Ouzilly

commune française du département de la Vienne

Ouzilly
Ouzilly
Église d'Ouzilly
Image illustrative de l’article Ouzilly
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Nouvelle-Aquitaine
Département Vienne
Arrondissement Châtellerault
Intercommunalité Communauté d'agglomération Grand Châtellerault
Maire
Mandat
Franck Reby
2020-2026
Code postal 86380
Code commune 86184
Démographie
Gentilé Ouzillois
Population
municipale
919 hab. (2017 en augmentation de 2,34 % par rapport à 2012)
Densité 86 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 46′ 38″ nord, 0° 21′ 45″ est
Altitude Min. 62 m
Max. 102 m
Superficie 10,63 km2
Élections
Départementales Canton de Châtellerault-1
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Nouvelle-Aquitaine
Voir sur la carte administrative de Nouvelle-Aquitaine
City locator 14.svg
Ouzilly
Géolocalisation sur la carte : Vienne
Voir sur la carte topographique de la Vienne
City locator 14.svg
Ouzilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ouzilly
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ouzilly
Liens
Site web http://www.ouzilly.fr

Ouzilly est une commune du Centre-Ouest de la France, située près de Lencloître, dans le département de la Vienne en région Nouvelle-Aquitaine. Ses habitants sont appelés les Ouzillois.

Elle fait partie de l'espace urbain situé sur l'axe Poitiers-Châtellerault et appartient au domaine du Haut-Poitou.

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le village est situé dans le Centre-Ouest de la France. Il est localisé au nord du département de la Vienne. Ouzilly est sur un axe qui relie Lencloître à Jaunay-Clan et Saint-Genest-d'Ambière à Vendeuvre-du-Poitou en passant par Signy.

La commune est située 5 km au sud de Lencloître, principal bourg des environs et à 14,59 km, à vol d'oiseau de Châtellerault, la ville la plus proche.

Le site du Futuroscope, second parc de loisirs français situé sur la commune de Chasseneuil-du-Poitou se trouve à environ 20 minutes.


Communes limitrophesModifier

Le village est entouré par les communes de Marigny-Brizay, Colombiers, Scorbé-Clairvaux, Saint-Genest-d'Ambière, Lencloître et Vendeuvre-du-Poitou.

Géologie et reliefModifier

La région d'Ouzilly présente un paysage de plaines vallonnées plus ou moins boisées et de vallées. Le terroir se compose [1] :

  • pour 4 % de calcaire dans les vallées et les terrasse alluviales,
  • pour 93 % de sables verts dans les collines et les dépressions sableuses des bordures du Bassin parisien,
  • pour 3 % d'aubues ou de champagne (Ce sont des sols gris clair, argilo-limoneux, sur craie et donc calcaires) sur les autres collines.

En 2006, 68 % de la superficie de la commune était occupée par l'agriculture, 29 % par des forêts et des milieux semi-naturels et 3 % par des zones construites et aménagées par l'homme (voirie)[2]. La présence de milieux naturels et semi-naturels riches et diversifiés sur le territoire communal permet d’offrir des conditions favorables à l’accueil de nombreuses espèces pour l'accomplissement de leur cycle vital (reproduction, alimentation, déplacement, refuge). Forêts, landes, prairies et pelouses, cours d’eau et zones humides… constituent ainsi des cœurs de biodiversité et/ou de véritables corridors biologiques.

HydrographieModifier

La commune est traversée par l'Envigne sur une longueur de 1,6 km.

ClimatModifier

Le climat est océanique avec des étés tempérés.

En 2012, le village a connu deux records de température, avec un écart de 58 °C en 6 mois :

  • La plus froide : −17 °C après la période neigeuse ()
  • La plus chaude : 41 °C ambiante et 48 °C au soleil lors de la période de canicule ().

Voies de communication et transportsModifier

Les bus "Lignes en Vienne" desservent, notamment, Lencloître et Châtellerault.

Les gares et haltes ferroviaires les plus proches du bourg sont :

L'aéroports le plus proche est l'aéroport de Poitiers-Biard à 21,5 km.

ToponymieModifier

L’origine du nom de la commune pourrait provenir du nom d’un propriétaire terrien latin "Osiliacus" : « Villa que vocatur Oziliacus in pago Pictavo ». Ce nom apparait dans les textes vers 970. En 1637, le nom du village se stabilise pour être celui d'Ouzilly.

Ouzilly a changé une seule fois de nom, en 1801. Le bourg s'appelait, alors, Onzillé.

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

IntercommunalitéModifier

Ouzilly est rattachée à la communauté d'agglomération de Grand Châtellerault

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs[3]
Période Identité Étiquette Qualité
avant 1981 ? René Chapron PCF  
mars 2001 mars 2008 Roland Verdin    
mars 2008 mars 2014 Michèle Veillard    
mars 2014 En cours Franck Reby    

Concernant les élections législatives de 2012 : Au 1er tour, la ville recense 564 inscrits sur les listes électorales, 206 électeurs (36,52 %) se sont abstenus. 358 électeurs ont voté (63,48 %) dont 13 votes (3,63 %) blancs ou nuls. Exprimés : 345 électeurs (61,17 %).

Principaux résultats : 99 voix (28,7 %) pour Jean-Pierre Abelin (NC) / 67 voix (19,42 %) pour Christian Michaud (DVG) / 63 voix (18,26 %) pour Véronique Massoneau (EELV) & Eric Audebert (FN).

Au 2e tour, la commune recense 564 inscrits sur les listes électorales, 213 électeurs (37,77 %) se sont abstenus. 351 électeurs ont voté (62,23 %) dont 26 votes (7,41 %) blancs ou nuls. Exprimés : 325 électeurs (57,62 %).

- Résultats, 184 voix (56,62 %) pour Véronique Massonneau (EELV) / 141 voix (43,38 %) pour Jean-Pierre Abelin (NC).

Concernant les élections présidentielles de 2012 : Au 1er tour, la ville recense 564 inscrits sur les listes électorales, 65 électeurs (11,52 %) se sont abstenus. 499 électeurs ont voté (88,48 %) dont 12 votes (2,40 %) blancs ou nuls. Exprimés : 487 électeurs (86,35 %).

- Principaux résultats, 135 voix (27,72 %) pour François Hollande (PS) / 118 voix (24,23 %) pour Nicolas Sarkozy (UMP) / 108 voix (22,18) pour Marine Le Pen (FN) / 66 voix (13,55 %) pour Jean-Luc Mélenchon (Front de gauche) / 35 voix (5,19 %) pour François Bayrou (Modem).

Au 2e tour, la commune recense 564 électeurs sur les listes électorales avec 68 abstentions (12,06 %). 496 (87,94 %) ont exprimé un vote, dont 40 votes (8,06 %) blancs ou nuls. Électeurs exprimés : 456 (80,85 %).

- Résultats, 262 voix (57,46 %) pour François Hollande (PS) / 194 voix (42,54) pour Nicolas Sarkozy (UMP).

Instances judiciaires et administrativesModifier

La commune relève du tribunal d'instance de Poitiers, du tribunal de grande instance de Poitiers, de la cour d'appel de Poitiers, du tribunal pour enfants de Poitiers, du conseil de prud'hommes de Poitiers, du tribunal de commerce de Poitiers, du tribunal administratif de Poitiers et de la cour administrative d'appel de Bordeaux, du tribunal des pensions de Poitiers, du tribunal des affaires de la Sécurité sociale de la Vienne, de la cour d’assises de la Vienne.

Services publicsModifier

Les réformes successives de La Poste ont conduit à la fermeture de nombreux bureaux de poste ou à leur transformation en simple relais. Toutefois, la commune a pu maintenir le sien.

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[5].

En 2017, la commune comptait 919 habitants[Note 1], en augmentation de 2,34 % par rapport à 2012 (Vienne : +1,59 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
7567986388989369969469871 037
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 0661 0441 0001 0039629721 003974958
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
906900885762747673678663680
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
660655641681649706765871909
2017 - - - - - - - -
919--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[6] puis Insee à partir de 2006[7].)
Histogramme de l'évolution démographique

En 2008, selon l’Insee, la densité de population de la commune était de 83 hab./km2 contre 61 hab./km2 pour le département, 68 hab./km2 pour la région Poitou-Charentes et 115 hab./km2 pour la France.

Selon les dernières statistiques publiées par l'INSEE en 2012 à partir de données datant de 2009, il ressort que la mairie de Ouzilly administre une population totale de 861 personnes. À cela, il faut soustraire les résidences secondaires soit 13 personnes. En conséquence, la population permanente dans la commune est de 848 habitants.

Ouzilly a connu une nette hausse de 28,9 % de sa population de 1999 à 2005.

La répartition par âge de la population d'Ouzilly est en 2007:

  • 0-14 ans : 184 habitants
  • 15-29 ans : 119 habitants
  • 30-44 ans : 211 habitants
  • 45-59 ans : 149 habitants
  • 60-74 ans : 90 habitants
  • 75 ans & plus : 51 habitants.

La part de la population de 60 ans et plus passerait de 23 % en 2006 à 30 % en 2020 au sein du département de la Vienne (20 % pour Ouzilly en 2007, soit à un niveau inférieur à la moyenne départementale). Le département de la Vienne bénéficie à la fois d’un excédent migratoire significatif et d’un excédent naturel qui contribuent à un moindre vieillissement. En supposant le maintien des tendances démographiques depuis 1990, entre 2006 et 2020, la population de l’aire urbaine de Poitiers devrait s’accroître de +16,5 % et celle de Châtellerault de +5,0 %. En revanche, les zones rurales du département devraient voir leur population diminuer de -5,8 % pour la zone Nord et de -8,6 % pour la zone Sud . Les personnes âgées sont proportionnellement plus présentes en milieu rural. En 2006, elles représentent 34 % de la population de l’espace rural du sud du département et 30 % de l’espace nord[8].

La répartition des sexes de la population est la suivante:

  • en 1999 : 51,0 % étaient des hommes et 49,0 % étaient des femmes.
  • en 2005 : 49,7 % étaient des hommes et 50,3 % étaient des femmes.
  • en 2010 : 52,2 % d'hommes pour 47,8 % de femmes.

En 2005 :

  • Les retraités et les préretraités représentaient 17,5 % de la population.
  • Le nombre de célibataires était de 33,3 % de la population.
  • Les couples mariés représentaient 57,6 % de la population.
  • Les divorcés représentaient 3,2 %.
  • Le nombre de veuves et veufs était de 5,9 %.

EnseignementModifier

La commune d'Ouzilly dépend de l'académie de Poitiers (rectorat de Poitiers) et son école primaire publique dépend de l'inspection académique de la Vienne.

SportsModifier

Depuis 2013, l' Association Sportive d'Ouzilly (ASO), club de football d'Ouzilly , évolue en division 5. La commune possède aussi un terrain de moto-cross.

En 2011, les cyclistes du Tour du Poitou-Charentes ont traversé Ouzilly.

En 2012, les participants du Tour de la Vienne Pédestre (TVP) organisé par le Lencloître J.C. 86, ont fait étape à Ouzilly.

ÉconomieModifier

AgricultureModifier

Selon la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt de Poitou-Charentes[9], il n'y a plus que 8 exploitations agricoles en 2010 contre 27 en 2000.

39 % des surfaces agricoles sont destinées à la culture des céréales (blé tendre essentiellement mais aussi orges et maïs), 12 % pour les oléagineux (tournesol) et 10 % pour le fourrage. En 2000, 5 hectares (0 en 2010) étaient consacrés à la vigne[9].

La ville d'Ouzilly vit principalement sur son économie naturelle grâce à ses melons ainsi qu'à des productions comme le blé, le raisin et le tournesol. Des sols très fertiles et faciles à cultiver (sables verts et alluvions). Sa position proche des grands bassins de consommation ont permis le développement des cultures de légumes. Ces cultures prirent une forte expansion au XIXe siècle avec le développement du train et une production globalement déficitaire en France. Jusque dans les années 1950, ces productions alimentaient non seulement les marchés régionaux mais aussi les grands centres urbains comme Paris ou Bordeaux. Les principaux légumes cultivés étaient les asperges, les carottes, les choux, les oignons, les melons et les artichauts. Peu à peu les légumes ont été remplacés par les cultures céréalières : blé, maïs et orge. Il ne reste que quelques maraîchers spécialisés de nos jours dans la culture du melon.

Selon une étude de la direction régionale de l'Alimentation, de l'Agriculture et de la Forêt, publiée en , la surface consacrée à la culture du melon (3 810 hectares ) en Région Poitou-Charentes est de loin la plus importante de l'Hexagone (Midi-Pyrénées : 3 211 hectares ; Languedoc-Roussillon : 2 751 hectares; Paca 2 525 hectares). Le melon est produit par 314 exploitations. La zone de culture du melon se situe dans le nord de la région, principalement sur une trentaine de communes du département de la Vienne et quatre communes du département des Deux-Sèvres. Un melon français sur quatre provient de la région Poitou-Charentes.

La transformation de la production agricole est de qualité et permet aux exploitants d’avoir droit, sous conditions, aux appellations et labels suivants :

  • Chabichou du Poitou (AOC)
  • Beurre Charente-Poitou (AOC)
  • Beurre des Charente (AOC)
  • Beurre des Deux-Sèvres (AOC)
  • Vin du Haut-Poitou en rouge, blanc et rosé (AOC)
  • Veau du Limousin (IGP)
  • Agneau du Poitou-Charentes (IGP)
  • Bœuf du Maine (IGP)
  • Jambon de Bayonne (IGP)
  • Melon du Haut Poitou (IGP)

TourismeModifier

Emploi et activitésModifier

Elle fait partie de la zone d'emploi de Châtellerault.

Le taux de chômage était de 10,7 % en 2005 contre 10,6 % en 1999.

Le taux d'activité était de 76,4 % en 2005 contre 71,9 % en 1999.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Patrimoine religieuxModifier

  • L'église Saint-Hilaire du XIIe siècle se trouvant juste à côté de la mairie est inscrite comme monument historique depuis 1933 pour son élévation et son clocher. Sa façade, fortifiée, a été refaite en 2011. Elle est surmontée d'une tour octogonale percée de quatre fenêtres en plein cintre.
  • L'oratoire situé au lieu-dit Le Monteil est une grotte qui a été construite au milieu du XXe siècle par quelques personnes de la commune à l'initiative du Père Loïc Dauger. Une statue est érigée dans cette grotte représentant Marie en train de prier.

Patrimoine civilModifier

  • L'ancienne usine à chanvre a été classée au patrimoine et est maintenant protégée. Elle est située au lieu-dit Launay. L'usine a été créée en 1876 sur un bâtiment préexistant. Culture très développée, le chanvre produit dans la région était réputé pour sa souplesse et sa résistance. La fabrication atteint son plein essor dans les années 1900. L'activité s’arrête dans les années 1921-1925.
  • Le château de Tricon au lieu-dit Tricon"date du XIXe siècle même si le domaine de Tricon est cité dès le Xe siècle. C'était un fief relevant du duché de Châtellerault.
  • Le trésor d'Ouzilly fut découvert en deux temps au cours des années 2002 et 2005. Il est constitué de 414 monnaies. 42 monnaies étaient des statères en or allié et 372 drachmes en argent. Ces monnaies ont été attribuées à la tribu des Pictons. Le trésor a été vendu et dispersé dans des mains privées en 2009[10].
 
Drachme du Trésor d'Ouzilly.

Patrimoine naturelModifier

Équipement culturelModifier

Une bibliothèque municipale située place de l'Église.

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. Chambre Régionale d'agriculture de Poitou-Charentes - 2007
  2. Observatoire régional de l'environnement de Poitou-Charentes
  3. Site de la préfecture de la Vienne, consulté le 10 mai 2008
  4. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  6. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  8. Étude de KPMG pour le Conseil Général de la Vienne : FuturS en Vienne – diagnostic – novembre 2009
  9. a et b Fiches communales 2000 - 2010 de la Vienne
  10. Trésor