Sahathor

pharaon égyptien

Sahathor
Image illustrative de l’article Sahathor
Fragment du Canon royal de Turin mentionnant Sahathor.
Période Deuxième Période intermédiaire
Dynastie XIIIe dynastie
Fonction roi
Prédécesseur Khâsekhemrê Neferhotep Ier
Successeur Khâneferrê Sobekhotep
Famille
Grand-père paternel Nehy
Grand-mère paternelle Senebtysy
Père Haânkhef
Mère Kemi
Enfant(s) Sobekhotep
Fratrie Khâsekhemrê Neferhotep Ier
Khâneferrê Sobekhotep
Sépulture
Emplacement probablement à Abydos, près de celles de ses frères

Sahathor est un roi de la XIIIe dynastie.

FamilleModifier

Sahathor semble être issu d'une famille thèbaine non royale ayant une formation militaire[1]. Son grand-père, Nehy, portait le titre d'officier d'un régiment de ville. Nehy était marié à une femme appelée Senebtysy. On ne sait rien d'elle, si ce n'est qu'elle portait le titre commun de maîtresse de maison. Leur seul fils connu s'appelait Haânkhef[2].

Haânkhef apparaît toujours dans les sources comme le père de Dieu et le sceau royal et sa femme Kemi comme la mère du roi, ce qui indique qu'aucun des deux n'était de naissance royale. La filiation de Haânkhef et de Khâsekhemrê Neferhotep Ier, frère de Sahathor, est directement confirmée par un certain nombre de scarabées d'El-Lahoun où le premier serait le père du second[2]. Haânkhef est également explicitement mentionné comme le père de Neferhotep dans le Canon royal de Turin. C'est un fait extrêmement rare car ce papyrus ne nomme normalement que les rois, alors que les personnes non royales sont exclues de la liste[2].

Son prédécesseur Khâsekhemrê Neferhotep Ier et son successeur Khâneferrê Sobekhotep sont ses frères. Il aurait un fils nommé Sobekhotep[2].

AttestationsModifier

Selon la dernière lecture du canon de Turin par Ryholt, Sahathor y est inscrit sur la colonne 7, ligne 26[2]. Sur deux statues du sanctuaire d'Hekaib à Éléphantine, Sahathor est attesté comme fils du roi, ce qui est ici un titre honorifique faisant référence à son frère Khâsekhemrê Neferhotep Ier, ce dernier étant roi[2]. Deux inscriptions rupestres de Philæ et de l'île de Sehel mentionnent en outre Sahathor comme frère de Khâsekhemrê Neferhotep. D'après Ryholt et Stephen Quirke, Sahathor est également attesté comme roi sur un sceau-cylindre en stéatite, aujourd'hui au Musée Petrie (UC1157), et sur une perle de provenance inconnue, aujourd'hui au Brooklyn Museum[2],[3],[4]. Quelques autres sceaux mentionnant un fils de roi, Sahathor sont connus, mais Ryholt conclut qu'ils peuvent correspondre à un autre Sihathor[2]. Enfin, Vivian Davies signale l'existence d'une statue de Sahathor réalisée après sa mort et où il ne reçoit que le titre de fils de roi[5].

SépultureModifier

L'égyptologue et archéologue Josef W. Wegner de l'université de Pennsylvanie a dirigé les fouilles du tombeau et du complexe funéraire de Sésostris III à Abydos ainsi que de la nécropole environnante. Cette nécropole comprend des tombes royales datant de la Deuxième Période intermédiaire ainsi que de la fin du Moyen Empire. Deux grandes tombes en particulier, S9 et S10, sont aujourd'hui considérées comme appartenant aux frères rois de Sahathor, Khâsekhemrê Neferhotep Ier et Khâneferrê Sobekhotep. En effet, les preuves recueillies dans les tombes voisines révèlent qu'un roi Sobekhotep a été enterré dans S10, qui doit être Khâneferrê Sobekhotep étant donné la taille de la tombe, sa datation générale et son emplacement à Abydos. Par extension, S9 est susceptible d'appartenir à Khâsekhemrê Neferhotep Ier[6],[7].

Ces attributions sont cruciales pour localiser la tombe de Sahathor, car Wegner a en effet trouvé une sépulture royale inachevée au nord-est immédiat de S10, à l'est de S9. Selon lui, sa position suggère très fortement qu'elle était destinée à l'héritier choisi de Khâsekhemrê Neferhotep, Sahathor. La sépulture semble avoir été abandonnée à la mort de son propriétaire, son sarcophage massif en granit ayant été réutilisé plus tard, pendant la chaotique deuxième partie de la Deuxième Période intermédiaire[8].

TitulatureModifier

Notes et référencesModifier

  1. Michael Rice, Who is who in Ancient Egypt, Routledge London & New York 1999, (ISBN 0-203-44328-4), see p. 131.
  2. a b c d e f g h et i Kim Steven Bardrum Ryholt, The Political Situation in Egypt during the Second Intermediate Period, c.1800–1550 BC, Carsten Niebuhr Institute Publications, vol. 20. Copenhagen: Museum Tusculanum Press, 1997, excerpts available online here.
  3. Darrell D. Baker, The Encyclopedia of the Pharaohs: Volume I - Predynastic to the Twentieth Dynasty 3300–1069 BC, Stacey International, (ISBN 978-1-905299-37-9), 2008, p. 430.
  4. Picture of the cylinder seal
  5. Vivian Davies, A Statue of the King's Son, Sahathor, from Thebes, in: Stationen Beiträge zur Kulturgeschichte Ägyptens Rainer Stadelmann editor, Heike Guksch, Daniel Polz, p. 177 - 179, (ISBN 3-8053-2526-6)
  6. Josef W. Wegner, « A royal necropolis at south Abydos: New Light on Egypt's Second Intermediate Period », Near Eastern Archaeology, vol. 78, no 2,‎
  7. J. Wegner et K. Cahail, « Royal Funerary Equipment of a King Sobekhotep at South Abydos: Evidence for the Tombs of Sobekhotep IV and Neferhotep I? », JARCE, vol. 15,‎
  8. Josef W. Wegner, lecture at the university of Chicago Oriental Institute. On Youtube The Pharaohs of Anubis-Mountain, 28 October 2015.
  9. Julien Siesse, Throne Names Patterns as a Clue for the Internal Chronology of the 13th to 17th Dynasties (Late Middle Kingdom and Second Intermediate Period), GM 246, 2015, p 75-98