Ouvrir le menu principal

Rozoy-le-Vieil

commune française du département du Loiret
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Rozoy.

Rozoy-le-Vieil
Rozoy-le-Vieil
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Montargis
Canton Courtenay
Intercommunalité Communauté de communes des Quatre Vallées
Maire
Mandat
Jacques Huc
2018-2020
Code postal 45210
Code commune 45265
Démographie
Gentilé Rozetains
Population
municipale
422 hab. (2016 en augmentation de 8,48 % par rapport à 2011)
Densité 52 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 07′ 30″ nord, 2° 56′ 47″ est
Altitude Min. 118 m
Max. 147 m
Superficie 8,14 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte administrative du Loiret
City locator 14.svg
Rozoy-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : Loiret

Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Rozoy-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Rozoy-le-Vieil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Rozoy-le-Vieil
Liens
Site web rozoy-le-vieil.fr

Rozoy-le-Vieil est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Sommaire

GéographieModifier

Lieux-dits et écartsModifier

Le Bied, les Bodiers, les Bonnes, les Cadeaux, le Donjon, les Martins, les Noues, le Petit Pressoir.

Communes limitrophesModifier

ToponymieModifier

Le nom de la localité est attesté sous la forme latinisée Rosetum Vetus en 1350[1].

Pour cette commune, les recherches aux archives d'Orléans ont permis de montrer qu'antérieurement au XIVe siècle[réf. nécessaire], on trouve déjà la graphie Rozoy le Vieil (avec un z) et cela conjointement à la graphie Rosoy (avec un s), jusqu'à récemment, à tel point que les bases de données légales avaient enregistré le nom de Rosoy-le-vieil. Depuis le  : Rozoy-le-Vieil s'écrit officiellement avec un z, car on a considéré que l'ambigüité était préjudiciable aux administrés. Le changement de nom est paru au journal officiel[2].

Cependant la graphie avec z n'est pas conforme à l'étymologie, le z ayant une valeur différente au Moyen Âge. L'étymologie de Rozoy est la même que celle des Rosoy et des différents Rosay qui remontent tous à un type toponymique gallo-roman *RAUSETU. Ce toponyme signifie « lieu planté de roseaux ». En effet, le gallo-roman RAUS, d'origine germanique, a abouti à l'ancien français ros « roseau », dont le diminutif rosel explique notre roseau. Le second élément est le suffixe gallo-roman -ETU qui sert à désigner un ensemble d'arbres ou de plantes, mais qui n'est jamais associé à un nom de fleur. Il a évolué généralement en -oy au nord et à l'est, alors qu'à l'ouest, c'est plus souvent -ay / -ey. RAUSETU a donné le vieux français rosei, rosoi « roselière ».

HistoireModifier

Les premières traces d’implantation humaine sur le territoire de la commune Rozoy-le-Vieil datent de l’Âge de pierre. De nombreux outils et armes en pierre taillée ont été retrouvés par les archéologues locaux.

Ce n’est qu’à la fin du XIe siècle que la commune entre dans l’histoire avec l’arrivée d’une jeune anachorète nommée Élisabeth, fille du comte Rodolphe de Crespy et de la comtesse Adèle Barri. Cette fille avait d’abord embrassé la vie monastique dans l'abbaye des bénédictines de Chelles. Elle cherche une vie plus austère encore. Elle vient donc se cacher dans les bois au milieu des marais. Des bergers découvrent sa retraite et lui bâtissent un petit monastère où elle se retire avec deux religieuses de son couvent qui sont venues la rejoindre. Élisabeth, appelée depuis sa mort sainte Rose, en est la prieure, à dater de 1106 jusqu’à sa mort en 1130. Le sceau de l’abbaye porte un rosier entre deux fleurs de lys avec, au revers, Notre-Dame avec son paleron (sa pèlerine) à la manière d’une bergère limousine.

À la mort de sainte Élisabeth-Rose, l’abbaye de Rozoy-le-Vieil a déjà une certaine importance. Une charte du roi Louis VII en 1146-1147 lui confirme la possession de divers bien et privilèges. En 1164, elle bénéficie d’une bulle du pape Alexandre III exilé à l’archevêché de Sens.

Les frères Payan, seigneurs de Chevry en Sereine, en 1207, donnèrent la seigneurie de Villechasson à l'abbaye Sainte-Rose de Rozoy-le-Vieil, dont leur sœur Catherine Payan était alors prieure.

En 1263, les Templiers abandonnent à l'abbaye de Rozoy, une rente d'un muid de grain sur la ferme de Paley. (Arch. nat. F. 5,172.)

En 1428, elle est ruinée puis transférée dans la commune voisine d'Ervauville et prend le nom de Rozoy le Jeune.

Aux XVIe et XVe siècles, les guerres de religion ruinent la région.

Au XVIIIe siècle, après une période de grandes épidémies de peste et les hivers rigoureux de 1706 et 1710 qui provoquèrent des famines dévastatrices, les conditions de vie s’améliorent et conduisent à un accroissement de la population. En 1720, 22 feux ou foyers sont recensés, ceux-ci correspondent à environ 140 habitants. En 1780, le nombre de feux est de 29 pour 187 habitants. En 1786, le cap des 190 habitants est dépassé mais les voies de communication se traversent à gué. La superficie du village est d’environ 800 hectares, les principales activités au village sont la culture des céréales, des fruits et de la vigne. À la veille de la Révolution française, Rozoy-le-Vieil est administré par le parlement de Paris, le bailliage de Montargis, la Coutume de Sens et le diocèse de Sens.

L’après révolution modifie peu la vie au village. Il faut attendre 1830 pour constater les premières initiatives qui améliorent les conditions de vie. En 1838, la commune lance une souscription auprès des habitants pour financer le premier pont traversant la Sainte-Rose sur le chemin vicinal de Rozoy-le-Vieil à Mérinville. Cette même année, le conseil municipal décide de construire une maison d’école malgré l’insistance des pouvoirs publics qui souhaitaient envoyer les enfants de Rozoy-le-Vieil à Pers. En septembre 1843, cette petite bâtisse construite à l’emplacement de la mairie actuelle ouvre ses portes aux garçons du village. L’école est ouverte aux filles en 1844 alors que l’État n’imposera la création d’écoles des filles dans les communes de plus de 500 habitants que 23 années plus tard.

En 1866, le nombre d’habitants de Rozoy-le-Vieil est de 273 dont 80 dans le bourg. Dès 1876, l’instituteur organise l’école des adultes où une quinzaine d’élèves s’inscrivent après leurs journées de travail.

En 1891, l’école ainsi que la mairie sont construites à l’emplacement de l’ancienne maison d’école.

En 1903, Gustave Eugène Frégis[3], originaire du Gâtinais, collaborateur de Louis Pasteur, vétérinaire de Sarah Bernhardt et des cours d’Angleterre et de Russie, décide de prendre sa retraite et se retire au domaine des Noues sur la commune de Rozoy-le-Vieil. Il met alors son savoir au service de ses concitoyens comme conseiller municipal puis comme maire pendant près de 24 ans.

En 1910, le cimetière qui entoure l’église est transféré à l’endroit où il se trouve actuellement. À la même époque, la place du village est transférée de la route du Bignon aux abords de l’église

La Première Guerre mondiale fait 15 morts, soit 8 % de la population.

Les années 1960 marquent un tournant : les premiers lotissements sont créés, la population croît de nouveau, les terres sont remembrées et drainées et le paysage traditionnel de bocage est détruit. L’autoroute arrive à Rozoy-le-Vieil.

En 1991, le conseil municipal décide la construction de l’actuelle école.

Au 1er janvier 2012, Rozoy-le-Vieil a rejoint la communauté de communes des Quatre Vallées.

UrbanismeModifier

Voies de communication et transportsModifier

 
Réseau routier principal de la commune de Rozoy-le-Vieil (avec indication du trafic routier 2014).

Risques majeursModifier

La commune de Rozoy-le-Vieil est vulnérable à différents aléas naturels : climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique (sismicité très faible). Elle est également exposée à un risque technologique : le risque de transport de matières dangereuses[4]. Entre 1989 et 2019, trois arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune : deux pour des inondations et coulées de boues et un pour des mouvements de terrains[5].

Risques naturelsModifier

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[6].

Par ailleurs le sol du territoire communal peut être faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sècheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sècheresse[7]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. Une grande partie du territoire de la commune est exposée à un aléa « moyen » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[8].

Depuis le , la France dispose d’un nouveau zonage sismique divisant le territoire national en cinq zones de sismicité croissante [9]. La commune, à l’instar de l’ensemble du département, est concernée par un risque très faible[5].

Risques technologiquesModifier

La commune est exposée au risque de transport de matières dangereuses, en raison du passage sur son territoire d'un itinéraire routier structurant supportant un fort trafic (l'autoroute A6)[4],[10].

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

Bloc communal : Commune et intercommunalitésModifier

La paroisse de Rozoy-le-Vieil acquiert le statut de municipalité avec le décret du de l'Assemblée Nationale[11] puis celui de « commune », au sens de l'administration territoriale actuelle, par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II ()[12]. Il faut toutefois attendre la loi du sur l'organisation municipale pour qu'un régime juridique uniforme soit défini pour toutes les communes de France, point de départ de l’affirmation progressive des communes face au pouvoir central[13].

Aucun événement de restructuration majeure du territoire, de type suppression, cession ou réception de territoire, n'a affecté la commune depuis sa création[14].

 
Localisation de la commune de Rozoy-le-Vieil dans la communauté de communes des Quatre Vallées.

La commune est membre de la communauté de communes des Quatre Vallées depuis sa création le . Cette intercommunalité succède au SIVOM de Ferrières-en-Gâtinais, créé en mai 1966, et au SIVOM de Corbeilles[15].

La loi du 24 mars 2014 pour l'accès au logement et un urbanisme rénové, dite loi ALUR, fait évoluer de manière significative les compétences en matière d'urbanisme, dont certaines sont transférées de la commune à la communauté de communes[16].

La loi du portant nouvelle organisation territoriale de la République (dite loi NOTRe), visant une réduction du nombre d'intercommunalités en France, fait passer de 5 000 à 15 000 habitants, sauf exceptions, le seuil démographique minimal pour constituer une communauté de communes et a un impact sur les périmètres des intercommunalités du département du Loiret dont le nombre passe de 28 à 16. Mais la communauté de communes des Quatre Vallées ne voit pas son périmètre changer[17] et la commune de Rozoy-le-Vieil en reste donc membre. Cette loi a toutefois un impact sur ses compétences avec l'attribution par exemple de la gestion des milieux aquatiques et de la prévention des inondations à partir du [18].

Circonscriptions de rattachementModifier

Sous l'Ancien Régime, à la veille des États généraux de 1789, la paroisse de Rozoy-le-Vieil était rattachée sur le plan ecclésiastique de l'ancien diocèse de Sens[19] et sur le plan judiciaire au bailliage de Montargis[20].

La loi du divise le pays en 83 départements découpés chacun en six à neuf districts eux-mêmes découpés en cantons regroupant des communes. Les districts, tout comme les départements, sont le siège d’une administration d’État et constituent à ce titre des circonscriptions administratives. La commune de Rozoy-le-Vieil est alors incluse dans le canton de La Selle-sur-le-Bied, le district de Montargis et le département du Loiret[21].

La recherche d’un équilibre entre la volonté d’organiser une administration dont les cadres permettent l’exécution et le contrôle des lois d’une part, et la volonté d’accorder une certaine autonomie aux collectivités de base (paroisses, bourgs, villes) d’autre part, s’étale de 1789 à 1838[22]. Les découpages territoriaux évoluent ensuite au gré des réformes visant à décentraliser ou recentraliser l'action de l'État. La régionalisation fonctionnelle des services de l'État (1945-1971) aboutit à la création de régions[23]. L'acte I de la décentralisation de 1982-1983 constitue une étape importante en donnant l'autonomie aux collectivités territoriales, régions, départements et communes[24]. L'acte II intervient en 2003-2006[25], puis l'acte III en 2012-2015.

Le tableau suivant présente les rattachements, au niveau infra-départemental, de la commune de Rozoy-le-Vieil aux différentes circonscriptions administratives et électorales ainsi que l'historique de l'évolution de leurs territoires.

Circonscription Nom Période Type Évolution du découpage territorial
District Montargis 1790-1795 Administrative La commune est rattachée au district de Montargis de 1790 à 1795[14],[21]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance[26].
Canton La Selle-sur-le-Bied 1790-1801 Administrative et électorale Le 10 février 1790, la municipalité de Rozoy-le-Vieil est rattachée au canton de La Selle sur le Bied[27]. Les cantons acquièrent une fonction administrative avec la disparition des districts en 1795.
Courtenay 1801-2015 Sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 59 à 31[28]. Rozoy-le-Vieil est alors rattachée par arrêté du 9 vendémiaire an X (30 septembre 1801) au canton de Courtenay[29],[14], qui devient canton de Ferrières-en-Gâtinais en 2001[27].
Courtenay 2015- Électorale La loi du [30] et ses décrets d'application publiés en février et [31] introduisent un nouveau découpage territorial pour les élections départementales. La commune est alors rattachée au nouveau canton de Courtenay[31]. Depuis cette réforme, plus aucun service de l'État n'exerce sa compétence sur un territoire s'appuyant sur le nouveau découpage cantonal. Le canton a disparu en tant que circonscription administrative de l'État ; il est désormais uniquement une circonscription électorale dédiée à l'élection d'un binôme de conseillers départementaux siégeant au conseil départemental[32].
Arrondissement Montargis 1801- Administrative Rozoy-le-Vieil est rattachée à l'arrondissement de Montargis depuis sa création en 1801[14],[29].
Circonscription législative 4e circonscription 2010- Électorale Lors du découpage législatif de 1986, le nombre de circonscriptions législatives passe dans le Loiret de 4 à 5. Un nouveau redécoupage intervient en 2010 avec la loi du . En attribuant un siège de député « par tranche » de 125 000 habitants, le nombre de circonscriptions par département varie désormais de 1 à 21[33],[34]. Dans le Loiret, le nombre de circonscriptions passe de cinq à six[35]. La réforme n'affecte pas Rozoy-le-Vieil qui reste rattachée à la quatrième circonscription[36].

Collectivités de rattachementModifier

La commune de Rozoy-le-Vieil est rattachée au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[37], à la fois circonscriptions administratives de l'État et collectivités territoriales.

Politique et administration municipalesModifier

Conseil municipal et maireModifier

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Rozoy-le-Vieil, commune de moins de 1 000 habitants, est élu au scrutin majoritaire plurinominal à deux tours, les électeurs pouvant modifier les listes, panacher, ajouter ou supprimer des candidats sans que le vote soit nul[38], pour un mandat de six ans renouvelable[39]. Il est composé de 11 membres [40]. L'exécutif communal, est constitué par le maire, élu par le conseil municipal, parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2008 En cours Jacques Lassoury    

Équipements et servicesModifier

EnvironnementModifier

Gestion des déchetsModifier

En 2016, la commune est membre du syndicat mixte de ramassage et de traitement des ordures ménagères (SMIRTOM) de Montargis, créé en 1968. Celui-ci assure la collecte et le traitement des ordures ménagères résiduelles[Note 1], des emballages ménagers recyclables et des encombrants en porte à porte et du verre en points d’apport volontaire[41]. Un réseau de trois déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, ferraille, cartons…). Les deux déchèteries les plus proches sont situées sur les communes de Corquilleroy et Dordives[42]. Le SMIRTOM de Montargis procède également à l'élimination et la valorisation énergétique des déchets ménagers et de ceux issus de la collecte sélective dans l'unité d'Amilly, construite en 1969. Une convention de délégation du service public de traitement a été conclue en 2013 avec la société Novergie Centre, filiale énergie du Groupe Suez pour la valorisation énergétique des déchets[43].

Depuis le , la « gestion des déchets ménagers » ne fait plus partie des compétences de la commune mais est une compétence obligatoire de la communauté de communes des Quatre Vallées en application de la loi NOTRe du [44].

Production et distribution d'eauModifier

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[45]. Au , la production et la distribution de l'eau potable sur le territoire communal sont assurées par le syndicat des eaux de la Cléry et du Betz, un syndicat créé en 2013 desservant quinze communes : Bazoches-sur-le-Betz, Le Bignon-Mirabeau, Chantecoq, La Chapelle-Saint-Sépulcre, Chevannes, Chevry-sous-le-Bignon, Chuelles, Courtemaux, Ervauville, Foucherolles, Griselles, Louzouer, Mérinville, Pers-en-Gâtinais, Rosoy-le-Vieil, Saint-Hilaire-les-Andrésis, Saint-Loup-de-Gonois, La Selle-en-Hermoy, La Selle-sur-le-Bied, Thorailles[46],[47],[48]. La loi NOTRe du 7 août 2015 prévoit que le transfert des compétences « eau et assainissement » vers les communautés de communes sera obligatoire à compter du . Le transfert d’une compétence entraîne de facto la mise à disposition gratuite de plein droit des biens, équipements et services publics utilisés, à la date du transfert, pour l'exercice de ces compétences et la substitution de la communauté dans les droits et obligations des communes[49],[50].

AssainissementModifier

L’assainissement non collectif (ANC) désigne les installations individuelles de traitement des eaux domestiques qui ne sont pas desservies par un réseau public de collecte des eaux usées et qui doivent en conséquence traiter elles-mêmes leurs eaux usées avant de les rejeter dans le milieu naturel[51]. En 2017, la communauté de communes des Quatre Vallées assure le service public d'assainissement non collectif (SPANC), qui a pour mission de vérifier la bonne exécution des travaux de réalisation et de réhabilitation, ainsi que le bon fonctionnement et l’entretien des installations[52],[53].

Prix de l'eauModifier

Le « prix de l’eau » doit permettre de financer l’ensemble des investissements (mise en place de nouveaux ouvrages, mise aux normes du patrimoine existant, renouvellement du patrimoine,...) mais aussi les frais de fonctionnement du service (frais de personnel du service, électricité, produits de traitement, renouvellement du matériel, analyses, élimination des déchets,...)[54]. L'observatoire national des services d'eau et d'assainissement publie la description actualisée des services publics d'eau potable et d'assainissement, qu’il s’agisse de leur organisation, de leur tarif ou de leur performance[55]. Le prix au m3 est calculé pour une consommation annuelle de 120 m3 (référence INSEE)[56].

Domaine Commune 2010 2011 2012 2013 2014 2015
Eau potable Rosoy-le-Vieil 1,50[57] 1,73[58] NC[59] 1,87[60] 1,98[61] 1,90[62]
Loiret 1,76[63] 1,7[64] 1,66[65] 1,69[66]
France 1,93[63] 1,96[64] 2[65] 2,03[66]
Assainissement Rosoy-le-Vieil NC[57] NC[58] NC[59]
Loiret 2,07[63] 2,19[64] 2,25[65] 2,38[66]
France 1,73[63] 1,82[64] 1,85[65] 1,89[66]

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Article détaillé : Démographie de Rozoy-le-Vieil.

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[67]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[68].

En 2016, la commune comptait 422 habitants[Note 2], en augmentation de 8,48 % par rapport à 2011 (Loiret : +2,24 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
150188177201211217231264271
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
247258273247242233209201198
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
189180143146161154131110120
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2016
108120158182235305342392422
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[69] puis Insee à partir de 2006[70].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • L'église Saint-Blaise-et-Notre-Dame.[71]. Le nom de l'église aurait été changé au cours du XIXe siècle. Vitraux de l'église : ses vitraux sont au nombre de huit, ils ont été réalisés par le maître verrier Lionel Régnier en 1986 pour les vitraux de chœur et en 1988 pour ceux de la nef. Côté sud, se trouve une trilogie dédiée à la Vierge Marie : « Mon heure n’est pas encore venue (Les noces de Cana ) – « Marie qui amène le jeune jésus au Temple de Jérusalem » - « Tout est accompli » (Marie au pied de la Croix). La couleur bleue y domine. Cette trilogie est suivie, au-dessus de l’ancienne porte du cimetière, par la représentation de la parabole du semeur où domine la couleur jaune. Les deux vitraux du cœur évoquent les deux étymologies possibles de Rozoy. Le premier, d’une couleur rouge très vif représente sainte Rose dans son tronc d’arbre. Le second met en scène Moïse sauvé des eaux et repêché dans les roseaux. Les trois petits vitraux côté nord sont non figuratifs et reprennent les couleurs des autres ;
  • Le pressoir ;
  • La chapelle funéraire d'Eugène Frégis ;
  • Les abreuvoirs ;
  • Le puits.

Patrimoine naturelModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Rozoy-le-Vieil comprend une ZNIEFF[72].

La ZNIEFF, de deuxième génération et de type 2[Note 3], dénommée Étangs prairies et forêts du Gâtinais nord oriental, d'une superficie de 5 060 hectares, s'étend sur 17 communes, dont neuf dans le Loiret (Bazoches-sur-le-Betz, Courtenay, Ervauville, Foucherolles, Mérinville, Pers-en-Gâtinais, Rozoy-le-Vieil, Saint-Hilaire-les-Andrésis, La Selle-sur-le-Bied) et huit dans l'Yonne (La Belliole, Courtoin, Domats, Égriselles-le-Bocage, Montacher-Villegardin, Savigny-sur-Clairis, Vernoy et Villeneuve-la-Dondagre)[73]. Son altitude varie entre 130 et 190 m[74]. La ZNIEFF vise en priorité les habitats d'eaux douces stagnantes. On y trouve prairies humides, mégaphorbiaies, tourbières et marais, entrecoupés de bocages et de boisements. Les activités humaines présentes dans cette superficie sont majoritairement l'agriculture et la sylviculture, avec de l'élevage. La pêche et la chasse y sont pratiquées, et d'autres activités de tourisme et loisirs. L'habitat, composé surtout de fermes isolées, est très dispersé[75].

Patrimoine gastronomiqueModifier

La commune de Rozoy-le-Vieil est située dans l'aire de l'appellation d'origine protégée (AOP)[Note 4] ou appellation d'origine contrôlée (AOC)[Note 5] du Brie de Meaux, un fromage à base de lait de vache, cru à pâte molle à croûte fleurie, d'un poids moyen de 2,8 kg pour un diamètre de 36 à 37 cm. Sa croûte est fine, d'un blanc duveteux et parsemée de taches rouges. Sa pâte est couleur jaune paille, onctueuse et souple mais non coulante.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • Conseil Départemental du Loiret
  • FREGIS, au service de la Médecine Vétérinaire depuis 1836
  • Abbé Jean-Marie Besnault : Sainte Elisabeth-Rose
  • L. Auvray - Recueil de pièces sur l'abbaye de Rozoi le Jeune - Bulle du pape Alexandre III
  • Cartulaire du chapitre de Sens
  • Courtenay et ses anciens seigneurs - Abbé Augustin Berton - 1877 - Histoire de l'abbaye de Rozoy le Vieil
  • Découvrir en Gâtinais - Églises et chapelles - Éditions "La communauté de commune des Quatre Vallées"
  • Paroisses et communes de France - Loiret - Éditions du CNRS - 1982
  • Les amis du Vieux Montargis - Numéros de février et septembre 1994 - Le vétérinaire Frégis
  • Dom Morin. Histoire du Gâtinais.
  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  2. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. Nomenclature européenne.
  5. Nomenclature française.

RéférencesModifier

  1. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France (lire en ligne)
  2. Journal Officiel de la République française n°0068. Le 21 mars 2009, page 5074. Décret n° 2009-306 du 19 mars 2009 portant sur le changement du nom d'une commune. NOR: IOCA0823946D.
  3. Bull. Acad. Vét. – Tome XLV (mars 1972) – Vigot frères, Éditeurs – 105-107
  4. a et b [PDF]« Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret- Liste des risques par commune », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 30 juin 2019)
  5. a et b « Risques recensés sur la commune de Rozoy-le-Vieil », sur http://www.georisques.gouv.fr/.
  6. « Rozoy-le-Vieil - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 30 juin 2019)
  7. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 30 juin 2019).
  8. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Rozoy-le-Vieil », sur le site « Géorisques » du ministère de la transition écologique et solidaire (consulté le 30 juin 2019).
  9. Décret no n°2010-1255 du 22 octobre 2010 portant délimitation des zones de sismicité du territoire français
  10. « Dossier départemental des risques majeurs - le risque de transport de matières dangereuses. », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 30 juin 2019)
  11. Motte 2003, p. 24
  12. Motte 2003, p. 23
  13. « Les grands principes de la loi municipale de 1884 », sur le site du sénat, (consulté le 21 octobre 2015)
  14. a b c et d « Notice communale de Rozoy-le-Vieil », sur le site de l'EHESS (consulté le 21 octobre 2015).
  15. « Communautés de communes de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 21 octobre 2015)
  16. EPF de l'Ain, « Loi ALUR : impact sur les documents et les compétences en matière d'urbanisme », sur http://www.epf01.fr/ (consulté le 29 novembre 2016)
  17. « Schéma départemental de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 29 novembre 2016)
  18. « L’intercommunalité et la Loi NOTRe du 7 août 2015 », sur http://www.mairieconseils.net/, (consulté le 29 novembre 2016)
  19. « Ancien diocèse de Sens », sur http://www.francegenweb.org/ (consulté le 16 octobre 2015)
  20. « Bailliages de la région Centre », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté le 16 octobre 2015)
  21. a et b Prudhomme 1798, p. 162.
  22. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 3.
  23. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 41-46.
  24. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 61-72.
  25. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/, p. 118-138.
  26. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 21 octobre 2015).
  27. a et b Denis Jeanson, « Cantons de la région Centre-Val de Loire », sur Dictionnaire toponymique de la région Centre - Val de Loire (consulté en 21 octobre 201521 octobre 2015), p. 6.
  28. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 21 octobre 2015)
  29. a et b « Arrêté du 9 vendémiaire an X portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 43 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 21 octobre 2015)
  30. « LOI no  2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral », JORF no 0114 du 18 mai 2013 p. 8242, (consulté le 21 octobre 2015).
  31. a et b « Décret n° 2014-244 du 25 février 2014 portant délimitation des cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 21 octobre 2015).
  32. « Question no 460 de M. Jean-Jacques Cottel », sur http://questions.assemblee-nationale.fr/, (consulté le 21 octobre 2015).
  33. « Législatives 2012 : élections selon des modalités révisées. », sur http://www.vie-publique.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  34. « Délimitation des circonscriptions législatives - Loi ratifiant l'ordonnance n° 2009-935 du 29 juillet 2009 portant répartition des sièges et délimitation des circonscriptions pour l'élection des députés », sur le site du sénat (consulté le 22 septembre 2015).
  35. « Carte du découpage législatif du Loiret », sur http://www.elections-legislatives.fr/ (consulté le 22 septembre 2015).
  36. « Rattachements dans le Loiret avant et après la réforme de 2010 », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 21 octobre 2015).
  37. « Rattachements administratifs de la commune de Rozoy-le-Vieil », sur le site de l'Insee (consulté le 21 octobre 2015)
  38. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  39. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 21 octobre 2015)
  40. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  41. « Rapport d'activités 2015 du SMIRTOM de Montargis », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  42. « SMIRTOM de Montargis - déchèteries », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  43. « UIOM d'Amilly - Valorisation énergétique : les Ordures Ménagères », sur http://www.smirtom.fr/ (consulté le 2 mai 2017)
  44. « Schéma de coopération intercommunale du Loiret », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 2 mai 2017), p. 4
  45. [PDF]« Les services publics d'eau et d'assainissement. », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le 9 juillet 2017)
  46. « Syndicat des eaux de la Cléry et du Betz », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 11 juillet 2017)
  47. « Syndicat des eaux de la Cléry et du Betz », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 11 juillet 2017)
  48. « composition communale des services d'eau potable pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 11 juillet 2017)
  49. Article L1321-1 du Code général des collectivités territoriales et suivants
  50. AMF, « Loi NOTRe : transfert des compétences « eau et assainissement » aux EPCI à fiscalité propre », sur http://amf83.fr/, (consulté le 11 juillet 2017)
  51. « Tout savoir sur l’assainissement non collectif », sur le portail ministériel de l'assainissement non collectif (consulté le 11 juillet 2017)
  52. « composition communale des services d'assainissement non collectif pour l'année 2016 », sur http://www.services.eaufrance.fr, (consulté le 11 juillet 2017)
  53. « CC des Quatre Vallées - SPANC », sur http://www.cc4v.fr (consulté le 11 juillet 2017)
  54. « Note sur la tarification des services de l’eau et de l’assainissement », sur http://www.loiret.gouv.fr/, (consulté le 11 juillet 2017)
  55. « Observatoire national des services d'eau et d'assainissement », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 11 juillet 2017)
  56. « Prix TTC du service au m³ pour 120 m³ », sur http://www.services.eaufrance.fr/ (consulté le 11 juillet 2017)
  57. a et b Prix de l'eau en 2010 à Rosoy-le-Vieil.
  58. a et b Prix de l'eau en 2011 à Rosoy-le-Vieil.
  59. a et b Prix de l'eau en 2012 à Rosoy-le-Vieil.
  60. Prix de l'eau en 2013 à Rosoy-le-Vieil.
  61. Prix de l'eau en 2014 à Rosoy-le-Vieil.
  62. Prix de l'eau en 2015 à Rosoy-le-Vieil.
  63. a b c et d Prix de l'eau en 2010 dans le Loiret.
  64. a b c et d Prix de l'eau en 2011 dans le Loiret.
  65. a b c et d Prix de l'eau en 2012 dans le Loiret.
  66. a b c et d Prix de l'eau en 2013 dans le Loiret.
  67. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  68. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  69. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  70. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2004, 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2015 et 2016.
  71. « L'église Saint-Pierre », notice no PA00098996, base Mérimée, ministère français de la Culture
  72. « Liste des ZNIEFF de la commune de Rozoy-le-Vieil », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 3 août 2015).
  73. « Découpage communal de la ZNIEFF 260014912 - Étangs prairies et forêts du Gâtinais nord oriental », sur le site des zonages du domaine de la Biodiversité, publié par la DREAL Centre. (consulté le 3 août 2015).
  74. « ZNIEFF 260014912 - Étangs prairies et forêts du Gâtinais nord oriental - fiche de synthèse », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 3 août 2015).
  75. « ZNIEFF 260014912 - Étangs prairies et forêts du Gâtinais nord oriental - fiche descriptive. », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le 3 août 2015).