. Pechiney entreprend de se développer à l'étranger et ouvre une première usine au Cameroun en 1954. Pechiney cherche à utiliser des sources d'électricité compétitives et à élargir son portefeuille d'activités. En 1962, Pechiney acquiert Howe Sound (devenu Howmet) aux États-Unis. En 1965, la société se diversifie dans l'emballage en créant la société Cebal. En 1967, Pechiney rachète Tréfimétaux, un transformateur de métaux non ferreux[1].

Selon les archives du monde du travail, « aux côtés de la COGEMA (Compagnie générale des matières nucléaires), parfois en collaboration avec elle, Ugine-Kuhlmann fut le seul industriel français à assurer le traitement de l’uranium de l’extraction du minerai à sa conversion en hexafluorure, tout en ayant participé à des études et des réalisations sur tous les continents »[5].

Pechiney Ugine KuhlmannModifier

En 1971, Pechiney fusionne avec Ugine Kuhlmann[1], lui-même issu du regroupement d'Ugine aciers et des Établissements Kuhlmann, pour donner naissance à Pechiney Ugine Kuhlmann (PUK). PUK devient le premier groupe industriel privé français et est présent dans l'aluminium, la chimie, le cuivre, le combustible nucléaire et les aciers spéciaux. À partir de 1974, le conglomérat subit les chocs pétroliers et la concurrence des pays asiatiques, si bien que sa situation financière se dégrade. En 1976, PUK vend sa filiale TLM à la société italienne SMI-Società Metallurgica Italiana. La gauche arrivée au pouvoir en 1981 décide de sauver le groupe, le nationalise en 1982 et finance sa restructuration. Tous les salariés de plus de 57 ans et 6 mois sont licenciés : cette décision spectaculaire deviendra par la suite un "cas" étudié dans les écoles de commerce. PUK abandonne la chimie et les aciers spéciaux en revendant Ugine en 1982 à Usinor[6] et reprend le nom de Pechiney[1].

PrivatisationModifier

Assaini, le groupe reprend sous la présidence de Jean Gandois une stratégie expansionniste et acquiert en 1988 le géant de l'emballage américain American National Can. L'OPA sur sa maison mère, Triangle, donne lieu à scandale politico-financier fondé sur un délit d'initié (voir affaire Pechiney-Triangle). L'entreprise double de taille, son endettement s'envole. En 1994, un nouveau PDG, Jean-Pierre Rodier, décide de recentrer le groupe sur son cœur de métier et de le désendetter, en vue de le privatiser. Howmet, Carbone Lorraine et l'essentiel d'American National Can sont revendus, les coûts sont réduits, et l'entreprise est privatisée en 1995[1].

En 2000, un projet de fusion à trois avec ses concurrents canadien Alcan et suisse Algroup est refusé par la Commission européenne pour risque d'abus de position dominante dans plusieurs domaines, notamment l'automobile, la construction, les conserves alimentaires, et les emballages. L'idée des trois partenaires était de constituer un vaste ensemble international de 22 milliards de dollars[7].

Disparition de Pechiney et naissance de Constellium et d'AlbéaModifier

Alcan reprend seul le suisse Algroup en 2001 et tente en juillet 2003 une OPA hostile sur Pechiney. En situation financière fragile, Pechiney ne peut résister et se fait absorber pour 4 milliards d'euros[1]. Pour se conformer aux clauses de non-concurrence, Alcan se sépare de certaines de ses activités. C'est à ce titre que l'ensemble de ses activités de laminage ont été regroupées dans une société, nommée Novelis, qui est devenue indépendante du groupe Alcan.

Six grands producteurs d'aluminium intégrés verticalement dominaient historiquement le secteur : Alcoa, Alcan, Kaiser Steel, Reynolds, Alusuisse et Pechiney. Quatre d'entre eux se sont fait absorber en 3 ans, et ne restent que le canadien Alcan et l'américain Alcoa. À l'été 2007, l'américain tente de racheter le canadien. Mais le conglomérat minier anglo-australien Rio Tinto intervient, parvient à racheter Alcan à l'automne 2007 et prend le nom de Rio Tinto Alcan[1].

Très vite, en novembre 2007, Rio Tinto Alcan est menacé à son tour d'une OPA hostile de la part d'un concurrent, un autre groupe minier australien, BHP Billiton. La société décide de céder pour au moins 15 milliards de dollars d'actifs. Les activités emballage (6 milliards de dollars de chiffre d'affaires pour 31 000 salariés) et produits usinés doivent être vendues. En août 2010, une nouvelle société, Alcan EP, est créée, regroupant l'activité produits usinés, c'est-à-dire les anciennes activités de Pechiney dans les produits usinés en aluminium pour l'aéronautique civile et militaire, l'automobile, la construction ferroviaire ou l'industrie. Pour la partie Emballages, les activités seront scindées et vendues à plusieurs fonds. L'ancienne Cebal enrichie d'activités pour les soins corporels sera rachetée par Sun Capital Partners pour donner naissance à Albéa.

Début 2011, 51 % d'Alcan EP sont cédés à Apollo Global Management, un fonds d'investissement américain, et 10 % sont cédés au fonds souverain français, le Fonds Stratégique d'Investissement. Rio Tinto Alcan conserve le solde du capital, soit 39 %[8]. Enfin en , Alcan EP prend le nom de Constellium.

En 2011, Constellium compte 70 sites et 11 000 salariés dans le monde, dont 5 000 en France[1].

En 2011, Albéa compte une quarantaine de sites dans le monde et génère un chiffre d'affaires d'un milliard de dollars.

Liste des PDGModifier

Implantations en 2003Modifier

Implantations de Pechiney.

Plus de 40 sites étaient détenu par Péchiney en 2003, lors de son rachat par Alcan[9] :

Raffinage de bauxite (alumine)
  • Arbine (La Bâthie), cédé au fonds d’investissement HIG (Alteo) en 2012, puis à l'américain New Day Aluminum en 2017
  • Beyrède, cédé au fonds d’investissement HIG (Alteo) en 2012, puis Imerys en 2017
  • Gardanne, cédé au fonds d’investissement HIG (Alteo) en 2012[10]
  • Teutschenthal  , cédé au fonds d’investissement HIG (Alteo) en 2012, puis Imerys en 2017
Production d'aluminium
Fabrication de produits usinés
Centre de recherche
Emballage
  • Chalon-sur-Saône, cédé à l'australien Amcor en 2009
  • Dijon, cédé à l'australien Amcor en 2009
  • Froges, cédé à l'australien Amcor en 2009
  • Mareuil-sur-Ay, cédé à l'australien Amcor en 2009
  • Saint-Seurin-sur-l'Isle, cédé à l'australien Amcor en 2009
  • Emballage pour cosmétique
  • Filiale Cebal
    • Bellegrade sur Valserine, cédé à l'américain Ball en 2010
    • Saumur, cédé à l'américain Aurora en 2011
  • Ancienne société Soplaril
    • Arras, cédé à l'australien Amcor en 2009, puis à l'espagnole Plastienvase la meme année
    • Dax, cédé à l'australien Amcor en 2009
    • Moreuil, cédé à l'australien Amcor en 2009
Electrométallurgie
  • Anglefort, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005[11]
  • Laudun, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005
  • La Léchère, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005
  • Livet-et-Gavet, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005
  • Marignac, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005
  • Montricher-Albanne, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005
  • Pierrefitte-Nestalas, cédé à l'espagnol FerroAtlántica en 2005

Notes et référencesModifier

  1. a b c d e f g et h « Pechiney, l'histoire mouvementée d'un ex-champion national », sur lesechos.fr,
  2. Hervé Beaumont, Les aventures d'Émile Guimet (1836-1918), un industriel voyageur, Paris, Arthaud, , 356 p. (ISBN 978-2-081-31321-7, OCLC 937039398, lire en ligne).
  3. Talansier 1890 : Ch. Talansier, MÉTALLURGIE. LA FABRICATION DE L'ALUMINIUM. Historique. — Différentes méthodes. — Procédés Héroult., Le Génie civil : revue générale des industries françaises et étrangères, 3 mai 1890, t.7, no 1, p. 1-5 [1] ; Lescale 1986 : Hubert Lescale, Paul Héroult et l'aluminium p. 125-138, Société d'histoire et d'archéologie de Maurienne, ed. Imprimerie Roux (Saint-Jean- de-Maurienne), 1986, t. 22 [2] / Biographie p. 129[3] ; Caron 1988 :Michel Caron (Ancien ingénieur à Péchiney-Ugine-Kuhlman): Paul Héroult (1863-1914) : un grand inventeur original, La Vie des sciences, Académie des sciences (France) ed. Gauthier-Villars, Paris, 1988, t.5, p. 39-57[4]
  4. Histoire de Pechiney sur le site de la Société chimique de France
  5. Archives nationales du monde du travail, Fonds « COMURHEX (Uranium Péchiney) », Archives publiques 201 AQ. Comurex signifie Conversion Métal URanium HEXafluorure ; c'est le nom d'une société créée en 1971 par la fusion de l'usine de Malvési (début d'activité en 1959, Aube) et des Usines Chimiques de Pierrelatte (début d'exploitation en 1960, Drôme).
  6. « Chronologie d'un rapprochement complexe », sur lesechos.fr, (consulté le 13 janvier 2020)
  7. Bruxelles refuse la fusion Pechiney-Alcan-Algroup, dans L'Expansion, .
  8. « La renaissance de l'ex-Pechiney prend effet », La Tribune,‎
  9. que sont devenues les 40 usines de pechiney ou la gabegie industrialofiancière
  10. Pechiney devient Alteo
  11. Transféré vers un groupe espagnol, PEM change de mains

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier