Ouvrir le menu principal

Malicorne (Yonne)

ancienne commune française du département de l'Yonne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Malicorne.

Malicorne
Malicorne (Yonne)
Malicorne,
en venant de Saint-Martin-sur-Ouanne
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Yonne
Arrondissement Auxerre
Canton Charny
Intercommunalité CC de l'orée de Puisaye
Maire délégué Daniel Roy
Code postal 89120
Code commune 89241
Démographie
Population 155 hab. (2013)
Densité 9,7 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 49′ 20″ nord, 3° 06′ 10″ est
Altitude Min. 145 m
Max. 195 m
Superficie 15,91 km2
Historique
Commune(s) d’intégration Charny Orée de Puisaye
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte administrative de l'Yonne
City locator 15.svg
Malicorne

Géolocalisation sur la carte : Yonne

Voir sur la carte topographique de l'Yonne
City locator 15.svg
Malicorne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 15.svg
Malicorne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 15.svg
Malicorne

Malicorne est une ancienne commune française située dans le département de l'Yonne au nord de la Bourgogne en région Bourgogne-Franche-Comté. Elle est devenue le une commune déléguée de la commune nouvelle de Charny Orée de Puisaye.

Sommaire

GéographieModifier

Le village de Malicorne est situé au carrefour de la D18 reliant Saint-Martin-sur-Ouanne à Champignelles et de la D208 reliant Saint-Denis-sur-Ouanne à Marchais-Beton. Il domine la vallée du Branlin.

Son territoire est arrosé à l'ouest par le Branlin grossi de l'Agréau (également appelé le Four) et limité au nord-est par l'Ouanne.

Il culmine aux Guidas à 188 m et descend jusqu'à 148 m dans la vallée du Branlin à la limite de Saint-Martin.

Les vallées sont vouées aux prairies naturelles et à l'élevage, tandis que les plateaux alternent cultures de céréales et boqueteaux. La Forêt de Malicorne, dont le nom pompeux est peut-être la trace d'un ancien massif défriché, ne compte guère que 58 hectares, tandis que le bois du parc de Hautefeuille en compte environ 75.

Lieux-dits et écartsModifier

Les lieux-dits suivis d'une astérisque sont situés à l'écart de la route indiquée.

A

B

C

D

  • Les Davids, Rte de la Forêt
  • Les Delamour*, Rte de Marchais-Beton (D 208)
  • La Dorinière*, route de l'Ordereau

E

F

G

H

L

  • (Les Comtes), en partie sur Grandchamp

M

N

O

P

R

  • Les Royers, Rte de la Forêt

S

V

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Les différents noms de Malicorne au cours des siècles :

  • 1120 : Malicornium[1]
  • 1168 : Malicornia[2]
  • 1183 : Maricorne[3]
  • 1210 : Moricornia[4]
  • 1235 : Malicornia[5]
  • 1453 : Mallicorne[6]

Le nom de Malicorne est réminiscent de seigneurs localement importants et redoutés, abusant de leurs privilèges : c'est la forme du XIe siècle Mal y corne, un endroit où il ne faisait pas bon frapper à la porte. Il existe plusieurs lieux homonymes de la Sarthe à l'Allier[7].

HistoireModifier

PréhistoireModifier

Des pierres taillées et polies attestent de la présence humaine dès [8].

AntiquitéModifier

À l'époque gauloise, le territoire occupé aujourd'hui par Malicorne fait partie de la cité des Sénons. En 476, il fait partie du Pagus vastinensis (Gâtinais), partie occidentale du comté (et de l'archevêché) de Sens.

Un pot de terre cuite contenant un trésor monétaire de 1 050 pièces de cuivre à l'effigie d'empereurs romains antérieurs à 300, est découvert dans un champ en 1956[réf. nécessaire].

Moyen-ÂgeModifier

La seigneurie de Malicorne semble avoir été rendue héréditaire en 887 au profit de Guillaume de Malicorne, et les premiers seigneurs, alliés aux comtes de Sens (Fromonides), étendent si bien leurs domaines qu'en 1068, quand le roi Philippe Ier intègre le Gâtinais au domaine royal, les seigneurs de Malicorne tenaient en fiefs toutes les terres depuis Saint-Denis-sur-Ouanne jusqu'à Saint-Maurice-sur-Aveyron. Leurs revenus incluaient les forges sur le Branlin et le péage de Ponessant sur le chemin du sel de la Loire à L'Yonne[réf. nécessaire]. Vers 1220, Geoffroy de Malicorne possède des biens à Champignelles, Grandchamp et jusqu'à Louesme et même Tannerre[7].

Au XIIe siècle la lignée de Malicorne s'allie aux Courtenay, notamment Milon de Courtenay (mort en 1138). Aganon de Malicorne épouse Hodierne, cousine germaine de Henri le Sanglier, archevêque de Sens de 1122 à 1142. Entre 1108 et 1103 Geoffroy de Malicorne pourvoit à la fondation du prieuré de Cloie à quelques centaines de mètres au nord du village. Quelques années après, la famille contribue également à la fondation de l'abbaye de Fontainejean, à 6 km de Cloie[réf. nécessaire]. Le prieuré de Cloie est rattaché à l'abbaye bénédictine de Rozoy-le-Vieil en 1146[7].

En 1120, la terre de Malicorne relevait de la seigneurie de Charny[9] et l'église dépendait de l’abbaye des Escharlis[réf. nécessaire].

La lignée des Malicorne s'éteint vers 1230[7]. Blanche de Courtenay, née vers 1220 et décédée en 1240 apparaît alors comme dame de Malicorne. Elle est la fille de Robert de Courtenay (1168-1239), grand bouteiller de France (1223), seigneur de Champignelles et de Charny et de Mahaut de Mehun-sur-Yèvres[10]. Elle épousa Louis de Sancerre, fils de Guillaume de Sancerre (> 1175-1217), comte de Sancerre, seigneur de Saint-Brisson et de La Ferté-Loupière et Marie de Charenton (°~ 1175)[11].

Philippe de Saint-Vérain (vers 1256 - avant 1316), petit neveu de la précédente, est seigneur de Bléneau et de Malicorne, commissaire réformateur au pays d'Auvergne. Il est le fils d'Hughes de Saint-Vérain et Isabeau de Noyers. Il s'est marié le avec Jeanne vicomtesse de Joigny, dame de Rigny-Le-Ferron[12].

Quelques années plus tard, de grands désastres vont s'abattre sur la contrée. Dix ans après la grande peste de 1348 qui tue un tiers de la population française, le routier Anglais Robert Knolles, à la solde du roi de Navarre et à la tête d'environ mille mercenaires Anglo-Gascons, s'empare de Châteauneuf et ravage la vallée de la Loire. Puis, il arrive devant le château de Malicorne, que la chronique de Saint-Denis qualifie de forteresse[13], et s'en empare à la fin de 1358. Il ne l'eut pas sitôt pris qu'il eut à repousser Arnaud de Cervole et ses 2 000 hommes, que Charles V avait recruté. Malgré le renfort des habitants des villages voisins, plusieurs assauts n'eurent pas raison de la pugnacité de Knolles, et Cervole dut repartir sur une défaite. Knolles fit de Malicorne son quartier général et s'en servit comme base pour piller les environs et prendre les villes de Villeneuve-le-Roi et Auxerre.

Le , le traité de Brétigny obligea Knolle à quitter les lieux. Il quitta Malicorne après y avoir tout détruit, village et château, ainsi que tout ce qui était à sa portée aux alentours[13].

L'église de Malicorne a, au moins jusqu'au XIXe siècle, conservé les plus grandes dates de son histoire. Elles étaient gravées sur un mur de son chevet à la pointe d'un couteau ou d'un clou. La plus ancienne date est celle de la destruction de Malicorne : « l’an 135..., le chasteau de Malicorne par les Anglais fut destruict » - le dernier chiffre était effacé, et cette première gravure est très probablement erronée d'une année car Knolle n'a pas quitté Malicorne avant le traité de Brétigny en [13],[9].

Époque moderneModifier

Après la période sombre des XIVe et XVe siècles, Malicorne passe dans la maison des Barres avec Didier (~ 1475-< 1514), seigneur de Hautefeuille (Malicorne) et Montcorbon (Loiret) époux de Marguerite de Piedefer, qui fut père de Marguerite des Barres, dame de Hautefeuille et en partie de la Fontaine l'Ermite (Perreux). Marguerite s'est mariée en 1514, avec François du Mesnil-Simon, fils de Louis du Mesnil-Simon, conseiller et maître d’hôtel du Roi, capitaine de la ville de Gray, chevalier, seigneur de Maupas et Morogues (Cher)[14].

Après environ sept mois de veuvage, Marguerite s'est mariée une seconde fois le avec Pierre du Plessis, Conseiller et Maître d’Hôtel de Catherine de Médicis, seigneur de Perigny (Loir-&-Cher), Bertault, Villarcels et Sarcelles[15]. D'où:

Charles du Plessis, conseiller et maître d'Hôtel ordinaire du roi Henri III, gentilhomme ordinaire de sa chambre, seigneur de Périgny (Loir-et-Cher), Montcorbon (Loiret), Hautefeuille, Malicorne et La Cour-Alexandre (Yonne), né vers 1525. Il demeurait au lieu de Hautefeuille (Malicorne, Yonne) lors du remariage de sa belle-sœur Louise de Vieilchâtel[7]. Il s'est marié le avec Claude d'Étampes, dame en partie de Mont-Saint-Sulpice (Yonne) et Bouilly (Loiret)[16].

En 1632, Malicorne et Hautefeuille passent dans les mains des Texier, famille de parlementaires originaire de l'Orléanais, avec Germain Texier, conseiller au Parlement de Paris (1619), seigneur de Gontarvilliers[16]. Il construisit un nouveau château à Hautefeuille et prit dès lors le titre de baron de Malicorne et d'Hautefeuille. Il avait épousé Marie Perrot , d'où notamment :

 
Modeste restes du château de Hautefeuille (Malicorne)

1) Germain Texier d’Hautefeuille, né en 1626 , dont la descendance conservera les seigneuries de Malicorne et d’Hautefeuille jusqu’à la révolution ;

2) Étienne Texier d'Hautefeuille, chevalier de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem (1633), bailli de l'Ordre (1669), prieur d'Aquitaine (1691) à sa mort et ambassadeur extraordinaire de l'Ordre auprès de Sa Majesté[17]. Parallèlement, capitaine de la compagnie écossaise des gendarmes du Roi, capitaine et gouverneur des ville et château du Mont-Saint-Michel, lieutenant général des armées du roi (1677) et abbé commendataire de l'Abbaye du Mont-Saint-Michel de 1670 à 1702, décédé à Paris le  ;

3) Françoise Texier d'Hautefeuille, mariée en 1665[18] au marquis de Crèvecœur, maréchal de camps et armée du roi, gouverneur et bailli de Montargis, seigneur de Prunoy.

En 1812, le domaine de Hautefeuille est acheté par Antoine-Jean Séguier[13], premier président de la cour d'appel de Paris. C'est à lui qu'on doit la décoration intérieure de l'église.

Le château de Hautefeuille a été détruit dans les années 1970 par la ville de Nanterre qui l'avait acquit pour y installer sa colonie de vacances.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
         
maire en 1973 ? Christian Connet Mouvement Réformateur Cultivateur
mars 2008 En cours Daniel Roy[19],[20]    
 
Réemploi au village

ÉconomieModifier

 
Le monument aux morts

DémographieModifier

En 2013, la commune de Malicorne comptait 155 habitants. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans (2008, 2013, 2018 pour Malicorne). Les autres chiffres sont des estimations.

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
455457457428436423452480533
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
557544588551500506472505460
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
456408380348333301295318304
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2008 2013 -
259214202196190183164155-
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[21] puis Insee à partir de 2006[22].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Lieux et monumentsModifier

 
L'église

Malicorne est connu du grand public par l'essai du célèbre astrophysicien Hubert Reeves intitulé Malicorne, qui traite des grandes énigmes de l'Univers à partir de l'observation de la nature autour du village où il passe ses vacances[23].

«  Au loin, par-dessus les nappes de feuillages, je revois le clocher de l’église de Malicorne. Cette modeste architecture, [...] reste encore à nos yeux le symbole de ce que nous ressentons en profondeur devant l’insondable mystère de la réalité.  »

— Hubert Reeves, extrait de Malicorne – Réflexions d’un observateur de la nature.

L'église de Malicorne, dédiée à Notre-Dame-de-l’Assomption, date du XVe siècle. Elle a été construite sur les restes de celle du XIIIe siècle, détruite lors de la guerre de Cent Ans. Une poutre de gloire soutient trois statues en bois datant des XVe et XVIe siècles. Le portail vient de l'abbaye de Fontainejean (XIIe siècle). Le clocher du XVe siècle ayant été démoli par un orage au XVIe siècle, celui présent date de 1835. Le prolongement de la nef est orné de belles peintures. On y voit aussi plusieurs statues qui remontent peut-être au XVIe siècle, et deux petits retables[24].

Une inscription indiquait que le clocher de l'église fut mis à bas par un grand vent au XVIe siècle (les deux derniers chiffres de la date étant effacés).

Deux pierres tombales, scellées dans le cœur de l'église, portent les épitaphes suivantes :

Ci-gît Jacques de Courtenay, écuyer

seigneur du Chayne, Fort-Marville et Mocelard en

Beauce, gentilhomme servant de Monseigneur

le duc d'Anjou, frère du roi Henry III Lequel

fut tué entre le Bréau et Dracy après Villiers

St Benoît en se défendant très vaillamment & fut

le XXIe jour d'août 1589 & fut envoyé quérir

pour messire Charles du Plessis son oncle seigneur de

ce lieu & p Gaucher de Raguyer escuyer seigneur des

Tresle son beau-frère lequel a fait faire ceci en

Mémoire de lui & prie toute gens d'honneur

avoir souvenance de son âme en leurs prières

Ci-gît Jacques du Plessis, écuyer

seigneur d'Asnières, La Grange Rouge &

Bizieux, lequel fut tué entre le Bréau et

Dracy après Villiers St Benoît combattant

vaillamment & fut le XXIe jour d'août 1589

& fut envoyé quérir p messire Charles

du Plessis son oncle seigneur de ce lieu &

Guillaume du Plessis son frère lequel a fait faire

ceci en Mémoire de lui & prie toute gens

d'honneur avoir souvenance de son âme en

leurs prières

La femme de Jacques II de Courtenay du Chesne, Marie de Gauville, était en effet sœur d'Edmée femme de Gaucher Raguier, dont la mère Sidoine était une sœur de Charles du Plessis, seigneur de Malicorne et autres lieux.

Ce double assassinat est à placer dans le contexte du soulèvement général, appelé seconde Ligue, qui fit suite à l'exécution sommaire du duc de Guise (23 décembre 1588), suivie de l'assassinat du roi Henri III le 1er août 1589 par Jacques Clément (originaire de Sergines, Yonne). L'oncle Charles du Plessis était conseiller et maître d'hôtel ordinaire du roi Henri III.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Robert Knolles, tristement célèbre routier anglais, qui ravagea la contrée depuis la forteresse de Malicorne en 1358-1360
  • Étienne Texier d'Hautefeuille, ambassadeur extraordinaire de l'ordre de Saint-Jean de Jérusalem près de Sa Majesté, prieur d'Aquitaine (1691), abbé commendataire de l'Abbaye du Mont-Saint-Michel de 1670 à 1702
  • Antoine-Jean Séguier (1768-1848)[13], premier président de la cour d'appel de Paris, propriétaire de Hautefeuille, à qui l'on doit la décoration intérieure de l'église, ainsi que celle de Saint-Martin-sur-Ouanne
  • Hubert Reeves, astro-physicien et écrivain

EnvironnementModifier

La commune inclut trois ZNIEFF :

La ZNIEFF de la vallée de l'Ouanne de Toucy à Douchy, totalisant 2 675 ha répartis sur 6 communes[25]. Elle vise particulièrement les habitats d'eaux courantes (milieu déterminant) ; on y trouve aussi des tourbières, marais, prairies améliorées, cultures et bocages[26]. À Malicorne, elle inclut largement la confluence du Branlin avec l'Ouanne.
La ZNIEFF de la vallée du Branlin de Saints à Malicorne, totalisant 2 464 ha répartis sur 8 communes[27]. Elle vise également les habitats d'eaux courantes (milieu déterminant), et on retrouve les mêmes habitats que pour la ZNIEFF de la vallée de l'Ouanne de Toucy à Douchy sauf pour les prairies améliorées qui sont remplacées par des prairies humides et mégaphorbiaies[28].
 
Route de Marchais-Beton, les débordements du Branlin - 25 février 2014
La ZNIEFF de l'étang de Malicorne, soit 8 ha sur la commune qui incluent environ 3 ha de la partie nord de l'étang au sud de la commune près de la Ferme de l'Etang (la partie sud de l'étang, où se trouve sa bonde, n'est pas incluse), et la majeure partie du bois qui l'entoure. Elle vise particulièrement les habitats d'eaux douces stagnantes (milieu déterminant)[29].

Pour approfondirModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

RéférencesModifier

  1. Cartulaire de l'abbaye des Echarlis.
  2. Cartulaire général de l'Yonne.
  3. Carulaire de l'Abbaye Saint-Pierre-le-Vif de Sens.
  4. Bibliothèque impériale Coll. Champ. III F° 169.
  5. Cartulaire de l'abbaye de Vieupou
  6. Registre des taxes du diocèse de Sens - Bibliothèque de Sens.
  7. a b c d et e Paul Gache, professeur d'histoire à Orléans, « Histoire de Marché Beton » [PDF], sur le site de la commune de Marchais-Beton.
  8. « Histoire de Malicorne », sur le site de la commune.
  9. a et b Maurice Pignard-Péguet, Histoire des communes de l'Yonne, t. III, (lire en ligne).
  10. M. du Bouchet, Histoire généalogique de la Maison royale de Courtenay, Rue St Jacques à Paris, chez François Preuveray,
  11. Alice Saunier-Séïté, Les Courtenay, Destin d'une illustre Famille bourguignonne, Paris, France Empire,
  12. Honoré Caille Du Fourny, Histoire Généalogique Et Chronologique De La Maison Royale De France, Volume 1, Paris, Compagnie des Libraires, , 805 p., p. 488
  13. a b c d et e Malicorne-en-Gâtinais, Hautefeuille-sous-Malicorne. Ambroise Challe, 1837. Dans Monographies des villes et villages de l'Yonne et de leurs monuments
  14. Gaspard Thaumas de La Thaumassière, Histoire de Berry, Bourges, Edité par A. Jollet,
  15. Jean-Baptiste-Pierre de Courcelles, Histoire généalogique et héraldique des pairs de France, des grands dignitaires du royaume, etc., Paris, Arthus Bertrand, libraire,
  16. a et b Paul Quesvers et Henri Stein, Inscriptions de l'Ancien Diocèse de Sens, Paris,
  17. François Alexandre de la Chenaye Desbois, Dictionnaire de la Noblesse de France, 1776, page 641
  18. Besnard (Jean), Autour des Pinabeaux, document dactylographié déposé à la SSHNY, 1965
  19. « Liste des maires de l'Yonne sur le site de la Préfecture de l'Yonne »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  20. Conseil général de l’Yonne, Ma Commune, consulté le 27 décembre 2013.
  21. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  22. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 20062007 2008 2009 2010 201120122013 .
  23. Malicorne : réflexions d'un observateur de la nature
    • Le Seuil, collection « Science ouverte », 1990
    • Édition de poche dans la collection « Points Sciences », ,
    • Prix littéraire de la ville de Limoges,
    • Traduit en allemand, anglais, espagnol, portugais
  24. Restauration de l'église de Malicorne, Fondation du Patrimoine. Photos des peintures de l'intérieur.
  25. Les 6 communes concernées par la ZNIEFF de la vallée de l'Ouanne de Toucy à Douchy sont : Charny, Grandchamp, Malicorne, Saint-Denis-sur-Ouanne, Saint-Martin-sur-Ouanne et Villiers-Saint-Benoît.
  26. ZNIEFF 260014921 - Vallée de l'Ouanne de Toucy à Douchy sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  27. Les 8 communes concernées par la ZNIEFF de la vallée du Branlin de Saints à Malicorne sont : Champignelles, Fontaines, Malicorne, Mézilles, Saints, Saint-Sauveur-en-Puisaye, Tannerre-en-Puisaye et Villeneuve-les-Genêts.
  28. ZNIEFF 260014938 - Vallée du Branlin de Saints à Malicorne sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.
  29. ZNIEFF 260014940 - Étang de Malicorne sur le site de l’INPN et sa carte sur le site de la DIREN.