Ouvrir le menu principal

Montagney

commune française du département de la Haute-Saône

Montagney
Montagney
Fontaine-lavoir de Montagney.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Haute-Saône
Arrondissement Vesoul
Canton Marnay
Intercommunalité Communauté de communes du Val Marnaysien
Maire
Mandat
Yann Beuraud
2014-
Code postal 70140
Code commune 70353
Démographie
Population
municipale
519 hab. (2016 en diminution de 0,38 % par rapport à 2011)
Densité 56 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 17′ 14″ nord, 5° 39′ 43″ est
Altitude Min. 192 m
Max. 282 m
Superficie 9,21 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte administrative de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Montagney

Géolocalisation sur la carte : Haute-Saône

Voir sur la carte topographique de la Haute-Saône
City locator 14.svg
Montagney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Montagney

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Montagney

Montagney est une commune française située dans le département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

Montagney est un village d'environ 600 habitants dont 100 à la maison de retraite situé à mi-chemin entre Marnay et Pesmes. Le village est également l'un des trois pôles d'enseignement primaire du canton.

Communes limitrophesModifier

 
La rue principale.

HistoireModifier

Jusque vers 1960, le village a vécu de la culture de la vigne.

Elle a été desservie de 1866 à 1940 par une gare sur la ligne de Gray à Fraisans.

Politique et administrationModifier

Rattachements administratifs et électorauxModifier

La commune fait partie de l'arrondissement de Vesoul du département de la Haute-Saône, en région Bourgogne-Franche-Comté. Pour l'élection des députés, elle dépend de la première circonscription de la Haute-Saône.

Elle faisait partie depuis 1793 du canton de Pesmes[1]. Dans le cadre du redécoupage cantonal de 2014 en France, la commune est désormais rattachée au canton de Marnay.

IntercommunalitéModifier

La commune faisait partie de la petite communauté de communes du val de Pesmes, créée par un arrêté préfectoral du , et qui prenait la suite du Syndicat intercommunal de développement et d’aménagement du canton de Pesmes[2].

Dans le cadre des dispositions de la loi portant nouvelle organisation territoriale de la République (Loi NOTRe) du 7 août 2015, qui prévoit que les établissements publics de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre doivent avoir un minimum de 15 000 habitants (et 5 000 habitants en zone de montagnes), le préfet de la Haute-Saône a présenté en octobre 2015 un projet de révision du schéma départemental de coopération intercommunale (SDCI) qui prévoit notamment la scission de cette communauté de communes et le rattachement de certaines de ses communes à la communauté de communes du Val marnaysien et les autres communes à celle du Val de Gray[3],[4].

Malgré l'opposition du Val de Pesmes[5], le SDCI définitif, approuvé par le préfet le 30 mars 2016, a prévu l'extension :

  • du Val Marnaysien aux communes de Bard-lès-Pesmes, Berthelange, Brésilley, Chancey, Chaumercenne, Courcelles-Ferrières, Corcondray, Etrabonne, Ferrières-les-Bois, Malans, Mercey-le-Grand, Montagney, Motey-Besuche, Villers-Buzon, portant le nouvel ensemble à 13 784 habitants, selon le recensement de 2013 ;
  • Val de Gray aux communes d'Arsans, Broye-Aubigney-Montseugny, Chevigney, La Grande-Résie, La Résie-Saint-Martin, Lieucourt, Pesmes, Sauvigney-lès-Permes, Vadans, Valay et Venère, portant le nouvel ensemble à 20 807 habitants [6].

C'est ainsi que la commune est désormais membre depuis le de la communauté de communes du Val Marnaysien.

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1901 1915 François Sorin
(1842-1915)
   
    Pierre Louisot[7]    
Les données manquantes sont à compléter.
2001[réf. nécessaire] 2014 Michel Pellegrinelli    
2014[8] En cours
(au 28 août 2016)
Yann Beuraud   Professeur d’histoire géographie à Gray
Vice-président de la CC du Val Marnaysien (2017 → )

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[9]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[10].

En 2016, la commune comptait 519 habitants[Note 1], en diminution de 0,38 % par rapport à 2011 (Haute-Saône : -1,02 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
556603635606588593607618588
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
584584574528603509527501515
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
517523505430429385180349304
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
309320336405383403445490511
2016 - - - - - - - -
519--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[11].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉquipementsModifier

Les enfants sont scolarisés au pôle éducatif des Vallons Fleuris, situé au centre du village.

Les anciennes écoles communales ont été réhabilitées et restructurées en 2012, et sont devenues la nouvelle mairie[7].

La commune accueille également la maison de retraite Les Cèdres, qui, en 2010, accueille 72 résidents.

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Le Méca Estivale, fête biennale de « tout ce qui roule », dont la 5e édition a eu lieu le 4 septembre 2016. Celle de 2014 a rassemblé 500 véhicules, 80 stands et 8000 visiteurs[12].

ÉconomieModifier

La commune accueille, en 2010, un boulanger, un boucher charcutier traiteur, un épicier, un salon de coiffure, un centre équestre, des maraîchers et éleveurs bio.

La maison de retraite Les Cèdres et le pôle éducatif des Vallons Fleuris y sont également implantés[13]

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Château Terrier de Santans (propriété privée), du XVe siècle, restauré et modifié aux XVIIe et XIXe siècles[14]
  • Église Saint-Martin construite en 1772[15] et son presbytère de 1759[16].
  • Jardin de la maison de retraite Notre-Dame des Cèdres[17].
  • L'ancienne gare[18].
  • L'ancienne école, construite entre 1894 et 1902 d'après les plans de l'architecte Sauterey par l'entrepreneur Eugène Courot, transformée en mairie en 2012 sur les plans de l'architecte de Vesoul René Bouvier[19],[7].
  • Fontaine-lavoir de 1846, conçu par l'architecte Colard[20].
  • Fontaine-lavoir de 1809 par conçue par l'architecte Mielle, réparée ou reconstruite en 1844 par Christophe Colard[21].
  • Croix de chemin à La Gaillarde, du XIXe siècle[22].
  • Maisons et fermes des XVIe et XIXe siècles[23].


Personnalités liées à la communeModifier

 
Le général Pierre Clavel.
  • Antoine de Santans, fils de Jean : seigneur de Montagney en 1630.
  • Pierre-François Percy (1754-1825) : chirurgien en chef des armées et baron d'Empire est né à Montagney.
  • Pierre Clavel (1773-1843, Montagney) : général des armées de la République et de l'Empire. Ami de Percy.

HéraldiqueModifier

  Blason Coupé: au 1er d'or à la croix estrée de sable, chaque branche pommetée de deux pièces accolées du même, au 2e d'azur à trois cailles d'or, celles de senestre et de la pointes contournées.
Détails
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  2. « C.C.V.P., E.P.C.I. et autres sigles », Vie communautaire, sur http://www.ccvaldepesmes.fr (consulté le 28 juillet 2016).
  3. « Présentation du projet de SDCI révisé » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône, (consulté le 23 juillet 2016).
  4. Guillaume Minaux, « Haute-Saône : le projet de redécoupage », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  5. Maxime Chevrier, « Fusion : les élus du Val de Pesmes sonnent la charge : Les élus de la Communauté de communes du Val de Pesmes avaient préparé leur affaire. Hier après-midi, ils ont débarqué devant la préfecture pour acter le refus de voir leurs intérêts bafoués, dans un principe d’éclatement de ce territoire », L'Est républicain, édition de Vesoul,‎ (lire en ligne).
  6. « Arrêté préfectoral du 30 mars 2016 portant définition du schéma départemental de coopération intercommunale du département de la Haute-Saône » [PDF], Intercommunalité, Préfecture de la Haute-Saône (consulté le 23 juillet 2016), p. 3.
  7. a b et c « Inauguration de la mairie », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Michel Pellegrinelli, maire de Montagney, et son conseil municipal ont décidé de baptiser les deux salles de réunion (50 m² chacune). La 1re du nom de l’instituteur qui y a officié pendant des années, Émile Delaitre (92 ans). La seconde porte le nom de Pierre Louisot, enfant du pays, maire de Montagney pendant 8 ans, qui a insufflé aux villages environnants le goût de travailler ensemble ».
  8. « Premier mandat pour Yann Beuraud », L'Est républicain,‎ (lire en ligne) « Il aura fallu trois tours aux conseillers de Montagney (70) pour élire leur maire, Yann Beuraud, a 8 voix contre 6 et un nul. Yann Beuraud, 30 ans, professeur d’histoire géographie à Gray, se trouve à la tête d’une équipe comprenant 7 nouveaux conseillers ».
  9. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  10. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  11. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  12. « De la Ferrari à la moissonneuse-batteuse : Le 5e Méca Estivale se déroulera le 4 septembre à Montagney », L'Est républicain, édition de Vesoul - Haute-Saône,‎ (lire en ligne).
  13. « Les vœux dans la nouvelle mairie », L'Est républicain,‎ (lire en ligne).
  14. « Château Terrier de Santans », notice no IA00016519, base Mérimée, ministère français de la Culture
  15. « L'église paroissiale Saint-Martin », notice no IA00016518, base Mérimée, ministère français de la Culture
  16. « Le presbytère », notice no IA00016522, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  17. « Jardin d'agrément de la maison de retraite Notre-Dame des Cèdres », notice no IA70000046, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « La gare », notice no IA00016524, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. « L'école », notice no IA00016521, base Mérimée, ministère français de la Culture
  20. « La fontaine lavoir », notice no PA00102226, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. « Fontaine, lavoir », notice no IA00016523, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  22. « Croix de chemin », notice no IA00016520, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  23. « Maisons et fermes », notice no IA00016498, base Mérimée, ministère français de la Culture.